canada, travailler, étudier, investir

of 66 /66
DESTINATION JAPON Le pays du Soleil-Levant relève la tête PARTIR EN CHINE Franchir la Grande Muraille Canada : travailler, étudier, investir Toutes les provinces à la loupe Trimestriel n°106 – Octobre Novembre Décembre 2007 Belgique / Luxembourg 5,9 - Suisse 9 FS – DOM 5,9 Grèce / Italie / Portugal CONT 5,9 - Canada 9$CAN Maroc 45 MAD – TOM 1000XPF – Afrique CFA 4200 CFA Dossier spécial Bénin Vivre à l’étranger

Upload: simon-wyckaert

Post on 10-Mar-2016

232 views

Category:

Documents


3 download

DESCRIPTION

Dans notre prochain numéro, nous vous ferons rêver en vous proposant un dossier sur le thème de”vivre, travailler et étudier en Australie”.

TRANSCRIPT

Page 1: Canada, travailler, étudier, investir

DESTINATION JAPONLe pays du Soleil-Levant relève la tête

PARTIR EN CHINEFranchir la Grande Muraille

Canada : travailler, étudier,

investir

Toutes les provinces à

la loupe

Trimestriel n°106 – Octobre Novembre Décembre 2007Belgique / Luxembourg 5,9 € - Suisse 9 FS – DOM 5,9 €Grèce / Italie / Portugal CONT 5,9 € - Canada 9$CANMaroc 45 MAD – TOM 1000XPF – Afrique CFA 4200 CFA

Dossier spécial Bénin

Viv

re à

l’ét

rang

er

Page 2: Canada, travailler, étudier, investir
Page 3: Canada, travailler, étudier, investir

LLe Canada est le 2e plus grand pays du monde peuplé seulement de 32,8 millions d’habitants.

De ce fait, il est un pays d’immigration et non d’expatriation. En 2006, le gouvernement fédé-

ral a délivré 245 750 visas (source : Statistiques Canada) dont seulement 4 915 des personnes

en provenance de France, soit 2 % de la totalité des immigrants. Ce faible score est en partie

attribué à la sous-information de nos compatriotes qui connaissent très mal l’énorme poten-

tiel d’emplois disponible dans les provinces anglophones. En 2006, le Québec a accueilli 44

686 immigrants soit moins de 20 % de la totalité des arrivants au Canada. Une étude publiée

par l’institut FRAZER (Measuring labour markets in Canada and in the United States : édition

2007) donne les performances du marché du travail des 10 provinces canadiennes et des 50 États

américains. L’Alberta est classé au 1er rang, la Saskatchewan en 10e position, la Colombie Bri-

tannique est 12e, l’Ontario au 21e rang et le Québec en 41e position. La rédaction de Vivre à

l’étranger a travaillé dans le but de vous apporter une meilleure connaissance de toutes ces

provinces pour vous aider à mieux faire votre choix.

A titre d’exemple, l’Ontario,d’une superficie équivalente à celle de la France et de l’Espagne réu-

nis, a une population de 12,7 millions d’habitants soit 39 % de la population totale du pays. La

province concentre 39 % du PIB national, 53 % de la production industrielle, 60 % des impor-

tations, 39 % des emplois au Canada et 50 % de la totalité de l’immigration internationale du

pays. Saviez-vous que 12 % de la population parle français ? Même s’il existe de grandes dispa-

rités régionales : 52,5% à Ottawa/Gatineau,41 % dans le grand Sudbury et 8,6 % à Toronto.

Face à ces chiffres incontestables, nous aimerions bien comprendre pourquoi les services publics

de l’emploi français, représentés par l’ANAEM au Canada concentrent 100 % de leurs moyens

sur la province du Québec en finançant deux coûteux bureaux à Montréal et Québec au lieu de

les répartir efficacement en aidant des structures qui manquent totalement de moyens comme

l’Agence montréalaise pour l’emploi/CITI et le comité consulaire pour l’emploi à Toronto et de

créer une nouvelle structure à Vancouver.Nous avons le droit d’espérer qu’un jour ceci se concré-

tisera pour apporter des services en phase avec la réalité du marché canadien de l’emploi.

Notez qu’un ouvrage complet sur le Canada, traitant de l’immigration, de l’emploi, des investis-

sements et des études, province par province, sera édité par Studyrama courant novembre. En

attendant, retrouvez toutes les informations sur www.vivrealetranger.com.

Dans notre prochain numéro, nous vous ferons rêver en vous proposant un dossier sur le

thème de”vivre, travailler et étudier en Australie”.

edito

par Jean-Pierre Pont

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 3

Page 4: Canada, travailler, étudier, investir

ECHOSDes nouvelles pour les expatriés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

LE WEB DES EXPATRIESSix sites ludiques, pratiques et originaux à découvrir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

DESTINATION CHINEFranchir la Grande muraille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

DESTINATION JAPONLe pays du Soleil-Levant relève la tête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

SPECIAL CANADA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

presentation du canadaUne contrée multiculturelle et accueillante ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

vivre au canadaEtrangers, vous êtes les bienvenus ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

travailler au canadaUne forte demande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

etudier au canadaUn enseignement de haut niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

sommaire

www.vivrealetranger.com

• Le guide pratique de l’expatriation, tous les contacts, les formalités, les astuces.

• Dossiers Destinations, pays par pays, les adresses, les conseils, les pièges.

• Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter exclusive.

STUDYRAMA34-38, rue Camille Pelletan92309 Levallois-Perret cedexTél. : 01 41 06 59 00Fax. : 01 41 06 59 09e-mail : [email protected] au capital de 2 734 555 euros

Directeur de la publicationJean-Pierre [email protected]

Directeur de la rédactionNicolas Fellus-Vannier

Rédactrice en chef déléguéeOdile Gnanapré[email protected]

Ont participé à ce numéro :Farah Boucherak, TatianaBoulom, Emmanuel Langlois

Secrétaire de rédactionPierre Barbezat

Conception partielle et exécution graphiqueSéverine Coatalen

Conception publicitaireMichaël Barek, Alexandre deGassoswski et Aurélien Soula

Régie publicitaire FranceEdouard [email protected]él. : 01 41 60 59 03

Régie publicitaireInternationaleVéronique [email protected]él. : 01 41 60 59 02

Chef de pub BéninMélanie [email protected]él. : 06 83 14 43 08

Commission paritaire :N° CPPAP 1007U80038Imprimé en UE.

Imprimé par : BOCCIACouverture : © Elena Elisseeva- FOTOLIA

Vivre à l’étranger

N° 106 Octobre/Novembre/Décembre/2007

Page 5: Canada, travailler, étudier, investir

investir au canadaUne croissance florissante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

QuebecCap sur la « belle province » ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

colombie britanniqueUne ouverture francophone ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33

nouveau brunswickLa province acadienne sort de l’ombre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

provinces atlantiqueDouceur de vivre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

ontarioUn dynamisme qui ne faiblit pas ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

albertaUne province en or noir ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

manitobaLa contrée des lacs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

saskatchewanUne province pleine de promesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

FRANcAIS DU MONDEA la rencontre des Français de l’étranger. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

TEMOIGNAGESL’expatriation ? Un état d’esprit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

sommaire

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 5

Page 6: Canada, travailler, étudier, investir

6 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

BILAN DES 100 JOURS DENICOLAS SARKOZY

Selon l’institut de sondages TNS-Sofres,71 %* des Français jugent l’action du

nouveau chef d’Etat français positive. Cesondage réalisé les 22 et 23 août inter-vient plus de 3 mois après l’élection de

Nicolas Sarkozy. Toutefois, ce chiffre,certes plutôt positif, n’est pas à interpré-

ter comme un signe de rassemblementpolitique. En effet, seuls 48 % des sym-pathisants de gauche se déclarent satis-

faits contre 96 % à droite. Ce chiffre,écrasant à droite, est une victoire du pré-sident auprès de son électorat. On notera

que la gauche et la droite s’accordent àdire que le style de Nicolas Sarkozy mar-

que une rupture avec ses prédécesseurs.* Enquête réalisée par téléphone auprès d’un échantillonnational de 1 000 personnes, représentatif de l’ensemblede la population française âgée de 18 ans et plus.

LE CHIFFRE :

UN LOUVRE ÀABOU DHABIAprès Guggenheim Abou Dhabi,place au Louvre ! Les Emirats Ara-bes Unis, le précédent ministrefrançais de la Culture, RenaudDonnedieu de Vabres et le prési-dent du Louvre, Henri Loyrette,ont signé un protocole d’accordprévoyant la construction d’unmusée universel à l’image et aunom du Louvre.Le projet qui devrait aboutir en2012 ou 2013 permettrait à AbouDhabi de se positionner en capi-tale culturelle du Moyen-Orient.

L’exportation française en hausse

2014 Depuis le 4 juillet, nous connais-sons enfin l’hôte des Jeux olympi-ques et paralympiques d’hiver de2014. Le CIO a choisi Sochi enRussie, ville en concurrence avecSalzbourg et Pyongyang. Stationbalnéaire donnant sur la mer Noire,Sochi est réputée pour ses nom-breux spas et la qualité de l’envi-ronnement en l’absence de grandscomplexes industriels. Le gouver-nement russe a annoncé un projetd’investissements de 12 milliardsde dollars pour le développementdes infrastructures. C’est lemoment d’investir à Sochi, notam-ment dans les secteurs de laconstruction et du tourisme.http://sochi2014.com/sochi_french

echos

Expatriation des Français : les résultats d’une enquêteCet été, le ministère des Affaires étrangères et européennes a mis un question-naire en ligne sur son site internet et celui de la Maison des Français de l’étran-ger, destiné à comprendre les attentes des Français résidant à l’étranger et ceuxqui projettent de le faire. L’enquête ayant pris fin le 23 août, le rapport est prévupour cet automne. C’est la première fois que le ministère prend cette initiative.Confiée dans le passé aux consulats de France, les questionnaires ne s’adres-saient qu’aux ressortissants inscrits sur leur registre. Les résultats devraient per-mettre au ministère de connaître les différents profils de ces Français, leursmotivations et leurs besoins principaux afin d’améliorer ses services...mais égale-ment de savoir ce qui peut les freiner dans leur décision de partir.

www.mfe.org

La terminale gratuite pour les lycéens

Lors de la session plénière del’AFE en septembre dernier,Bernard Kouchner aannoncé la suppression desfrais de scolarité pour leslycéens de terminale dansles lycées homologués parl’Education nationale. Entout, 4 100 élèves sontconcernés... une mesureprise en charge par la collec-tivité nationale qui devraits’étendre aux classes de pre-mière et de seconde les deuxprochaines années. De plus,le ministre des Affairesétrangères a évoqué la miseen place des « états géné-raux de l’enseignementfrançais à l’étranger » pourune concertation sur le plande développement deslycées français à l’étranger.

Hervé Novelli, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, a présenté les chiffres du commerce extérieur dansun communiqué du 8 août. Le montant des exportations françaises pour le premier semestre 2007 s’élève à 199 mil-liards d’euros, soit une amélioration de 1,3 %. Pourtant, le dynamisme dont les entreprises françaises ont fait preuve necompense pas les 214 milliards d’euros des importations, soit + 2 %. Cette hausse est due en grande partie à la factureénergétique.Au total, le solde des échanges s’élève à -15,3 %. Henri Novelli nuance tout de même ces chiffres : « L’in-ternationalisation de nos entreprises ne peut se résumer au solde des exportations et des importations de biens dèslors que nous sommes aussi le 4e exportateur de services dans le monde et que le chiffre d’affaires des filiales de nosentreprises à l’étranger représente 1,5 fois le montant de nos exportations. » www.exporter.gouv.fr/exporter

Page 7: Canada, travailler, étudier, investir
Page 8: Canada, travailler, étudier, investir

AGENDA INTERNATIONALQuels sont les jours fériés en Argentine ? Y aura-t-il des élections en Russie cette année ? TV5Monde vous informe des dates importantes dans le pays où vous vous situez grâce à son calendrieren ligne. A l’aide de petites fiches, la chaîne de la francophonie vous explique clairement les diffé-rents évènements. Fêtes religieuses, vacances scolaires, jours de grève nationale ou sommets inter-nationaux prévus dans l’année :gardez vos repères ! • www.tv5.org/TV5Site/voyageurs/jours_feries.php

8 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

6 sites ludiques, pratiques et originaux à découvrir...Tatiana Boulom

© D

R

UNE LOCATION DANS LE MONDE ENTIERVous partez à l’étranger pour des études ou un travail ? Casaswap vous aide dans votre recher-che de logement. Location, colocation ou swap (échange), choisissez la meilleure façon devous installer.Plutôt destiné à une jeunesse internationale,les moins jeunes trouveront égalementleur bonheur sur ce site en anglais. L’inscription et la recherche sont à la fois gratuites, facileset ludiques. Créez vous-même votre profil et communiquez avec des milliers d’étrangers. Pro-priétaire ou locataire, vous pouvez aussi proposer une chambre ! • www.casaswap.com

© D

R

PRÉNOMS DU MONDEVous allez bientôt devenir parent et vous souhaitez donner un prénom local à votre enfant ?Ce site vous offre l’embarras du choix en vous proposant des prénoms du monde entier pourles filles et les garçons : arabes, africains, bibliques, anglo-saxons, etc. Y figurent égalementdes prénoms moins exotiques et des rubriques pour connaître l’étymologie ou la popularitéde votre prénom. Il ne vous reste plus qu’à choisir ! • www.prenoms.com

© D

R

PARTICIPEZ AU TALK DE PARIS DE FRANCE 24Le Talk de Paris, présenté par Ulysse Gosset, est le rendez-vous politique phare de la chaîneinternationale française, France 24. Ciblant un public large (expatriés, communauté franco-phone, francophiles et leaders d’opinion), France 24 est à votre écoute. Chaque semaine, le Talkde Paris permet aux internautes du monde entier de poser une question aux invités.Vous pouvezenvoyer un e-mail ou enregistrer une vidéo par webcam qui sera ensuite diffusée sur la chaîne sivotre question est retenue. • http://www.france24.com/france24Public/fr/debats/Talk-de-Paris-QUESTIONS-VIDEO.html - E-mail : [email protected]

© D

R

SE LANCER DANS L’HUMANITAIRECoordination Sud (Solidarité Urgence et Développement) est un portail des ONG françaises de soli-darité internationale traçant l’actualité du secteur humanitaire.Vous voulez agir, être bénévole, sta-giaire ou employé ? Accédez aux nombreuses offres de la rubrique emploi ou effectuez une recherchedans l’annuaire des ONG signataires de la Charte de Coordination Sud. Faites-leur profiter de voscompétences : agriculture, environnement, administration, génie civil, informatique, communication,santé, logistique, mécanique, éducation, etc.Tout le monde est concerné. • www.coordinationsud.org

© D

R

UN JOB EN AUSTRALIE ?Pour votre recherche d’emploi en Australie, ce site en anglais est incontournable. Avec plus de200 000 offres mises à jour régulièrement, vous trouverez des opportunités dans tous les sec-teurs. Il n’est pas nécessaire de se créer un compte pour pouvoir postuler puisque les coordon-nées du recruteur sont systématiquement communiquées dans l’annonce. • www.seek.com.au

© D

R

Le Web des Expatries

Page 9: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N°106 9

I Franchir la Grande murailleLa Chine fascine, elle attire comme elle fait peur. En croissance permanente, « l’économie socialiste de marché »est parvenue à se hisser parmi les toutes premières puissances mondiales.

Devenue la 4e destination touristi-que mondiale, la Chine savoure lesfruits de sa politique d’ouverture.Boom économique, échanges uni-versitaires,JO de Pékin 2008 : lesoccasions de s’y rendre ne manquentpas.Un territoire qui s’urbanise etune population adoptant la vie « àl’occidentale »,la partie citadine dela Chine se veut accueillante pourattirer les entreprises et les étudiantsétrangers. Cependant, s’y installerrelève du parcours du combattanten raison des démarches administra-tives et des restrictions diverses.Votrepasseport doit être valide au moinssix mois après la date de sortie duterritoire français.Selon la durée de votre séjour, unvisa d’affaires renouvelable sur placeou un visa de résident vous sera déli-vré.Attention ce visa ne vous donnequ’un seul droit d’entrée en terri-toire chinois. Si vous prévoyez defaire des allers-retours ou simple-

ment de faire un saut à Hong Konget Macao,demandez un visa à plu-sieurs entrées.

TRAVAILLER ENCHINEPour des questions de rémunéra-tion, il est plus avantageux de tra-vailler dans une société étrangère.La plupart des entreprises ontbesoin d’étrangers pour encadreret former les travailleurs chinois.Trouver un emploiMieux vaut chercher un emploidepuis la France car il faut pouvoirprésenter une lettre d’invitation offi-cielle de la part d’une entreprise oud’une autorité afin d’obtenir un visade longue durée. Le CV doit êtrerédigé en anglais mais une versionchinoise montrera votre effort d’in-tégration et sera très appréciée.Mettez en valeur votre profil en sou-lignant votre connaissance de laChine et des langues. Une fois sur

place, pensez aux annuaires pro-fessionnels et aux soirées d’expa-triés car l’entretien de ces relations(la guanxi) fait partie intégrantedes mœurs sociales en Chine.Voustrouverez une large offre auprès del’Espace emploi international et dessites chinois.

Les secteurs qui recrutentLes ingénieurs spécialisés, lesmétiers de la logistique, des res-

Destination CHINE©

Del

phin

e Po

ggia

nti -

Fot

olia

.com

L’impressionnante Grande muraille de Chine

Siamak Salimy, représentant de China-consultants.biz« La France bénéficie d’une très bonne image en Chine. Les Français

sont nombreux à se positionner dans l’agroalimentaire et l’industrie

du luxe mais on s’attend à un effet de saturation dans ce secteur. Les

Français s’installent dans un premier temps sous forme de bureau de

représentation ou de joint-venture. Ils investissent prudemment,

contrairement aux Américains, beaucoup moins frileux et plus

présents sur le marché. »

Page 10: Canada, travailler, étudier, investir

10 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

sources humaines, des achats, desfinances, de l’expertise techniqueet de l’architecture sont très recher-chés.Sont également prometteursles secteurs comme l’agroalimen-taire, l’environnement, les cosmé-tiques, le design industriel, l’in-dustrie du luxe (cosmétiques,mode,gastronomie) et le tourisme.

La culture professionnelleLe respect de la hiérarchie est omni-présent dans les entreprises chinoi-ses,Anissa,stagiaire,en témoigne :« Que vous soyez simple employéou cadre important, on ne s’adressepas directement au directeur maisau N+1. » La loi sur le travail de1995 définit les principales règlesqu’employeurs et salariés doiventrespecter.Vérifiez que toutes lesclauses sont présentes dans lecontrat de travail. Le temps detravail hebdomadaire varie selonles entreprises. Il n’excède pas 40heures mais en réalité, il avoisine-rait les 44 heures.La grève est inter-dite et les heures supplémentairesnon payées. En dehors des fêtesnationales et du nouvel an, la loimentionne vaguement le droit auxcongés payés que les Chinois pren-nent en général pour une quinzainede jours. Un salaire minimum estfixé mais il varie selon les provin-

kao. Unefois réussi,l’étudiant peutsuivre une formation pro-fessionnelle (dazhuan) pendant 2ou 3 ans ou entrer à l’université.Le système universitaire chinoisfonctionne à l’anglo-saxonne :benke(gaokao+4), shuoshi (gaokao+7)et boshi (gaoko+10). Le HSK estnécessaire pour intégrer le benkeet il vous faudra atteindre le niveau6 pour le shuoshi.Pour vous loger,il existe des résidences étudiantespour les étrangers moyennant entre3 et 7 euros par jour.

Les échanges universitairesLes échanges se sont intensifiés en5 ans,bien que la part des Chinoisreste plus nombreuse.Il existe actuel-lement plus de 360 accords de coo-pération entre la Chine et la Franceconcernant aussi bien les étudiants,les chercheurs et les enseignants.

