chiffres clés du bâtiment 2013 - ademe

Download Chiffres clés du Bâtiment 2013 - Ademe

Post on 22-Nov-2014

3.220 views

Category:

Environment

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Une politique nationale volontariste est engagée pour réduire les consommations énergétiques et les émissions associées dans l’ensemble des secteurs économiques, dont celui du bâtiment, avec plus particulièrement la mise en œuvre du Plan de Rénovation Energétique de l’Habitat. Face à l’ampleur du défi, c’est un plan d’actions ambitieux qui est mis en place : mobilisation de tous les acteurs du bâtiment, mesures réglementaires, information renforcée des particuliers, incitations financières pour les ménages, importants soutiens financiers aux maîtres d'ouvrage, mais aussi appui aux actions de recherche et développement. L’édition 2013 des « Chiffres Clés du Bâtiment » s’inscrit dans ce contexte. La diffusion des données, issues pour beaucoup d’études réalisées à l’initiative de l’ADEME, permet de mesurer annuellement les tendances et les évolutions de la maîtrise de l’énergie et de l’environnement dans le bâtiment.

TRANSCRIPT

  • 1. CHIFFRES CLS
  • 2. 02 Dans le cadre de la politique dfinie par le gouvernement, lADEME a pour mission de susciter, animer, coordonner, faciliter et, le cas chant, raliser toutes oprations ayant pour objet : G La prvention et la lutte contre la pollution de l'air ; G La limitation de la production de dchets, leur limination, leur rcupration et leur valorisation ; G La protection des sols et la remise en tat des sites pollus ; G La ralisation d'conomies d'nergie et le dveloppement des nergies et matires premires renouvelables ; G Le dveloppement des technologies propres et conomes ; G La lutte contre les nuisances sonores. Dans le domaine du btiment, elle conduit un ensemble cohrent dactions pour faire voluer les modes de conception et les pratiques professionnelles, les produits et les procds de construction, les quipements nergtiques, les usages et les comportements. Susciter ladhsion de lensemble des usagers des btiments et induire des changements durables de leurs comportements sont des actions essentielles qui figurent au cur de ses objectifs. www.ademe.fr Chiffres cls du btiment
  • 3. 03 Lvolution actuelle du contexte national et international est marque, dun ct, par une forte progression de lintrt pour la protection de lenvironnement et la lutte contre le changement climatique et, de lautre ct, par un accroissement de la demande en nergie et en matires premires. Or, lhorizon 2050, la France sest engage diviser par quatre ses missions de gaz effet de serre. Cest au travers des lois issues du Grenelle de lEnvironnement une politique nationale volontariste qui est mise en uvre pour rduire les consommations nergtiques et les missions associes dans lensemble des secteurs conomiques, notamment dans celui du btiment, avec plus particulirement la mise en uvre du Plan de Rnovation Energtique de lHabitat. En effet, le btiment, secteur le plus consommateur dnergie et producteur de 23% des missions nationales de CO2, constitue un immense gisement dconomies dnergie, donc de rduction de gaz effet de serre, et ses occupants sont autant de cibles mobiliser dans la volont dun changement de comportement. Face lampleur du dfi, cest un plan dactions ambitieux qui est mis en place : mobilisation de tous les acteurs du btiment, mesures rglementaires contraignantes, information renforce des particuliers, incitations financires pour les mnages, importants soutiens financiers aux matres d'ouvrage, mais aussi appui aux actions de recherche et dveloppement. Ldition 2013 des Chiffres Cls du Btiment - nergie-Environnement sinscrit dans ce contexte. La diffusion des donnes, issues pour beaucoup dtudes ralises linitiative de lADEME, permet de mesurer annuellement les tendances et les volutions de la matrise de lnergie et de lenvironnement dans le btiment. Ce document a pour objectifs de : G dresser un tat des lieux priodique du parc de btiments, de ses consommations dnergie et des missions de gaz effet de serre et de lamlioration de sa performance nergtique, G valuer les impacts de la politique nergtique vigoureuse mene et des engagements europens et internationaux dans le rsidentiel et le tertiaire, G connatre lvolution des opinions et des comportements des mnages franais lgard de la matrise des consommations nergtiques de leurs logements. Avant-ProposAvant-Propos Chiffres cls du btiment
