etude de mr othmani essor

Author: ayman-lemssaddak

Post on 17-Jul-2015

110 views

Category:

Documents


0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

Dossier

34

Les 25 employeursqui attirent le plus les laurats des grandes colesCertaines entreprises exercent une fascination irrsistible sur les candidats lemploi. Bien perues, elles sont considres comme les employeurs rvs par les jeunes talents.Dossier ralis par Seydou Souley Mahamadou

Enqute

L

a problmatique du recrutement est aujourdhui au centre de toutes les rflexions RH. La conjoncture conomique est difficile et la conqute des marchs ncessite des talents hors pair. Mais les comptences, de plus en plus rares, sont exigeantes sur tous les aspects de leur emploi. Do un dsquilibre sur le march du travail qui confre au postulant un certain pouvoir de ngociation. Cest ce dernier qui fixe dsormais les rgles du jeu et lemployeur est souvent contraint de les subir. Les ressources humaines de qualit deviennent ds lors inaccessibles pour beaucoup dentreprises. Pourtant, en dpit de ce contexte, certaines entreprises exercent une fascination irrsistible sur les candidats lembauche. Ces botes sont effet considres comme les employeurs rvs par les jeunes talents. Qui sontelles et pourquoi disposent-elles dun tel poids sur le march du travail? Cest ce que nous vous ferons dcouvrir dans ce dossier ralis par notre magazine avec lappui mthodologique des cabinets Diorh et

LMS ORH. Ltude a t mene auprs des plus grandes coles de commerce et dingnieurs du Maroc (Al Akhawayn, ENCG, ESCA, HEM, ISCAE, EHTP, EMI, ENSIAS, INPT) avec, pour objectif, dvaluer lattractivit des entreprises en matire demploi. 225 tudiants en fin de formation dans ces diffrentes coles ont t sonds. Ce qui, pour la premire fois dans notre environnement des affaires, permet de disposer dun palmars des employeurs les mieux perus et les plus priss par ceux qui seront appels tre les capitaines de leurs performances. Dans ce dossier, vous dcouvrirez galement les facteurs de motivation de ces candidats, leurs attentes en matire de salaires lembauche, mais aussi le type de climat dentreprise dans lequel ils souhaitent travailler. Une mine dinformations donc, qui vous permettra, le moment venu, de mieux les sduire, de les attirer et surtout de les garder De sorte que vous serez mieux mme de dvelopper votre marque demployeur.

35

Dossier

Comment ils voient

leur futur jobLes entreprises sexy sont celles qui ont le plus de chance de remporter les faveurs des jeunes diplms.

Les futurs laurats 20082009 des grandes coles ont spontanment numr les entreprises pour lesquelles ils souhaiteraient travailler et en ont donn les raisons. Rsultat, des rvlations inattendues qui confirment en grande partie la perception du march de lemploi telle quapprhende par les professionnels des RH.conseil, lors dune confrence sur la thmatique du recrutement: Aujourdhui les candidats ont lembarras du choix. Ils ne sont pas prts travailler pour nimporte quelle entreprise ni dans nimporte quel secteur. Pour les attirer, les entreprises doivent tre sexy, cest--dire avoir un style de management attractif. Sagissant de lattractivit des secteurs dactivit, par contre, les rsultats de notre enqute indiquent quelle est prise en compte beaucoup plus par les tudiants des coles dingnieurs que par ceux des coles de commerce. Dans le premier cas, lattractivit sectorielle est le second critre de choix (avec un score de 75%) aprs le style de management (87%). Alors que dans le deuxime cas, elle se place en quatrime position dans lordre des critres dattractivit (45% des scores). Autre grande rvlation, lenvergure internationale des socits exerce une attirance toute relative sur les tudiants en instance demploi (score moyen de 33,5%). Il en est de mme pour les avantages sociaux (score moyen de 35,5%). Quant lanalyse de la structure des choix oprs par les laurats, selon leur profil et le type dcole frquente (coles de commerce, coles dingnieurs), elle livre des apprciations inattendues. Dtails.

E

n initiant cette enqute, nous avons tent dexplorer un terrain dont on parle peu, mais qui pse beaucoup sur le march de lemploi, il sagit de la marque employeur. Cette notion fait aujourdhui partie des proccupations majeures de la plupart des entreprises. Ces dernires sont de plus en plus nombreuses recourir aux cabinets RH pour connatre leur ascendant sur le march de lemploi. Mais ces enqutes commandes tant aussi confidentielles quune consultation mdicale, il nexiste pas dtudes accessibles lensemble des acteurs du march. Notre approche mthodologique a consist demander lchantillon slectionn (de futurs laurats 2008-2009 de grandes coles) dnumrer de faon spontane les secteurs dans lesquels ils souhaiteraient travailler, les entreprises qui les font rver et de donner les raisons et les conditions de lemploi de leur rve (exigences salariales, fonction souhaite). Les rponses ont t autant de rvlations inattendues, venues confirmer