VIE QUOTIDIENNEA l’arrivée, enregistrez auprès duBureau local de la Sécurité publi-que.Ensuite,les différentes démar-

ces : un ouvrier travail-lant à Hong Kong peutêtre payé jusqu’à vingt foisplus qu’un ouvrier de Shenz-hen. En cas de licenciement,un mois de préavis est requis avecdes indemnités mensuelles pour cha-que année passée dans l’entreprise.

ETUDIERPas de visa étudiant sans pré ins-cription ! Six mois avant votredépart, contactez le ministère desAffaires étrangères qui vous met-tra en relation avec le pôle Edu-cation de l’Ambassade de Chineou l’université de votre choix afinqu’ils vous délivrent une notifica-tion d’admission et un formulairede demande de visa. Le ChineseScholarchip Council vous informerasur les attributions de bourses et lesuniversités accueillant les étrangers.Le test de langue chinoise, HSK(Hanyu Shuiping Kaoshi)doit êtrepassé avec succès pour suivre unespécialité autre que le chinois.Enfin,les droits universitaires sontassez chers,comptez 2 000 au mini-mum pour un an.

Le système universitaireA la fin des études secondaires,les lycéens passent le concours natio-nal d’entrée à l’université, le gao-

Entretien avec Hélène Harrari del’Espace emploi international

Vivre à l’étranger : Quelle est la situation du

marché de l’emploi en Chine ?

Hélène Harrari : L’offre des recruteurs n’est pas

toujours alignée sur la demande, c’est pourquoi il est

de plus en plus difficile de trouver un emploi en Chine

selon les secteurs d’activité.

Concernant le recrutement, il faut savoir que les

municipalités chinoises prospectent en direction des

émigrés chinois se trouvant dans les pays

occidentaux, les plus sollicités étant les étudiants et la

population issue de la « diaspora » chinoise aux

Etats-Unis et au Canada.

Il y a donc une très forte concurrence sur le marché

de l’emploi en Chine.

VAE : Quels sont les profils recherchés ?

H. H. : Les recruteurs recherchent des profils

doublement qualifiés, c’est-à-dire des personnes

formées à un véritable métier et connaissant la Chine

(langue, marché, culture). Un diplôme de LEA ne suffit

pas pour prétendre intégrer une entreprise.

L’expérience et un MBA sont très valorisants.

VAE : Dans quels secteurs se positionnent les

Français?

H. H. : La renommée française permet aux expatriés

d’être présents dans les secteurs du luxe et de la

gastronomie. Si les Chinois sont très forts pour la

copie, ils sollicitent les étrangers et particulièrement

les Français pour les métiers de la création

(architecture, stylisme). Il y a également des besoins

dans les ressources humaines et le management.

• Capitale : Pékin (Beijing)

• Population : 1,3 milliard

d’habitants

• Superficie : 9,6 millions

de km2

• Densité : 133 habitants/km2

• Climat : continental au nord,

tropical au sud en passant par

le centre tempéré

• Régime : république

populaire à parti unique

• Langue officielle : le

mandarin

• Villes principales : Pékin,

Shanghai, Tianjin, Wuhan,

Canton et Chongqing

• Monnaie : le Yuan Renminbi

(RMB) (1 CNY = 0,09 euro)

• PIB (2006): 2 226 milliards de

dollars US

• Taux de chômage (2004) :

4,2 %

• Taux de croissance : 10,2 %

• Secteur d’activité :

agriculture 15 % ; industrie

53 % ; services 32 %

• Communauté française :

15 000 habitants (dont 5 000

à Hong Kong)

La Républiquepopulaire deChine

REPERES

Destination CHINE

Page 11: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 11

ches peuvent être accomplies :cer-tificat de résidence,déménagement,etc. Le logement chez l’habitantest interdit sauf dérogation desautorités. A savoir aussi que lesétrangers résidant dans des zonesnon autorisées (militaire, gouver-nement) se mettent en situationirrégulière et se voient expulsés.Le système de Sécurité sociale chi-nois ne s’applique pas aux étran-gers et les soins sont très chers, ilfaut donc prévoir sa propre protec-tion sociale.Contactez la Caisse desFrançais de l’étranger et le GARP,six mois avant le départ.

Se déplacerUn permis de conduire chinois estobligatoire pour se déplacer. Lesétrangers peuvent obtenir ce per-mis,s’ils possèdent la carte de rési-dent.Selon la réglementation chi-noise,tout véhicule doit être assuré.Sachant qu’un motorisé doit payer10 % de la perte économique d’unblessé grave ou défunt lors d’unaccident de la route (même s’il n’estpas en tort),une assurance tout ris-que est la bienvenue. Attention,les véhicules dont le volant se trou-vant à droite et les diesels sont inter-dits à Pékin.Le vélo reste le moyende transport le plus économique,pratique et bien sûr écologique !

La fiscalitéLa France et la Chine ont signé uneconvention fiscale pour éviter la dou-ble imposition.Les Français peuventéchapper à l’imposition chinoise si :• Ils ont exercé une activité en Chinependant moins de 183 jours aucours de l’année fiscale.• La rémunération provient d’unemployeur ne résidant pas en Chine.• La rémunération n’est pas à lacharge d’un établissement stableou d’une base fixe de l’employeurdans l’Etat d’exercice.Le système d’imposition en Chinefonctionne par tranches à taux pro-gressif allant de 5 % à 45 %.

Réussir son intégrationLa France a construit un réseaude représentations efficace et pré-

sent sur tout le territoire : ambas-sade, consulats, missions écono-miques, etc. En parallèle, de nom-breuses associations françaises sechargent d’animer la communautéen organisant des rencontres, desvisites et des soirées.Pékin Accueil se charge de l’inté-gration des nouveaux arrivants ; àShanghai, le Cercle Francophonea mis en place plus de 30 activitéspour les Français, francophoneset francophiles. Pour sortir le soir,Maoming Lu,avec ses bars animés,est l’endroit idéal pour faire la fêteet rencontrer d’autres expatriés.Lesmagazines gratuits « That’s Shan-ghai » ou « That’s Beijing » (Pékin)recensent les bonnes adresses et l’ac-tualité culturelle.

INVESTIRLa Mission économique compteenviron 1 200 entreprises françai-ses implantées en Chine employant200 000 salariés.Concernant la fis-calité, une loi unique d’impositionsur les entreprises étrangères etnationales devrait entrer en vigueurdébut 2008. Le taux fixé à 30 %devrait cependant être abaissé autaux préférentiel de 15 % pour lesecteur de la haute technologie afind’orienter les investissements.Le bureau de représentation per-met de faire la promotion d’uneentreprise déjà existante sans appor-ter de capitaux. Un premier paspour se faire connaître auprès despartenaires potentiels et étudierle marché.

Le partenariat franco-chinois(joint-venture)Il faut distinguer CJV (Coopera-tive Joint Venture)et EJV (EquityJoint Venture). Le contrat signépar les 2 parties dans le cadre dela CJV stipule les modalités commeles pourcentages de bénéfices oules répartitions des dettes sans tenircompte de l’apport financier aucapital alors que les profits des EJVsont répartis proportionnellementà la part des actionnaires.La joint-venture permet de s’implanter dansune structure et un marché déjà

existants.Inconvénients :une haussedes capacités de production peutproduire un changement dans lastructure du capital.De plus,chaque décision doit tenircompte de la « protection de l’ac-tion minoritaire » en vertu du droitchinois car quiconque détient desparts possède un droit de veto.

Les Wholly Foreign OwnedEnterprises ou WFOE (investis-sements 100 % étrangers)Certains secteurs sont interdits auxétrangers. Ainsi, les autorités chi-noises peuvent habilement orienterles étrangers selon leurs besoinsmais établissent parallèlement desmesures préférentielles afin d’at-tirer les capitaux.A noter que le recrutement au seindes WFOE est soumis à la préfé-rence nationale. Selon AlbanRenault, consultant à Pékin pourle Chinese Desk de Fidal, « unétranger sera recruté si aucun pro-fil dans la population locale ne cor-respond à ce que recherchent lesrecruteurs ».

Les Mergers & Acquisitions ouM & A (fusions et acquisitions)Depuis 2004,les étrangers peuventracheter une entreprise chinoise :participation,fusion-acquisition outransferts d’actifs. Mais la rela-tive prudence des investisseursétrangers face aux réglementationsjuridiques empêche ce modèle devéritablement émerger au profit desjoint-ventures.

Tatiana Boulom

© R

ENE

DROU

YER

- Fot

olia

.com

La métropole de Shanghai

REPERES

SUR LE WEBI Ambassade de Chine enFrance :http://www.amb-chine.fr/fra/I Ambassade de France enChine :www.ambafrance-cn.orgI Recherche d’emploi :www.emploi-international.orgwww.51job.comwww.zhaopin.comI Chambre de Commerce etd’Industrie Française enChine :www.ccifc.org/fr/index.phpIMission économique enChine :www.missioneco.org/Chine/I Service éducation deChine en France :Tél. : 01.44.08.19.40.http://jiaoyuchu.online.fr/index.htmlI Chinese ScholarchipCouncil :www.csc.edu.cn/en/ I Cercle Francophone deShanghai (CFS) :www.cerclefrancophonedeshanghai.com/:I Pékin Accueil :www.pekinaccueil.com/

© s

kvoo

r - F

otol

ia.c

om

Page 12: Canada, travailler, étudier, investir

12 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Le pays du Soleil-Levantrelève la tête

Après sept années de crise, le Japon, deuxième puissance mondiale derrière les Etats-Unis, voit le bout du tunnel.Les entreprises nippones se sont restructurées et l’effet de la bulle se résorbe.

Le pays du Soleil-Levant ne portepas si bien son nom. Les investis-seurs étrangers sont les bienvenusmais l’inertie de l’administrationreste importante.La présence fran-çaise (6 000 inscrits au consulat)est faible à l’échelle du pays. LaFrance est le deuxième investisseurétranger au Japon, sa part dansles importations japonaises stagnedepuis plusieurs années à un peumoins de 2 %.De vraies opportunités existentpourtant dans le secteur des métiersde bouche et du conseil, des soinset du bien-être, du luxe, des mar-chés de l’occasion ou du discount,des animaux domestiques ou dela décoration intérieure,et en géné-ral tous les produits et services àconnotation française. L’arrivée àla retraite de la génération aiséedes papys-boomers devrait aussidoper le secteur des services à lapersonne.

LES INVESTISSEURSREÇUS À BRASOUVERTSPour démarrer son activité, il suf-fit de s’enregistrer dans la mairiede son arrondissement. Pour cela,il est nécessaire de préparer unbon dossier et l’aide d’un avocat estla bienvenue.En théorie donc,n’im-porte qui peut monter son entre-prise au Japon.« Mais il faut savoiradapter un service aux standardsjaponais tout en gardant son carac-tère et une touche française, etsurtout apprendre le japonais ! »,résume Jean-Marc Lisner,décora-teur d’intérieur et propriétaire d’unevingtaine de boutiques au Japon.Entrer sur ce marché prend dutemps.De nombreuses entreprisesdonnent des cours de japonais à leursemployés étrangers à raison d’uneheure ou deux par semaines.« Le Japon est un pays difficile.La mise de départ est importante

et la première marche est haute,confirme Jean Barthélemy,consul-tant en implantation et partena-riat à Tokyo. Un Japonais ne ferades affaires avec vous que s’il se senten confiance et sent que ça puissemarcher sur le long terme. Les coupsne sont pas permis. » Reste queles procédures d’embauche sont sim-ples et rapides.Il existe un systèmede petits boulots (« arubaito »),avecla possibilité d’embaucher un sala-rié à l’heure. Le salaire minimumgaranti varie selon les régions. Ils’élève à 719 yens par heure en 2006(environ 4,5 euros) pour la villede Tokyo. Les revenus sont impo-sés autour de 3,6 %.

UN COÛT DE LA VIEÉLEVÉPassage obligé à votre arrivée : ilest obligatoire de se faire recenserà la mairie de l’arrondissement dontdépend votre logement afin d’obte-

Destination Japon

© c

hris

jew

iss

- Fot

olia

.com

La baie de Tokyo

REPERES

SUR LE WEBIntégrationI Communautéfrancophone du Japon :http://france-japon.netI Association des Françaisdu Japon : www.afj-japon.orgI Catholiques français etfrancophones du Japon :http://paroisses.mepasie.orgI Liste d’écoles enseignantle japonais au Japon :www.aikgroup.co.jp/j-school/english/area/index.htmLogement I PECS CO., Ltd. :www.pecsrealty.comI Tokyo Rent :www.tokyorent.com

En FranceI Association pour l’emploides cadres : www.apec.frI Espace emploiinternational : www.emploi-international.orgI Volontariat internationalavec Ubifrance :www.civiweb.com

Page 13: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N°106 13

nir une Alien Registration Card,votrecarte d’identité au Japon.Vous devrezl’avoir sur vous en permanence,pourouvrir un compte en banque ou sous-crire à un contrat de téléphoniemobile. Si vous souhaitez avoir uncompte japonais, les plus grandesbanques sont : Mizuho,Tokyo Mit-subishi,UFJ Bank et Mitsui Sumi-tomo. Gardez en tête que le distri-buteur d’une banque n’accepte queles cartes de sa banque ! Si vous res-tez six mois ou plus, pensez à vousfaire immatriculer par l’ambassadede France.Cela servira à vous fairerechercher en cas de tremblement deterre ! Principal souci ensuite : seloger.La ville de Tokyo a créé un Cen-tre de consultation des résidents étran-gers gratuit (en français le jeudi).Visitez les agences immobilièresautour de la gare près de laquellevous souhaitez habiter.Le montantdes loyers est inférieur en banlieueou en province,mais il est parfois plusjudicieux de sacrifier la superficiede son logement plutôt que la dis-tance qui vous sépare de votre lieude travail tant le trajet en train cha-que jour peut s’avérer fastidieux.Au Japon, le prix de l’immobilierdépend non seulement de la locationde l’immeuble mais également desa date de construction.Un appar-tement neuf peut vite coûter deuxfois plus cher à superficie égale qu’unappartement de vingt ans plus vieux.Reste que le moyen le moins onéreux

ticulturels très appréciées par lesentreprises.Le Jet Japan Exchangeand Teaching (www.jetpro-gramme.org) propose aux jeunesdes séjours au Japon en tant quecoordinateurs pour les échangesinternationaux au sein descollectivités locales, ouencore en tant qu’assistantsde langues dans les col-lèges et lesl y c é e s .

L’ETP Japan ouExecutive Training

Program in Japan(www.etp.org) ,

conçu et financé par laCommission européenne depuis plusde 25 ans,est une formation inten-sive de jeunes cadres d’entrepriseseuropéennes pour les aider à déve-lopper leurs échanges commerciauxavec le Japon.Le programme Vul-canus Japon (www.eujapan.org)cible les ingénieurs. Il propose desstages en entreprises industriellesde 12 mois pour les étudiants euro-péens.Enfin,tout Français résidantà l’étranger,âgé au moins de 17 ans,peut demander à suivre un stagede formation professionnelle àl’AFPA, l’Association pour la for-mation professionnelle des adultes,

• Capitale : Tokyo

• Population : 127,7 millions

d’habitants

• Superficie : 378 000 km2

• Densité : 337,8 habitants/km2

• Régime : monarchie

constitutionnelle parlementaire

• Langues parlées : japonais,

anglais

• Villes principales : Tokyo,

Yokohama, Osaka, Nagoya,

Sapporo, Kobe, Kyoto, Fukuoka,

Kawasaki, Saitama, Hiroshima,

Sendai

• Monnaie : yen JPY (0,06709

euro)

• Taux de chômage : 4,4 %

• PIB : 4 623 milliards de dollars

(36 182 dollars par habitant)

• Secteur d’activité : pêche

(plus grand producteur et

consommateur au monde),

papier (2e producteur au

monde), agriculture (thé et riz),

industrie (automobile,

robotique, micro-technologies),

biens de consommation (luxe

et agroalimentaire

notamment), services (68 % du

PIB : assurance, services

financiers et hôtellerie en

particulier).

• Taux de croissance : 2,8 %

(en 2006)

• Présence française : 8 000

personnes, 420 entreprises,

essentiellement des filiales

basées à Tokyo (Renault, LVMH,

Michelin, L’Oréal,Axa, Saint-

Gobain, BNP Paribas...)

Le Japon

Immobilier et bains publics àTokyo

Corinne Quentin vit depuis les années 80 à Tokyo,

débarquée au milieu de la fameuse « bulle

asiatique ». Corinne, née à Reims, grandie à

Toulouse, avait choisi le Japon pour y achever sa

thèse en psychologie. A l’époque, elle avait 23 ans,

tout était facile. Elle s’est mise au japonais, a

voyagé, a écrit des articles, avant d’être embauchée

au Bureau des copyrights français, une agence

littéraire qu’elle dirige depuis 4 ans. Corinne habite

à Tokyo, dans une maison confortable, au milieu de

la verdure. L’immobilier, malgré une amélioration

récente, reste hors de prix. Mais à l’époque, on

trouvait plus facilement à se loger. « Les Japonais

étaient peu friands de leurs vieilles maisons, ils

étaient prêts à les céder. Les nouvelles générations s’y

intéressent un peu plus, mais c’est déjà trop tard, peu

à peu les maisons en bois sont remplacées par de

petits immeubles sans aucun charme. » Corinne se

souvient de ses débuts à Tokyo dans une chambre

d’étudiant, avec coin cuisine, le fameux « quatre

tatamis et demi », sans douche ni baignoire. Mais

qu’importe, les bains publics ici, font partie du

décor. Beaux et grands, avec saunas et bains chauds.

Elle en viendrait presque à regretter cette époque !

Lui écrire : [email protected]

de trouver un logement à Tokyo, cesont les Gaijin Houses, la coloca-tion avec d’autres étrangers.Malgréces difficultés,« le Japon est un endroitmerveilleux à vivre, particulièrementsi l’on n’est pas japonais, s’enthou-siasme Olivier Thereaux,Français deTokyo.Parce que l’on profite d’unesociété aux codes de comportementrigides, où le client est vraimentroi, où la politesse est de mise, lecrime quasi-inexistant. » A Tokyo,12 millions d’habitants,l’autre pro-blème,ce sont les transports en com-mun.« Les gens sont tous dans destrains bondés le matin, ils ne réflé-chissent pas à ce qu’ils font, ils tra-vaillent comme des fourmis, sansaucun individualisme, pour la logi-que du groupe », observe Alexan-dre Montague,directeur de la filialede La Cie (groupe informatique fran-çais) à Tokyo. De façon générale,les transports coûtent cher au Japon,et les Japonais y passent en moyenne2 heures par jour ! Depuis l’an der-nier, un accord avec la France per-met aux ressortissants français dene pas verser de cotisation supplé-mentaire pour la sécurité sociale etla retraite au Japon.

DES PROGRAMMESDE FORMATIONAIDÉSLe concept de stage est quasi inexis-tant au Japon.Pour autant,il existedes formations pour managers mul-

REPERES

© Aloysius Patrimonio - Fotolia.com

Page 14: Canada, travailler, étudier, investir

14 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

propose des formations dans plusde 300 métiers,du niveau CAP auBTS ou équivalent.Certaines bour-ses peuvent également être un moyende venir au Japon étudier pourensuite y trouver un emploi (Lavoi-sier, Monkasho). L’ambassade duJapon en France propose un largeéventail de bourses pour permet-tre aux Français d’aller étudier là-bas, du lycée jusqu’à post-univer-sité.Depuis 1986,LVMH attribuecinq bourses par an aux alentoursdu mois de mars pour des sujetsde recherche en Asie.Pourquoi pasvous ? L’ESSEC de Cergy-Pontoise(Ile-de-France),par exemple,envoieses étudiants en stage au Japon.

