christianisme et invasions et invasions.pdf du christianisme et des vertus sublimes qu'il sait...

Click here to load reader

Post on 14-Mar-2021

0 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • C H R I S T I A N I S M E et I N V A S I O N S * * * * * * * * * * * * * * * - » « - * - K - - X - - X - * * - J « - ^

    CHRISTIANISME ***********

    I l y a v a i t deux siècles environ que l e s Gaules vaincues reposaient en paix à l'ombre des ai g l e s romaines ; l e i^orvan lui-même, dépeuplé, presque désert, s'était depuis longtemps soumis à l'empire des Césars, lorsque com- mença à poindre l'aurore d'une ère nouvelle. Le moment fixé par l a Providen- ce pour d i s s i p e r l e s ténèbres de l'idolâtrie qui, depuis tant de siècles, en- veloppaient nos montagnes, a r r i v a e n f i n . Déjà Rome et l ' I t a l i e étaient p l e i - nes de chrétiens ; déjà Arles s'était réveillée à l a voix puissante de Trophime ; Lyon lui-même comptait par m i l l i e r s l e s adorateurs du C h r i s t ; mais Autun et tous l e s pays de sa dépendance avaient à peine entendu p a r l e r du christianisme et des vertus sublimes q u ' i l s a i t i n s p i r e r . Tout à coup, au l o i n rivage, on v o i t aborder de nouveaux apôtres ; ce sont Andoche, Bénigne, Andéol et Thyrse, tous quatre d i s c i p l e s de Saint-Polycarpe, tous quatre p l e i n s de zèle et de charité, de dévouement et de courage.

    A peine o n t - i l s posé l e pied sur l e s o l de l a Gaule, q u ' i l s se mettent à l'oeuvre et prêchent l'Evangile sur l e s bords du Rhône, où l'un d'eux, Andéol, f i x e l e siège de son apostolat. Quant à Andoche, Bénigne et Thyrse, n'écoutant que l'ardeur du zèle qui l e s presse, i l s s'avancent plus avant dans l e s t e r r e s , parcourent l e s pays r i v e r a i n s de l a Saône, en annonçant l a bonne nouvelle, et a r r i v e n t e n f i n à Autun.

    D'Autun, où i l s avaient f a i t b r i l l e r l e flambeau de l a f o i e chrétienne, nos t r o i s ouvriers évangéliques, poussés par l e désir de porter plus l o i n l a lumière du s a l u t , marchent à de nouvelles conquêtes ; tandis que Bénigne se rend à Dijon, Andoche et Thyrse, son diacre fidèle, à l a prière de Fauste, noble sénateur de l a v i l l e d'Autun, se di r i g e n t vers Saulieu, dont i l était seigneur. Arrivés dans cette p e t i t e v i l l e , tout enorgueillie de son fameux temple du S o l e i l , nos deux héros chrétiens se mettent aussitôt à prêcher l'Evangile, e t , à le u r v o ix, une multitude d'idolâtres renoncent à l ' e r r e u r et demandent l e baptême. Les prêtres païens, menacés de v o i r l e u r s idoles abandonnées, en conçoivent un naturel ombrage. Ameutant donc l a populace, q u ' i l s soulèvent par l a cra i n t e de l a colère des dieux, i l s e x citent contre Andoche et Thyrse une sédition formidable, dans laq u e l l e i l s enveloppent a u s s i Félix, honnête marchand, qui l e s a v a i t reçus dans sa maison.

    S a i s i s par une troupe de forcenés, ces hommes vertueux, dont tout l e crime était d'avoir voulu éclairer de misérables aveugles, sont abreuvés

  • d'outrages, traînés par l e s rues et déchirés à grands coups de verges et de cordes nouées. Puis, l e s membres en lambeaux et l e s mains attachées par der- rière, i l s sont suspendus en l ' a i r pendant toute une journée, a f i n d'épou- vanter, par l a vue do ces tourments, ceux qui seraient tentés d'abandonner l e c u l t e des dieux du pays. Comme i l s v i v a i e n t encore lorsqu'on l e s descen- d i t , on appliqua sur leu r s membres meurtris des charbons ardents, et l e s bourreaux l e s achevèrent à coups de l e v i e r s , l e 24 septembre 178 ou 179. Alors l e s fidèles, q u ' i l s avaient s i douloureusement enfantés à Jésus-Christ, r e c u e i l l i r e n t l e u r s restes mortels et l e s inhumèrent, dans l'endroit de l e u r supplice, sous l a d i r e c t i o n de Fauste, l e u r seigneur, accouru d'Autun tout exprès. Une chapelle ayant été construite sur l e l i e u où reposaient leurs corps, i l s'y f i t , dans l a s u i t e , un concours considérable de pèlerins. Los aumônes qu'on y déposait devinrent s i abondantes, qu'on songea, au sixième siècle, à y élever une abbaye pour l e s moines chargés de v e i l l e r sur l e tom- beau des martyrs. Ce monastère f u t sécularisé vers l'an 1127.

    Le sang des glorieux apôtres du Morvan f u t , pour l a contrée, une semen- ce féconde de chrétiens. Néanmoins, l e paganisme, bien qu'agonisant au 4e siè- c l e , dans toutes l e s Gaules, conservait encore, dans nos montagnes, des sanctuaires vénérés et des sectateurs extrêmement entêtés de ses dogmes su- p e r s t i t i e u x . Hais n u l l e part l e culte des idoles n'était plus enraciné et plus f o r t qu'au Beuvray.