pour une grande part la perception du march de lemploi quont les professionnels des RH, ainsi que le fait remarquer Khadija Tannaoui, consultante du cabinet Diorh. Cest ainsi que des entreprises comme Procter & Gamble et Attijariwafa Bank, dont le bon positionnement est de notorit publique, sont lues en tte de liste des meilleurs employeurs de la place par les tudiants des coles de commerce, avec 43% de scores pour la premire et 37% pour la seconde. Du ct des coles dingnieurs, la palme revient Maroc Telecom (lue avec 40% de scores) suivie de lOCP (36%). Les raisons de ce choix, avances par les tudiants, suscitent ltonnement. On apprend que, contrairement ce quon pouvait croire, ce nest ni la taille ni la rmunration qui attirent le plus les candidats, mais le style de management des entreprises. Ce critre enregistre un score moyen de 78%. Ce qui confirme lanalyse insolite faite rcemment par Hamid El Othmani, directeur gnral de LMS ORH et expert rput dans les mtiers de

36

Dossier

qui les font rverLes entreprises qui attirent les lves ingnieursEntreprises Maroc Telecom (IAM) OCP Nokia Siemens Networks Wana Mditlcom Alcatel Lucien Huawei Ericsson Sofrecom Ingema Bull SGTM Sogea Lydec RAM Logica Intelcom Bymaro Atos Origin ONCF Motorola CID Holcim Sqli Set-Scom Scores 40% 36% 34% 31% 30% 25% 22% 22% 18% 18% 18% 17% 14% 13% 12% 12% 12% 12% 12% 11% 11% 11% 10% 9% 9% Rang 1 2 3 4 5 6 7 7 9 9 11 12 13 14 15 15 15 15 15 20 20 20 23 24 24

Les 25 botesLes laurats dcoles de commerce, quant eux, affichent des choix plus disperss. Ils sont sduits par des entreprises de divers secteurs. Les multinationales des produits de grande consommation, les banques et les oprateurs tlcoms raflent la mise du Top ten. Seules lONA et la RAM sinfiltrent dans ce peloton de tte, sans directement appartenir ces secteurs. Les cabinets daudit sont aussi trs priss par les laurats dcoles de commerce, pour les opportunits dapprentissage et dvolution rapide quils offrent. Alors que les entreprises de la grande industrie les laissent de marbre. En dehors du cimentier Lafarge, aucune entreprise de la filire na effleur leur esprit. Mais lanalyse des deux classements permet galement de distinguer deux niveaux dapprciation. Au premier, les entreprises ayant une image unanimement attractive. Dans cette catgorie figurent les gants des tlcoms qui font rver lves ingnieurs et tudiants dcoles de commerce. Maroc Telecom, qui apparat la tte du classement des

Pour les diplms dcoles de commerce, les prfrences sont disparates

lves ingnieurs, est en sixime position au niveau des coles de commerce. Mditlcom, quant elle, garde une position relativement stable de part et dautre (4e et 5e place). Mais Wana, qui occupe la 4e position chez les ingnieurs, recule pour prendre la 19e place chez les futurs managers. La deuxime catgorie est constitue de ce quon peut qualifier demployeurs forte notorit sectorielle. Du fait de leur mtier ou du calibrage de leur marketing RH, ces employeurs nattirent pas tous les profils. Cette catgorie forme le gros lot des deux classements. Ainsi, P&G, qui est plbiscit par les coles de commerce, est totalement exclu du classement chez les ingnieurs. Cest aussi le cas de lOCP qui disparat du classement au niveau des coles de commerce, mme sil est actuellement sous les feux de la rampe. Il y a galement toutes ces socits de conseils et tudes (Deloitte& Touch, Ernest&Young, Sofrecom, Ingema) qui, chacun, nexercent leur influence que sur les diplms dun seul bord.

Les lves ingnieurs prfrent les tlcoms

Les entreprises qui attirent les tudiants dcoles de commerceEntreprises P&G Attijariwafa BMCE Meditel Unilever Maroc Telecom (IAM) RAM Coca-Cola ONA Nestl LOral Deloitte & Touch Ernest&Young Scores 43% 37% 35% 34% 25% 23% 20% 19% 19% 17% 17% 16% 16% Rang 1 2 3 4 5 6 7 8 8 10 10 12 12 Entreprises Masnaoui Mazar Dell PriceWaterhouse BMCI Lafarge Wana Centrale laitire Marjane CDG Klem Accor Fidaroc Scores 15% 14% 14% 13% 13% 10% 9% 9% 8% 8% 7% 7% Rang 14 15 15 17 17 19 20 20 22 22 24 24