DES TRAVAILLEURSÉTRANGERSRECHERCHÉSLa main-d’oeuvre japonaise (40 %de femmes) ne cesse de diminuerd’année en année.Le taux de nata-lité est en chute libre et la popu-

lation vieillit. C’est une véritablechance pour les travailleurs étran-gers ! La population étrangèreau Japon a doublé en 10 ans etcomptait plus de 2 millions de per-sonnes en 2005. Selon la législa-tion japonaise du travail,vous devezdisposer soit d’un visa de travail(zairyû shikaku) valable un an etrenouvelable,soit d’un visa « vacan-ces travail » ou working holiday.Dans ce cas, il faut avoir entre18 et 30 ans et être en bonne santé.Vous pouvez retirer un dossier àl’ambassade du Japon ou l’un deses consulats. Il faut avoir un peud’expérience.Il vous faudra un CVjaponais ou bilingue franco-japo-nais.Vous trouverez des modèlesde CV, à remplir à la main, dansles conbini, ces supérettes ouver-tes 24 heures sur 24, véritablesinstitutions à Tokyo. La plupartdes bureaux japonais sont en openspace et la hiérarchie est visibledans l’agencement des tables.Au

Japon, la carte de visite (meishi)est un passeport essentiel. Parlerjaponais est devenu une condi-tion essentielle pour trouver unemploi au Japon.Mais vous devezaussi pouvoir justifier d’une spé-cialisation supplémentaire.Les for-mations en écoles de commerce ouécoles d’ingénieur sont les plusrecherchées. La maîtrise de l’an-glais est évidemment indispensa-ble. Quant à l’intégration, « il nefaut surtout pas arriver en ter-rain conquis dans la société quivous a recruté ou dans laquellevotre entreprise vous envoie,conseille Julien Oudart,responsa-ble marketing chez Vodafone àTokyo.Bien écouter ses collègueset ne pas les interrompre lors d’unediscussion est primordial. » Etaussi se mettre au calendrier japo-nais. Ici, l’année, fiscale commescolaire, commence le 1er avril, àl’éclosion des cerisiers japonais...

Emmanuel Langlois

Destination Japon

REPERES

SUR LE WEBI Ambassade du Japon àParis : www.fr.emb-japan.go.jpI Ambassade de France auJapon : www.ambafrance-jp.orgIMission économique :www.missioneco.org/japonI Chambre de Commercefrançaise : www.ccifj.or.jpI Bureau d’immigrationjaponais :www.moj.go.jp/ENGLISHI Institut franco-japonaisde Tokyo et Yokohama :www.ifjtokyo.or.jpI Comité d’échangesfranco-japonais : www.cefj.orgI Yoko Majima, conseilsjuridiques : www.juridique.jpEmploiI Hello Work (c’est l’ANPEjaponaise) :www.tfemploy.go.jpI Kimi Information Center :www.kimiwillbe.comIType Engineer : http://type.jpI Type Women :http://woman.type.jpI Gatenn :www.4191.co.jp/media/gatenIMetropolis :http://metropolis.co.jpI Japan Times Jobs :http://job.japantimes.comIWork in Japan(l’équivalent nippon deMonster) :www.workinjapan.com

Faut-il aller tenter sa chance auJapon ? Emmanuelle Prouvee, chargée du département

« Emploi formation » à la Chambre de commerce

franco-japonaise de Tokyo.

Vivre à l’étranger : Quels sont les secteurs qui

embauchent ?

Emmanuelle Prouvee : Les spécialistes en finance,

ingénierie, commerce international dans des secteurs

comme l’énergie, l’industrie lourde, les matériaux, la

banque, le marketing, l’assurance, l’agro-alimentaire,

le luxe, les cosmétiques, l’informatique (surtout les

créatifs), la recherche, la restauration, l’enseignement

du français...

Il est plus prudent de commencer ses recherches

depuis la France mais les candidatures spontanées

sont toujours possibles.

VAE : La progression de carrière dans l’entreprise

est-elle comparable à la France ?

E. P. : Dans les sociétés japonaises, le système de

l’emploi à vie est toujours d’actualité. Les jeunes

diplômés sont embauchés dès leur sortie d’école et

progressent selon un rythme souvent lié à leur âge.

Pour les entreprises occidentales, le système au

mérite est celui le plus communément utilisé.

VAE : Parler le japonais est-il réellement

incontournable pour commencer ?

E. P. : Il est fortement recommandé de parler

japonais, surtout dans le commerce et la vente

(essentiel dans le recrutement). Outre le contact

client, la maîtrise de la langue indique une

connaissance du marché et de son fonctionnement.

Les japonais parlent peu et mal l’anglais. Dans le

domaine bancaire, en finance ou en informatique, il

est plus facile de commencer en ne parlant

qu’anglais ou avec un niveau de japonais moindre.

VAE : Au quotidien, qu’est ce qui peut le plus

dérouter le nouveau venu ?

E. P. : Les usages de communication, la langue, la

foule, les trains bondés le matin et le soir... Le coût

de la vie est assez élevé en ce qui concerne les

transports et les logements (le prix des logement a

Tokyo intra-muros équivaut à une fois et demie les

prix de Paris.) En ce qui concerne la restauration,

c’est plutôt moins cher qu’en France.

Lui écrire : [email protected]

Aller plus loin : « S’implanter au Japon », rédigé

sous la direction de Jean-Yves Bajon, chef des

services économiques pour le Japon et la Corée

(Editions UbiFrance).

Page 15: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 15

Le Canada attire chaque année 270 000 immi-

grants. Et si vous pensiez que seul le Québec

offre des opportunités, détrompez-vous ! Le

Canada est officiellement bilingue anglais/fran-

çais, même si la parité n’est pas forcément res-

pectée partout, les francophones peuvent s’ins-

taller seuls ou en famille, des services sont mis en

place à leur intention.

Les autres provinces, l’Ontario, le Nouveau-

Brunswick, l’Ile-du-Prince-Edouard, Terre-Neuve-

et-Labrador, l’Alberta, la Colombie-Britannique,

le Manitoba et la Saskatchewan réservent de

bonnes surprises pour tout francophone dési-

reux d’y travailler ou d’y créer une entreprise.

Cependant, le Canada est complexe : l’accès à

certaines professions est réglementé et il n’existe

pas d’équivalences entre les diplômes français et

canadiens. Néanmoins, armé des compétences

recherchées, d’un peu de persévérance et du

goût de l’aventure, rien n’est impossible !

Welcome ! Bienvenue !

© d

oug

Olso

n - F

otol

ia.c

om©

Nata

lia B

rats

lavs

ky -

Foto

lia.c

om©

Com

mis

sion

can

adie

nne

du to

uris

me

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

© M

iche

l Thi

baul

t - F

otol

ia.c

om©

Ritu

Jet

hani

- Fo

tolia

.com

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

© D

enis

Cha

bot

Special

canada

Page 16: Canada, travailler, étudier, investir

16 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Une contrée multiculturelleet accueillante !Le Canada est reconnu pour la qualité de vie qu’il offre à ses citoyens et résidents. Pour ne rien gâcher, les indicateurséconomiques sont au beau fixe, le taux de chômage à 6 % en moyenne... Membre du G7, la fédération est un partenairepolitique et économique de taille. Ouvert sur le monde, il accueille chaque année près de 270 000 immigrants.

2e pays au monde par sasuperficie, le Canada s’étend del’océan Pacifique à l’océan Atlan-tique occupant une majeure par-tie du continent nord-américain.Lepays partage ses frontières avec lesEtats-Unis au sud et l’Alaska aunord. Composé de 10 provinces,et de 3 territoires,le Canada est unemonarchie constitutionnelle àrégime parlementaire.La reine Elizabeth II est le Chefde l’Etat, mais c’est le Gouver-neur général qui dirige le pays.LePremier ministre détient le pouvoirexécutif.Chaque province possèdeson propre gouvernement.

LA CHARTE CANADIENNE DESDROITS ET LIBERTESLe Canada a établi une Charte desdroits et libertés qui établit les prin-cipes fondamentaux et les valeurspremières auxquels adhèrent lesCanadiens.Elle garantit,que tous,quelles que soient leur couleur,leurreligion, leur race ou leurs croyan-ces,ont certains droits fondamen-taux qu’aucun gouvernement nepeut leur retirer sans raison.

LA FRAN-COPHONIE A

L’HONNEURL’histoire du Canadaet celle de la Francesont liées depuis ladécouverte du Québec

par Jacques Cartieren 1534 et l’arrivéede premiers colons

français.Le Canada estofficiellement bilingue

anglais/ français et apour obligation de favori-

ser le développement des lan-gues officielles minoritaires. Leministère du Patrimoine canadientravaille d’ailleurs dans ce sens.En réalité, le Nouveau-Brunswickest la seule province canadienneofficiellement bilingue.6,6 millions de Canadiens ont pourlangue maternelle le français.Unegrande majorité des francopho-nes est installée au Québec, seuleprovince dont l’unique langue offi-cielle est le Français. 1 million defrancophones sont répartis dans lesautres provinces ou territoires cana-diens.C’est l’Ontario qui concentrele plus grand nombre de francopho-nes après le Québec, les servicesgouvernementaux y sont d’ailleursaccessibles dans la langue deMolière.De nombreuses structures associa-tives agissent pour faire perdurercette tradition francophone.

UNE SOCIETE MULTICULTURELLELe Canada, qui voit sa populationvieillir,a besoin des immigrants pourmaintenir son économie à un niveauperformant. Les services d’immi-

gration travaillent conjointementavec les provinces afin de faciliterl’accès au pays,par le biais notam-ment des programmes des candi-dats des provinces.Les employeursqui ne trouvent pas de salariés cana-diens pour occuper les postes qu’ilsproposent,peuvent se tourner versla main d’œuvre qualifiée étran-gère. Cet afflux d’immigrants enprovenance du monde entier a crééune société plus multiculturelle quejamais.Les villes de Montréal,Van-couver ou de Toronto, par exem-ple, illustrent bien cet aspect dela société canadienne.

Odile Gnanaprégassame

Presentation du canadaREPERES

SUR LE WEBI Gouvernement du Canada :www.canada.gc.caI Charte canadienne desdroits et libertés :http://lois.justice.gc.ca/fr/charteI Ministère du patrimoinecanadien : www.pch.gc.caAssos et structuresfrancophonesI Fédération descommunautés francophoneset acadienne (ACFA) :www.fcfa.caI Réseau national dedéveloppement économiquefrancophone (RDEE) :www.rdee.caI Conseil canadien de laCoopération (CCC) :www.ccc.coopI Association canadienned’éducation de languefrançaise : www.acelf.caI Fédération de la jeunessecanadienne-française :www.fjcf.ca

© C

arst

en R

eisi

…Fo

tolia

.com

Le Canada

• Superficie : 9 984 670 km2

• Capitale : Ottawa

• Nature de l’Etat : monarchie

constitutionnelle

• Nature du régime :

démocratie parlementaire

• Langues officielles : anglais

et français

• Population : 32, 8 millions

d’habitants

• Principales villes : Toronto,

Montréal, Québec, Vancouver,

Regina, Winnipeg, Calgary

• Monnaie : Dollar canadien

• Taux de chômage (juillet

2007) : 6 %

• Croissance du PIB (2005) :

2,7 %

• Nombre de francophones :

1 million d’habitants

(hors Québec)

REPERES

Page 17: Canada, travailler, étudier, investir

18 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Etrangers, vous êtes les bienvenus !

Chaque année, plus de 270 000 immigrants s’installent au Canada dont près de 5 000 Français. Espoir d’une viemeilleure pour certains, attrait du continent américain pour d’autres ou encore envie d’aventure et de défi, lesraisons qui poussent à s’installer au Canada sont multiples.

ENTRER SUR LETERRITOIRELes ressortissants français, bel-ges ou suisses n’ont pas besoin devisa de visiteur ni de visa de rési-dent temporaire pour pénétrer surle sol canadien.En revanche,poury travailler, une autorisations’avère nécessaire.

LE PERMIS DE TRAVAILCette autorisation se présente sousla forme d’un permis de travail tem-poraire,octroyé sous certaines condi-tions. Il vous faudra au préalable

prouver qu’un employeurcanadien vous embauchepour l’obtenir. Et ce n’estpas tout. L’employeur enquestion devra présentersa requête d’embaucheauprès du ministère desRessources humaines etDéveloppement socialCanada (RHDSC).Celui-ci déterminera siun travailleur étranger

peut occuper le poste en question.Tout cela relève de la Loi et duRèglement sur l’immigration et laprotection des réfugiés du Canada.

LE VISA DE RÉSIDENCE PERMANENTESi vous optez pour l’immigrationau Canada,sachez que vous entrezdans l’une des catégories suivan-tes :travailleur qualifié et profes-sionnel, gens d’affaires (inves-tisseur, entrepreneur, travailleurautonome), regroupement fami-lial, ou candidat des provinces.• Programme des travailleursqualifiés

Vous devrez vous soumettre à un for-mulaire d’évaluation et présenterune demande de résidence perma-nente.Votre candidature sera jugéeen fonction de plusieurs facteurs,entre autres vos études,vos aptitu-des en anglais et/ou en français,votreexpérience professionnelle,votre âge,votre adaptabilité.Si vous obtenez67 points, votre candidature estadmissible. Attention, cette noterequise peut évoluer,renseignez-voussur le site de Citoyenneté et immi-gration Canada.Vous devrez vous soumettre aussià une visite médicale.Vous devrezaussi prouvez que vous disposez defonds suffisants pour subvenir àvos besoins,sauf si vous avez déjà unemploi réservé pour vous au Canada.• Le programme d’immigrationdes gens d’affairesQuant aux investisseurs ou entre-preneurs,ils font partie de ce qu’onappelle la catégorie des gens d’af-faires.Voir l’article en page X.• Le programme des candidatsdes provincesPar accord conclu avec le gouver-nement du Canada,la majorité desprovinces et des territoires peutparticiper au processus de sélec-tion des immigrants en désignantses candidats. Vous devez alorsdéposer une demande directementauprès de la province dans laquellevous souhaitez vous installer.Celle-ci évaluera votre demande en fonc-tion de certains critères qui dif-fèrent selon chaque province. Sivotre candidature est retenue, laprovince en question en informerale service de l’Immigration del’Ambassade du Canada à Parisauprès de qui vous devrez faire unedemande de résidence permanente.Il se peut, dans certains cas, que

votre compétence soit assez recher-chée par une province pour que lesprocédures soient accélérées.Notez que le Québec possède sonpropre système de sélection desimmigrants,il est impératif de pas-ser par le Bureau d’immigrationdu Québec pour faire une demande.

DÉMÉNAGERVous avez obtenu l’autorisation,félicitations ! Reste à organiservotre déménagement.Confiez cettetâche à une société de déména-gement international qui se char-gera des formalités douanières.Pour choisir une entreprise fiable,contactez des associations commel’AFDI (Association française desdéménageurs internationaux), laFIDI (Fédération des déména-geurs internationaux) ;elles pour-ront vous faire profiter de leursréseaux et de leurs conseils, vousgarantissant un déménagementdans les règles de l’art.Ce que vous ne pouvez pas appor-ter : vous trouverez des informa-tions complètes sur le site del’Agence des services frontaliers duCanada (www.asfc.gc.ca).Les normes en matière d’électri-cité ne sont pas les mêmes qu’enFrance, pensez à vous munir d’unadaptateur.A votre arrivée,vous devrez four-nir aux douanes un inventaire pré-cis de ce qui vous sera livré.

VIE QUOTIDIENNECarte de résidentSi vous devenez résident perma-nent, vous recevrez une carte derésident permanent.Celle-ci constitue la seule preuveofficielle de votre statut de résidentpermanent.Elle vous sera deman-

Vivre au canada©

Aur

élie

n Po

ttier

- Fo

tolia

.com

Montréal

Page 18: Canada, travailler, étudier, investir
Page 19: Canada, travailler, étudier, investir

20 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

Vivre au canada

dée lorsque vous ren-trerez au Canada aprèsavoir quitté momenta-nément le territoire. Lacarte de résident perma-nent est à renouveler tousles 5 ans, à moins dedevenir entre-tempscitoyen canadien.Système de santéVous pourrez bénéficier

du système de santé public canadienen tant que résident permanent. Ilfaudra vous inscrire dès votre arri-vée au régime d’assurance-maladiede votre province et obtenir ainsiune carte individuelle d’assurance-maladie qui vous donnera accès àun large panel de soins gratuits.Cependant, il faut savoir que cer-tains services de santé ne sont pascouverts dans certaines provinces: les soins dentaires, les lunettes oulentilles de contact,les médicamentssur ordonnance notamment.Enfin,sachez que dans certaines provinces(la Colombie-Britannique, l’Onta-rio,le Québec et le Nouveau-Bruns-wick),vous devrez attendre 3 moisavant de pouvoir bénéficier du régimepublic d’assurance maladie.En atten-dant,il sera donc préférable de sous-crire à une assurance privée.Numéro d’assurance socialeLe Numéro d’assurance sociale ouNAS est nécessaire pour chercherun emploi ou encore pour accéderaux services gouvernementaux.Pour ce faire, il vous faudra rem-plir un formulaire disponible auprèsdu Centre des ressources humai-nes du Canada le plus proche de chezvous, un bureau de poste, un orga-nisme d’aide aux immigrants ouencore sur www.rhdsc.gc.ca.Une foisles démarches accomplies,vous rece-vrez votre carte par courrier postal.FiscalitéVous serez soumis à la doubleimposition,fédérale et provinciale.L’impôt sur le revenu est pré-levé à la source,c’est l’employeurqui se charge de transmettre unpourcentage de votre salaire augouvernement.En cas de trop perçu, vous serezremboursé ou vous devrez payer

véhicules qui sont fabriqués pourêtre vendus dans des pays autresque le Canada ou les Etats-Unissont interdits. Renseignez-voussur le site de Transport Canada.

INTÉGRATIONDe nombreuses structures offrentdes programmes d’aide à l’intégra-tion,que ce soit les organismes d’ai-des à l’immigration très souventsubventionnés par Citoyenneté etImmigration Canada ou les struc-tures associatives d’accueil franco-phones.Vous y trouverez des infor-mations concernant tous les pansde la vie quotidienne : la recher-che de logement, la scolarisationde vos enfants, les cours de lan-gue,la recherche d’un emploi...Lesassociations francophones vous per-mettront de rencontrer des Fran-çais qui ont le même parcours quevous,avec l’expérience en plus.Parailleurs, le gouvernement fédéraldu Canada prévoit des programmesspécifiques adaptés aux immigrants.• Le programme CLIC (Cours delangue pour les immigrants auCanada) permet aux immigrantsd’accéder à des cours de langues(anglais ou français) gratuits avecdes horaires adaptés.• Le programme d’accueil meten relation un immigrant avec unefamille ou un citoyen canadien.• Le Programme d’établissementet d’adaptation des immigrants(PEAI) oriente les nouveaux arri-vants vers les services commu-nautaires susceptibles de les aiderdès leur arrivée. Le PEAI peutvous orienter vers les servicescompétents dans les domaines dela santé, la culture, l’enseigne-ment etc., vous conseiller dansla rédaction d’un CV et la recher-che d’un emploi.Retrouvez un inventaire nonexhaustif des organismes cana-diens d’aide aux immigrants surwww.cic.gc.ca/francais/vivre/bienvenue/bien-20.htmlA noter : l’appellation de ces pro-grammes peut différer selon lesprovinces.

