finance - amine nasrallah ... le 21 janvier 2010, barack obama prononce un discours qui...

Download Finance - Amine Nasrallah ... Le 21 janvier 2010, Barack Obama prononce un discours qui stup£©fie le

Post on 07-Oct-2020

0 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Comprendre la fi nance et l’économie avec Mandelbrot, Taleb…

    Finance

    PHILIPPE HERLIN

    LE NOUVEAU PARADIGME

  • Finance : le nouveau paradigme

  • Éditions d’Organisation Groupe Eyrolles

    61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05

    www.editions-organisation.com www.editions-eyrolles.com

    © Groupe Eyrolles, 2010 ISBN : 978-2-212-54657-6

    Le Code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans auto- risation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans l’enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée.

    En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégrale- ment ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.

  • Philippe HERLIN

    Finance : le nouveau paradigme

    COMPRENDRE LA FINANCE ET L’ÉCONOMIE AVEC MANDELBROT, TALEB...

  • « Il serait superficiel de prétendre que les chif- fres et les tableaux fussent la froide compres- sion d’énergies humaines désordonnées, toutes sortes d’aspirations et de suées nocturnes réduites à de lumineuses unités au firmament du marché financier. En fait, les données mêmes étaient vibrantes et rayonnantes, autre aspect dynamique du processus vital. C’était l’éloquence des alphabets et des systèmes numériques, pleinement réalisée sous forme électronique à présent, dans l’état zéro-un du monde, l’impératif numérique qui définissait le moindre souffle des milliards d’habitants de la planète. C’est là qu’était l’élan de la bios- phère. Nos corps et nos océans étaient là, perceptibles et entiers. »

    Cosmopolis, DON DELILLO

    Retrouvez sur Internet en accès libre la quasi totalité des articles cités :

    http://www.philippeherlin.com/biblio.htm

    http://www.philippeherlin.com/biblio.htm

  • © G

    ro up

    e Ey

    ro lle

    s

    Sommaire

    PRÉFACE ...................................................................................... 9

    PROLOGUE Le virage d’Obama............................................................ 11

    Petit détour par le Monopoly ........................................ 15

    CHAPITRE I La naissance du modèle classique de la finance .. 21

    Qu’est-ce que ça vaut ? ........................................................... 21

    Retour sur un illustre inconnu : Louis Bachelier (1870-1946) .................................................. 25

    La formidable postérité de la courbe de Carl Friedrich Gauss.......................................................... 28

    L’efficience des marchés ......................................................... 33

    Markowitz et la théorie du portefeuille ................................ 36

    Sharpe et le Medaf ................................................................... 40

    Le modèle Black et Scholes et les options ............................ 44

    Un contexte historique porteur............................................. 47

    CHAPITRE II Le cataclysme du 15 septembre 2008 : un bug dans le modèle ? ................................................ 51

    La crise de 2008 n’aurait pas dû arriver ! ............................. 51

    Les hypothèses discutables du modèle classique................. 54

    Où l’on retrouve la mémoire : l’invalidation de la courbe de Gauss ............................................................. 56

    5

  • FINANCE : LE NOUVEAU PARADIGME

    © G

    ro up

    e Ey

    ro lle

    s

    Les modèles continuent d’être utilisés et rafistolés…......... 62

    Alors pourquoi la crise de 2008 a-t-elle eu lieu ? ................ 68

    CHAPITRE III On n’a pas écouté Mandelbrot ! .................................. 73

    Qu’est-ce que les fractales ? ................................................... 75

    La dimension fractale des cours de Bourse .......................... 80

    Le domaine des lois de puissance.......................................... 83

    Loi de puissance versus loi normale...................................... 88

    La courbe de Gauss n’est qu’un hasard d’approximation.. 94

    CHAPITRE IV L’entreprise contaminée par la finance gaussienne .............................................. 101

    Les fonds propres ont un coût… et il est déterminé par le Medaf ! ........................................................................... 102

    Le « WACC » imposé à l’entreprise ...................................... 104

    Les options réelles.................................................................... 106

    Les effets pervers de la financiarisation de l’entreprise ...... 107

    Une dangereuse sous-estimation des risques ...................... 109

    La course à la rentabilité des fonds propres......................... 111

    La tyrannie du WACC ? ......................................................... 113

    Bref retour historique : du capitalisme entrepreneurial au capitalisme actionnarial..................................................... 117

    Fair Value : le coup de grâce ? ............................................... 121

    CHAPITRE V La finance fractale .............................................................. 129

    Il faut voir les marchés financiers autrement ...................... 129

    Mieux mesurer le risque avec les lois de puissance ............ 135

    6

  • SOMMAIRE ©

    G ro

    up e

    Ey ro

    lle s

    Ajustement des lois de puissance et interprétation ............ 138

    Les erreurs d’analyse à éviter ................................................. 140

    La finance comportementale ................................................. 147

    Peut-on encore faire des prévisions ? ................................... 149

    Les pistes de Mandelbrot pour l’avenir ................................ 152

    Taleb : « Maximisez votre serendipité ! »............................. 156

    Le « portefeuille de Taleb » .................................................... 158

    CHAPITRE VI L’entreprise fractale .......................................................... 161

    Le critère d’analyse déterminant : scalable/non scalable ... 161

    La voie de la richesse............................................................... 166

    Quelle structure optimale pour l’entreprise ?...................... 171

    CHAPITRE VII Notre avenir : « économie zombie » ou croissance durable ?................................................... 177

    Mondialisation et scalabilité .................................................. 177

    Du « modèle Wall Mart » à « l’économie zombie » ? ......... 179

    Les menaces latentes ............................................................... 184

    Régulation et croissance durable........................................... 189

    ÉPILOGUE La fin du capitalisme ? ..................................................... 203

    INDEX .......................................................................................... 206

    7

  • © G

    ro up

    e Ey

    ro lle

    s

    Préface

    La crise actuelle, ainsi que le désordre qui l’a accompagnée, va certainement accélérer la remise en cause de certains modèles économiques considérés jusqu’à présent comme inébranlables, telle la finance de marché. L’analyse en termes de risque-rentabilité développée par Markowitz et Sharpe s’est concrétisée par la mise en place d’un « Modèle d’Equilibre des Actifs Financiers » (MEDAF) ou, en anglais, CAPM (« Capital Asset Pricing Model »). Celui-ci suppose que les investisseurs sont rationnels et guidés par un souci d’optimisation économique et, de ce fait, il considère que toutes les informations pertinentes sont intégrées dans les prix des actifs ; les cours suivent un processus aléatoire au « marche au hasard », selon Fama. Par ailleurs, les modèles d’évaluation des options (Black et Scholes) s’appuient sur des hypothèses simplificatrices, telles que la loi normale des probabilités d’occurrence (ou courbe de Gauss). La finance classique ne s’intéresse qu’aux mécanismes d’équilibre des marchés, en s’appuyant sur l’hypothèse de rationalité des investis- seurs, et postule que ces marchés sont efficients.

    La révolution « einsteinienne » de la finance « comportemen- tale » (ou la finance « cognitive ») vient de la prise en compte du comportement des acteurs de la finance (les « traders » ou « les gérants » de fonds). On s’est aperçu, à travers des études empiri- ques, que ceux-ci étaient victimes de nombreux biais tels que l’asymétrie des réactions face à des gains ou à des pertes, ou le concept de « regret » en cas de décision désagréable (vente de titres à perte). Les individus ne réagissent pas toujours avec une rationalité parfaite, « l’aversion au risque