Au niveau des coles dingnieurs, lattractivit des entreprises suit une tendance homogne. Dans le Top ten, on remarque la prdominance des socits de tlcoms, mme si lOCP arrive en seconde position. Les jeunes ingnieurs marocains fantasment sur ce secteur des nouvelles technologies, au dtriment dactivits plus classiques de BTP, de gnie civil ou des cimenteries. On stonne aussi que les banques ne fassent pas partie de leurs choix, alors que les mtiers de la finance ont de plus en plus besoin dingnieurs. Mais cela sexpliquerait par le fait que chez les ingnieurs, la spcialit des laurats dtermine en grande partie le champ de perception des meilleurs

employeurs, mais aussi le choix de carrire. Les lves ingnieurs auront donc une plus forte propension rechercher des postes techniques plus compatibles avec leur formation initiale.

38

Dossier

sduisent le plusAutomobilie, industrie, agro-industrie, tourisme attirent les laurats de grandes coles, mais les entreprises qui voluent dans ces secteurs leur sont mconnues.Des secteurs cots, mais des entreprises mal connuesMalgr les chos de la crise internationale qui occupent tous les esprits au Maroc, le secteur financier continue de faire rver les laurats des coles de commerce. La banque et les services caracolent en tte du classement sectoriel. En effet, ces deux mtiers sont de grands pourvoyeurs de postes pour jeunes dirigeants, cest pourquoi ils continuent dattirer et de faire natre des vocations. Mais lattrait de la Banque-finance peut sexpliquer aussi par le fait que la finance reste loption prdominante de lenseignement dans les grandes coles de commerce. Par contre, le classement de la grande distribution en troisime position est une rvlation tonnante car, de lavis de nos experts, ce secteur nest vraiment pas trs sexy. Dailleurs, en dehors de Marjane, aucune entreprise du secteur nest classe parmi les 25 meilleurs employeurs lus par les coles de commerce et pourtant il y en a deux ou trois trs grandes dont une cote en Bourse. Le tourisme, quon disait peu attractif, sen sort pas mal, (29%, du moins en termes dintentions, mais ces intentions aboutissent-elles?). En tout cas, mme si aucune entreprise touristique na t mentionne dans le classement, il nen reste pas moins que le marketing dimage dont le secteur a bnfici ces dernires annes a eu des impacts positifs auprs des grandes coles. Le secteur jouit dun capital attraction que les oprateurs doivent savoir saisir et convertir en vocation, en proposant aux laurats des grandes coles des conditions daccueil dignes de leur niveau de qualification. Cette analyse sapplique galement lautomobile, lindustrie et lagro-industrie qui se positionnent moyennement bien sur lchiquier de la comptition sectorielle alors que les entreprises qui y appartiennent nexercent aucune influence sur les laurats des grandes coles de commerce. Le textile, quant lui, se rvle sans charme. Une attitude incomprhensible car la concurrence laquelle le secteur est soumis aurait d inciter les oprateurs rechercher des comptences managriales de haut niveau pour booster leurs performances et donc mieux se marketer auprs des grandes coles. De leur ct, les lves ingnieurs choisissent les entreprises qui les attirent en les situant dabord dans leur secteur dactivit. Celuici est en gnral trs proche de la formation quils poursuivent. Ainsi, les NTIC et les services (ingnierie, offshoring, services tlcoms) raflent les prfrences et passent (de peu) devant lindustrie. On sloigne donc de limage de lingnieur de chantier ou dusine qui cde la place lingnieur de bureau dtudes ou de cabinet. La finance, la grande distribution et lautomobile rcoltent aussi de bons scores chez les ingnieurs. Mais ces scores ne resteront que des intentions qui ne se concrtiseront certainement pas, car les entreprises de ces secteurs sont mconnues (aucune dentre elles napparat dans leur classement demployeurs attractifs). moins quelles ne dcident dagir pour inverser la tendance.

Les secteurs qui les

Degr dattractivit des secteurs dans les coles de commerceSecteurs Banque, finance Services Grande distribution Tourisme Automobile Industrie NTIC Agriculture, agroalimentaire Textile Scores 45% 41% 35% 29% 26% 22% 22% 19% 4% TIC Services Industrie

Degr dattractivit des secteurs dans les coles dingnieursSecteurs Scores 49% 48% 44% 23% 20% 19% 5% 4% 3%

Banque, finance Grande distribution Automobile Tourisme Agriculture, agroalimentaire Textile