Odile Gnanaprégassame

la différence si le montant pré-levé ne correspondait pas à lasomme due.Taux d’imposition en 2007 :• jusqu’à 37 178 $ CAN =15,5 %• de 37 178 à 74 357 $ CAN =22 %• de 74 357 à 120 887 $ CAN =26 %• plus de 120 887 $ CAN = 29 %.BanquePour ouvrir un compte, vousdevrez présenter un documentprouvant le caractère officiel devotre installation.On vous deman-dera parfois votre numéro d’as-surance sociale. L’utilisation duchéquier est peu répandue car nonseulement il est payant,mais cha-que chèque émis est payant aussi.Trouver un logementVous passerez par les voies tra-ditionnelles : petites annoncesentre particuliers,journaux,sitesweb, agences immobilières...Sachez que c’est le nombre depièces qui est pris en compte etnon les nombre de mètres car-rés ; la salle de bain et le toilet-tes comptent pour une demi-pièce.Le bail court généralement surun an.Il s’agit d’un contrat,alorsavant de le signer, assurez-vousde bien comprendre tous les ter-mes juridiques utilisés avant designer. Le propriétaire pourraitdemander qu’un référent auCanada signe le bail égalementpour soutenir votre engagementfinancier. On vous demanderagénéralement de payer le loyer du1er et du dernier mois lors de lasignature du bail.Le moment propice pour trou-ver le logement de vos rêves ?Au printemps et en été,au momentoù les Canadiens ont pris l’ha-bitude de déménager...Se déplacerIl existe une législation concer-nant l’importation de véhicules.En effet, la Loi sur la sécuritéautomobile exige que tout véhi-cule importé soit conforme auxnormes de sécurité des véhicu-les automobiles du Canada. Les

© g

omo

- Fot

olia

.com

Le parc Stanley à Vancouver

SUR LE WEBI Ambassade du Canada enFrance : www.amb-canada.frI Ambassade de France àOttawa : www.ambafrance-ca.orgI Délégation générale duQuébec en France :www.mri.gouv.qc.ca/parisI Site du gouvernementfédéral canadien :www.canada.gc.caI Citoyenneté etImmigration Canada :www.cic.gc.caI Ressources humaines etdéveloppement socialCanada : www.rhdsc.gc.caI Agence du revenu Canada :www.cra-arc.gc.caI Transport Canada :www.tc.gc.caDéménagementI AFDI : www.afdi-faim.comI FIDI : www.fidi.frLogement- www.appart-zone.com- www.appartalouer.com(Québec)Banques (non exaustif)I Banque du Canada :www.bankofcanada.caI Banque Laurentienne :www.banquelaurentienne.caI Banque nationale duCanada : www.bnc.caI Banque royale :www.banqueroyale.caI Mouvement des caissesDesjardins :www.desjardins.comI Banque canadienneimpériale du commerce :www.cibc.com

REPERES

Page 20: Canada, travailler, étudier, investir

22 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

travailler au canada

I Une forte demandeLe marché de l’emploi canadien se caractérise par une forte mobilité professionnelle et une législation du travailtrès souple mais il faut savoir que l’accès à certaines professions est réglementé.

ACCES RÉGLEMENTÉ ÀCERTAINES PROFESSIONSA priori,trouver un emploi devraitêtre assez simple.C’est le cas pourbon nombre d’emplois non quali-fiés, mais pour 20 % des profes-sions, il en va tout autrement carcelles-ci sont réglementées.En jeu,les problèmes d’équivalence et dereconnaissance des diplômes et/oudes qualifications professionnelles.Les professions réglementées sontrégies par les lois provinciales. Cesont des ordres ou des associationsprofessionnelles qui régissent l’ac-cès, les normes d’exercice,qui éva-luent les qualifications et autorisentou non un candidat à exercer laditeprofession. L’ordre ou associationprofessionnel(le) peut vous deman-der de passer des examens profes-sionnels (payants), de poursuivreune formation ou encore évaluer voscompétences linguistiques. Ensomme,pour exercer une professionréglementée vous devez impérati-vement en avoir le permis délivrépar l’ordre professionnel.Ce système de réglementation decertaines professions existe pourprotéger la santé et la sécurité descitoyens et résidents canadiens.Infir-miers,médecins,enseignants,ingé-nieurs, électriciens font partie decette catégorie.Il faut savoir en outreque près de 80 % des professionssont classées dans la catégorie desprofessions non réglementées.L’em-ployeur est alors seul juge de voscompétences.Il peut cependant par-fois vous demander d’obtenir l’au-

torisation de l’association profes-sionnelle en question même si la pro-fession n’est pas réglementée.Attention, les conditions d’accèsà l’emploi diffèrent d’une provinceà l’autre.Vous avez tout intérêt àbien vous renseigner auparavantsur les différentes conditions impo-sées par la province dans laquellevous souhaitez vous établir concer-nant les professions réglementées,les profils professionnels recherchéset les équivalences accordées.Celavous évitera bien des désillusions.Autre conseil : faites traduire tousvos documents en anglais, notam-ment les diplômes,lettres de recom-mandations et autres dossiers sco-laires et relevés de notes.

Vous trouverez les coordonnéesdu Service d’évaluation de cha-que province sur le site du Centred’information canadien sur les diplô-mes internationaux.

L’ACCORD DE MOBILITÉ FRANCE-CANADAL’accord de mobilité entre le Franceet le Canada,signé en octobre 2003,vise à favoriser les échanges de jeu-nes entre ces deux pays.Cet accordprévoit 4 programmes destinés au18-35 ans.• L’emploi de perfectionnementCe programme s’adresse aux jeu-nes professionnels qui ont terminéleurs études ou leur formation.L’une

© E

lena

Elis

seev

a - F

otol

ia.c

omREPERES

SUR LE WEB

I Centre d’informationcanadien sur les diplômesinternationaux : www.cicdi.caI Centre Service Canada :www.servicecanada.gc.caI Ressources humaines etdéveloppement socialCanada : www.rhdsc.gc.ca/frI Guichets emplois :www.guichetemplois.gc.ca

Emploi- www.adecco.ca- www.kellyservices.ca- www.ca.manpower.com- http://company.monster.com/drakecaI Espace emploiinternational :www.emploi-international.org- www.emploiavenir.ca

Page 21: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 23

OÙ CHERCHER ?Avant de vous lancer à corps perdudans la chasse aux petites annoncesdans les journaux et sur les sites inter-net spécialisés,pensez à vous rendredans les structures d’accueil spécia-lisées destinées aux nouveaux arri-vants, notamment les organismesd’aide aux immigrants. Nombreu-ses sont celles qui bénéficient du sou-tien et de l’aide financière du gou-vernement provincial. Ateliers,rencontres entreprises,formations...Par le bais de dynamismes de cegenre,ces structures vous renseigne-ront sur les normes de travail de laprovince, vous aideront à élaborervotre candidature et ainsi à mieuxpréparez votre approche des entre-prises canadiennes,sensiblement dif-férente de l’approche française.

CULTURE PROFESSIONNELLESachez que la pratique et la consti-tution d’un réseau est un atout indé-niable voire indispensable lorsquel’on souhaite évoluer dans le marchédu travail canadien. Il est souventassez difficile pour un nouveau venude lier connaissance. Mais votreréseau commence chez l’épicier oula pharmacie du coin.Présentez-vous,n’hésitez pas à dire qui vous êtes,ce que vous faîtes... C’est un bondépart pour constituer votre réseau.Les Canadiens aiment la ponctua-lité.Les relations au travail sont moinshiérarchisées qu’en France.Les supé-rieurs restent accessibles, les réu-nions de travail productives avecun ordre du jour respecté.On préfèrerésoudre les problèmes par le dia-logue plutôt que par le conflit ouvert.

LÉGISLATION DUTRAVAILL’emploi est régi par des lois pro-vinciales et fédérales.Elle est assezsouple et offre peu d’avantagessociaux.Deux semaines de congéspayés annuels sont accordés, puisavec l’ancienneté,l’employeur peutvous accorder une voire deux semai-nes de plus.Le salaire minimum estfixé par chaque province, il est de

© e

ndos

tock

- Fo

tolia

.com

des conditions pour y accéder estd’avoir une offre d’emploi rému-néré dans un domaine lié à la for-mation suivie ou à la professionexercée.Contingent annuel :800 personnes• Le stage lié aux étudesCe programme permet d’effectuerun stage pratique en entrepriseprévu dans le cadre des études oude la formation suivie.Pour en béné-ficier,il faut notamment avoir trouvéun stage.Contingent annuel : 3 000• L’emploi d’été pour étudiantsCe programme est destiné aux étu-diants qui souhaitent effectuer unjob pendant leurs vacances sco-laires. La durée maximum de ceprogramme est de 3 mois. Pour yaccéder il faut trouver une offred’emploi.Contingent annuel :200 personnes• Le programme Vacances-TravailCe programme permet de décou-vrir le Canada tout en ayant l’au-torisation d’y exercer un ou plu-sieurs emplois afin de financer ceséjour. La durée maximale est deun an. Pour y accéder, il faut nepas avoir précédemment bénéfi-cié du PVT et disposer de ressour-ces financières (700 /mois pourles 3 premiers mois du séjour).Contingent annuel : 3 000 person-nes. Ces programmes sont idéauxpour une première expérience auCanada.D’ailleurs il en existe aussipour les jeunes belges et suisses.

LES SECTEURS QUIEMBAUCHENTChaque province a des besoins dif-férents,il faut vous renseigner auprèsde celle qui vous intéresse.Le Cen-tre Service Canada délivre des infor-mations actualisées par province etpar région sur les perspectives d’em-ploi,les professions recherchées,lessalaires, les différentes formationsexistantes pour telle profession, lesemployeurs potentiels...Rendez-vous sur le site Serviceca-nada.gc.ca,puis cliquez sur « Trou-vez un Centre Service Canada prèsde chez vous ».

8 $CAN de l’heure en moyenne.Lespréavis de licenciements sont trèscourts,une à deux semaines en fonc-tion de votre ancienneté. A savoirenfin que les syndicats sont très pré-sents dans la vie de l’entreprise.

LA CANDIDATURELe CV canadien,qu’il soit anglophoneou francophone, est similaire au CVaméricain sur plusieurs points :chro-nologie inversée,indication de l’objec-tif de carrière (« Career Objective »),recours au langage télégraphique dansla rubrique « Expérience profession-nelle » (Work Experience) évitant ainsil’emploi du « je »,mention des résul-tats scolaires lorsqu’ils sont bons (clas-sement dans la promotion...),pas dedate de naissance, sexe, état civil ounombre d’enfants à charge,dans la let-tre de candidature (cover letterou let-tre de présentation) qui ne doit pasêtre manuscrite,le candidat prend l’ini-tiative de la prochaine démarche, enproposant par exemple de rappelerle recruteur pour prendre rendez-vous.Attention cependant, l’anglais cana-dien s’orthographie parfois à l’anglaise.Le mot honour a gardé son ortho-graphe anglaise,alors que l’américainl’a transformé en honor. A savoir :pour mettre en valeur les fonctionsoccupées dans une entreprise,les Cana-diens présentent la rubrique WorkExperience comme ceci : « SeniorAccountant » (fonction) puis nomde l’entreprise et la période (Guide desCV en langues étrangères,aux éditionsStudyrama).Odile Gnanaprégassame

I Sachez que lapratique et laconstitution d’unréseau est un atoutindéniable voireindispensablelorsque l’onsouhaite évoluerdans le marché dutravail canadien.

Page 22: Canada, travailler, étudier, investir

24 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Un enseignement de haut niveau

Le Canada dispose d’un enseignement supérieur de qualité reconnu internationalement. 70 000 étudiants enprovenance du monde entier choisissent d’y effectuer tout ou partie de leurs études.

L’éducation et l’enseignement relè-vent des gouvernements provin-ciaux.Il existe 3 paliers :le primaire,le secondaire et le post-secondaire.Selon les provinces, la durée desétudes dans chacun des paliers peuttrès légèrement varier.

PERMIS D’ÉTUDESUn permis d’études est requis pourétudier au Canada pour une duréede plus de 6 mois.Il faut avoir étéaccepté au préalable dans un éta-blissement canadien pour présen-ter une demande. D’autre part,il faudra fournir un certificatmédical si demandé,la preuve quevous disposez de fonds suffisantpour assurer les frais de subsis-tance et de scolarité.Si vous souhaitez vous rendreau Canada pour étudier durantune période de 6 mois maximum,vous n’aurez généralement pasbesoin de ce permis d’études. Sivous faites un semestre d’étu-des au Canada dans le cadre d’unéchange inter-universitaire,le per-mis n’est pas requis. Cependantvous devrez faire la demande d’unpermis d’études si vous prévoyezde prolonger vos études au-delàde 6 mois ou si vous souhaitez tra-vailler sur le campus.Même chosesi le programme d’études danslequel vous êtes inscrit dure plusde 6 mois, alors même que vousne comptez pas y participer plusde 6 mois, vous devrez deman-der un permis.A noter que le Qué-bec a son propre mode de sélec-tion soumis à l’obtention, par lecandidat,du CAQ (Certificat d’ac-ceptation au Québec).

ORGANISATION DESÉTUDESLes études post-secondaires com-prennent le système collégial et lesystème universitaire.Le systèmecollégial comprend près de200 institutions délivrant des étu-des courtes à orientation profes-sionnelle ou de préparation à l’uni-versité. Le système universitaire

comprend plus de 90 établisse-ments à travers le pays et sanc-tionne des études longues par desgrades universitaires.En 1er cycle,le baccalauréat général ou Bache-lor dure 3 ans et le baccalauréatspécialisé ou Bachelor of Honours4 ans ; en 2e cycle, le Master oumaîtrise s’effectue en 2 ans ;enfinen 3e cycle,le doctorat ou PhD estobtenu en 3 ans ou plus.Les pro-grammes sont très variés et lesétablissements mettent un pointd’honneur à adapter les enseigne-ments au marché du travail localet à la diversité culturelle du pays.Choisir un établissement n’est pasfacile.Sachez que l’adhésion d’uneuniversité à l’AUCC (Associa-tion des universités et collègesdu Canada) est un gage de sérieux.92 universités y ont adhéré(www.aucc.ca).

PROCÉDURESD’INSCRIPTIONChaque université fixe ses propresrègles d’admission. L’entrée sefait par sélection sur dossier.Lesdemandes d’admission doiventêtre adressées directement à l’uni-versité choisie,excepté pour l’On-tario,qui dispose d’un service cen-tralisé. L’Alberta et la ColombieBritannique disposent de servi-ces similaires. Le dossier d’ad-mission accompagné de tous leséléments doit être renvoyé à l’uni-versité concernée avant le1er février de l’année qui précèdela rentrée. Mais il est préféra-ble de se renseigner au cas parcas, car les dates peuvent varierd’un établissement à l’autre,d’unprogramme à un autre. Les uni-versités anglophones exigerontsans doute une preuve de vos com-

etudier au canada©

Spi

rpet

- Fo

tolia

.com

ScolaritéPour inscrire un enfant à l’école, il faut se renseigner auprès descommissions scolaires, qui contrôlent les écoles primaires etsecondaires. L’inscription est soumise à des droits de scolarités. Lesenfants ont la possibilité de suivre un programme d’apprentissagede l’anglais en seconde langue (ASL). Les enfants qui vont étudierpour plus de 6 mois, même au primaire, doivent obtenir un permisd’études avant de partir.

Victoria College à Toronto

Page 23: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 25

pétences en anglais, vous devrezalors passer l’un des tests de com-pétence linguistique de circons-tance :TOEFL, IELTS...Pour les droits d’inscription,comptez en général entre 2 360et 7 540 € pour un 1er cycle,entre1 115 € et 10 412 € pour un2e cycle (source Centre culturelcanadien).Les tarifs indiqués icisont les deux extrêmes. Au Qué-bec, les étudiants français béné-ficient des mêmes tarifs que lesétudiants québécois : 2 000 $CAN environ (1 360 €).

BOURSES ET PROGRAMMESSi vous venez par le biais d’unéchange, vous ne paierez que lesdroits d’inscription auprès de votreétablissement d’origine,mais vousn’obtiendrez pas de diplôme cana-dien,votre diplôme sera français.Mais vous pourrez conserver votrebourse sur critères sociaux entreautres, voire obtenir une aidefinancière.Sinon, 2 programmessont accessibles : la conventionCREPUQ (voir article sur le Qué-bec, www.crepuq.qc.ca) ; et laMICEFA (Mission inter-univer-sitaire de coordination des échan-ges franco-américains) qui pro-pose un échange entre lesuniversités parisiennes (exceptéParis 1, 2 et 9) et l’universitéde Waterloo (www.micefa.org).Il existe près de 441 ententes ouaccords bilatéraux entre les uni-versités françaises et canadiennes.La plupart des bourses sont des-tinées aux étudiants en 2e ou3e cycle, elles sont au nombre de142. Ces accords et ces boursessont répertoriés sur le site du Cen-

tes de frais supplémentaires :loge-ment, bouquins, alimentation...Comptez en moyenne 13 000 € àl’année. Il faudra alors peut êtrepenser à travailler pour renflouer leporte-monnaie.

UN JOB ÉTUDIANTAvec le Programme de travail horscampus, les étudiants étrangerssont désormais autorisés à tra-vailler hors du campus.Pour cela,il leur faudra obtenir un permisde travail et que leur établisse-ment soit intégré à ce programme.Sinon, avec uniquement un per-mis d’études en poche et seule-ment si vous effectuez des étudesà temps plein, vous pourrez tra-vailler au sein du campus,pas plusde 10 heures par semaine. Lesuniversités réservent des emploisdans les cafétérias, restaurantsuniversitaires, bibliothèques. Sivous êtes en 2e cycle avec un bonniveau de langue, vous pourrezmême avoir un poste d’assistant(d’enseignement ou de recherche,de langue, de lecteur). Mais lesplaces sont comptées.Il est possible de rester au Canadaaprès l’obtention de votre diplômeavec le Programme de travailpost-diplôme. Ce permis de tra-vail est délivré pour un an voiredeux ans, et ne peut pas dépas-ser la durée de vos études.Pour des informations complé-mentaires, rendez-vous surwww.studyrama.com, rubriqueInternational/ Etudier à l’étran-ger. Odile Gnanaprégassame

REPERES

SUR LE WEB

I Centre culturelcanadien :www.canada-culture.orgI Association desuniversités et collèges du Canada :www.aucc.caI Centre d’information

canadien sur les diplômesinternationaux :www.cicic.ca

© x

imag

inat

ion

- FOT

OLIA

$EquivalencesLe minimum requis pour accéder à un programme universitaire auCanada est le baccalauréat français. Pour s’inscrire en 1er cycle ensciences, on vous demandera un niveau bac + 1, pour une inscriptionen maîtrise (ou master), une licence ou une formation équivalente(ingénieur, architecte) ; pour le doctorat, il est requis un bac + 5.Rappelons-le, il n’existe pas d’équivalences officielles entre lesdiplômes français et canadiens.

tre culturel canadien (www.canada-culture.org).Si vous déci-dez de venir étudier hors pro-gramme d’échange ou accordsbilatéraux,le coût augmente rapi-dement. Vous devez vous rensei-gner auprès de l’établissementcanadien dans lequel vous êtes ins-crit sur les éventuelles boursesaccordées aux étudiants étrangers.

VIE ÉTUDIANTEL’année universitaire débute engénéral en septembre pour se ter-miner en avril ; elle est compo-sée de 2 semestres ou sessions,la 1re s’étend de fin août ou débutseptembre à décembre ; la 2e dejanvier à avril. Parfois, les uni-versités proposent un semestred’été facultatif,de mai à août.Lescampus universitaires, sur lemodèle américain,présentent unefoule d’avantages et d’activités.Les associations étudiantes en toutgenre y sont légion,le sport mis enavant, les équipements pour étu-dier ou se détendre au top niveau.Pour obtenir un logement en citéuniversitaire, il faut s’y prendredès le moment de votre demanded’inscription. Le service étudiantde l’établissement choisi peut vousaider et vous fournir des contactsd’organismes.Pensez dès votre arri-vée à vous renseigner sur le régimed’assurance maladie, chaque pro-vince possède son propre règlementà ce sujet.Soit la province vous cou-vre comme le l’Assurance-santéde l’Ontario,qui couvre les étudiantsétrangers dont la durée des étudesest de plus de 6 mois soit vous devrezprendre une assurance-santé privée.Mais en plus des frais d’inscription,vous aurez en charge toutes sor-

Page 24: Canada, travailler, étudier, investir

26 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Une croissance florissanteLe Canada présente un environnement d’affaires très prospère. La création d’entreprises y est encouragée par desavantages fiscaux, financiers, stratégiques... Et un programme d’immigration spécialement réservé aux « gensd’affaires ».