    Au temps du paganisme, cette montagne, s i e l l e ne f u t pas l e siège de l'antique Bibracte, était au moins l e sanctuaire des dieux de l a Gaule ; là, au s e i n des forêts et du s i l e n c e , devaient avoir l i e u l e s assemblées l e s plus solennelles et l e s cérémonies l e s plus pompeuses de l a r e l i g i o n . C'est sur son vaste plateau, souvent enveloppé de l a foudre et des éclairs, que devaient se rendre l e s Eduens, tantôt pour adorer l ' E t r e suprême, entendre prêcher l a haute morale ou l a profonde philosophie de leu r s pontifes ; tan- tôt pour discut e r , dans l e s assemblées ÎDUtiques du printemps ou de l' a u - tomne, ou dans quelque autre grande occasion, l e s intérêts publics l e s plus graves. I l dut être même, pour l a Celtique, ce qu'était pour Rome l e Capitu- l e , une sorte de forteresse où l e s femmes, l e s enfants et l e s v i e i l l a r d s trouvaient un a s i l e sûr en cas d'invasion.

    Sous l e s Romains, son plateau reçut l e s cohortes chargées de t e n i r en échec l e s t r i b u s insoumises du ïiorvan ; l e s dieux de l a Grèce et de Rome y reçurent des hommages. F l o r e , ï'iaïa, l'une déesse des f l e u r s et l'autre dées- se de l a jeunesse, Mercure, l e dieu des Marchands, et jusqu'à l'impudique Vénus, y eurent l e u r s a u t e l s .

    La jeunesse gauloise, bientôt corrompue par l e s doctrines d'une r e l i - gion li c e n c i e u s e , s'y rendait en foule dans l e s beaux jours du printemps pour célébrer l e s fêtes de ces divinités impures. A i n s i se formèrent ces concours périodiques qui amenèrent s i longtemps, au sommet de l a montagne sainte du Mc-rvan, une foule immense de peuple. Les voies i n d e s t r u c t i b l e s que, dans l e u r s moments de l o i s i r , l e s soldats romains avaient construites l e long de ses f l a n c s , en f a v o r i s a i e n t d ' a i l l e u r s l'accès.

  • T e l l e était, sous l e rapport r e l i g i e u x , l a s i t u a t i o n des choses au Beuvray, lorsque Saint-Martin, ce glorieux apôtre des Gaules, cet athlète s i redoutable au culte des faux dieux, f i t , en 376, son entrée dans Augustodunum. S i i a p l i c i u s , connu lui-même par son zèle contre l e c u l t e des id o l e s , en était évêque. Ce vertueux pontife, malgré ses constants e f f o r t s , n'était pas encore parvenu à purger tout son diocèse des restes du paganis- me, tant i l y a v a i t jeté de profondes racines ! On s a i t que sous l e s murs mêmes d'Augustodunum i l e x i s t a i t a l o r s un temple fameux que ï'artin e n t r e p r i t de démolir, et un chêne sacré q u ' i l renversa au grand péril de sa v i e . Sur l'emplacement de ce dernier, on éleva d'abord une chapelle, puis une vaste abbaye qui porta, jusqu'à nos j o u r s , l e nom du s a i n t évêque de Tours. Après cette périlleuse v i c t o i r e , remportée sur ce puissant foyer de l ' e r r e u r , l e pieux prélat p o u v a i t - i l l a i s s e r debout, au sommet du Beuvray, qui se dres- s a i t devant l u i , l e s autels et l e s statues des deux du paganisme ? L'aspect sombre de l a montagne, l a réputation de cruauté des peuples des environs, r i e n ne peut l'arrêter. I l prend donc son humble monture, e t , vêtu d'une Ion gue tunique et d'un manteau noir en t i s s u de p o i l , i l s'avance vers ce nou- veau champ de b a t a i l l e sans autre escorte que quelques guides, sans autres armes que l a prière et sa confiance en Dieu.

    Que se p a s s a - t - i l sur l a montagne ? On c r o i t que là i l f a i l l i t être l a - pidé par des païens ameutés, et q u ' i l n'échappa à l a mort que par miracle. Tout porte à penser, en e f f e t , que l e Beuvray est l'un des deux endroits de l'Autunois où sa v i e courut l e s plus grands dangers. Sa présence y était a t - testée j a d i s par un ancien oratoire élevé en son honneur, et par une f o n t a i - ne pour l a q u e l l e l e s fidèles des environs professent une grande dévotion. I l se f a i s a i t a u t r e f o i s , aux deux fêtes du s a i n t , un grand concours à cet ora t o i r e , que desservait un moine du prieuré de Saint-Symphorien d'Autun, dont l e s r e l i g i e u x reconnaissaient Saint-Martin comme le u r père.

    Le pieux évêque, après a v o i r accompli sa s a i n t e , mais dangereuse mis- sion au Beuvray, en descendit par l'autre versant. Le grand nombre d'abbayes de prieurés, d'églises et de chapelles placés sous son invocation, en Morvan sont peut-être un autre témoignage de l a v i s i t e de cet i l l u s t r e thaumaturge des Gaules dans nos montagnes. Quelque temps après, en 417, l e pays f u t t r a - versé, du nord au sud, par Saint-Amâtre, évêque d'Auxerre ; i l se rendait à Autun pour s o l l i c i t e r du gouverneur l'admission du comte Germain dans son clergé. Au s e i n des forêts, entre Quarré-les-Tombes et Saint-Brisson, i l ren contra de pauvres bûcherons qui, l'ayant reconnu pour évêque au p e t