40

Dossier

Ambiance et reconnaissanceLes jeunes privilgient un environnement de travail favorable leur panouissement et aiment tre reconnus pour leurs comptences.Les laurats votent style de managementCes organisations comseconde position, mais mencent en effet faire juste devant la notorit les jeunes preuve de dynamisme, au de lentreprise, gage de privilgient point de devenir des relais valorisation du CV, et un environnement doffres demplois la fois plate-forme de lanceformelles et informelles, ment dune carrire favorable leur surtout via loutil web. Le russie. Mais la notopanouissement cas de la proximit (15% rit, pour eux, nest pas professionnel et 12%) qui nexerce pas forcment associe la et o leurs de poids sur les choix de taille (29% et 6e dans le carrires des jeunes lauclassement) de la socit. comptences Ce qui donne aux PME seront reconnues. rats bouscule galement les ides reues. On peut la latitude daiguiser des en dduire quau plan naapptits et de tenter leur coup de charme auprs de cette cible. tional, la localisation gographique nest Dautres points mritent quon sy attarde, pas forcment un critre dattractivit dtelles les relations personnelles par rap- terminant. port leurs scores dans les deux classe- Les jeunes sont prts aller l o il y a des ments (27 et 26%) semblent jouer un rle opportunits. Autre remarque globale, les non ngligeable dans le choix de carrire stages ne favorisent pas particulirement des jeunes diplms. Est-ce dire que les lattachement des tudiants aux entreemployeurs ne considrent pas seulement prises qui les accueillent. Est-ce du fait les comptences des candidats? Ou bien de laccueil qui leur a t rserv ou estles tudiants assimilent-ils les relations ce parce quils veulent aller voir si lherbe personnelles aux rseaux de leur cole, nest pas plus verte chez le voisin? Difficile notamment les associations de laurats? de trancher.

avant le reste!

La rmunration nest pas tout, mme chez de jeunes ingnieurs censs tre plus cartsiens. Elle arrive en troisime position, aprs le style de management. Les experts des RH nont cess ces dernires annes dattirer lattention des dirigeants sur ce volet important qui fait toute la diffrence entre les entreprises aux yeux des comptences quelles convoitent, et a se confirme. Les jeunes privilgient un environnement de travail favorable leur panouissement professionnel, o ils seront reconnus pour leurs comptences et o ils pourront se dvelopper. Ils prfrent la progression professionnelle aux solutions de court terme, avec une fiche de paie plus consquente. Ils privilgient galement le choix du secteur o ils vont dmarrer leur carrire et qui conditionne leur avenir professionnel. La vocation prend le pas sur lappt du gain. Sans doute davantage plus vnaux, les piciers (laurats des coles de commerce) classent la rmunration en

Critres dattractivit tels que perus par les lves ingnieursMotivations Style de management Secteur dactivit Rmunration Notorit Taille Avantages sociaux Implantation linternational Relation personnelle Proximit Antcdents (stage, mission) Scores 87% 75% 64% 40% 40% 38% 34% 27% 15% 11% Rang 1 2 3 4 5 5 6 7 8 9

Critres dattractivit tels que perus par les tudiants des coles de commerceMotivations Style de management Rmunration Notorit de lentreprise Secteur dactivit Implantation linternational Avantages sociaux Taille Relation personnelle Proximit Antcdents (stage, mission) Scores 69% 60% 57% 45% 33% 33% 29% 26% 12% 6% Rang 1 2 3 4 5 5 6 7 8 9

42

Les lves ingnieurs aiment la RH, mme sils rvent plus de technique. Leurs attentes salariales cadrent avec loffre du march, alors que les tudiants des coles de commerce attendent plus de ce dernier.Finance et technique toujours champions!Sans surprise, les mtiers de la finance sont encore les plus attractifs et les plus valoriss chez les diplms dcoles de commerce. Le marketing arrive en seconde position, alors que, selon le cabinet Diorh, les opportunits demploi sont trs rduites dans ce domaine. Ce qui est dommage, car des entreprises de dimension humaine doivent tre galement des entreprises orientes client surtout avec des marchs de plus en plus concurrentiels. Le commercial qui, lui, prsente un potentiel norme en termes dopportunits demploi, ne recueille quun petit 5%. Et souvent, estiment nos consultants chez Diorh, les laurats dcoles de commerce y vont par dpit ou par dfaut. La fonction logistique, qui souffre galement dun manque dattrait, ptirait de linsuffisance des formations dans ce domaine, seules quelques coles enseignant aujourdhui cette spcialit. Chez les ingnieurs, les fonctions techniques arrivent videmment en tte avec le score impressionnant de 74%. Il faut noter galement la place honorable des RH qui attirent presque un laurat dcole de commerce sur dix, et un ingnieur sur cinq. Ce qui montre, l aussi, leur intrt pour le management et les relations humaines. Mais contrairement ce quon pouvait envisager, la finance, qui attire beaucoup dingnieurs sous dautres cieux, narrive quen cinquime position. Est-ce parce que ce mtier est encore considr au Maroc comme un mtier de laurats dcoles de commerce?Fonctions Finance Marketing Ressources humaines Achats et logistique Commercial Technique Autres

quils convoitent

Les fonctions et le chque

Les fonctions qui attirent les tudiants dcoles de commerce

Scores 47% 25% 9% 6% 5% 0% 0%

Les fonctions qui attirent les lves ingnieursFonctions Technique RH Commercial Marketing Finance Achats et logistique Autres Scores 74% 20% 13% 12% 10% 0% 0%