L’économie canadienne se portebien :budgets excédentaires,réduc-tion de la dette publique, un tauxde croissance de 2,7 % en 2006...Les indicateurs sont au beau fixe !Les réserves d’hydrocarbures et deminéraux (gaz,pétrole,sables bitu-mineux,uranium,nickel) représen-tent 26 % des exportations cana-diennes (Source :service économiquede l’Ambassade de France auCanada).Mais l’économie canadienne est trèsdiversifiée,le Canada est notammentdevenu incontournable dans le sec-teur des hautes technologies.Ce sont les Etats-Unis qui absorbentla majeure partie des exportationscanadiennes :84 %.Mais la Francen’est pas un partenaire à négligerpuisqu’elle est le 3e investisseurétranger en terme de stock, avec6,6 % des investissements étran-gers directs en 2006, derrière lesEtats-Unis et le Royaume-Uni. Lamême année, la France est aussi le9e fournisseur de la Fédération

(source : Service économique del’Ambassade de France au Canada).

PROGRAMME FÉDÉRAL D’IMMIGRATION DESGENS D’AFFAIRESLe Canada a créé un programmed’immigration spécial destiné à atti-rer les investisseurs dotés d’une expé-rience significative.Il existe trois sections :• Les investisseurs,qui doivent pos-séder un avoir net minimal de800 000 $ CAN et faire un inves-tissement de 400 000 $ CAN.• Les entrepreneurs à qui il estdemandé une certaine expérience.Ils devront participer activementà la gestion d’une entreprise et créerdes emplois. Un avoir net minimalde 300 000 $ CAN est l’une desconditions d’accès.• Les travailleurs autonomes doi-vent prouver leurs intention et capa-cité de créer un emploi pour eux-mêmes dans le domaine de la culture,du sport ou de l’agriculture.Une demande ne peut être soumiseque pour une seule catégorie et elleest non modifiable.Il faut savoir quele Québec possède son propre pro-gramme.

LES RAISONS D’INVESTIRPlus de 300 entreprises françaisessont implantées sur tout le territoireprofitant d’un environnement d’af-faires dynamique. Outre le Pro-gramme fédéral d’immigration desgens d’affaires,le Canada recèle biendes atouts :une main-d’œuvre qua-lifiée à des prix concurrentiels, untaux d’imposition peu élevé pour les

entreprises. D’autre part, de nom-breux stimulants fiscaux nationauxsont accordés aux investisseurs etentrepreneurs :entre autres,un cré-dit d’impôts de 20 % pour la recher-che & développement,un programmed’aide à la recherche industrielle ;parallèlement les provinces octroientleurs propres aides. Le site inter-net Investir au Canada donne desinformations détaillées sur ces dif-férentes aides (www.investirauca-nada.ca).

À QUI S’ADRESSERUn certain nombre d’organismessont d’une précieuse aide lors d’uneimplantation :étude de marché,defaisabilité,orientation vers les sour-ces financières... Il faut les contac-ter et ne pas hésitez à effectuer unvoyage de repérage.Le service éco-nomique du Canada à l’Ambas-sade de France possède des anten-nes dans les principales métropolescanadiennes.Les entrepreneurs fran-cophones ont tout intérêt à se diri-ger vers le RDEE.« Le réseau natio-nal de développement économiqueet employabilité travaille avec 12partenaires dans tout le pays, saufau Québec. Sa mission est d’optimi-ser le potentiel économique des com-munautés francophones et acadien-nes, et de stimuler la créationd’emplois », explique Karine Silva,coordonnatrice principale des com-munications.La Banque de dévelop-pement du Canada (BDC),qui appar-tient au gouvernement fédéral,fournitdes services financiers, d’investis-sement et de consultation destinésaux petites et moyennes entrepri-ses canadiennes.

Odile Gnanaprégassame

investir au canada

© G

ulag

Orke

star

Phot

ogra

fie -

Foto

lia

REPERES

SUR LE WEBI www.investiraucanada.caI RDEE : www.rdee.caI Entreprises Canada :www.entreprisescanada.caI Citoyenneté etImmigration Canada :www.cic.gc.caI Service économique àl’Ambassade de France :www.missioneco.org/canadawww.ambafrance-ca.orgI Banque dedéveloppement Canada :www.bdc.ca

Page 25: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 27

quebec

Plus grand territoire du Canada,le Québec est divisé en 17 régionsadministratives.Contrairement auxautres provinces, elle est régie parson propre Code civil. Le Québecest bordé par l’Ontario à l’ouest,le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador à l’est et parles Etats-Unis au sud.On dit du Qué-bec qu’il offre des saisons distinc-tes :un hiver bien froid et enneigé,avec des températures pouvant des-cendre jusqu’à - 30°C,un été chaudet humide,un automne et un prin-temps doux ...La province livre unenature riche et variée (prairiesimmenses, lacs, montagnes...), unatout considérable pour les ama-teurs de grands espaces.La popu-lation,de 7,6 millions d’habitants,est concentrée dans le sud du ter-ritoire. Les deux plus grandes vil-les,Montréal et Québec,la capitaleprovinciale, attirent particulière-

ment les nouveaux arrivants fran-cophones. Perspectives d’emploisen français, possibilité de recom-mencer à zéro, de changer de voieprofessionnelle,enseignement supé-

rieur de qualité : autant d’avanta-ges qui font pencher la balance enfaveur de la « belle province ».

FRANCOPHONIEMembre fondateur de la Confé-dération canadienne en 1867, laprovince a été découverte par Jac-ques Cartier en 1534.Mais la colo-nisation de la « Nouvelle-France »par les premiers Français a com-mencé réellement au début du XVIIe

siècle.Après la cession aux Britan-niques en 1763, la France a inter-rompu ses relations avec le Qué-bec pour ne les reprendre qu’ausiècle suivant. Plus tard,en 1968,les gouvernements français et qué-bécois créent l’Office franco-qué-bécois pour la jeunesse,afin de rap-procher les jeunes québécois desjeunes français de 18 à 35 ans etvice-versa.Différents programmesd’échanges culturels et profession-nels ont ainsi été proposés aux jeu-

Québec

• Superficie : 1,7 million de km2

• Population : 7,6 millions

d’habitants

• Capitale : Québec

• Principales villes : Montréal,

Sherbrooke

• Taux de chômage (2007) :

6,9 %

• PIB (2006) : 284,2 milliards

$ CAN

• Nombre de francophones :

5,7 millions d’habitants

REPERES

Denis Laureillard, ingénieur de 35 ans, estinstallé à Montréal avec sa compagne.Témoignage.« Le réseau au Québec est très important. Mais il n’est pas seulement

à but professionnel. Il sert dans la vie de tous les jours. Le principe ?

On vous rend service et vous rendez service par la suite. C’est un

échange. Il est très courant de communiquer par le biais de cartes

d’affaires (ou cartes de visite).

Les Français ont du mal avec cette notion de réseautage. Or il ne

s’agit pas de piston.On vous embauche pour un emploi par exemple,

seulement si vous en avez les compétences.

Le réseau permet de s’informer, de s’entraider. Il faut savoir

l’entretenir. Mais il est difficile de se faire des amis pour s’intégrer. Au

Québec, on ne mélange pas les genres lors d’un dîner par exemple.

On va inviter des Québécois à dîner, mais eux ne le feront pas. Au

final, on a plus de « connaissances » que de véritables amis. C’est le

côté le plus dur lorsque l’on est nouvel arrivant. »

I Cap sur la « belle province » !Encore aujourd’hui, le Québec reste la première destination choisie (à 85 %) par les candidats français àl’émigration au Canada. La pratique du français et de l’anglais, son histoire liée à celle de notre pays expliquentcette attirance. Mais l’« Amérique en français » n’est pas aussi facile d’accès que l’on croit. Elle se mérite.Envisager de s’y installer nécessite une préparation assidue.

© D

enis

Cha

bot

Vue de Montréal

Page 26: Canada, travailler, étudier, investir

28 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

nes. Par ailleurs,l’équivalent belgede cet accord a été mis en placeavec l’Office Québec-Wallonie-Bruxelles pour la jeunesse(OQWBJ). Le français devient l’uni-que langue officielle de Québec en1974,la Charte la langue françaiseest quant à elle adoptée en 1977.

400e ANNIVERSAIREDE LA CAPITALEDU QUEBECEn 2008,la ville de Québec va fêteren grande pompe le 400e anniver-saire de sa création par Samuelde Champlain.Placées sous le signede la rencontre,de nombreuses célé-brations sont prévues au cours del’année.De grands événements inter-nationaux auront lieux tel le 12e

Sommet de la Francophonie,du 17au 19 octobre. Rendez-vous surwww.quebec400.qc.ca pour ensavoir plus.

vince sélectionne ses immigrantspar le biais d’un processus bien pré-cis. Une évaluation préliminaired’immigration (EPI) en ligne vousdonnera un premier avis quand àvotre éligibilité.Lorsque la réponseest positive, vous pourrez fairevotre Demande de certificat desélection (DCS), il vous en coû-tera 390 $ CAN de frais.Pour vousinstaller au Québec par le biais duprogramme des travailleurs qua-lifiés, vous serez jugé notammentsur vos compétences professionnel-les,votre formation,vos diplômes,votre niveau de connaissance lin-guistique en français et en anglais.Vous devrez prévoir un budget pourles 3 premiers mois qui suiventson installation.Les montants exi-gés sont disponibles sur Internet.Si vous correspondez aux critèresde sélection du Québec,vous rece-vrez le Certificat de sélection duQuébec. Par la suite, vous devrezfaire une demande de résidence per-manente auprès de l’ambassade duCanada. En effet, c’est le gouver-nement fédéral du Canada qui estresponsable de l’admission desimmigrants.Pour venir en tant quetravailleur temporaire,vous devrezêtre en possession d’une offre d’em-ploi,effectuer une demande de Cer-tificat d’acceptation du Québec(CAQ) puis d’un permis de travail.Ces démarches doivent être réali-sées avant le départ.Vous trouve-rez des informations complémen-taires sur le site du ministère del’Immigration et des Communau-tés culturelles (www. immigration-quebec.gouv.qc.ca).

LE MARCHÉ DU TRAVAIL QUÉBÉCOISLe taux d’emploi du Québec s’eststabilisé à 61,1 %,un sommet his-torique d’après le bulletin mensuelde l’IMT Québec (juillet 2007).La province connaît un taux de chô-mage de 6,9 % (juillet 2007), untaux un peu plus élevé que lamoyenne nationale qui est de 6 %.Emploi Québec prévoit l’embauchede 680 000 personnes pour la période2006-2010,dont près de 440 000

quebec

MONTRÉAL,MÉTROPOLE COSMOPOLITELes anglophones sont minoritai-res dans la province et principale-ment concentré à Montréal. LesMontréalais forment un mélangede personnes d’origines variées :Français, francophones et franco-philes,Libanais,Haïtiens,Latinos-Américains,autochtones....La villesait s’amuser et accueille des évé-nements prestigieux comme le Fes-tival de jazz international,elle abritele siège de nombreuses organisa-tions internationales. Tout ceciconfère à la 2e ville québécoise unstatut de niveau international.

TRAVAILLER

UNE SÉLECTION SPÉCIFIQUELe Québec accueille chaque annéeprès de 40 000 immigrants.La pro-

I En 2008, la ville de Québec

va fêter en grandepompe le 400e

anniversaire de sacréation par Samuel

de Champlain.

Des conseils pour la recherched’emploi avec Yann Hairaud,directeur de l’AMPE-CITI àMontréalVivre à l’étranger : Quel est le rôle de la CITI ?

Yann Hairaud : Notre but est de délivrer des

informations sur les réalités et perspectives

professionnelles. Nous proposons, par exemple,

des ateliers de recherche d’emploi destinés à

connaître les techniques et outils adaptés au

marché de l’emploi québécois : de la rédaction du

CV, à la préparation à l’entrevue d’embauche en

passant par la méthode pour approcher les

entreprises...

La CITI travaille aussi avec des ordres

professionnels, comme celui des ingénieurs, afin de

mieux préparer les candidats aux examens. D’autre

part, la CITI tisse des liens avec les entreprises en

vue d’organiser des rencontres entre employeurs et

candidats qui correspondent aux profils

recherchés.

VAE : Quel est le profil du Français qui arrive au

Québec ?

Y.H. : Il s’agit le plus souvent d’un jeune fortement

diplômé, avec une première expérience

professionnelle. Il est ingénieur, issu des ressources

humaines, ou encore de la finance, il est détenteur

d’un profil ciblé.

VAE : Que faut-il savoir du CV québécois ?

Y.H. : Le CV peut faire jusqu’à 2 ou 3 pages ; l’accent

est mis sur les expériences professionnelles que l’on

privilégie par rapport à la formation. La chronologie

est inversée. Les renseignements personnels sont à

bannir : âge, photo, nationalité, religion... Le CV

s’accompagne toujours d’une lettre de candidature,

appelée ici lettre de présentation. Elle est

dactylographiée, tient sur une page, doit aller à

l’essentiel, comme son homologue française. Il faut la

terminer en sollicitant une rencontre avec le recruteur.

VAE : Candidature spontanée ou réponse à une

annonce ?

Y.H. : Il faut savoir que très peu d’annonces

circulent, ce sont les candidatures spontanées qui

fonctionnent le mieux. La recherche d’emploi au

Québec se caractérise par une approche plus directe

des entreprises. Appeler les entreprises pour

connaître les opportunités d’emplois est plutôt bien

vu. Nous conseillons de contacter directement le

responsable d’activité ou de service. Cette démarche

exploratoire permet de prendre un premier contact

et en même temps des informations sur l’entreprise.

On peut savoir ainsi si l’on correspond aux profils

recherchés. Durant l’entrevue d’embauche, il ne faut

pas hésiter à se mettre en avant. Les compétences en

communication, le sens du travail en équipe, de

l’autonomie et le savoir-être sont plus importants

que les diplômes.

Page 27: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 29

SUR LE WEB

ImmigrationI Gouvernement du Québec :www.gouv.qc.caI Services gouvernementauxdu Québec :www.msg.gouv.qc.ca/frI Ministère de l’Immigrationet des Communautésculturelles :www.micc.gouv.qc.caI Consulat général de France :www.consulfrance-quebec.orgI Société de l’assuranceautomobile du Québec :www.saaq.gouv.qc.caI Revenu Québec :www.revenu.gouv.qc.caEmploiI Ministère du Travail :www.travail.gouv.qc.caI Commission des relationsdu travail : www.crt.gouv.qc.caI Commission des normes detravail : www.cnt.gouv.qc.ca- www.emploiquebec.net- www.tresor.gouv.qc.ca- www.emploisetc.ca- www.jobboom.com- www.monemploi.com- www.monster.ca- www.workpolis.comInvestirI Investissement Québec :www.investquebec.com/fr I Ministère duDéveloppement économique,de l’Innovation et del’Exportation :www.mdeie.gouv.qc.ca- www.entreprises.gouv.qc.ca- APDEQ : www.apdeq.qc.ca- Montréal International :www.montrealinternational.com- Mission économique :www.missioneco.org/canada

REPERES

postes liés à des départs à la retraite.Pour chacune des professions du Clas-sement national des professions(CNP),un avis est émis.Ces prévisions sont à considérer avecprudence car l’exercice de certainsmétiers ou professions sont régle-mentés. Il faut savoir, par exemple,qu’il est très difficile pour un méde-cin étranger d’exercer au Québecmême si cette profession affichedes perspectives « très favorables »avec les dentistes,pharmaciens,infir-miers autorisés, diététiciens, ingé-nieurs informaticiens,ingénieurs enaérospatiale...Quant aux professions annoncent desperspectives « favorables »,elles sontaussi nombreuses (liste non exhaus-tive) :vendeurs,éducateurs,traduc-teurs,avocats,conseillers familiaux,enseignants, aides-infirmiers, opti-ciens, vétérinaires, ambulanciers,assureurs, courtiers,agents de ges-tion immobilière, directeurs (finan-cier,de banque,des ressources humai-nes,des achats...).

TROUVER UNEMPLOI« Même si les francophones et lesFrançais sont mieux informés surles réalités québécoises aujourd’hui,ils ne mesurent pas forcément l’im-pact de l’immigration sur leur situa-tion professionnelle, explique YannHairaud,directeur de l’AMPE-CITIà Montréal.Mais le Québec recrute.Les infirmières, les travailleurs qua-lifiés dans les secteurs industrielssont très recherchés. L’industriepharmaceutique et les biotechno-logies constituent un pôle trèsimportant. La construction, notam-ment le génie civil et le bâtimentrecrutent aussi. Enfin, le secteurtertiaire, en particulier les assuran-ces, la finance, le secteur bancaireen général sont très porteurs d’em-plois également. »En effet, bien que de nombreusesprofessions offrent des perspecti-ves d’emplois favorables pour lesannées à venir,il n’en reste pas moinsdifficile pour un étranger de trou-ver un emploi à la hauteur de sesespérances.En cause,la reconnais-

sance des diplômes étrangers quipasse par les ordres profession-nels et le manque de préparation etd’adaptation à la culture québé-coise. Une évaluation compara-tive des diplômes existe bien qu’ellene soit pas obligatoire pour tous,elle facilite l’intégration profession-nelle ; renseignez-vous auprès duservice Immigration du Québec.Certaines entreprises québécoisespeuvent être réticentes à employerun candidat qui n’a aucune expé-rience de travail québécoise oumême canadienne ou qui ne pos-sède pas de diplôme canadien.Enfin,parler français est loin de suffire,il faut pratiquer l’anglais voire,unetroisième langue.Le site Emploi-Québec vous four-nira des informations complètes surle marché de l’emploi ainsi quesur les conditions d’exercice de votreprofession au Québec.Des organismes vous aideront àorganiser votre recherche d’emploiune fois sur place :l’Agence mont-réalaise pour l’emploi appeléeaujourd’hui AMPE-CITI (Clef pourl’intégration au travail des immi-grants),l’Agence nationale de l’ac-cueil des étranger et des migrations(ANAEM), le Centre local d’em-ploi (CLE). N’hésitez pas à pren-dre contact avec ces organismeslors d’un premier voyage, avantde vous installer.

LA LÉGISLATIONDU TRAVAILComme chaque province,le Québecdispose d’une législation particu-lière en matière d’emploi,gérée parla Commission des normes de tra-vail. Le salaire horaire minimumest de 8 $ CAN au 1er mai 2007.Le temps de travail hebdomadaireest en général de 40 heures.Un cer-tain nombre de jours fériés ou chô-més, comme le 25 décembre oule 1er janvier,sont payés sous formed’indemnités. Au bout d’un an deservice, le salarié bénéficie de2 semaines consécutives de congéspayés annuels, après 5 années deservices, il peut bénéficier d’unesemaine supplémentaire.

Le contrat de travail écrit n’estpas obligatoire et peu répandu ;les salariés ont droit à un avis decessation d’emploi, équivalent àun préavis, d’une semaine pour3 mois et plus de service. Cettedurée augmente en fonction del’ancienneté. Si cet avis n’est pasdélivré, l’employeur est tenu deverser l’équivalent du salairequ’aurait perçu l’employé durantla période de préavis.

ETUDIER

Le réseau éducatif public couvre l’en-seignement de l’éducation périsco-laire à l’enseignement supérieur.Le système d’enseignement québé-cois se décompose de la manière sui-vante : éducation périscolaire (1 à2 ans),le primaire (6 ans),le secon-daire (5 ans), les études collégiales(cegep = 2 à 3 ans).Il existe 72 com-missions scolaires,dont 60 sont fran-cophones et 9 anglophones. Deuxétablissements de renom dispensentle programme et les diplômes del’Education nationale française : leCollège Stanislas (www.stanislas.qc.ca) et le Collège Marie-de-France(www.mariedefrance.qc.ca).

