encombrement des voies aeriennes superieures et kinesitherapie anne bisserier paris descartes 2009

Download ENCOMBREMENT DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES ET KINESITHERAPIE Anne BISSERIER Paris Descartes 2009

If you can't read please download the document

Post on 03-Apr-2015

105 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Page 1
  • ENCOMBREMENT DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES ET KINESITHERAPIE Anne BISSERIER Paris Descartes 2009
  • Page 2
  • VOIES AERIENNES SUPERIEURES Anatomie Fosses nasales : cornets, mats Communications : sinus frontaux, thmodaux, maxillaires, sphnode la trompe dEustache le canal lacrymo-nasal Nombreuses fibres sensitives : R ternuement Nombreuses fibres orthosympathiques Valves narinaires, turbinales, septales = zones rectiles
  • Page 3
  • Diffrences anatomiques VAS de lenfant par rapport ladulte Prolongement des fosses nasales, cavum, oropharynx Important complexe lymphode (anneau de Waldeyer) Voile du palais plus long, plus pais Sinus ethmodaux, maxillaires Ds la naissance petits volumes, ostium plus large peu dvelopps dvelopp et visible vers 12-18 mois Raret des sinusites du petit enfant Sinus frontaux et sphnodiens vers 7 ans Confusion entre sinusite et rhinite ou rhinopharyngite
  • Page 4
  • volution avec lge Larynx
  • Page 5
  • VOIES AERIENNES SUPERIEURES Histologie Formation pilosbace : vestibule nez, fosses nasales (ant) pithlium de type respiratoire : fosses nasales, pharynx (chorion, glandes scrtrices) Neuropithlium (muqueuse olfactive avec glandes de Bowman) Cellules cilies, caliciformes : strociles, langerhans, mastocytes (irritation chronique) Amas lymphodes anneau de Waldeyer amygdales Vascularisation riche (veineuse sup et prde, X artrielle)
  • Page 6
  • VOIES AERIENNES SUPERIEURES Histophysiologie libre passage, conditionnement, puration de lair poils, valves, choanne troite, fosses nasales troites, obliquit entre pharynx et VAI air inspir humidifi, rchauff, filtr Cheminement des particules odorantes vers lorgane olfactif
  • Page 7
  • VOIES AERIENNES SUPERIEURES Histophysiologie adaptation flux respiratoire notion de rgulation : exo/environnement valves nasales cycle physio altern, toutes les 4 h
  • Page 8
  • VOIES AERIENNES SUPERIEURES Histophysiologie participation aux dfenses immunitaires Ph locaux de dfenses formations lymphodes pharynges effets gnraux +++
  • Page 9
  • OBSTRUCTION NASALE chez lenfant Motif de consultation mdicale frquent Le plus souvent cause bnine, gurison spontane chez NN, nourrisson : gne respiratoire avec perte dapptit, source de dtresse respiratoire Rhinite obstructive Chez lenfant : si chronicit retentissement sur croissance massif facial (grand enfant) SAS Rhinite allergique ou non, rhino-pharyngite, rhinosinusite chronique, hypertrophie adnodienne, pathologie de la valve nasale, obstruction nasale par incomptence labiale
  • Page 10
  • Indications de kinsithrapie des VAS Chez les nouveaux-ns, nourrisson Rhinopharyngite Bronchiolite Asthme du nourrisson Chez les enfants Pathologie scrtante aigu ou chronique VAS Pathologie bronchique chronique : mucoviscidose, DDB signe daccompagnement Asthme prodrome Chez les malades intubs/ventils Peu de prescription kinsithrapique
  • Page 11
  • Obstruction VAS Agent pathogne : allergne, virale, bactrien Inflammation oedme hyperscrtion obstruction
  • Page 12
  • Consquences de lobstruction nasale Travail respiratoire Fatigabilit des muscles respiratoires Dyspne Perte dapptit, perte de poids Tenir compte des particularits anatomiques et physiologiques de lappareil respiratoire du petit enfant
  • Page 13
  • Facteurs susceptibles de modifier lvolution naturelle des rhinopharyngites ATCD dotite moyenne aigu rcidivante (OMA) (3 en 6 mois) Otite sreuse Immunodpression ge : pic dincidence OMA (6 mois et 2 ans) A plus de 3ans : sinusite maxillaire La vie en crche Otite moyenne aigu sinusite