Les salaires qui attirent les laurats dcoles de commerceTranches en dirhams Moins de 5000 5000-5999 6000-6999 7000-7999 8000-8999 9000-9999 10000-10999 11000-11999 12000-12999 13000-13999 14000-14999 15000 et plus Pas de prfrence Scores 0% 1% 9% 16% 21% 20% 16% 7% 5% 0% 0% 3% 1%

Les salaires qui attirent les lves ingnieursTranches en dirhams Moins de 5000 5000-5999 6000-6999 7000-7999 8000-8999 9000-9999 10000-10999 11000-11999 12000-12999 13000-13999 14000-14999 15000 et plus Pas de prfrence Scores 1% 4% 14% 38% 19% 14% 5% 2% 2% 1%

Des exigences salariales entre ralisme et ambition

Les lves ingnieurs sont assez conscients de ce quoffre le march (10 11 Kdh). Leurs prtentions salariales sont en adquation avec ce que les entreprises proposent, nous explique Abdelilah Jennane, directeur excutif du cabinet Diorh. Des salaires qui ont connu une progression trs importante au cours des dix dernires annes, paralllement aux tensions sur ce march de lemploi (offre de formation largement insuffisante pour faire face aux besoins des entreprises et des grands chantiers que connat le royaume). Par contre, les prtentions salariales des tudiants dcoles de commerce, quoique plus modestes que celles des ingnieurs, sont lgrement au-dessus de ce quoffre le march (6 10 Kdh).

43

DossierAnalyse dexpert Abdel Ilah Jennane, Directeur Excutif de Diorh

Comment dvelopper saCe qui constitue le vecteur du dveloppement de la marque employeur, cest lefficacit du marketing RH dans sa globalit. Et ce dernier sarticule autour de cinq (5) axes, appels les 5 C.n parle aujourdhui de mondialisation et de concurrence accrue. Mais sil y a un march hyperconcurrentiel, cest bien celui des comptences. Les entreprises ont donc tout intrt bien se positionner sur ce march. Il y va de leur survie, car pour pouvoir faire face au fantasme de lexpatriation qui secoue les jeunes comptences, elles doivent bien se marketer. Les multinationales anglo-saxonnes (Microsoft, Shell), pionnires dans cette approche, sintressent vivement au march de lemploi, quelles segmentent et tudient rgulirement pour mieux attirer les comptences. Plusieurs entreprises au Maroc profitent galement dune notorit qui gnre des candidatures spontanes. Mais il y a aujourdhui des dmarches et des outils plus labors pour dvelopper la marque employeur. Celle-ci se construit en effet travers plusieurs canaux. Le premier est celui du bouche--oreille qui dcoule dune pratique managriale qui commence depuis laccueil et lintgration des nouvelles recrues. Lorsque lintgration est russie, les recrues deviennent des ambassadeurs. Elles parleront positi-

marque employeurcation qui participent au dveloppement de la marque employeur, on peut citer les annonces de recrutement. La bonne formulation des messages et leur bonne prsentation peuvent en effet servir de base lattractivit de lentreprise en suscitant lintrt des candidats. ce niveau, on constate que les centres dappels se distinguent de plus en plus par lexcellence de la prsentation des messages vhiculs dans leurs annonces de recrutement. Ce qui amliore leur image employeur et leur permet dattirer des jeunes comptents, funs et branchs, qui rpondent bien leurs attentes. Cest donc lefficacit du marketing RH dans sa globalit qui constitue le vecteur du dveloppement de la marque employeur. Ce marketing sarticule autour de cinq (5) axes, appels les 5 C. Le premier est celui du dveloppement des comptences. Lorsquune entreprise a limage dune structure apprenante, elle augmente sa cote dattractivit. Cest cette image qui fait de Procter&Gamble, par exemple, un employeur adul par les laurats des grandes coles de commerce. Le deuxime axe est constitu par la compensation & benefits, cest--dire la politique de rmunration avec tous les avantages quelle peut offrir la nouvelle recrue. cela sajoute la carrire qui, elle, doit permettre la jeune recrue de se projeter dans le dveloppement de lentreprise. Le quatrime C, cest la coopration, autrement dit le style de management qui va tre propos par lentreprise qui concerne, entre autres, le type de relation hirarchique et lambiance humaine du travail. Au final, cest la mise en valeur relle de lensemble de ces outils, travers la communication interne et externe de lentreprise le cinquime C-, qui dveloppe limage employeur.