DES UNIVERSITÉSAUTONOMES ETPERFORMANTESL’enseignement supérieur,similaireau modèle américain, est réputépour être de qualité et assurer auxétudiants une reconnaissance inter-nationale des diplômes acquis.Il estcomposé du Baccalauréat (3 à4 ans), l’équivalent de la licence ;de la maîtrise (2 ans), l’équiva-lent du Master et du doctorat (3 ansou plus). La recherche constitueun axe important et bénéficie de res-sources financières que l’on ne pour-rait imaginer en France.Parmi les 18 établissements univer-sitaires, il y a 4 universités fran-cophones,l’Université Laval,l’Uni-versité de Montréal,l’Université deSherbrooke et l’Université du Qué-bec, qui comprennent au total15 établissements ;et 3 universitésanglophones (Mc Gill, Concordia,

Page 28: Canada, travailler, étudier, investir

Bishop’s). Les universités sont auto-nomes dans le choix de leurs pro-grammes ainsi que dans le recru-tement des étudiants. Niveaud’études et compétences linguisti-ques seront notamment étudiéespour l’acceptation de votre dos-sier.Rendez-vous sur le site d’Edu-Québec-Région où vous trouverezdes informations complètes.

LES ÉTUDIANTSFRANÇAISPRIVILÉGIÉSLes étudiants étrangers doivent serenseigner directement auprès desétablissements qui les intéressentpour connaître les modalités d’ad-mission. Une fois admis dans unétablissement,il faut obtenir un Cer-tificat d’acceptation du Québec pourétudes (CAQ pour études) ainsi qu’unpermis d’études pour tout projet d’étu-des dont la durée excède 6 mois.Vousdevrez faire la preuve que vous dis-posez de fonds de subsistance néces-saires à votre séjour. Les étudiantsfrançais,grâce à une entente, béné-ficient d’une exonération de fraismajorés.En effet,les étudiants fran-

çais paient les mêmes droits queles étudiants québécois,c’est-à-dire2 000 $ CAN pour l’année envi-ron. Reste tout de même à prévoirsuffisamment pour assurer les dépen-ses la vie quotidienne,soit en moyenne10 000 $ CAN par an.Pour éviter les problèmes de tré-sorerie,vous pourrez travailler,souscertaines conditions,tenter d’obte-nir une bourse avant de partir ouencore faire un échange dans lecadre d’un programme.

PROGRAMMES ET BOURSESD’ÉTUDESSi vous souhaitez partir dans lecadre d’un programme d’échange,sachez que la Conférence des rec-teurs et des principaux des uni-versités du Québec (CREPUQ)propose des programmes d’échan-ges d’étudiants entre d’une part,des universités françaises,belges,suisses et d’autres pays encore et,d’autre part,des universités qué-bécoises. Ces programmes étantplus courts,– quelques mois – vouspaierez les droits d’inscriptions àvotre établissement d’attache enFrance, le diplôme obtenu seradonc français. Le Centre de coo-pération inter-universitaire franco-québécois (CCIFQ) offre quelquesbourses destinées aux doctorants ;l’Agence universitaire pour la fran-cophonie également.Pour des infor-mations complètes,rendez-vous surwww.studyrama.com, rubriqueInternational.

TRAVAILLERDURANT LES ÉTUDESSi vous étudiez dans l’un des éta-blissements qui participent au pro-gramme de permis de travail horscampus des étudiants internatio-naux, vous pourrez travailler endehors du campus à condition derespecter le nombre d’heures auto-risé. Les étudiants participant àun programme d’échange ne béné-ficient pas de cette mesure.Sinon,vous aurez la possibilité d’oc-cuper un emploi sur le campus de

votre établissement, à conditionde poursuivre des études à tempsplein,ou encore de travailler à l’ex-térieur du campus lors d’un stage,rémunéré ou non. Retrouvez tou-tes les conditions sur le site du minis-tère de l’Immigration et des Com-munautés culturelles.A noter que vous aurez la possi-bilité de renouveler votre permisd’études et votre permis de tra-vail sur place.

INVESTIR

TROIS PROGRAMMESLe Québec dispose de 3 program-mes permettant aux gens d’affai-res de s’y faire une place ;ils requiè-rent tous une expérience dans lagestion d’une entreprise ainsi qu’unavoir net minimal.• Le programme Entrepreneursnécessite un avoir net minimal de300 000 $ CAN,une expérience degestion/direction d’une entreprisede deux ans au minimum.• Le programme des Travailleursautonomespermet de s’installer auQuébec dans l’optique d’y créer sonpropre emploi. Il faut néanmoinsdisposer d’un avoir net minimalde 100 000 $ CAN et avoir uneexpérience de deux ans minimum àvotre compte dans la profession quevous souhaitez exercer.• Le programme Investisseursrequiert un avoir net minimal de800 000 $ CAN,une expérience de3 années minimum en gestion ausein d’une entreprise.Un montantà hauteur de 400 000 $ CAN estplacé au profit de deux program-mes d’aides aux entreprises au Qué-bec.Ce placement,d’une durée de5 ans, est garanti par le gouver-nement québécois et remboursé,sans intérêt.

LES BONNES RAISONS D’INVESTIRLa « belle province » bénéficie d’unesituation géographique exception-nelle :proximité avec les grands cen-tres canadiens comme Toronto etaussi américains comme New-York,

30 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I En effet, lesétudiants françaispaient les mêmes

droits que lesétudiants

québécois, c’est-à-dire 2 000 $

CAN pour l’annéeenviron.

quebec©

Nor

man

Cha

n - F

OTOL

IA

Batiment coloré typique,à Québec

Page 29: Canada, travailler, étudier, investir

vivrealetranger.comle site européen

de la mobilité internationale !

Retrouvez le guide complet de l’expatriation !www.vivrealetranger.com

Actualités

Tendances du marchéde l’emploi

Destinations phare : Europe, Amérique du Nord,

Asie, Océanie…

Page 30: Canada, travailler, étudier, investir

32 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

Detroit,Boston.Dotée d’infrastruc-tures routières et ferroviaires dequalité, elle bénéficie en plus d’unaccès à la mer par le fleuve SaintLaurent,ce qui lui confère une posi-tion privilégiée pour les échangescommerciaux.Elle constitue notam-ment une véritable plaque tournanteentre l’Europe et les Etats-Unis.Lamain d’œuvre y est qualifiée, àprix concurrentiel ; les coûts d’ex-ploitation plus faibles que lamoyenne nationale. Le Québecreprésente un marché de près de110 millions de consommateurs.De quoi assurément trouver sa placeen tant qu’investisseur.Le taux d’im-position des sociétés est de32,02 %.D’autre part, le Québecentend supprimer progressivementla taxe sur le capital de 0,49 % d’ici2011,sachant que les petites entre-prises bénéficient déjà d’une exoné-ration sur les premiers 1 000 000de $ CAN de capital imposable.Enfin, le Québec propose nombred’aides aux entreprises sous formed’incitatifs fiscaux, d’aides finan-cières ou de programmes adaptéssous forme de garantie de prêt,decrédit d’impôt, aide pour des étu-des de faisabilité... Pour la consti-tution de votre société,le choix entreune charte fédérale ou une charteprovinciale dépendra de plusieurscritères.Mais il n’y a pas de capi-tal social imposé.Renseignez-vousauprès de Revenu Québec,le minis-

tère du Revenu - à qui ont été attri-buées les fonctions du Régistrairedes entreprises.

LES SECTEURSCLEFSInvestissement Québec a réperto-rié les secteurs qui dominent l’éco-nomie :• l’aérospatiale : 240 entreprisesemployant 40 000 employés spé-cialisés• l’agroalimentaire : 467 000emplois,avec des entreprises commeDanone Canada ou Unilever Canada• l’automobile et le matérielde transport terrestre : près de800 entreprises et plus de 35 000salariés• les métaux légers : le Québecest le 4e producteur d’aluminiumde première fusion au monde• le multimédia : la province estdevenue incontournable en matièrede création et d’édition de jeuxvidéos, avec 70 entreprises spé-cialisées comme Ubisoft, Softi-mage et Autodesk Media andEntertainment• la microélectronique : une cen-taine d’entreprises,près de 13 000travailleurs• les sciences de la vie : l’indus-trie de la santé et des biotechno-logies est représentées par prèsde 400 entreprises,25 000 travail-leurs hautement qualifiés et 13 000chercheurs dans le secteur biomé-dical public.• les services informatiques et logi-ciels / télécommunication : Erics-son,Motorola,LGS,filiale de IBM,Harris Communications...

À QUI S’ADRESSER• Investissement Québec offre unegamme de financements et de mesu-res fiscales ainsi que son exper-tise en matière de développementéconomique.• Le ministère de du Développe-ment économique,de l’Innovationet de l’Exportation• L’Association des professionnelsen développement économique auQuébec (APDEQ).• Montréal International,qui contri-

bue au développement économiquedu Grand Montréal.

VIVRE

Avant toute chose, n’oubliez pasd’effectuer une demande de numérod’assurance sociale,le NAS qui vousidentifiera auprès des autorités pourvous permettre de travailler.En vertudes accords passés entre la Franceet le Québec en matière de Sécu-rité sociale,vous pourrez bénéficierdu régime d’assurance maladie duQuébec administré par la Régiede l’assurance maladie du Québec(RAMQ) ;vous devrez vous inscriredès votre arrivée.L’année d’imposi-tion court du 1er janvier au 31 décem-bre ; vous devrez remplir chaqueannée deux Déclarations de revenusdes particuliers, une pour le gou-vernement provincial et l’autre pourle gouvernement fédéral.Rendez-vous à la Société de l’as-surance automobile du Québec(SAAQ) pour échanger votre per-mis de conduire français (qui vousaura permis de conduire durantles 90 premiers jours de votre rési-dence) avec un permis québécois.La voiture constituera certainementvotre moyen de transport privilégiéavec le bus si vous vivez en dehorsde Montréal. En effet, seule cettedernière possède un réseau demétro.Pour trouver un logement,les mois de mars,avril et mai consti-tuent la meilleure période.

INTÉGRATIONIl va falloir vous habituer au par-ler québécois ! Bien que le fran-çais soit d’usage pour la majoritéde la population,il est bien différentdu français que vous connaissez.Alors pour éviter toutes bourdeset malentendus, renseignez-vousbien auparavant.Par exemple « trou-ver de l’ouvrage » signifie « trou-ver un emploi » ; « être versatile »signifie « être polyvalent » ; « un5 à 7 » signifie aller boire un verreaprès le travail.A votre arrivée,n’hé-sitez pas à vous rendre auprès d’uneassociation francophone d’accueil.

Odile Gnanaprégassame

quebec

REPERES

SUR LE WEB

EtudierI Ministère de l’Education :www.meq.gouv.qc.caI Ministère de l’Education,du Loisir et du Sport :www.mels.gouv.cq.caI Fédération descommissions scolaires duQuébec : www.fcsq.qc.caI Association desuniversités et collèges duCanada : www.aucc.caI CREPUQ :www.crepuq.qc.caI Centre culturel canadien :www.canada-culture.org- www.boursetudes.com- www.afe.gouv.qc.ca- www.cibletudes.caVie quotidienne- www.apprendrelequebec.gouv.qc.caI Régie du logement :www.rdl.gouv.qc.caI La toile du Québec :www.toile.qc.ca

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

Page 31: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 33

colombie-britannique

I Une ouverture francophone ?Même si les efforts gouvernementaux sont réels en matière de reconnaissance de la francophonie, la Colombie-Britannique reste résolument anglo-saxonne. Il est indispensable de maîtriser l’anglais, qui est la langue decommunication, pour espérer y vivre, y construire quelque chose ou entreprendre un projet.

La Colombie-Britannique se situeà l’ouest du Canada, bordée parl’océan Pacifique,les Etats-Unis ausud,l’Alberta à l’est avec les Rocheu-ses.Son climat est tempéré,les hiverssont doux.Société multiculturelle,croissance économique...la provinceoffre des perspectives intéressantesaux nouveaux arrivants. La popu-lation est majoritairement concen-trée dans les deux principales métro-poles :Vancouver et Victoria.

VANCOUVERACCUEILLE LES JOEn 2010,Vancouver aura l’hon-neur d’accueillir les Jeux Olympi-ques d’hiver (www.vancou-ver2010.com/fr). Un événementqui met la ville en effervescencemais qui a un impact sur le coûtde la vie.Même si les prix du loge-ment et des locaux augmententde manière générale au Canada,la tendance est d’autant plus visi-ble à Vancouver.

LA FRANCOPHONIEDepuis une dizaine d’années, laColombie-Britannique agit en faveurde la communauté francophone.Enadoptant la Loi scolaire,elle recon-naît à la minorité française le droità l’éducation en langue française,là où la présence francophone estassez importante pour le justifier.La Journée de la francophonie amême été instaurée en 2002, ellese tient le 20 mars, chaque année.Divers documents et services sontaccessibles en français (certains ser-vices juridiques,de santé,sociaux...).Le site internet du Programme desaffaires francophones de l’Inter-governemental Relations Secreta-riat, oriente vers des liens permet-

tant d’obtenir des informations gou-vernementales en français.

TRAVAILLER

Le programme de candidats des pro-vinces de la Colombie-BritanniqueLa province possède son programmede sélection des immigrants quiconcerne les travailleurs qualifiés,lesentrepreneurs et les étudiants étran-gers ayant effectué des études dansla province et qui souhaitent rester tra-vailler (sous certaines conditions).Ainsisélectionné,chaque dossier sera traitéde manière prioritaire par le bureaudes visas de l’ambassade du Canadaen France.Si vous ne répondez pas auxcritères de ce programme,vous pour-rez,selon les conditions en vigueur,sou-mettre une demande pour accéderau Programme des travailleurs qua-lifiés ou au Programme des gens d’af-faires.Venir en tant que travailleur tem-poraire ou dans le cadre du ProgrammeVacances-Travail constituent deuxalternatives intéressantes.

RÉGLEMENTATIONComme dans toutes les provincescanadiennes, se posera la questiondes équivalences des diplômes etcompétences. Il faut s’adresser àl’International Credential Evalua-tion Service (www.bcit.ca/ices) quiest en charge de l’évaluation descompétences professionnelles. L’ac-cès à de nombreuses professions estréglementé,vous devrez obtenir unecertification pour exercer. Il fautsavoir que,de manière générale auCanada, il est courant de repren-dre des études, même adulte, pouracquérir de nouvelles compétences,la mobilité faisant partie de la vieprofessionnelle.

TROUVER UNEMPLOIDes organismes d’aide à la recher-che d’emploi sont à votre disposi-tion.La Collège Educacentre,orga-nisme incontournable pour lesnouveaux venus, offre différentsservices : accueil, orientation sco-laire et professionnelle, aide à larecherche d’emploi... Les secteursqui recrutent varient selon lesrégions :pétrole et gaz,transports,mines,secteur manufacturier,com-merce au détail, hautes technolo-gies, tourisme, services sociaux,santé, éducation, finance, immo-bilier,industrie forestière...Rendez-vous sur le site internet Travail etAvenir (www.workfutures.bc.ca)pour des renseignements complets.

ÉTUDIER

SCOLARITÉ Le Conseil scolaire francophone,créé en 1995, est responsable desprogrammes pédagogiques en lan-

© N

atal

ia B

rats

lavs

ky -

Foto

lia.c

om

La métropole de Vancouver

La ColombieBritannique• Superficie : 947 800 km2

• Population (avril 2007) :

4,3 millions d’habitants

• Capitale : Victoria

• Principales villes : Vancouver,

Kelowna, Abbotsford

• Taux de chômage (juillet

2007) : 4,1 %

• Taux de croissance du PIB

(2005) : 3 %

• Nombre de francophones :

63 625 habitants

REPERES

Page 32: Canada, travailler, étudier, investir

34 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

gue française.Il gère 13 écoles fran-cophones, 15 pré-maternelles et20 garderies.Il existe une école française inter-nationale implantée à Vancouver etqui dispense des cours de la mater-nelle au lycée (www.efiv.org).

ENSEIGNEMENTPOST-SECONDAIREAu-delà de six mois d’études dansla province,vous aurez besoin d’unpermis d’études, celui-ci vous per-mettra de travailler dans le campus.Par contre si vous souhaitez obte-nir un job à l’extérieur du campus,cela nécessitera un permis de tra-vail en bonne et due forme.25 établissements dispensent desprogrammes variés :• 4 universités de recherche : l’Uni-versité de la Colombie-Britannique(www.ubc.ca), l’Université SimonFraser (www.sfu.ca), l’Universitéde Victoria (www.uvic.ca), quioffrent des spécialisations en fran-çais ; et la University of NorthernBritish Columbia (www.unbc.ca)• 2 universités spécialisées : l’Uni-versité Royal Roads met en œuvredes programmes adaptés au marchédu travail,Thompson Rivers Univer-sity Open Learning,spécialisée dansl’enseignement à distance.• 3 instituts provinciaux :Le BritishColumbia Institute of Technologydispense des baccalauréats (équiva-lent de la licence) en technologie ;le Justice Institute of BC ; l’EmilyCarr Institute of Art and Design.• 3 collèges universitaires : Fra-ser Valley,Kwantlen et Malaspina.• 12 collèges et 2 instituts autoch-tones.Pour s’inscrire, il existe un servicedes admissions, le Post SecondaryApplication Service of BritishColumbia (PASBC, www.bccam-pus.ca). Une inscription vous coûtera entre3 475 et 7 860 $ CAN pour un 1er

cycle et entre 2 100 et 2 898 $ CANpour un 2e ou 3e cycle. Pour vousrenseigner sur les bourses ou pro-grammes d’échanges, rendez-voussur le site internet du Centre cul-turel canadien.

surance sociale NAS (SIN enanglais), indispensable à touteembauche par un employeur.La cartede résident permanent que vous rece-vrez sera la seule preuve officielle devotre résidence permanente auCanada,pensez à la renouveler tousles cinq ans.

SYSTÈME DESANTÉLe Medical Service Plan (MSP) estdestiné uniquement aux résidents dela province.Certains frais de spécia-listes, les frais dentaires par exem-ple,ne sont pas couverts par la carted’assurance-maladie. Le gouver-nement provincial a mis en placeun programme de remboursementde médicaments, Pharmacare.(www.healthservices.gov.bc.ca/pharme).Il faut savoir que les nouveauxarrivants ne bénéficient pas immé-diatement du MSP, un délai decarence de 3 mois est requis.

FISCALITÉVous devrez déclarer vos revenusauprès du gouvernement fédé-ral et du gouvernement provin-cial.Le système d’imposition de laColombie-Britannique fonctionnepar tranches progressives allant de5,7 à 14,7 %.

INTEGRATIONLes francophones participent à l’évo-lution économique de la province,mais ils ne forment pas vraiment decommunauté. Il n’existe pas « vil-lage » ou de regroupement dansun quartier comme c’est le cas dansd’autres provinces.Elodie et Matthieu,installés depuis2 ans à Vancouver, ont suivi, àleur arrivée,un programme auprèsde Educacentre lors duquel ils ontbénéficié de cours d’anglais.« Nousn’étions pas bilingues, mais le pro-gramme nous a aidé à progresser,et il faut dire aussi que nous som-mes immergés : la langue de com-munication est l’anglais, la télé-vision en anglais... », expliqueElodie.

