discours methode

Download Discours methode

Post on 22-Jan-2018

145 views

Category:

Education

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  1. 1. Ren DESCARTES (1637) DISCOURS DE LA MTHODE Un document produit en version numrique par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cgep de Chicoutimi Courriel: jmt_sociologue@videotron.ca Site web: http://pages.infinit.net/sociojmt Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales" Site web: http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html Une collection dveloppe en collaboration avec la Bibliothque Paul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec Chicoutimi Site web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm
  2. 2. Ren Descartes (1637) Discours de la mthode 2 Cette dition lectronique a t ralise par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie partir de : Ren Descartes (1637), DISCOURS DE LA MTHODE Polices de caractres utilise : Pour le texte: Times, 12 points. Pour les citations : Times 10 points. Pour les notes de bas de page : Times, 10 points. Les formules utilises dans ce livre ont t rcrites avec lditeur dquations de Microsoft Word 2001. dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word 2001 pour Macintosh le 19 fvrier 2002. Mise en page sur papier format LETTRE (US letter), 8.5 x 11)
  3. 3. Ren Descartes (1637) Discours de la mthode 3 Table des matires DISCOURS DE LA MTHODE Pour bien conduire sa raison et chercher la vrit dans les sciences Premire partie Seconde partie Troisime partie Quatrime partie Cinquime partie Sixime partie
  4. 4. Ren Descartes (1637) Discours de la mthode 4 DISCOURS DE LA MTHODE Retour la table des matires
  5. 5. Ren Descartes (1637) Discours de la mthode 5 DISCOURS DE LA MTHODE POUR BIEN CONDUIRE SA RAISON ET CHERCHER LA VRIT DANS LES SCIENCES Retour la table des matires Si ce discours semble trop long pour tre tout lu en une fois, on le pourra distinguer en six parties. Et, en la premire, on trouvera diverses considrations touchant les sciences. En la seconde, les principales rgles de la mthode que l'auteur a cherche. En la 3, quelques-unes de celles de la morale qu'il a tire de cette mthode. En la 4, les raisons par lesquelles il prouve l'existence de Dieu et de l'me humaine, qui sont les fondements de sa mtaphysique. En la 5, l'ordre des questions de physique qu'il a cherches, et particulirement l'explication du mouvement du cur et de quelques autres difficults qui appartiennent la mdecine, puis aussi la diffrence qui est entre notre me et celle des btes. Et en la dernire, quelles choses il croit tre requises pour aller plus avant en la recherche de la nature qu'il n'a t, et quelles raisons l'ont fait crire.
  6. 6. Ren Descartes (1637) Discours de la mthode 6 PREMIRE PARTIE Retour la table des matires Le bon sens est la chose du monde la mieux partage : car chacun pense en tre si bien pourvu, que ceux mme qui sont les plus difficiles contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en dsirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vrai- semblable que tous se trompent; mais plutt cela tmoigne que la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement gale en tous les hommes; et ainsi que la diversit de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos penses par diverses voies, et ne considrons pas les mmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien. Les plus grandes mes sont capables des plus grands vices, aussi bien que des plus grandes vertus; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent, et qui s'en loignent. Pour moi, je n'ai jamais prsum que mon esprit ft en rien plus parfait que ceux du commun; mme j'ai souvent souhait d'avoir la pense ou la prompte, ou l'imagination aussi-nette et distincte, ou la mmoire aussi ample, ou aussi prsente, que quelques autres. Et je ne sache point de qualits que celles-ci, qui servent la per- fection de l'esprit : car pour la raison, ou le sens, d'autant qu'elle est la seule chose qui nous rend hommes, et nous distingue des btes, je veux croire qu'elle est tout entire en un chacun, et suivre en ceci l'opinion commune des philosophes, qui disent qu'il n'y a du plus et du moins qu'entre les accidents, et non point entre les formes, ou natures, des individus d'une mme espce. Mais je ne craindrai pas de dire que je pense avoir eu beaucoup d'heur, de m'tre rencontr ds ma jeunesse en certains chemins, qui m'ont conduit des considrations et des maximes, dont j'ai form une mthode, par laquelle il me semble que j'ai moyen d'augmenter par degrs ma connaissance, et de l'lever peu peu au plus haut