O

vement de lentreprise et donneront envie aux laurats de leur cole de les rejoindre. Un autre canal non moins important est la proximit avec les tablissements denseignement cibles, au niveau national ou international. Dans ce domaine, les entreprises peuvent mener plusieurs types dactions allant de la participation aux forums des grandes coles, au sponsoring des manifestations acadmiques, culturelles, sportives et laffectation de ressources pour dispenser un enseignement, des tudes de cas Cette proximit peut galement se manifester travers le dtachement de cadres de lentreprise comme vacataires dans les grandes coles, lattribution de rcompenses aux meilleurs laurats ou loffre de matriels pdagogiques aux tablissements. Cest ce que fait Citron, par exemple, en offrant lOFPPT des moteurs usags pour les tudiants dans les ateliers de travaux pratiques ou encore Microsoft, qui offre des solutions logicielles. Le troisime canal rside au niveau de la communication de lentreprise et du charisme de ses dirigeants. Parmi les outils de communi-

44

Dossier

Le Top TenLe secteur demeure un lment dcisif du choix de carrire des lves ingnieurs. Alors que ceux des coles de commerce accordent plus dimportance la notorit des entreprises.Les suffrages vont au secteur et la notorit

par coleTop 10 par coles dingnieurs EHTPEntrepriseOCP SGTM Lydec Sogea CID Bymaro OGER Ingema Onep Set-Scom

Top 10 par coles de commerce ESCAEntrepriseP&G Mditlcom UNILEVERS NESTLE COCA COLA ATTIJARI WAFA MAROCTELECOM(IAM) ONA CENTRALE LAITIERE LYDEC

Score 52% 48% 40% 36% 36% 36% 24% 20% 16% 16%

Score 56% 52% 40% 40% 36% 32% 32% 24% 20% 20%

INPTEntrepriseMaroc Telecom Mditlcom NokiaSiemensNetworks Ericson Wana Huawei Alcatel Lucien Motorola Bull DevoTeam

ISCAEScore 88% 80% 76% 76% 68% 56% 52% 36% 20% 12% EntrepriseP&G LOREAL COCA COLA UNILEVER ONA NESTLE ERNEST & YOUNG DELOITTE ATTIJARI WAFABANK KLEM

Lanalyse des rsultats par cole montre une nette influence du type de formation suivie par les lves ingnieurs sur leur perception des meilleurs employeurs. Au-del de cette perception, cest aussi le positionnement de lcole qui est mis en vidence. Ce qui justifie limportance du score attribu au secteur dactivit, class second critre dattractivit. Ainsi, on se rend compte que les laurats de lEHTP se dirigent plutt vers les socits dingnierie industrielle et de BTP o ils peuvent postuler la fois comme ingnieur dtudes et ingnieur de chantier. lINPT et lENSIAS, les vocations sont similaires, socits de tlcoms, de services, dingnierie et dinformatique emportent leurs suffrages. LEMI, quant elle, se positionne sur plusieurs crneaux. Ses lves sont attirs par presque tous les profils dentreprises lues par les ingnieurs (socits de BTP et dingnierie industrielle). Mais on remarque la grande absence des socits tlcoms parmi les prfrences des emistes sans doute parce quinformatique et tlcoms ne sont pas les units denseignement dominantes de lcole. Toutefois, lEMI est lcole dingnieurs qui affiche la plus grande polyvalence. Au niveau des coles de commerce, par contre, les suffrages sont disperss. Ici, la notorit des entreprises prvaut, relguant le secteur dactivit au second plan.

Score 64% 44% 44% 44% 40% 36% 32% 28% 24% 24%

ENSIASEntrepriseMaroc Telecom Sofrecom Bull Wana NokiaSiemensNetworks Atos Origin Sqli Meditel Alcatel Lucien Logica

HEMScore 64% 56% 52% 44% 44% 44% 40% 36% 36% 32% EntrepriseBMCE ATTIJARI WAFA P&G MEDITEL MAZARS MAROC TELECOM DELOITTE PRICE WATER HOUSE RAM BMCI

Score 72% 60% 44% 36% 36% 32% 32% 28% 28% 28%

EMIEntrepriseOCP Oncf Ona RAM Lafarge Set-Scom Samir SGTM Shell Sogea

ENCGScore 60% 36% 28% 24% 24% 24% 20% 20% 20% 20% EntrepriseMditlcom Maroc Telecom Attijariwafa Bank Ona CDG RAM Aiguebelle Atlanta Assurance Dell Toyota

Score 72% 63% 60% 54% 54% 32% 30% 23% 20% 18%

46

Le cas particulier de luniversit Al Akhawayn

Trajectoire des lauratsEn poste (cadre ou dirigeant) 82,84% Maroc 77,88% En situation de chmage 1,65% USA 3,96%

La conduite de notre enqute sur le terrain a concid avec la priode des vacances des tudiants en fin de formation luniversit Al Akhawayn. Nous navons donc pas pu les sonder directement. Mais la direction communication et dveloppement de luniversit a mis notre disposition une tude sur leur trajectoire, ralise par ses soins courant 2008, auprs des laurats en poste de 1998 ce jour. Les tendances observes dans cette tude se rapprochent largement des rsultats que nous avons recueillis auprs des diffrentes coles de commerce. Ce qui nous a permis dextrapoler et de gnraliser les commentaires. Nous avons galement extrait de ltude dAl Akhawayn quelques dtails importants que nous restituons ci-contre.