Odile Gnanaprégassame

colombie-britannique

INVESTIR

La Colombie-Britannique est à lafois une porte d’entrée sur le mar-ché asiatique, pacifique et améri-cain.Les secteurs clefs de l’écono-mie sont les nouvelles technologies,la province profitant de la proxi-mité de la Silicon Valley américaine.Il existe une concentration d’unsavoir-faire en matière de jeux vidéos.La société américaine ElectronicsArts possède son plus grand studiode mise au point de jeux dans la pro-vince.L’industrie du cinéma est por-teuse,on parle même d’un « Holly-wood du Nord » à propos deVancouver où il y a de nombreux stu-dios implantés.Le secteur des biotechnologies, lafabrication de pointe,l’industrie fores-tière,l’industrie touristique,les acti-vités minières,agroalimentaires vien-nent compléter une économie trèsdiversifiée.Il n’est pas compliqué de créerson entreprise en Colombie-Britan-nique,24 heures suffisent ! Malgréun environnement favorable auxinvestissements (taxe aux entrepri-ses peu élevée,crédits d’impôts...),peu de grandes entreprises françai-ses sont installées dans la province.

A QUI S’ADRESSER ? Diversification de l’économie del’Ouest Canada s’efforce de pro-mouvoir l’innovation, l’entrepre-neuriat et le développement écono-mique communautaire dans l’Ouest.La Société de développement éco-nomique de la Colombie-Britan-nique (SDECB) offre des servi-ces d’aide à l’installation auxfrancophones qui souhaitent créerleur entreprise.

VIVRE

40 000 immigrants choisissent cha-que année la Colombie-Britannique.Outre un besoin en main-d’œuvrespécialisée et qualifiée, la provinceoffre une qualité de vie avérée. Larésidence permanente acquise,vousdevrez demander un numéro d’as-

REPERES

SUR LE WEBI Gouvernement deColombie-Britannique (C-B) :www.gov.bc.caI Immigrer en C-B :www.ag.gov.bc.ca/immigrationI Ressources humaines etdéveloppement socialCanada : www.rhdsc.gc.ca - www.pnp.gov.bc.ca Emploi- Emploi Avenir :www.emploiavenir.ca/fr- www.jobbank.gc.ca- www.britishcolumbiajobs.com- www.bcjobs.com- www.victoriahomepage.com/employementVie quotidienne- www.vivrenecolombiebritannique.caI Office du tourisme :www.tourisme-cb.comIntégrationI Fédération desfrancophones de laColombie-Britannique :www.ffcb.bc.caI Educacentre :www.educacentre.comEtudierI Centre culturel canadien :www.canada-culture.orgI Centre d’informationcanadien sur les diplômesinternationaux : www.cicic.ca- www.learnlivebc.ca- www.gov.bc.ca/bcedInvestirI Société de développementéconomique de la Colombie-Britannique (SDECB) :www.sdecb.cI Service économique del’Ambassade de France :www.missioneco.org/canadaI Chambre de commercefranco-colombienne :www.commerce.caI Société des services auxentreprises Canada -Colombie-Britannique :www.smallbusinessbc.ca.previewmysite.com/francaisI Diversification del’économie de l’OuestCanada : www.deo.gc.ca- www.investiraucanada.gc.ca

Page 33: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 35

nouveau-brunswick

I La province acadiennesort de l’ombreAlors que la plupart des francophones se ruent vers le Québec, prenez plutôt la tangente au Nouveau-Brunswick !Province en expansion, c’est également la seule officiellement bilingue français/anglais du Canada. Gros plan surun eldorado encore méconnu.

Le centre communautaire Sainte-AnneLe centre communautaire Sainte-Anne a pour mission de

contribuer à la sauvegarde de la langue et de la culture françaises

dans la région majoritairement anglophone de Fredericton. Très

dynamique, ce centre propose des activités culturelles, sportives

et récréatives, favorisant ainsi les rencontres entre francophones

établis dans la capitale. www.centre-sainte-anne.nb.ca

Le Nouveau-Brunswick

• Capitale : Fredericton

• Superficie : 73 440 km2

• Population : 751 481 (2005)

dont environ 315 000

francophones

• Croissance du PIB : 2,5 %

• Taux de chômage (juillet

2007) : 7,2 %

REPERES

Situé sur la façade atlantique, leNouveau-Brunswick est bordé parle Québec,la Nouvelle-écosse et l’Etataméricain du Maine.Avec ses 73 440km2 de superficie,il pourrait conte-nir deux fois la Belgique et ne cou-vre pourtant que1 % du Canada !Son territoire, boisé à 80 %, offredes paysages uniques :étendues mon-tagneuses,décors pittoresques agri-coles et surtout plus d’un millierde kilomètres de côtes d’une beautésurprenante.Côté températures,ellesavoisinent les -10°C en janvier,11° Cau printemps,26°C en été et 7,5° Cà l’automne.

Parmi ses 751 481 habitants,la pro-vince compte près de 33% d’aca-diens, soit la plus forte proportionde francophones du pays,hors Qué-bec.49 % de la population vit à lacampagne. Les trois villes les pluspeuplées sont par ordre d’impor-tance Saint-Jean, dans la baie duFundy ; Moncton, ville montanteau sud-ouest et la capitale Frederic-ton,très britannique.Viennent ensuiteMiramichi, Edmunston, Dieppe,Bathurst et Campbelton.

VIVRE

IMMIGRER : LE PROGRAMME DESCANDIDATS DE LAPROVINCE (PCP)Le Nouveau-Brunswick cherche àaugmenter sa population et a concluune entente avec le gouvernementfédéral pour participer plus acti-vement au processus d’immigration,en présélectionnant ses candidats.Son objectif : attirer plus de5 000 immigrants par an d’ici 2015.La province est en pénurie de main-

d’œuvre et ouvre ses portes aux tra-vailleurs qualifiés répondant à desbesoins économiques précis, ainsiqu’aux entrepreneurs qui présententun projet viable. Ce programmes’adresse uniquement aux person-nes qui souhaitent immigrer en qua-lité de résident permanent.Les can-didats ainsi parrainés par la provinceobtiendront plus rapidement leurvisa de travail ou d’affaires (entre6 et 12 mois).Cependant,c’est tou-jours Citoyenneté et immigrationCanada (CIC) qui prend la déci-sion finale. À noter : si vous avez

les qualifications et l’expérience dansune profession en pénurie de main-d’œuvre, vous pouvez désormaisobtenir votre visa avant même d’avoirtrouvé un employeur.

SANTÉ ET PROTECTIONSOCIALELe système de santé au Nouveau-Brunswick est de bonne qualité etle régime de protection sociale,très complet.Il comprend une assurance-mala-die qui offre un accès gratuit et

© M

iche

l Thi

baul

t - F

otol

ia.c

om

Le Port de Victoria, Ile-du-Prince-Edouard

Page 34: Canada, travailler, étudier, investir

36 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

universel aux services de santé debase, ainsi que tout un éventail deprestations sociales comme l’as-surance-vieillesse, les allocationsfamiliales ou l’aide-emploi.Pour yavoir droit, vous devez impérative-ment avoir le statut de résident.En outre, le Canada a signé desconventions de protection socialeavec la France et la Belgique concer-nant la branche vieillesse, les pen-sions d’invalidité et de survivants,plus la branche décès pour la France.Vous trouverez la liste et le détaildes accords internationaux de sécu-rité sociale passés avec le Canadasur le site de Ressources humai-nes et développement social cana-dien (RHDSC) :www1.servicecanada.gc.ca/fr/Demandez votre carte d’Assurance-maladie et celle de chacun des mem-bres de votre famille le plus tôt pos-sible après votre arrivée.Vous pouvezobtenir un formulaire de demandede carte auprès d’un cabinet de méde-cin, dans un hôpital, une pharma-cie ou encore auprès du ministèreprovincial de la Santé.Vous devrezprésenter une pièce d’identité (pas-

LOGEMENTIl n’est pas difficile de trouver unlogement et les prix défient touteconcurrence en Amérique du Nord.Comptez 400 € pour louer un70 m2 ; 127 000 € pour acheterun beau 200 m2.

S’INTÉGRERLes nouveaux venus sont toujourstrès bien accueillis, en particulierdans la communauté francophone.Les Acadiens se sont dotés d’unréseau associatif important, dontvous pourrez tirer parti. Au niveaunational, leur principal organismede représentation est la Société natio-nale de l’Acadie (SNA) et au niveauprovincial il s’agit de la Société desAcadiens et Acadiennes du Nouveau-Brunswick (SAANB).

ETUDIER

DEUX SYSTEMESSCOLAIRES EN UN !Pour reconnaître sa dualité linguis-tique,la province s’est dotée en 1974d’un système éducatif original,diviséen deux secteurs parallèles distincts,l’un anglophone, l’autre franco-phone.De la maternelle au secon-daire, le système des écoles publi-ques, qui sont gratuites, comptent14 districts scolaires :5 francopho-nes et 9 anglophones.

L’ENSEIGNEMENTPOST-SECONDAIRELe système des études post-secon-daires publiques du Nouveau-Bruns-wick comprend 4 universités ainsiqu’un réseau de collèges commu-

nautaires. Les universités duNouveau-Bruns-

wick, St Thomas etMount Allison sont tou-

tes trois anglophones etont très bonne réputation.

nouveau-brunswick

seport, certificat de naissance), laconfirmation de résidence perma-nente (IMM5292) ou votre cartede résident permanent.Sachez éga-lement que le Nouveau-Brunswickobserve un délai incompressible de90 jours à compter de votre arri-vée dans la province.Vous ne serezcouvert par l’assurance-maladie quepassé ce délai.

FISCALITÉ Vous devrez remplir une déclara-tion de revenus avant le 30 avril quisuit l’année d’imposition,en sachantque l’année fiscale correspond àl’année calendaire.Tous vos reve-

nus doivent être déclarés,qu’ilssoient de provenance cana-

dienne ou étrangère.Dans certaines situa-

tions, il se peut quevous soyez égale-

ment imposabledans votre

paysd ’ori -gine, sivous avezmaintenu desliens économi-ques important avecce dernier par exem-ple. Pour éviter les dou-bles impositions,le Canadaa signé des conventions fisca-les internationales, avec laFrance,la Belgique et la Suissenotamment.Voire le dossierfiscalité sur notre sitewww.vivrealetranger.com

I Pour éviter lesdoubles

impositions, leCanada a signé des

conventionsfiscales

internationales,avec la France, la

Belgique et laSuisse notamment.

Le Numérod’assurancesocialeEn tant que nouvel arrivant, il

vous faudra un numéro

d’assurance sociale (NAS)

pour être identifié aux fins de

l’impôt mais aussi pour

recevoir les prestations

sociales, comme le régime

des pensions du Canada

(RPC).

A votre arrivée, un agent de

l’immigration vous remettra

un formulaire pour obtenir ce

numéro. Vous pouvez

également en faire la

demande auprès du bureau

des Ressources humaines et

développement social (RHDS)

de votre région.

• www.rhdsc.gc.ca/fr

• www1.servicecanada.gc.ca/fr

L’assurance-maladieLes étudiants étrangers ne

bénéficient pas de

l’assurance maladie au

Nouveau-Brunswick. Les

universités proposent

généralement des

assurances privées à des prix

raisonnables.

© bluestocking - FOTOLIA

Page 35: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 37

© P

hoto

Euph

oria

,- F

OTOL

IA

Anne-Lise et Guillaume Blin, âgés de 23 et 24 ans, forment un jeune couple aventureux. Ils n’ont pas hésité, leur DUT de commerce en poche, à quitter Dieppe (France) pour travailler à

Dieppe au Nouveau-Brunswick.

« Nous sommes arrivés le 15 janvier, munis d’un visa « vacances-travail ». Au début, nous avons fait des

petits boulots, puis j’ai trouvé un poste dans un centre d’appel et Guillaume dans une entreprise de

construction de piscines. En quelques mois, nous avions déjà eu une promotion ! Le salaire de Guillaume est

passé de 9 à 12 $ en deux mois et on m’a offert un poste de superviseur. Ici, on donne vraiment leur chance

aux jeunes qui débutent, et ce, peu importent les diplômes. Dès lors qu’on est motivé, on peut monter très

rapidement. Le niveau de vie est aussi plus élevé et il y a plus d’offres que de demandes d’emploi. Mais tout

n’est pas rose : on ne fait pas les 35 heures ici, plutôt 40 et au delà, et côté vacances c’est 10 jours contre 25

en France. Les non bilingues ont également plus de difficultés à trouver un emploi, surtout dans le

commerce. Ceci dit, le bilan de notre expérience est positif, et nous envisageons même de rester! »SUR LE WEB

I Pour connaître la liste desécoles primaires etsecondaires francophones:www.nbed.nb.ca/repertoireI Programmes de bourseinternationale pour desétudes au Canada :www.scholarships.gc.ca/noncanadians-fr.htmlI Centre d’informationcanadien sur les diplômesinternationaux :www.cicic.ca

Recherche d’emploi - www.emploisnb.ca - www.workopolis.com - www.monster.ca - www.jobbank.com - http://NewBrunswickJobShop.ca

Investir I Agence de développementéconomique communautaire :www.enterprise-entreprise.ca

REPERES

Le programme de baccalauréaten e-business de l’université du Nou-veau-Brunswick est le premier dugenre au Canada et ses program-mes de MBA et de droit sont parmiles meilleurs du pays.Quant a l’uni-versité de Moncton,avec des cam-pus à Moncton,Edmunston et Ship-pagan,c’est la plus grande universitéfrancophone d’Amérique du Nord,hors Québec. Les frais d’inscrip-tion varient entre 5200 et 13 440 $CAN et chaque établissement opèreune sélection personnelle.Pour les équivalences de diplômes :rendez-vous sur le site du Centred’information canadien sur les diplô-mes internationaux. www.cicic.ca• Le permis d’étudeVous n’avez pas besoin de permissi la durée des études n’excède pas6 mois.Au-delà, vous devrez faire unedemande de permis d’étude auprèsde Citoyenneté et immigrationCanada (CIC),après avoir au préa-lable été accepté dans une univer-sité canadienne.• Les bourses d’étudesChaque établissement post-secon-daire offre des bourses d’étudespour les étudiants internationaux,attribuées selon le mérite et/ou lesressources.• Travailler sur le campusLes étudiants étrangers qui suiventun cycle post-secondaire à tempscomplet peuvent travailler sur lecampus sans permis de travail. Ilspeuvent également obtenir un per-

mis de travail hors campus pendantleurs études et un permis de tra-vail de 2 ans après l’obtention dudiplôme.www.cic.gc.ca/francais/etudier/tra-vailler.asp

TRAVAILLER

LE RHDSCLe Bureau des ressources humai-nes et du développement socialCanada (RHDSC) permet auxemployeurs de recruter des travail-leurs étrangers lorsqu’il est diffi-cile de les trouver sur place.L’employeur potentiel doit soumet-tre sa demande au RHDSC qui éva-

lue la nécessité de recourir à un tra-vailleur étranger, et effectuer tou-tes les démarches administrativessi celle-ci est validée.

LE MARCHÉ DUTRAVAILLes familles professionnelles qui ontle meilleur potentiel d’emploi sontles professions de gestion, les ser-vices de santé, les TIC et le génie,les professions associées au tra-vail des métaux,la vente et les ser-vices ainsi que les services sociauxet l’éducation.Le site Emploi-Ave-nir,produit par RHDSC en collabo-ration avec le gouvernement pro-vincial, permet de se renseigner

Page 36: Canada, travailler, étudier, investir

sur 154 professions importantessur le marché du travail de la pro-vince. http://nb.jobfutures.orgLe taux de chômage de la pro-vince a beaucoup baissé ces derniè-res années, passant de 10 % en2000 a 7,2 % en juillet 2007. Ilexiste cependant de fortes dispa-rités régionales. Le taux de chô-mage est beaucoup plus faible dansles régions du centre,du sud-ouestet du sud-est, s’élevant respecti-vement à 4,9 %,5,5 % et 6,7 %.Au nord-ouest, il est de 9,2 % etau nord-est de plus de 12 %. Lesrégions de Fredericton,Saint Johnet Moncton, au centre et au sudde la province, sont très dynami-

ques et attirent de plus en plus dejeunes vivant dans les milieux rurauxdu nord de la province.

LA CULTURE PROFESSIONNELLE• La loi des normes d’emploi :ellevise tous les salariés et lesemployeurs de la province,exceptéceux qui relèvent des autorités fédé-rales qui sont régis par le Codecanadien du travail,ainsi que ceuxqui ont signé une convention col-lective.• Salaire et temps de travail :comme aux Etats-Unis, lesemployés sont généralement payésà la semaine sur une base horaire

ou annuelle. Le salaire hebdoma-daire moyen en 2005 était de681,15 $ CAN,soit environ 474 €.C’est un peu moins que le salairemoyen au Québec qui est de697,15 $ CAN, mais le coût dela vie est beaucoup plus bas au Nou-veau-Brunswick que dans le restedu pays. Le salaire minimum envigueur depuis le 1er juillet 2007est de 7,25 $ de l’heure,soit un peuplus de 5 €. La semaine de tra-vail normalisée est de 44 heures.Au delà, le « surtemps » ou heuresupplémentaire est payé une foiset demi le salaire minimum, soit10,88 $ (environ 7,6 €).• Congés payés : le salarié a droità un congé hebdomadaire de 24heures minimum et les employeurssont tenus d’accorder à leurs sala-riés des congés annuels payés.Toutsalarié qui a travaillé pendant moinsde 8 ans de service continu a droità 2 semaines de congés ou une jour-née pour chaque mois civil, contre3 semaines ou une journée 1/4 parmois pour les salariés qui ont passé8 ans et plus dans une entreprise.

LES RELATIONSPROFESSIONNELLESL’atmosphère sur le lieu de tra-vail est beaucoup plus détendueet les relations au sein de l’entre-prise sont bien moins hiérarchiséesqu’en Europe.Les employeurs don-nent généralement plus facilement

38 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I L’atmosphère surle lieu de travail

est beaucoup plusdétendue et les

relations au sein de l’entreprise

sont bien moinshiérarchisées qu’en Europe.

nouveau-brunswick

Croissant-SoleilCatherine et Lionel Rouanes ont quitté la Bretagne avec leur

2 enfants pour créer la boulangerie « Croissant Soleil » au

Nouveau-Brunswick. Témoignage.

Vivre à l’étranger : Pourquoi le Nouveau-Brunswick ?

« Nous projetions d’émigrer au Québec avec nos 2 enfants et sommes tombés

sur une publicité sur le Nouveau-Brunswick.Curieux,nous avons fait des

recherches et le bilinguisme de la province nous a agréablement surpris.Nous

avons alors intégré le programme des candidats de la province,et avons

effectué un premier voyage exploratoire en 2000,suivi de deux autres.Le

caractère francophone de Dieppe et son dynamisme nous ont séduits.Un an

plus tard,après avoir rencontré les différents intervenants économiques et les

services d’immigration,nous nous sommes installés en qualité de résidents

permanents.Nous avons fait un plan d’affaires et trouvé un site pour notre

entreprise.Et en Novembre 2002,nous avons ouvert “Croissant-Soleil”.»

VAE : Est-ce que votre affaire marche bien ?

« La province et la région de Moncton-Dieppe en particulier sont en

plein essor économique. Si vous avez de bonnes idées, un projet bien

ficelé, votre entreprise verra le jour très rapidement ! Toutes les

démarches administratives sont simples et rapides, les coûts de main-

d’œuvre et les charges sociales moins élevés qu’au Québec et les coûts

de construction restent bas, malgré le boom économique. Aujourd’hui,

nos affaires vont très bien. Nous employons 20 personnes et avons

ouvert un autre magasin. Seul ombre au tableau : le manque de

personnel qualifié. »

VAE : Quelle est la clé d’une adaptation réussie ?

« Avoir un projet carré, une attitude positive et humble. Et surtout, ne

pas arriver en “ conquérant “ ! Notre intégration s’est bien passée parce

que nous nous étions bien préparés. Et les gens sont très accueillants et

ouverts d’esprit. »

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

Page 37: Canada, travailler, étudier, investir
Page 38: Canada, travailler, étudier, investir

40 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

leur chance aux jeunes ou aux per-sonnes qui souhaitent changer devoie.Ici,l’ascenseur social n’est pasen panne : vous pouvez progres-ser très rapidement si vous êtes com-pétent.

