dépêches (hiver 2012)

Download Dépêches (Hiver 2012)

Post on 28-Mar-2016

223 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Dépêches est le bulletin de Médecins Sans Frontières (MSF) Canada.

TRANSCRIPT

  • SOMALIe : Sauver des vies dans un contexte difficile, p. 02LIbye : Gurir de ses traumatismes, p. 05 | MyANMAR : Triage : des choix impossibles, p. 06

    HAtI : Soccuper des femmes risque, p. 08 | tMOIgNAge : Survivants des villes : la vie dans un bidonville, p. 09 VOIL pOuRquOI je tRAVAILLe pOuR MSF : p. 12 | MSF Au CANAdA : Merci de mavoir ouvert les yeux , p. 14

    CRISE SOMALIENNE

    MAGAZINE dE MSF CANAdA Volume 15 Numro 1 Hiver 2012

    DEpEChES

  • M es missions avec Mdecins Sans Frontires (MSF) mont conduit dans des endroits o rgnent une grande

    souffrance et des problmes mdicaux humanitaires. Mais aucun de ces dfis nest comparable ceux de la Somalie o je me suis rendu au mois daot 2011.

    Subissant des conflits internes depuis 20 ans, les Somaliens sont les pions dune bataille in-ternationale, leur pays tant la scne principale de la lutte contre le terrorisme. Les services de sant publique sont inexistants, et il est mme difficile dobtenir des soins de sant de base.

    En 2011, la scheresse, qui a compromis les rcoltes et fait monter en flche les prix de la nourriture, a forc les habitants de la Somalie mridionale et centrale partir. Ceux qui ont pu le faire ont tent de trouver un semblant

    de scurit dans la capitale, Mogadiscio, ou de lautre ct de la frontire, en thiopie et au Kenya. Le sort de ceux qui sont rests demeure incertain, car peu de travailleurs humanitaires ont russi se rendre dans les zones les plus touches par la crise actuelle. Ce sont les histoires individuelles qui mont le plus marqu lors de ma visite Mogadiscio. Jai rencontr une jeune femme originaire de Lower Shebelle qui a march cinq jours pour se rendre jusqu la capitale. Elle avait commenc le trajet avec son mari et ses sept enfants mais a d abandonner la moiti de sa famille mi-chemin. Elle a russi trouver refuge dans un parc surpeupl, mais les quatre enfants qui laccompagnaient taient malnutris et vulnrables aux maladies. Nayant accs qu une aide trs restreinte, il ne lui restait que peu despoir quant son mari et ses autres enfants

    qui taient trop faibles pour continuer le voyage. Cette histoire, on peut lentendre des milliers de fois Mogadiscio.

    Lt dernier, jai visit les camps de rfugis autour de dadaab au Kenya. L non plus, il ne reste pas grand-chose aux gens qui arrivent, si ce nest lespoir de trouver de la nourriture, des soins mdicaux et un environnement scuritaire pour eux et leur famille. Ces camps abritent dsormais prs de 500 000 Somaliens. Mes collgues de MSF qui uvrent Liben et dans ses environs, dans lest de lthiopie, rapportent les mmes histoires de dsespoir et de dnuement.

    Ce qui est le plus difficile accepter cest que les intervenants humanitaires et nous-mmes sommes souvent dans lincapacit daller dans les endroits o les gens souffrent et donc

    02

    dp

    che

    s Vo

    l.15,

    no 1

    somalie

    Sauver des vie dans un contexte difficile

    M

    SF

  • 03

    dp

    che

    s Vo

    l.15,

    no 1

    de leur apporter une aide vitale. Lorsque nous finissons par y accder, cest aprs des se-maines de ngociations et dans un contexte dangereux pour notre quipe. Il se peut que ceux qui contrlent la rgion nous interdis-sent damener des travailleurs humanitaires expriments sur leur territoire ou encore nous imposent leurs propres rgles comme dapporter du matriel ou dorganiser des campagnes de vaccination.

    dans les endroits o nous sommes en mesure de nous rendre, les politiques des clans com-pliquent des procdures simples comme lembauche dune infirmire ou dun infirmier ou la location dune voiture. Les puissances trangres sont prsentes directement ou in-directement sur le sol somalien. Loffensive militaire knyane, mise en place lautomne dernier, a aggrav la situation pour les acteurs humanitaires indpendants, tels que MSF, dont la scurit et la capacit de travailler repo-sent sur la vritable indpendance et celle que peroivent les intervenants locaux.

    Cest la raison pour laquelle, mon retour de Somalie, jai pens que nous devions parler des restrictions auxquelles nous sommes confronts lorsque nous apportons de laide dans ce pays. Les donateurs doivent accepter le fait que leurs dons ne sont pas forcment utiliss pour distribuer une aide mdicale et nutritionnelle vitale aux Somaliens en dtresse. Nanmoins, MSF les utilise l o elle a su se faire accepter

    et o elle a pu poursuivre ses oprations sur une dure allant parfois jusqu 17 ans. La dure ralit de la Somalie est que la plupart des gens demeurent hors de porte des organisations qui pourraient les aider survivre.