Lieu gographique de travailCanada 3,3%

Entrepreneurs 3,63% Europe 10,90%

Master&Phd 11,88% Middle&Far East 3,96% 11,9% 5,46% 35,04% 1,6% 16,08% 13,83% 4,83% 4,5%

Rpartition des carrires par domaine dactivitAdministration-organisation-services Ressources humaines Information-communication-technologie Organisation internationale Industrie-BTP Finance-banques Commerce-marketing Communication et mdias

Comment recrutent ces employeurs

Tmoignages

qui ont la coteLes comptences recherches concernent les domaines des tlcom s, du commercial, du marketing, des systmes dinformation, des finances, de la rglementation des tlcoms, des ressources humaines et de la communication. Dans son processus de recrutement, nous confie Hassan Rachad directeur des ressources humaines, IAM valorise particulirement, la polyvalence et la capacit dadaptation, la disponibilit et lengagement, lesprit dinitiative et la confiance en soi. Elle recrute essentiellement dans les meilleures coles dingnieurs et de commerce. Mme si sa notorit lui permet de drainer un plus grand nombre de candidatures spontanes, IAM participe frquemment aux manifestations estudiantines, avec pour objectif de rester lcoute du march du travail, mais aussi de reprer les perles rares. Faites-vous remarquer!

Des politiques diff

Polyvalence et capacit dadaptation

Maroc Tlcom

valides par la forAu-del des comptences riences acquises), les mation (diplmes et exp re carrire chez AWB, qualits requises pour fai les valeurs morales, nous explique-t-on, sont tivation et le potentiel louverture desprit, la mo ent se dploie suivant des dvolution. Le recrutem mtier (commercial/ stratgies diffrencies, par de sniorit, (exprimtier expert), par degr et par rgion. Mais AWB ment/jeunes diplms) ticulire au recruteattache une importance par des coles et universits ment des jeunes diplms s Bac+4 /5 des coles marocaines. Pour les diplm situent dans une fourmarocaines, les salaires se plus de 200.000 dirhams, chette allant de 80.000 est fonction de la cote de en brut annuel. Cet cart didat. lcole dont est issu le can

nk Attijariwafa Barencies

Trs slect, mais excellente cole

Procter & Gamble

selling line, Your international Comme IAM, P&G cible les tudiants et les jeunes diplms haut potentiel, avec comme attirer les meilleures comptences qui, career starts at home (votre carrire internationale dmarre chez vous). Un message pour et ne sen cache pas. Pour lintgrer, il souvent, sexpatrient pour trouver une carrire digne de leur ambition. P&G est litiste savoir faire preuve, entre autres, des faut bien se retrousser les manches. Il faut certes dtenir le bon passeport, mais surtout sans limite et une grande passion pour qualits suivantes (quon appelle, dans la maison P&G, les facteurs de succs): une curiosit . Ds que vous franchissez les portes la cration, des capacits de proactivit dans le changement et de la rigueur dans lexcution la socit pratique uniquement des de P&G, votre carrire a de fortes chances dtre lance. Pour les postes de responsabilit, au sein de lentreprise. Cette politique a des promotions internes. Cela veut dire que tous les cadres dirigeants ont fait leurs classes dbutant chez P&G est dtermine avantages certains puisquelle renforce la culture dentreprise. La rmunration dun jeune selon le march, quant son volution, elle est axe sur la performance. vous de jouer!

47

DossierAnalyse dexpert Hamid El Otmani, directeur gnral LMS Organisation Ressources Humaines

Lattractivit ne suffit pasPour retenir les jeunes cadres, il faut que la culture de lentreprise et sa proposition en termes de dveloppement de carrire et daccomplissement soient la hauteur de leurs attentes. La fidlisation est le rsultat dun processus de motivation des quipes au quotidien.