  • 4. 04 De nombreuses modifications mthodologiques ont t adoptes par lObservatoire de lnergie, le Service de lObservation et des Statistiques et le CEREN au cours des dernires annes, en conformit avec les conventions internationales. Elles sont prises en compte dans chaque nouvelle dition des Chiffres Cls du Btiment. Sauf indication particulire, toutes les donnes historiques sont actualises pour prendre en compte les derniers changements mthodologiques. Cette actualisation des bilans repose dans certaines filires sur des enqutes priodicit variable, ce qui peut engendrer des rvisions assez sensibles dune anne sur lautre. De ce fait, certains chiffres de ce rapport peuvent ne plus concorder avec les donnes prsentes dans les ditions prcdentes des Chiffres Cls du Btiment. Mthodologie et DfinitionsMthodologie et Dfinitions Voici les grandes lignes de la mthodologie applique : 1 Le coefficient de conversion de llectricit G Llectricit produite par une centrale nuclaire est comptabilise selon la mthode de lquivalent primaire la production, avec un rendement thorique de conversion des installations de 33% ; le coefficient de substitution est donc 0,086 / 0,33 = 0,260606 tep/MWh. G Llectricit produite par les centrales gothermie est aussi comptabilise selon cette mthode, mais avec un rendement thorique de 10%. Le coefficient est donc 0,086 / 0,10 = 0,86 tep/MWh. G Toutes les autres formes dlectricit (centrale thermique classique, hydraulique, olienne, marmotrice, photovoltaque...) sont calcules selon la mthode du contenu nergtique, avec le coefficient 0,086 tep/MWh. 2 Les soutes maritimes internationales Le bilan exclut les soutes maritimes, la fois des ressources et des emplois, alors quelles taient inclues dans la consommation des transports auparavant. 3 Les nergies renouvelables thermiques Par convention, on appelle EnR thermiques les nergies renouvelables suivantes : bois de chauffage non marchand, dchets urbains ou industriels renouvelables, gothermie valorise sous forme de chaleur, solaire thermique actif, rsidus de bois et de rcoltes, biogaz, biocarburants et pompes chaleur. Llectricit dorigine hydraulique, olienne, solaire photovoltaque et gothermique, bien que renouvelable, est classe dans lectricit. Chiffres cls du btiment
  • 5. 05 Mthodologie et DfinitionsMthodologie et Dfinitions Conformment aux conventions internationales, il est tabli que G La production hydraulique brute est comptabilise hors production issue des stations de pompage. G La production primaire brute des biogaz correspond la production du biogaz capt et valoris. G La production primaire brute de dchets urbains et sa valorisation sous forme lectrique et thermique sont rparties en 50% de dchets urbains renouvelables et 50% de dchets urbains non renouvelables. De ce fait, la dernire colonne du bilan (auparavant EnRt) a t amnage de manire faire apparatre la valorisation nergtique des dchets considrs comme non renouvelables et prend lintitul EnRt et dchets. G La directive EnR introduit un double mode de calcul pour la consommation finale thermique renouvelable : - soit la chaleur produite est vendue, notamment par lintermdiaire des rseaux de chaleur ; dans ce cas la quantit de chaleur vendue apparatra en consommation finale, rpartie dans les divers secteurs dactivit bnficiaires ; - soit la chaleur produite est auto-consomme ; dans ce cas, cest lnergie primaire utilise pour produire cette chaleur qui apparatra en consommation finale. Comme pour les autres nergies, on ne se proccupe donc plus des pertes chez le consommateur final. 4 Pompes chaleur Jusqualors, seules taient prises en compte dans le bilan national les pompes chaleur gothermiques et les pompes arothermiques air/eau pour leur production de chaleur renouvelable (quantit de chaleur produite une fois dduite la consommation dlectricit ncessaire au fonctionnement de la pompe chaleur). La directive EnR retient galement les pompes chaleur arothermiques air/air. En revanche, elle ne prend pas en compte les pompes qui ne rpondent pas certains critres de performance. Dsormais, la production de chaleur renouvelable de toutes les pompes chaleur quels que soient leur type et leur performance est prise en compte dans le bilan national. Mais, pour le calcul des objectifs de la France, la production de chaleur renouvelable correspondant aux pompes qui ne rpondent pas aux critres de performance est exclue du total. 5 La correction climatique La correction climatique porte exclusivement sur la consommation de chauffage. Le principe de calcul consiste admettre que celle-ci est proportionnelle au nombre de degrs-jours de lanne ou du mois. Pour tenir compte du rchauffement climatique observ ces dernires annes, le CEREN a tabli un climat normal bas sur la priode 1985-2004 qui quivaut 2 250DJ (Base 18C). Quant la surface moyenne, elle est ramene 100 m2. Chiffres cls du btiment
  • 6. 06 Mthodologie et DfinitionsMthodologie et Dfinitions 6 La grille de performance par poste OPEN G Pour la toiture et la faade : une nouvelle toiture, ou une faade est dite OPTIMUM si elle a fait objet dune pose disolant. Dans le cas contraire, loccasion rate disoler est une ralisation juge MINIMUM. G Pour lagencement : le critre retenu est le nombre de faces isoles. Le niveau de performance est MINIMUM pour une seule face isole (mur, plancher, plafond ou rampant de comble), MEDIUM pour 2 faces isoles (mur et plancher OU murs et plafond/comble OU plancher et plafond/comble) et OPTIMUM pour les 3 faces isoles. G Pour les ouvertures : nous examinons ici la performance thermique des menuiseries. Bien que les critres de performances aient t modifis pour chaque matriau (PVC, BOIS, ALU), la classification est reste identique celle labore pour les annes 2006, 2008 et 2010, afin de mesurer les volutions entre les 3 campagnes : I MINIMUM : Uw > 2,0 (Performance jusqu TH7