dire, lire, Écrire la poÉsie présence de la espe.univ- .dire, lire, Écrire la poÉsie présence

Download DIRE, LIRE, ÉCRIRE LA POÉSIE Présence de la espe.univ- .DIRE, LIRE, ÉCRIRE LA POÉSIE Présence

Post on 12-Sep-2018

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • DIRE, LIRE, CRIRE LA POSIE Prsence de la posie contemporaine

    Guillemette de GRISSAC

    IUFM de la Runion

    Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux Ren Char.

    Rsum. Cet article questionne lenseignement de la posie tous niveaux et princi-palement dans lenseignement du premier degr et dans les classes de franais des collges et des lyces. Il sagit, dans un premier temps, de reprer les reprsentations de la posie qui sont vhicules par lcole, mon sens trs rductrices, et de com-prendre pourquoi lon sen contente trop souvent. Il sagit surtout de proposer la mise en place de quelques approches actives, se fondant sur des textes classiques, modernes et contemporains. Faire dcouvrir la posie contemporaine, cest ouvrir le champ de la posie vivante, crite par des auteurs qui, sans renier lhritage des textes canoniques et des potes canoniss par la doxa, explorent leur manire distancie et parfois provocatrice les territoires potiques daujourdhui. Cet article se prsente donc, en grande partie, comme une dfense et illustration de la posie contemporaine. De nombreuses citations et rfrences jalonnent cet article car parler de posie na de sens que si le texte potique est sans cesse convoqu. Abstract. The following article questions the teaching of poetry at all levels, and more particularly in primary schools and during French classes in both junior and senior high-schools. It first aims to pinpoint the poetic representations that are taught at school to my mind, with their most basic meaning and to understand why this is mostly the case. It then aims at suggesting some dynamic approaches based on poems both classic and modern. To acquaint students with contemporary poetry means to open up the vivid field of poetry written by poets who, far from rejecting the heritage of both canonic texts and poets canonized by doxa, explore the present day poetic territories in their own ways from a certain distance, and at times provocatively. This article is interspersed with a great number of quotations and references, for speaking of poetry becomes worthwhile only when poems themselves are constantly quoted.

  • Guillemette de Grissac

    2

    Pralable : faut-il enseigner la posie lcole ? Le geai glatineux geignait dans le jasmin Voici mes zinfints Sans en avoir lair Le plus beau vers De la langue franaise

    Ai, eu, ai, in Le geai glatineux geignait dans le jasmin

    Le poite aurait pu dire Tout son aise : Le geai volumineux picorait des pois fins Eh bien non, mes zinfints [...]

    Ren de Obaldia, Le plus beau vers de la langue franaise (Innocentines)

    Enseigner la posie ne va pas de soi. Enseigner les mathmatiques, lorthographe ou les techniques de communication en gnral peut constituer une vidence, enseigner la posie, non.

    Doit-on dailleurs enseigner des pratiques artistiques lcole ? Certes, il existe un consensus en faveur de ces disciplines ... jusqu un certain point, ce point tant le collge : les disciplines artistiques sont souvent absentes de lenseignement au lyce gnral, et ne sont gure reprsentes dans les fili-res technologiques, pas davantage dans les lyces professionnels. Pourquoi ? Constituent-elles un luxe ou une frivolit peu compatibles avec le srieux des scientifiques ou des techniciens ? Est-ce parce que, rputes trop loignes des sciences dures , se rfrant au champ de la sensibilit, elles relve-raient surtout de la sphre prive, voire de lintimit, ou, pour dautres, de lanimation , cest--dire quelles seraient facultatives, voire sans impor-tance ?

    Ce mme type de questions se pose en gnral implicitement au sujet de la posie, mme si celle-ci fait officiellement partie des genres littrai-res dont tout texte officiel recommande ltude (ou la dcouverte, ou la pratique...)

    Or, si lcole est bien un lieu dducation au sens propre du terme, lieu de dcouverte de lart et de la culture, il est souhaitable de ne pas enfermer la posie dans des reprsentations trop rductrices, conduisant enseigner une doxa plutt qu la faire dcouvrir et pratiquer.

  • Dire, lire, crire la posie

    3

    I. La posie et lcole : une relation prilleuse ?

    I.1. Quelques reprsentations dconstruire Voici ce que lon peut entendre si lon est attentif aux propos des adolescents et des adultes : La posie ne s'enseigne pas, c'est un art, on y est sensible ou non .

    La posie se ressent, elle ne s'explique pas . La posie, c'est l'mo-tion, on n'enseigne pas l'motion... . Elle est quelque chose d'indfinissa-ble, elle relve de l'indicible, on lui porterait tort en lexpliquant.

    Pour dautres, la posie, cest obscur . Quant crire Lune des plus frquentes ides reues concernant la posie est celle

    de la ncessaire et prioritaire inspiration , occultant tout le reste du travail potique. On reconnat, dans cette reprsentation du pote inspir et de la posie ne dune transe, la marque du Romantisme dont lhritage est, chez nous, fort lourd.