  • Page 14
  • Le caractre purulent des scrtions la prsence de fivre non synonyme dinfection ou surinfection bactrienne Signes suggrant la survenue dune infection bactrienne Gne respiratoire !!! Fivre ou fivre persistante > 3 j Persistance sans amlioration de la toux, rhinorrhe, obstruction nasale aprs 10 j Irritabilit, rveils nocturnes, otalgie, otorrhe Conjonctivite, dme palpbrale Troubles digestifs : anorexie, vomissements, diarrhes ruption cutane
  • Page 15
  • EVALUATION DE LOBSTRUCTION A loreille Au pourtour des narines Au miroir Test flux antrograde Test flux rhinopharyng rtrograde corrlation entre encombrements VAS et VAI ? Rhinopharyngite : prodrome ou signe daccompagnement
  • Page 16
  • Techniques de kinsithrapie VAS Un pralable : faciliter la dsobstruction Chambre de rchauffement Humidification, lavage rhinopharyng Corticodes ? Antiseptiques locaux ?
  • Page 17
  • Techniques de kinsithrapie VAS Techniques proprement dites Dsencombrement rhinopharyng Rtrograde Antrograde Mouchage Aspiration nasale Aspiration rhinopharynge } Les plus utilises
  • Page 18
  • Dsencombrement rhinopharyng rtrograde
  • Page 19
  • Expectorations recueillies
  • Page 20
  • Efficacit des techniques DRP Spectaculaire : 1 ou 2 sances Toux Temprature Ronflement nocturne Rtablissement de la respiration nasale Bien-tre gnral du patient Reprise de lalimentation
  • Page 21
  • Complication des aspirations : EPISTAXIS saignement issu : - zone de Kiesselbac (90% des cas) partie antrieure de la cloison nasale - partie antrieure des fosses nasales
  • Page 22
  • aspiration nasale non systmatique prcde valuation encombrement des VAS ventilation nasale sans bruit surajout enfant tte normalement absence dencombrement pas daspiration ventilation naso-buccale avec bruits surajouts encombrement scrtions mouilles ge < 6 sem : aspiration systmatique ventilation exclusivement buccale encombrement scrtions sches et/ou bouchon Age > 6 sem aspiration si Pb alimentation ou de dtresse respiratoire
  • Page 23
  • Matriel daspiration sonde usage unique de taille CH 4 CH 8 bout mouss sans illet latral la taille de la sonde choisie selon ge et viscosit scrtions bocal daspiration compresses striles srum physiologique en bocal et en dosette aspirateur de mucosits ou vide mural manomtre 100 200 mmb
  • Page 24
  • Contre indications des aspirations thrombopnie et autres troubles de la coagulation pistaxis prudence (malformation de la cloison nasale !)
  • Page 25
  • - hydrater rgulire de la muqueuse nasale - limiter les aspirations nasales - pratiquer laspiration en un seul temps - en remontant la sonde - ne pas insister en cas de difficult introduire la sonde (cycle respiratoire nasal altern ) - planifier les soins en interaction avec les autres soignants (effet de potentialisation) - respecter les rythmes de sommeil des enfants Elments de surveillance aspirations
  • Page 26
  • Incidents des aspirations RGO Vomissements Laspiration nasale provoque rarement de rflexe nauseux la diffrence de laspiration pharynge
  • Page 27
  • Conclusion Plusieurs techniques, nombreuses modalits Littrature pauvre Recherche dtre le moins invasif Chez le tout petit, permabilit VAS essentielle mode naso-nasal
  • Page 28
  • Bibliographie Ass Respirer : la bronchiolite Med Enf 1998; 18/9 Barthe : kinsithrapie de linfection respiratoire aigu basse de lenfant Cah Kin 1992 158/6 Catelain : kinsithrapie dans la bronchiolite Rev Int Ped 1995; 253 Confrence de consensus sur la prise en charge de la bronchiolite du nourrisson Dutau : La bronchiolite aigu du nourrisson en pdiatrie ambulatoire : profil clinique et modalits de prise en charge Dutau Ed Paris 1998 Grimpel : Prise en charge thrapeutique de la bronchiolite du nourrisson Enqute multicentrique Med Mal Infect 1993 Marsh : the Hering-Breuer deflationary reflex Am Rev Respi Dis 1993

Recommended

View more >