il faut savoir les retenirLe lien entre attractivit et fid- nest indispensable est un lisation nest pas automatique. leurre). Les managers ont Certaines entreprises ont fait parfaitement pris conscience dimportants efforts en termes que la formation dun cadre de rajustement salarial pour les dbu- au mtier de lentreprise est tants (ingnieur 13.000 dirhams nets), avant tout un investissement mais une fois recrut, le salaire stagne et quil faut rentabiliser dans le turnover explose partir de la deuxi- le temps. La fidlisation est me anne. le rsultat dun processus de Car sachant que linflation salariale motivation des quipes au aidant, lorsquils changent de travail, quotidien, travers un bienleur rmunration peut tre ressenti augmenter de 15 25%. par les collaborateurs. Sur un autre plan, nous Aujourdhui, les cadres certains avons souvent constat ne sont pas prts sendparts de un norme dcalage engager dans nimporte cadres font trs tre le capital image de quelle entreprise. Il faut mal aux entrepri- que sa culture et sa procertaines multinationales, du fait de leur diposition, en termes de ses, et lhistoire mension internationale Qui dit personne dveloppement de caret le quotidien dune firire et daccomplissenest indispensa- ment, soient la hauteur liale au Maroc, rduite un simple atelier dlode leurs attentes. Ainsi, ble est souvent calis sans politique RH, par style de management un leurre. ni ambition de dvelop(critre dattractivit dopement. Cette situation minant, qui ressort dans peut avoir aussi son lot de dceptions et votre tude), les jeunes diplms entende turnover. dent le respect, lestime, la considration Certains dparts de cadres font trs mal et galement le dveloppement de leurs aux entreprises (lhistoire de personne comptences pour une volution rapide

de leur carrire. Ces exigences ne peuvent cohabiter que dans un environnement o le management est ouvert, participatif et parfaitement conscient du rle du capital humain. Ainsi, nous remarquons que certaines starts up, (mme si leur notorit na pas encore grandi au point de leur permettre dtre trs attractives), arrivent tout de mme bien fidliser leurs collaborateurs grce leur vision, leur souplesse et leur ouverture. Toutefois, la motivation et la performance restent les deux termes de lquation autour de laquelle, et lentreprise et le cadre retrouvent leurs intrts rciproques pour que leurs parcours sinscrivent dans la mme voie. Des deux cts, il faut savoir donner et recevoir.

48

DossierAnalyse dexpert KhadijaTannaoui, responsable formation au cabinet Diorh

Les grandes tendances du marchLenqute confirme un repositionnement des critres de choix des laurats, plaant le style de management comme lment le plus attractif. Dsormais, intgrer une entreprise parce quelle est la plus comptitive au plan de la rmunration nest plus dactualit.li dune part une forte prsence dactivits vocation commerciale (offshoring) et dautres part la prolifration dentreprises aux activits plus portes sur les mtiers de la vente et de la distribution (marketing et trade marketing). En revanche, llment tonnant rvl par lenqute est la proportion de laurats souhaitant occuper un poste dans la fonction RH, ce qui reflte lintrt port un mtier qui, pendant des annes, tait considr comme une activit valeur ajoute limite. Cette tendance pourrait dabord sexpliquer par la forte demande exprime par les entreprises, qui traduit limportance de la fonction, ainsi que par lvolution du mtier lui-mme. Lenqute confirme galement un repositionnement des critres de choix des laurats, plaant le style de management comme tant llment le plus attractif, contrairement lide que se faisait la majorit des personnes concernant llment salaire. Le critre selon lequel intgrer une entreprise parce quelle est la plus comptitive sur le plan de la rmunration est dpass. Aujourdhui, les rsultats de lenqute le confirment, les laurats, galement sensibles au type de management de lentreprise, intgrent cette dimension dans leur choix. Nanmoins, le classement fait largement ressortir le poids de la notorit de lentreprise dans les orientations exprimes par les laurats. Enfin, les tendances salariales restent peu impactes par linflation, en comparaison avec les prtentions des candidats dj en poste.

Classement GlobalEntreprises P&G IAM Attijariwafa OCP BMCE Mditlcom Nokia Siemens Networks Wana Alcatel Lucent Unilever Huawei Ericsson RAM Coca-Cola ONA Sofrecom Ingema Bull Nestl Oreal SGTM Deloitte Ernest&Young Masnaoui Mazar Sogea Scores 43% 40% 37% 36% 35% 34% 34% 31% 25% 25% 22% 22% 20% 19% 19% 18% 18% 18% 17% 17% 17% 16% 16% 15% 14% Rang 1 2 3 4 5 6 7 8 9 9 11 11 13 14 14 16 16 16 19 19 19 22 22 24 25

L

es rsultats de lenqute confirment la tendance vidente de la prdominance de certaines fonctions (technique et financire) prises par les laurats, en raison de la croissance des activits industrielles et de service (principalement dans le domaine des tlcoms) et de lattractivit historique des institutions financires. Les fonctions commerciales et marketing, quant elles, continuent dtre privilgies par 30% des candidats issus dcoles de commerce. Leur attrait auprs des laurats est

50