    Valry qui nous a appris que, si le premier vers est donn , les sui-vants sont le fruit dun travail, voire dune besogne (Propos sur la posie) stigmatise ainsi le rapport entre la doxa et la posie : La plupart des hom-mes ont de la posie une ide si vague que ce vague mme de leur ide est pour eux la dfinition de la posie.

    Or, si linspiration est dorigine divine, la posie demeure un don, une grce accorde certains individus, des gnies, quil nest pas question dimiter. Cette attitude constitue une position litiste... et confortable : dans ces conditions, ne prenons pas la peine dessayer dcrire, contentons-nous de visiter les monuments Hugo, ou Baudelaire ou Verlaine, en circuits organi-ss.

    Si jtais pohteu Je serais ivrogne Jaurais un nez rouge Une grande boite O jempilerais Plus de cent sonnais O jempilerais Mon oeuvre complait

    Boris Vian, Je voudrais pas crever, 1962.

  • Guillemette de Grissac

    4

    I.2. Enseigner lcriture potique ? Nous souhaitons, au contraire, nous placer en dehors dune logique de la fatalit, dans une logique didactique : certes, on napprend pas tre un g-nie, mais on apprend faire merger son propre talent, on apprend manipu-ler la langue, on apprend utiliser des techniques. Autrement dit, lusage artistique de la langue senseigne, crire un texte littraire constitue un ap-prentissage, encore faut-il accorder cet apprentissage suffisamment de con-sidration.

    Il semble important que, par rapport un travail dcriture potique quil sagisse dune pratique individuelle en classe, dun projet collectif ou dun atelier de pratique artistique , le professeur accepte dabandonner sa posture de lecteur-valuateur-correcteur, trois attitudes trop souvent confon-dues en une seule, pour une vritable posture de lecteur.

    I. 3. Quest-ce quun texte potique ? Si lon se rfre des conceptions anciennes de la littrature, on rend compte du texte potique par des retours en amont : un texte est potique parce quil est crit par Baudelaire (ou Hugo, ou Verlaine, etc.), ce dernier tant un au-teur inspir , sa vie, ses tourments voire ses maladies expliquant la forme prise par son inspiration.

    loppos de ces conceptions, se trouve la notion plus rcente du proces-sus de production. Par exemple, pour Francis Ponge, la posie passe par la fabrique et lauteur nous livre les diffrents tats de son texte, ses variantes et ses repentirs (Francis Ponge, Une figue de parole , Gallimard, 1970). Cet intrt pour le processus, autant que pour le produit fini me semble possible transfrer dans la classe.

    lcole, doit-on attendre des enfants et des adolescents des pomes , que certains seront bien en peine de produire ( Moi, je ne suis pas dou ) ? videmment non, car ce que lon va susciter, cest lappropriation dun usage artistique de la langue. Il sagit alors dapprendre llve runir des mat-riaux (non seulement des matriaux personnels mais tout ce qui est dj l , la langue, les crits des autres) les reconnatre comme pertinents, les structurer, et les organiser, mme sil na pas, au dpart, un schma bien dfini en tte.

    Cest en faisant ce que je fais que je sais ce que je cherche (Pierre Soulages.)

  • Dire, lire, crire la posie

    5

    I. 4. Que reste-t-il aux lves de lenseignement de la posie ? Avant de commencer une approche de la posie, je propose souvent aux lves, tudiants, futurs professeurs des coles ou des collges, un question-naire pour constater avec eux ce qui merge spontanment de leur mmoire, avant mme de se mettre rflchir.

    Il sagit simplement de rpondre la question votre avis, quand peut-on dire quun texte est potique ? en se limitant cinq phrases : Un texte est potique quand.... . Puis, deuxime tape, on demande dassocier cinq mots au terme posie .

    Or, en ce qui concerne les lves de lyce (voir ci-dessous, en annexe, le dtail des rponses et lanalyse qui en est tire), les rsultats du test sont identiques, quelle que soit la srie choisie ( littraire ou technologi-que ). Plus surprenant encore, les rponses des adultes non spcialistes , cest--dire des futurs professeurs des coles et des lyces professionnels, ne diffrent gure de celles des lycens.

    Majoritairement, les rponses montrent que la posie est dabord ressentie comme une ncessit de mmoriser des termes techniques (rimes, vers, alexandrin, hmistiches, sonnet, etc.). La posie est dabord identifie par sa forme et cette forme est classique .

    On constate ensuite la prdominance, dans les reprsentations, dun cer-tain type de posie, li principalement la culture du XIXe sicle. Par exem-ple, dans les rponses la question II (cinq mots), certains sujets sont rcurrents : la nature la femme , lamour , la tristesse , la mort . Ainsi, la posie nest aborde que sous langle dune certaine voca-tion : le lyrisme et le romantisme. Peu de potes sont cits, et toujours le