debussy - .(terrasse des audiences du clair de lune où passe l’air au clair de la lune), ... on

Download Debussy - .(Terrasse des audiences du clair de lune où passe l’air Au clair de la lune), ... On

Post on 11-Jun-2018

216 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • DebussyPrludes pour pianoLivres 1 et 2

    Ivan Ilic, piano

  • Peu dartistes partagent la gloire enviable davoir opr une rvolution aussi profonde

    que celle accomplie dans le domaine musical, par le compositeur franais qui vient de

    mourir crivait Jacques-Gabriel Prodhomme au lendemain de la disparition de Claude

    Debussy, le 25 mars 1918.

    Symbolisme et impressionnisme , ces deux mots reviennent rgulirement dans

    les commentaires de luvre de Debussy, mais cest oublier que le compositeur sest

    toujours montr trs rserv quant leur utilisation.

    Il crivait ainsi Raoul Bardac en 1906 : Ramassez des impressions. Ne vous dpchez

    pas de les noter. Parce que la musique a cela de suprieur la peinture, quelle peut

    centraliser les variations de couleur et de lumire dun mme aspect , ajoutant ailleurs

    que la musique ne se bornait pas une reproduction plus ou moins exacte de la nature,

    mais aux correspondances mystrieuses entre la Nature et lImagination. Le pianiste

    Ricardo Vies, grand dfenseur de la musique franaise et crateur de nombreuses

    pices de Debussy, a toujours mis en garde les pianistes contre les interprtations

    impressionnistes de luvre debussyste.

    Maillon indispensable de lvolution de la musique moderne, Debussy a cr une

    nouvelle syntaxe, une nouvelle matire sonore, des rythmes dune saveur particulire, des

    enchanements inattendus, des harmonies rares et surprenantes, et son criture a ouvert

    lart musical des horizons insouponns. Lun de ses secrets rsidait dans lemploi libr

    de la rsonance naturelle. On me qualifi e de rvolutionnaire, disait-il, mais je nai rien

    invent. Jai tout au plus prsent des choses anciennes dune nouvelle manire.

    linstar de Chopin, Debussy, fervent chopinien, laisse vingt-quatre Prludes

    pour piano runis en deux livres. Si les prludes de Chopin reprsentent selon Harry

    Claude Debussy Claude Debussy Claude

  • Halbreich, de saisissants raccourcis dtats dme, des instantans psychologiques

    clairant brusquement le subconscient surpris , ceux de Debussy sont au contraire des

    suggestions fugitives, des vocations rapides et chatoyantes. Le premier livre de Prludes

    a t compos en quelques semaines entre dcembre 1909 et fvrier 1910, et Debussy

    cra lui-mme quatre dentre eux dans le cadre de la Socit Musicale Indpendante le

    25 mai 1910, puis quatre autres prludes le 29 mars de lanne suivante. Ricardo Vies

    en avait interprt trois le 14 janvier la Socit Nationale. Les douze prludes du second

    livre ont t conus entre 1911 et 1912 des dates imprcises : lordre dans lequel ils sont

    gnralement prsents ne correspond pas leur chronologie et Debussy navait prvu

    aucune organisation particulire pour leur publication. La Terrasse des audiences du clair

    de lune est ainsi le dernier prlude compos en dcembre 1912.

    Placs par Debussy la fi n de chaque prlude et non au dbut, les titres, certains

    emprunts Baudelaire (Les Sons et les parfums tournent dans lair du soir) ou Leconte

    de Lisle (La Fille aux cheveux de lin qui nest pas sans voquer la douce Mlisande), ont

    contribu clairer lunivers imaginaire du compositeur. Pour Marguerite Long qui

    travailla beaucoup avec Debussy, ces titres dposs aprs la dernire mesure ont valeur

    de post-scriptum, les commentaires tant presque superfl us tant la musique est parlante,

    alors quAlfred Cortot estimait que par cette dmarche, Debussy paraissait vouloir laisser

    linterprte ou lauditeur le plaisir de deviner le sentiment dcrit musicalement. Autour

    des thmes majeurs de lart debussyste, le ciel, leau, le brouillard, le paysage, le monde

    des fes, lexotisme, lhumour anglo-saxon, les prludes voquent un climat, un objet, des

    impressions visuelles mais aucun personnage humain. Un seul prlude fait rfrence la

    technique pianistique : Les Tierces alternes comme une tude en forme de mouvement

    perptuel. Quant aux Feux dartifi ce, pleins dtincelles, de fuses, de bouquets

    multicolores au milieu desquels se glissent quelques chos lointains de La Marseillaise, ils

    paraissent ressortir la technique transcendante de Liszt.