  7. 7. Ren Descartes (1637) Discours de la mthode 7 point, auquel la mdiocrit de mon esprit et la courte dure de ma vie lui pourront permettre d'atteindre. Car j'en ai dj recueilli de tels fruits, qu'encore qu'aux juge- ments que je fais de moi-mme, je tche toujours de pencher vers le ct de la dfian- ce, plutt que vers celui de la prsomption; et que, regardant d'un oeil de philosophe les diverses actions et entreprises de tous les hommes, il n'y en ait quasi aucune qui ne me semble vaine et inutile; je ne laisse pas de recevoir une extrme satisfaction du progrs que je pense avoir dj fait en la recherche de la vrit, et de concevoir de telles esprances pour l'avenir, que si, entre les occupations des hommes purement hommes, il y en a quelqu'une qui soit solidement bonne et importante, j'ose croire que c'est celle que j'ai choisie. Toutefois il se peut faire que je me trompe, et ce n'est peut-tre qu'un peu de cui- vre et de verre que je prends pour de l'or et des diamants. Je sais combien nous som- mes sujets nous mprendre en ce qui nous touche, et combien aussi les jugements de nos amis nous doivent tre suspects, lorsqu'ils sont en notre faveur. Mais je serai bien aise de faire voir, en ce discours, quels sont les chemins que j'ai suivis, et d'y repr- senter ma vie comme en un tableau, afin que chacun en puisse juger, et qu'apprenant du bruit commun les opinions qu'on en aura, ce soit un nouveau moyen de m'instruire, que j'ajouterai ceux dont j'ai coutume de me servir. Ainsi mon dessein n'est pas d'enseigner ici la mthode que chacun doit suivre pour bien conduire sa raison, mais seulement de faire voir en quelle sorte j'ai tch de conduire la mienne. Ceux qui se mlent de donner des prceptes, se doivent estimer plus habiles que ceux auxquels ils les donnent; et s'ils manquent en la moindre chose, ils en sont blmables. Mais, ne proposant cet crit que comme une histoire, ou, si vous l'aimez mieux, que comme une fable, en laquelle, parmi quelques exemples qu'on peut imiter, on en trouvera peut-tre aussi plusieurs autres qu'on aura raison de ne pas suivre, j'espre qu'il sera utile quelques-uns, sans tre nuisible personne, et que tous me sauront gr de ma franchise. J'ai t nourri aux lettres ds mon enfance, et parce qu'on me persuadait que, par leur moyen, on pouvait acqurir une connaissance claire et assure de tout ce qui est utile la vie, j'avais un extrme dsir de les apprendre. Mais, sitt que j'eus achev tout ce cours d'tudes, au bout duquel on a coutume d'tre reu au rang des doctes, je changeai entirement d'opinion. Car je me trouvais embarrass de tant de doutes et d'erreurs, qu'il me semblait n'avoir fait autre profit, en tchant de m'instruire, sinon que j'avais dcouvert de plus en plus mon ignorance. Et nanmoins j'tais en l'une des plus clbres coles de l'Europe, o je pensais qu'il devait y avoir de savants hommes, s'il y en avait en aucun endroit de la terre. J'y avais appris tout ce que les autres y apprenaient; et mme, ne m'tant pas content des sciences qu'on nous enseignait, j'avais parcouru tous les livres, traitant de celles qu'on estime les plus curieuses et les plus rares, qui avaient pu tomber entre mes mains. Avec cela, je savais les jugements que les autres faisaient de moi; et je ne voyais point qu'on m'estimt infrieur mes condisciples, bien qu'il y en et dj entre eux quelques-uns, qu'on destinait remplir les places de nos matres. Et enfin notre sicle me semblait aussi fleurissant, et aussi fertile en bons esprits, qu'ait t aucun des prcdents. Ce qui me faisait prendre la libert de juger par moi de tous les autres, et de penser qu'il n'y avait aucune doctrine dans le monde qui ft telle qu'on m'avait auparavant fait esprer. Je ne laissais pas toutefois d'estimer les exercices, auxquels on s'occupe dans les coles. je savais que les langues, qu'on y apprend, sont ncessaires pour l'intelligence des livres anciens; que la gentillesse des fables rveille l'esprit; que les actions mmo-
  8. 8. Ren Descartes (1637) Discours de la mthode 8 rables des histoires le relvent, et qu'tant lues avec discrtion, elles aident former le jugement; que la lecture de tous les bons livres est comme une conversation avec les plus honntes gens des sicles passs, qui en ont t les auteurs, et mme une conver- sation tudie, en laquelle ils ne nous dcouvrent que les meilleures de leurs penses; que l'loquence a des forces et des beauts incomparables; que la posie a des dlica- tesses et des douceurs trs ravissantes; que les mathmatiques ont des inventions trs subtiles et qui peuvent beaucoup servir, tant contenter les curieux, qu' faciliter tous les arts et diminuer le travail des hommes; que les crits qui traitent des murs contiennent plusieurs enseignements et plusieurs exhortations la vertu qui sont fort utiles; que la thologie enseigne gagner le ciel; que la philosophie donne moyen de parler vraisemblablement de toutes choses, et se faire admirer des moins savants; que la jurisprudence, la mdecine et les autres sciences apportent des honneurs et des richesses ceux qui les cultivent; et enfin, qu'il est bon de les avoir toutes examines, mme les plus superstitieuses et les plus fausses, afin de conn