    Je ne suis pas en train de dire que lon ne peut rien faire. Loin de l. Malgr linscurit et les restrictions svres, lintervention mene par mes collgues a t dune efficacit im-pressionnante. Les quipes MSF continuent doffrir des soins mdicaux dans une dizaine dendroits en Somalie, de part et dautres des lignes de front, comme elles le font depuis les 20 dernires annes.

    Notre personnel somalien a fait montre dun dvouement et dun courage extraordinaires en restant auprs des habitants pour leur offrir, tant quil le peut, les soins dont ils ont besoin.

    En outre, nos quipes ont organis des oprations denvergure en offrant des soins mdicaux et nutritifs l o les rfugis sont venus sinstaller. Mais cet quilibre prcaire entre un accs ngoci et un niveau de scurit acceptable peut se rompre tout moment.

    Entre la mi-mai et dbut novembre 2011, nous avons trait 55 000 enfants dans nos centres de nutrition thrapeutique et 26 000 enfants ainsi que des femmes enceintes et allaitantes dans des centres de nutrition supplmentaire en Somalie et dans les camps de rfugis de lautre

    ct de la frontire. En mme temps, nous avons vaccin 150 000 enfants contre la rougeole et en avons trait 5 000 autres qui avaient contract la maladie. Nous avons galement pris en charge un millier de personnes atteintes du cholra. Nos centres de consultations externes ont reu 365 000 patients, et 16 500 autres patients ont obtenu des soins dans les services dhospitalisation. Nous avons galement ra-lis 4 500 accouchements.

    En fin de compte, la situation demeure trs proccupante. Nous savons que des milliers de personnes restent inaccessibles. La ralit complexe de la Somalie est une grande source de frustration pour nous, et nous avons parfois le sentiment de travailler en marge de la crise. Cependant, laide que nous fournissons est norme et sauve de nombreuses vies tous les jours. Les ngociations que nous menons pour atteindre les zones et les habitants les plus tou-chs me rappellent sans cesse le travail difficile quaccomplissent mes collgues en Somalie, au Kenya et en thiopie. Je suis galement reconnaissant de la gnrosit des millions de donateurs des quatre coins du monde qui nous permet de poursuivre et daccrotre notre aide cruciale auprs des Somaliens.

    Unni Karunakara Mdecin

    Prsident international de MSF

    S

    ven

    Torf

    inn

    Y

    ann

    Libe

    ssar

    t / M

    SF

  • 04

    dp

    che

    s Vo

    l.15,

    no 1

    M me si elle sest endurcie au fil des preuves, la population somalienne a fait face une anne difficile en

    2011. Le conflit qui dure depuis 20 ans sternise et la scheresse, lune des pires jamais enregistres dans le pays, a aggrav la situation. des milliers de personnes ont t obliges de fuir la Somalie et cherchent maintenant une aide humanitaire dans des camps de rfugis au Kenya et en thiopie. dautre part, une pidmie de rougeole gagne du terrain, et le manque dinfrastructures et de services fragilise encore plus la population. En octobre et novembre de lanne dernire, de nouvelles offensives militaires lances dans le sud du pays et dans la capitale, Mogadiscio, ont galement touch la population civile.

    Cest dans ce contexte que MSF a prodigu des soins mdicaux intensifs plus de 10 000 enfants svrement malnutris qui avaient t confis ses bons soins en mai et juin 2011. Lorganisation mne des projets dans le nord du Kenya (principalement dadaab), dans lest de lthiopie (dans des camps de rfugis Malkadida, Kobe, Bokolmayo, Hilleweyn, dolo Ado) et dans une grande partie du centre-sud de la Somalie ( Marere, Beledwayne, dinsor, daynile, Mogadiscio, Jowhar, Guri El et Galcayo). Au cours de la mme priode, MSF a admis 54 000 enfants svrement malnutris au sein de ses programmes de nutrition ambulatoires disponibles dans plus de 30 endroits dans ces trois pays.

    Lorganisation a aussi men un dur combat contre le double flau mortel de la rou- geole et de la malnutrition aigu, qui touche surtout les enfants. Malheureusement, une grande partie de la population somalienne na jamais t vaccine, que ce soit contre la rougeole ou toute autre maladie, car des annes dinstabilit, labsence dun gou-vernement efficace et dun tat fonctionnel ont provoqu leffondrement du systme de

    sant. Sans traitement, la rougeole se rvle souvent mortelle pour les enfants.

    la mi-novembre, les quipes MSF avaient vaccin plus de 150 000 personnes contre la rougeole en Somalie et dans les pays voi-sins, et trait plus de 5 000 patients contre la maladie pour lanne 2011. La situation nen demeure pas moins prcaire. dune part, la couverture de vaccination doit tre intensifie Mogadiscio o dinnombrables personnes continuent daffluer la recherche daide. dautre part, la prsence de groupes arms restreint normment laccs certaines r-gions du pays, de sorte que les quipes mdi-cales nont pu venir en aide la population, ne serait-ce que pour valuer la situation. Les campagnes de vaccination de masse contre la rougeole ont ainsi fait face un mur.

    Larrive de la saison des pluies ne fait rien pour amliorer la situation des enfants et des adultes qui vivent dans des camps de fortune Mogadiscio et ailleurs. dans la capita