ed métabolisme des lipoprotéines

Download ED Métabolisme des lipoprotéines

If you can't read please download the document

Post on 24-Feb-2016

68 views

Category:

Documents

4 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

ED Métabolisme des lipoprotéines. Françoise Maupas-Schwalm Biochimie clinique DCEM1 - 2010. Voie métabolique des lipides exogènes (cycle entéro-hépatique). AI. C. PL. E. C. CE. Plasma. Tissus. B 48. AG. TG. B 48. E. LPL. PL. C. C. A. TG. E. Alimentation. chylomicron. - PowerPoint PPT Presentation

TRANSCRIPT

Diapositive 1

ED Mtabolisme des lipoprotinesFranoise Maupas-SchwalmBiochimie clinique DCEM1 - 2010

1

Voie mtabolique des lipides exognes (cycle entro-hpatique)FOIEchylomicronTGCIIB 48ELPLAGATissusPlasmaHDLremnantTGB 48A1LDL-RRc remnantsentrocytesLumire intestinaleAGCchylomicronTGB 48ACCCAGCCECAICECCEPLPLPLPLAlimentationBileCMicellesVoie endogneCELympheLPE2

Le bilan suivant sera considr comme normalCT < 2,2 g/l (5,7 mmol/l)TG < 1,50 g/l (1,7 mmol/l) LDL- cholestrol < 1,60 g/l (4,1 mmol/l)HDL-cholestrol > 0,40 g/l (1 mmol/l)Classification classique internationale de FredricksonType I : lvation des chylomicronsType II IIa : lvation des LDLIIb : lvation des LDL et VLDLType III : lvation des IDL Type IV : lvation isole des VLDLType V : lvation des chylomicrons, des VLDL et des LDL3

Rles des apoprotinesRle structural dans la constitution des lipoprotinesApo BB100 : VLDL, IDL, LDLB48 : chylomicronsHyperlipidmie de type IIALa plus frquente des maladies gniques mono factorielles1 sujet sur 500 est htrozygote athrosclrose et atteinte cardio-vasculaire plus ou moins grave selon lge ; Signes cliniques vocateurs (sujet jeune) : grontoxon (arc cornen), xanthlasma, xanthomes tendineux ou plans cutans. cholestrolmie : 3 5 g/L (7,7 13 mmol/L).4

Lipides Insolubles en milieu aqueux Coupls des protines, les apoprotines, dans le sang circulant (lipoprotines = macromolcules amphipatiques)Srum albumine : transporte les AG dans le sang circulantLipoproteine X : hypercholestrolmie cholestatique5

rapportLe bilan suivant sera considr comme normalCT < 2,2 g/l (5,7 mmol/l)TG < 1,50 g/l (1,7 mmol/l) LDL- cholestrol < 1,60 g/l (4,1 mmol/l)HDL-cholestrol > 0,40 g/l (1 mmol/l)Hypertriglycridmie isole (IV) : 10 % des casEn gnral, favorise par lalcool, le sucre, le surpoidsForme majeure (familiale) 12 15 g/L de TGRisque de pancratite aigu

6Aspect du srum aprs dcantationTransparent, clair (pas de chylomicron et VLDL taux faible)Opalescent (VLDL?)Lactescent (Chylo?)

IIa : Dfaut du LDL-R : Consquences Diminution du rtro-contrle ngatif sur lHMG-CoA rductaseAugmentation de la synthse du cholestrolAugmentation du taux de LDL-C plasmatiqueAugmentation de la pntration des LDL dans lintima vasculaireAthrogense DpotSens de migrationChylo LDL IDL VLDL Lpa HDL pr- 7

AG libres : SALipides exognes : chylomicrons8

Classification classique internationale de FredricksonType I : lvation des chylomicronsType II IIa : lvation des LDLIIb : lvation des LDL et VLDLType III : lvation des IDL Type IV : lvation isole des VLDLType V : lvation des chylomicrons, des VLDL et des LDLAspect du srum aprs dcantationTransparent, clair (pas de chylomicron et VLDL taux faible)Opalescent (VLDL?)Lactescent (Chylo?)9

Les lipoprotines sont des mlanges htrognes de lipoparticulesLipoprotines : dfinies par leur densit; lipoparticules : dfinies qualitativement par contenu en apolipoprotine Lp AI HDLLp (a) : trs athrogne, facteur de risque indpendant CV (si > 0,3 g/L)

10

11

EAL : jeun (12 H) sur srum (tube sec)Aspect du srum aprs dcantationTriglycrides totauxCholestrol totalHDL cholestrolCalcul du LDL cholestrolLe bilan suivant sera considr comme normalCT < 2,2 g/l (5,7 mmol/l)TG < 1,50 g/l (1,7 mmol/l) LDL- cholestrol < 1,60 g/l (4,1 mmol/l)HDL-cholestrol > 0,40 g/l (1 mmol/l)12

Rle structural dans la constitution des lipoprotinesApo BB100 : VLDL, IDL, LDLB48 : chylomicronsEn dehors de tout traitement hypolipmiant, une cible d'Apo B < 0,9 g/l est peu prs quivalente un LDLc < 1 g/l.13

Le bilan suivant sera considr comme normalCT < 2,2 g/l (5,7 mmol/l)TG < 1,50 g/l (1,7 mmol/l) LDL- cholestrol < 1,60 g/l (4,1 mmol/l)HDL-cholestrol > 0,40 g/l (1 mmol/l)DpotSens de migrationChylo LDL IDL VLDL Lpa HDL pr- 14

15

Certains bta-bloquants : diminuent les HDL et augmentent les TGOestrognes : effet protecteur en augmentant les HDL, diminuant les LDL et la Lp (a)Corticothrapies : augmentent le CT et les TGProgestatifs : peuvent augmenter les TGThiazidiques : peuvent augmenter surtout les TG et un peu le CT16

Hyperlipidmie mixte (IIb) Le taux de LDL-C est fonction du nombre de FDR CV + 1 FDR : ge >50 ans ou > 60 ans ; ATCD CV; tabac; HTA; diabte type 2; HDL 0,6 g/LAbsence de FDR : LDL-C < 2,20 g/l (5,7 mmol/l)1 FDR : LDL-C < 1,90 g/l (4,9 mmol/l)2 FDR : LDL-C < 1,60 g/l (4,1 mmol/l)Plus de 2 FDR : LDL-C < 1,30 g/l (3,4 mmol/l)Si ATCD de maladie CV : LDL-C < 1 g/l (2,6 mmol/l)17

Recommendations Afssaps 2005 Le traitement dittique est la base de la prise en charge des patients dyslipidmiques. La prescription de mdicaments hypolipmiants, en complment du traitement dittique, nest justifie que si la diminution souhaite de LDL- cholestrol dans le sang nest pas atteinte au-del de 3 mois dun rgime dittique bien conduit. Le traitement mdicamenteux dbute habituellement par les posologies les plus faibles. Comme tout mdicament, les hypolipmiants, et notamment les statines, peuvent exposer des effets indsirables graves. Lobtention de lobjectif thrapeutique ne doit pas se faire au prix dun traitement mal dos ou mal tolr. En pratique courante, la prescription de statine ne doit jamais tre systmatique et le rapport bnfice/risque doit tre valu pour chaque patient, notamment lorsque de fortes doses ou une association sont envisages.18