    Nombreux sont ses crits qui manifestent quel point Debussy tait attentif lcoute

    de la nature. Il fait chatoyer le soleil sur Les Collines dAnacapri, auquel rpondent Des

    pas sur la neige sur un fond de paysage triste et glac , il fait mouvoir la mer sur le

    rythme sans rigueur et caressant de Voiles ou le doux scintillement dOndine, il fait

    frissonner le souffl e discret du Vent dans la plaine ou les rafales douragan dans Ce qua

  • vu le vent dOuest, non pas au moyen dune imitation mais par une transposition musicale

    qui dpasse le cadre de la musique programme telle que lentendaient ses prdcesseurs

    et certains contemporains. Cette transposition est pare dune criture particulirement

    riche et audacieuse : gammes par ton, modulations hors tonalit, couleurs modales,

    cadences archasantes, frottements de secondes, brefs effets de bitonalit. Les Danseuses

    de Delphes, que Debussy jouait avec une exactitude presque mtronomique nous dit

    Marguerite Long, adopte la forme dune sarabande grave inspire dun bas-relief grec.

    LEspagne est prsente aussi, dans La Srnade interrompue o Debussy cite Albniz,

    et dans La Puerta del Vino au rythme violent et passionn dhabanera, qui aurait t

    suggr par une photo de lAlhambra de Grenade. Lcriture est tantt are, embrume

    (Terrasse des audiences du clair de lune o passe lair Au clair de la lune), tantt grave

    et sereine (Canope), brillante et mme transcendante (Feux dartifi ce), dlibrment

    archaque parfois (Bruyres, La Cathdrale engloutie, daprs la vieille lgende bretonne

    selon laquelle les ruines de la ville dYs submerge par les fl ots reparaissent mare

    basse). Elle est enserre dans de somptueux raffi nements harmoniques et rythmiques,

    raffi nements presque voluptueux des Sons et les parfums tournent dans lair du soir, titre

    emprunt un pome des Fleurs du mal de Baudelaire, Harmonie du soir, qui viennent

    suggrer les parfums de la nuit, raffi nements lgers comme les arpges de Brouillards,

    lents et mlancoliques comme les arabesques de Feuilles mortes, pleins de transparence

    dans le dlicat scherzo Les Fes sont dexquises danseuses qui se conclut par une citation

    dObron de Weber. Ailleurs, Debussy manie lhumour capricieux et lger (La Danse

    de Puck), nerveux et ironique (Minstrels et Hommage S. Pickwick Esq. avec son rappel

    spirituel du God save the King), et voque le jazz dans le style et le mouvement dun

    Cake-Walk (General Lavine eccentric).

    Qui connatra le secret de la composition musicale ? confi ait Debussy Charles

    Malherbe. Le bruit de la mer, la courbe dun horizon, le vent dans les feuilles, le cri

    dun oiseau, dposent en nous de multiples impressions. Et, tout coup, sans que lon y

    consente le moins du monde, lun de ces souvenirs se rpand hors de nous et sexprime en

    un langage musical. Il porte lui-mme son harmonie .

    Adelade de Place

  • Amricain dorigine serbe, Ivan Ilic est reu dix-sept ans

    lUniversit de Berkeley o il obtient un Premier Prix de piano

    lunanimit ainsi quun Bachelors en mathmatiques. Ensuite

    il intgre le cycle de perfectionnement au Conservatoire de San

    Francisco.

    Ilic sinstalle Paris grce une bourse de Berkeley. Il est

    admis au Conservatoire Suprieur de Paris dont il sort avec

    un Premier Prix, puis il se perfectionne lcole Normale avec

    Franois-Ren Duchble et Christian Ivaldi.

    Parmi ses projets actuels : de nombreuses tournes au

    Royaume-Uni et aux Etats-Unis, un enregistrement de sonates

    de Haydn, un enregistrement des oeuvres pour piano seul de

    Lucien Durosoir, et les crations de nouvelles oeuvres de Dmitri

    Tymoczko et John Metcalf.

    www.IvanCDG.com

    Amricain dorigine serbe, Ivan Ilic est reu dix-sept ans Amricain dorigine serbe, Ivan Ilic est reu dix-sept ans

    Ilic sinstalle Paris grce une bourse de Berkeley. Il est Ilic sinstalle Paris grce une bourse de Berkeley. Il est

    Ivan IlicIvan IlicIvan IlicpianoIvan IlicpianoIvan Ilic

  • On March 25th 1918, the day after the death of Claude Debussy, Jacques-Gabriel

    Prodhomme wrote Few artists share the enviable glory of having carried out a

    revolution as profound as the French composer who just passed away.

    Symbolism and Impressionism are two words which recur often in the

    commentary on Debussys oeuvre, but to use them is to forget that the composer

    was apprehensive about their use when describing to his music. In 1906 Debussy

    wrote to Raoul Bardac: Put away your impressions; dont be in a hurry to write

    them down. Because music has the advantage over painting of being able to

    unify variations of colour and light in a single glance. He added that music

    does not content itself with producing a reproduction of nature, rather it maps

    the mysterious connections between nature and the imagination. The pianist

    Ricardo Vies, a champion of French music who premiered a considerable number

    of Debussys works, always warned pianists of the dangers of an impressionistic

    interpretation of Debussys music.

    An indispensable link in the evolutionary chain of modern music, Debussy forged

    a new and highly personal musical language. His unique syntax of sounds included

    a highly original rh

Recommended

View more >