LE BILINGUISMEAU TRAVAILLors du recensement de 2001,seuls34,2 % des résidents se disaientbilingues.Le bilinguisme est beau-coup plus répandu chez les fran-cophones qui sont bilingues à71,5 % que chez les anglophoneset les allophones, respectivementbilingues à 14 % et 17,5 %.Aussi,la maîtrise de l’anglais, même enmilieu francophone,demeure essen-tielle.

LES PROFESSIONSRÉGLEMENTÉESAu Canada,20 % des professionssont réglementées et leur exercicenécessite une autorisation. Celaconcerne notamment le personnelmédical et enseignant,les ingénieursou encore les électriciens. Si vousêtes dans cette situation, il faudraobtenir l’agrément de l’organismede réglementation provincial pourpouvoir éxercer.Plus d’informationssur www.cicic.ca

INVESTIR

Démarches administratives simpli-fiées,stimulants fiscaux généreux,

faibles charges socia-les et coûts deconstruction parmi lesplus bas d’Amériquedu Nord : la provincea de nombreux atoutspour attirer de nouvel-les entreprises. Plu-sieurs grands groupesinternationaux s’y sontd’ailleurs installéscomme Irving,McCainFoods, Saeplast ouencore PrecisionMetal Works.

LES POINTSFORTS DE

L’ÉCONOMIERécemment,les entreprises du sec-teur des technologies de pointeont afflué dans la province.Cepen-dant,les piliers économiques tradi-tionnels que sont l’agriculture, laforesterie et la pêche,tiennent tou-jours une place importante dansl’économie locale.Les industries manufacturières etminières constituent égalementd’autres points forts, ainsi que letourisme.

COMMENT CRÉERSON ENTREPRISE ?Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a mis en place une pro-cédure particulière pour les entre-preneurs potentiels qui souhaitents’installer dans la province, via lacatégorie « affaires » du PCP. Sivous répondez aux exigences requi-ses (fonds, expérience en gestiond’entreprise),le gouvernement pro-vincial vous proposera de nombreuxservices d’aide à la création de votrefuture entreprise.Vous devrez effectuer un voyageexploratoire de 5 jours ouvrablesminimum, au cours duquel vousdevrez vous mettre en relations avecles différents agents économiquesde la région visée et les servicesd’immigration.

DES VILLES DYNAMIQUESLes trois grands centres urbains que

sont Moncton,Fredericton et SaintJohn sont particulièrement dyna-miques.Moncton se classe dans lespremiers rangs des villes renta-bles du G7 d’après une étude deKPMG (2006). Fredericton agitcomme un aimant sur les entre-prises, avec une entreprise pour14 habitants.Quant a Saint John,la ville génèreplus du tiers du PIB de la province.Mais les possibilités de créationd’entreprises ne se limitent pas àses trois villes.D’autres, de taille plus modeste,comme Mirabilis, Bathurst,Campbelton et Edmunston,repré-sentent des alternatives a ne pasnégliger.

FINANCER VOTRE PROJETLa province offre diverses mesu-res incitatives et formules finan-cières aux nouvelles entreprisesparmi lesquels:• Le programme d’Aide stra-tégique d’entreprises Nou-veau-Brunswick :www.gnb.ca/0398/investment/incentives/index-f.asp• Le financement régional :certaines régions comme Resti-gouche-Chaleur, la péninsuleacadienne et Miramichi offrentdes programmes spéciaux definancement.www.gnb.ca/0096/index-f.asp• Programme de développe-ment des entreprises del’APECA :www.acoa.ca/f/financial/busi-ness.shtml• Programme d’aide à larecherche industrielle duConseil national de recherchesCanada (PARI-CNRC) :http://irap-pari.nrc-cnrc.gc.ca/aboutirap_f.html• Fondation de l’innovation auNouveau-Brunswick :http://www.finb.ca • Agences de développementéconomique communautaire(ADECs) :www.enterprise-entreprise.ca

Farah Boucherak

nouveau-brunswick©

sva

bo -

Foto

lia.c

om

REPERES

SUR LE WEBOrganismesgouvernementaux :I Consulat français àMoncton :http://consulfrance-moncton.orgI Gouvernement duNouveau-Brunswick :www.gnb.caSanté :I Santé Canada, ministèrede la Santé canadien :www.hc-sc.gc.caI Association canadienned’assurances aux personnes :www.accap.caLogement (annonces dansles journaux) :I L’Acadie Nouvelle,Caraquet :www.capacadie.com I Fredericton Daily Gleaner,Moncton Times &Trasncript, New BrunswickTelegraph Journal et SaintJohn Telegraph Journal :www.canadaeast.comI Colocation :www.colocation.frwww.easyroomate.comAssociations francophoneset acadiennes :I Société nationale del’Acadie :www.snacadie.orgI Société des Acadiens etAcadiennes du Nouveau-Brunswick :www.saanb.orgI Association France-Canada Moncton (ladirectrice Michèle Wen vit àMoncton et accueille lesnouveaux arrivants à brasouverts !) :[email protected]

Page 39: Canada, travailler, étudier, investir
Page 40: Canada, travailler, étudier, investir

42 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Douceur de vivreLa Nouvelle-Ecosse, l’Ile-du-Prince Edouard et Terre-Neuve-et-Labrador font partie des provinces du CanadaAtlantique, avec le Nouveau-Brunswick. De plus en plus de familles viennent s’y installer, séduites par l’océan et le rythme de vie, beaucoup moins effréné que dans les grandes villes.

L’ILE-DU-PRINCE-ÉDOUARDC’est la plus petite province duCanada,et pourtant sa superficie équi-vaut à 2 fois et demi celle du Royaume-Uni ! Les autochtones,des Mi’kmaq,l’appellaient Abegweit : « berceaudans les vagues ».L’île se trouve dansle Golfe du Saint-Laurent,au nord-est du Nouveau-Brunswick,dont elleest séparée par le Détroit de Nor-thumberland.Elle est connue commele lieu où se déroulent les contes deLucy Maud Montgomery de la série« Anne aux pignons verts » et ses pay-sages sont de temps à autre plébis-cités par le cinéma.

LE PROGRAMMEDES CANDIDATS DEL’ILE-DU-PRINCE-ÉDOUARDLa province a conclu une ententede coopération avec le gouverne-

ment fédéral en 2001, le Pro-gramme des candidats de la pro-vince, lui permettant de sélection-ner des candidats à l’immigrationafin de réaliser certains objectifssocio-économiques.Les candidatsainsi parrainés par l’île obtien-nent plus vite leur visa, mais c’esttoujours le gouvernement canadienqui prend la décision finale. Peu-vent participer à ce programme :les travailleurs qualifiés ayant déjàobtenu une offre concrète d’emploi,les entrepreneurs dont le projetest viable, les conjoints et les per-sonnes ayant des liens familiauxdans la province.« L’immigration sur l’île est un phé-nomène très récent. Notre associa-tion prépare la communauté à rece-voir les nouveaux venus, qui ontparfois une culture et une religiontrès différentes. Les habitants del’île sont très chaleureux mais ilsn’ont eu que très peu de contact

avec l’extérieur depuis le peuple-ment de l’île. De leur côté, lesimmigrants doivent aussi s’ouvrirà la culture locale. Chacun doitfaire un pas vers l’autre! »,expli-que Georges Monfray, directeurdu Carrefour d’immigration ruraleÉvangéline.www.immigrationevangeline.org

LA FRANCOPHONIEEnviron 4 % de la population estde langue maternelle française,maisprès de 25 % se dit être de racinefrançaise ou acadienne.Les Acadiens francophones viventdans six régions dispersées d’unbout à l’autre de la province.Leurplus grande concentration se trouvecependant dans la région Évangé-line,dans la portion sud-ouest de laprovince. La Société Saint-Tho-mas d’Aquin est leur porte-paroleofficiel. La Société de dévelop-pement de la Baie acadienne s’oc-cupe du développement global dela région Évangéline.Pour sa part,RDÉE Île-du-Prince-Édouard (le réseau de développe-ment économique et d’employa-bilité) appuie le développmentéconomique communautaire et ledéveloppement entrepreneurialfrancophone dans toutes les régionsacadiennes et francophones la pro-vince.Il stimule surtout la créationd’emplois.

S’INSTALLERLe logement est relativement facileà trouver et à un prix abordable,hormis pour l’électricité, dont lecoût est le plus élevé du pays.

ÉTUDIERLe système scolaire est divisé en3 commissions :la Commission sco-

provinces atlantiques

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

Le Port de Victoria, Ile-du-Prince-Edouard

• Capitale : Charlottetown• Superficie : 5 656 km2

• Population : 138 000 habi-tants• Croissance du PIB réel(2004) : 4,5 %• Taux de chômage (juillet2007) : 10,5 %• Climat : tempéré (18,5 °C enété en moyenne, -8° C enmoyenne en janvier)• Nombre de francophones :

6 110 habitants

L’ILE-DU-PRINCE-ÉDOUARD

REPERES

Page 41: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 43

laire de langue française, qui gère6 écoles françaises de la maternelleau lycée, la commission de l’ouest(Western School Board) et la com-mission de l’est (Eastern SchoolDistrict) qui gèrent respectivement21 et 43 écoles anglaises et d’im-mersion française.

L’enseignement post-secondairepublic est dispensé en anglais parl’Université de l’Ile-du-Prince-Edouard,qui abrite le Collège vété-rinaire de l’Atlantique, le CollègeHolland,un collège communautairepublic doté de 11 centres de forma-tion et plusieurs petites écoles pri-vées se spécialisant dans des domai-nes particuliers.Ceux voulant poursuivre leurs étu-des en français pour accéder àcertains cours en français au Cen-tre de formation francophone desadultes à Wellington.

TRAVAILLERActuellement, malgré un taux dechômage de 11 %,la province esten pénurie de travailleurs quali-fiés dans plusieurs domaines dontl’aérospatiale, les technologies del’information (concepteur et déve-loppeur web,ingénieurs en logiciels),les biosciences, les métiers de lasanté,le travail social ou encore lesmétiers de bouche et les métierstouristiques.

INVESTIRTraditionnellement, les pivots del’économie sont la pêche,l’agricul-

Le programme de sélection com-porte 5 catégories d’immigration :

1) économique : vise les person-nes qui ont de l’expérience en mana-gement.Les candidats reçoivent uncontrat rémunéré de 6 mois dansune entreprise néo-écossaise qui,elle,reçoit une subvention pour favo-riser son plan de développement.2) travailleur qualifié : concerneles candidats qui ont trouvé un posteà temps plein auprès d’un employeurnéo-écossais. Ce dernier doit met-tre en évidence une pénurie de tra-vailleurs qualifiés.3) communauté : la FANE (Fédé-ration acadienne de NouvelleEcosse) peut présenter des candi-dats qui peuvent contribuer à l’épa-nouissement socio-économique dela communauté.4) travailleur en entreprise fami-liale : s’adresse aux immigrants qui

La petite FranceMichèle et Hubert Lihrmann ont quitté l’Alsaceen 2002 pour ouvrir un Bed and Breakfast àAlberton, une région anglophone dans laportion ouest de la province

« Lors d’un séjour sur l’Ile-du-Prince-Edouard en

2000, nous avons découvert une maison à Alberton

et là, ce fut le coup de foudre ! Un an plus tard, nous

y sommes retournés et la maison était toujours à

vendre. Alors nous avons décidé de nous jeter à l’eau

et de l’acheter. Comme nous avions la cinquantaine

passée, nous n’aurions pas pu émigrer en tant que

travailleur qualifié. Alors nous avons eu l’idée de

transformer la maison en Bed and Breakfast. Il nous

a fallut un peu plus d’un an pour mettre sur pied le

projet et obtenir le statut de résident, puis, pendant

3 ans, j’ai continué à travailler en Alsace pour

assurer nos arrières, tandis que ma femme faisait

tourner le gîte.

Aujourd’hui, j’ai troqué mon costume de cadre pour

celui de gérant de B&B ! L’affaire marche très bien

et le rythme de vie sur l’île est beaucoup moins

stressant qu’en France. »

Nouvelle-Ecosse

ture et le tourisme.Mais l’aérospa-tiale, qui est la quatrième plusimportante industrie de l’île, lestechnologies de l’information et lesbiosciences sont devenues d’impor-tants vecteurs de croissance.L’in-dustrie alimentaire et les nouveauxmédias sont également des secteursporteurs.

LA NOUVELLE-ÉCOSSEBordée par l’océan,cette provincerévèle une centaine de plages desable blanc, de dunes herbeuses,de roches noires et de falaises abrup-tes.Son territoire est composé d’unegrande péninsule, reliée au Nou-veau-Brunswick par l’isthme deChignectou,et de l’île du Cap-Bre-ton au nord-est. Sa capitale Hali-fax, est l’un des plus grands portsde pêche au monde et la plus grandebase navale militaire du Canada.

LE PROGRAMMEDES CANDIDATS DELA NOUVELLE-ECOSSELa Nouvelle-Ecosse peut elle aussiparrainer ses candidats à l’immi-gration. Le gouvernement a pourobjectif d’attirer 3 600 immigrantspar an d’ici 2010 et prévoit éga-lement d’augmenter le nombre d’im-migrants francophones en travail-lant en étroite collaboration avecses partenaires communautairesacadiens et francophones.

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

• Capitale : Halifax• Superficie : 55 491 km2

• Superficie : 937 000 habi-tants• Croissance du PIB réel(2004) : 42,8 % • Taux de chômage (juillet2007) : 8,8 %• Climat : tempéré (jusqu’à 24°C en été et -3° C en hiver)• Nombre de francophones :

36 311 habitants

LA NOUVELLE ECOSSE

REPERES

I Bordée parl’océan, cetteprovince révèle unecentaine de plagesde sable blanc, dedunes herbeuses,de roches noires et de falaisesabruptes.

Page 42: Canada, travailler, étudier, investir

44 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

reçoivent une offre d’emploi à pleintemps d’une entreprise néo-écos-saise dont le propriétaire est unmembre de la famille proche.5) étudiants internationaux :concerne les étudiants étrangersnouvellement diplômés qui ontétudié en Nouvelle-Ecosse dansun établissement postsecondaireet qui possèdent une offre d’em-ploi à temps plein dans leurdomaine d’études,de la part d’unemployeur néo-écossais.

LA FRANCOPHONIELa Nouvelle-Ecosse est le ber-ceau de l’Acadie.C’est en effet ici que se sont éta-blis les premiers français en Amé-rique du Nord.Aujourd’hui, les acadiens fran-cophones ne représentent plus que3,8 % de la population, qu’onretrouve à Halifax et dans lesrégions de Chéticamp, L’IsleMadame, la baie Sainte-Marie,Argyle et Ponquet.Cependant,en 2004,la Nouvelle-Ecosse est devenue la 3e provincecanadienne à se doter d’une loi surles services en français.La Fédération acadienne de Nou-velle-Ecosse (FANE),membre dela Société nationale de l’Acadie(SNA) est le principal organismeporte-parole de la communauté.

S’INSTALLERContrairement au Nouveau-Brunswick, le coût des locationsd’appartements est relativementélevé dans cette province,en par-ticulier à Halifax.

ÉTUDIERL’enseignement en français relèvedu Conseil scolaire acadien provin-cial (CSAP) qui compte 19 écoles,de la maternelle au secondaire.L’enseignement post-secondaire estdispensé par 12 établissements,parmi lesquels l’Université Sainte-Anne, qui est la seule universitéde langue française de la province.

TRAVAILLERL’économie de la province estmixte, axés sur les services etl’industrie.Le taux de chômage diminue cha-que année.Des emplois se créentdans les secteurs de la produc-tion de biens (construction,pêche, pétrole...) et des servi-ces (restauration, santé, ensei-gnement...),mais également dansle tourisme.

INVESTIRLa Nouvelle-Ecosse est un centreindustriel. La province accueillede nombreuses sociétés interna-tionales, comme EADS, Atlan-tic ou Convergys. Les industriesmaritimes (capture et transfor-mation des ressources halieuti-ques et aquacoles,de pétrole et degaz, construction navale...) onttoujours été les principauxmoteurs de son économie.L’industrie manufacturière et letourisme tiennent également desplaces importantes ainsi que l’in-dustrie du papier et du bois.Volvoet Michelin ont d’ailleurs investidans ces secteurs.Centre financieret commercial des provinces de l’At-

lantique, la Nouvelle-Ecosse offreune infrastructure de pointe, avecun aéroport international,de grandsports et un vaste réseau de fibresoptiques à large bande.Le secteur bancaire se développe,ainsi que les hautes technologies,en particulier le secteur des TI.L’aé-rospatiale est également repré-sentée par des entreprises commePratt et Whitney Canada Inc.La biotechnologie et l’aquacul-ture sont également des activi-tés florissantes pour les petitesentreprises.

TERRE-NEUVE-ET-LABRADORL’île de Terre-Neuve et la pénin-sule du Labrador forment une seuleet même province, à l’extrême estdu Canada.Les anglais l’appellentthe rock, pour sa terre rocailleuseet son climat hostile.Les zones côtiè-res sont battues par des vents trèsforts venus de l’Atlantique nord.Mais en s’éloignant des côtes, ondécouvre des forêts boréales par-semées de lacs,de marais et de tour-bières. La capitale Saint John’sest tournée vers la pêche, mais lesactivités d’extraction minière etpétrolière prennent de l’essor.

LE PROGRAMMEDES CANDIDATS DELA PROVINCELe gouvernement terre-neuvien peutégalement sélectionner ses candi-dats à l’immigration. Son pro-gramme, concerne les travailleursqualifiés, les entrepreneurs et lesconjoints d’immigrants.Pour la caté-gorie « travailleurs qualifiés »,seu-les les personnes appartenant auxsecteurs professionnels suivant peu-vent se présenter:industrie du savoir,manufactures,pétrole et gaz,agri-culture, santé, tourisme, industriescréatives et culturelles.

FRANCOPHONIELa communauté francophone estrépartie dans la péninsule de Port-au-Port, à l’ouest du Labrador et

provinces atlantiques

3 bonnes raisons d’investir en Nouvelle-Ecosse

1/ La province offre un crédit d’impôt à l’investissement de 15 % sur le coût des immobilisations, hors

aides gouvernementales, applicable aux équipements et nouvelles unités de fabrication ou de

transformation.

2/ L’impôt provincial sur les sociétés qui s’appliquait aux 200 premiers milliers de dollars de revenus

annuel a été supprimé.

3/ D’après une enquête de KPMG de 2002, Halifax est l’une des villes du monde où les prix sont les plus

compétitifs, affichant le plus bas coût total d’exploitation d’une entreprise du Canada Atlantique.

• Capitale : Saint John’s• Superficie :405 720 km2

• Population : 517 000• Croissance du PIB réel(2004) : 6,7 %• Taux de chômage (juillet2007) : 13,6 %• Climat : modéré à Terre-Neuve où malgré des précipi-tations abondantes, les hiversrestent doux.Au Labrador, leshivers sont froids et les étéscourts.• Nombre de francophones :

2 440 habitants

TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR

REPERES

Page 43: Canada, travailler, étudier, investir
Page 44: Canada, travailler, étudier, investir

46 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

provinces atlantiques

à Saint John’s. Le dernier recen-sement de Statistique Canadacomptait près de 2 360 person-nes de langue maternelle française,soit environ 0,5 % de la populationtotale. Depuis les années 1970,les francophones luttent pour pré-server leur langue et se sont dotéd’un organisme, la Fédération desfrancophones de Terre-Neuve etLabrador (FFTNL).Pour l’heure,il n’existe aucune politique officiellede services en français, mais petità petit,ces derniers se développent.Un bureau des services en fran-çais a d’ailleurs récemment vu lejour dans la capitale.

ÉTUDIERLe système scolaire est constituéde 10 conseils anglophones et d’unconseil francophone qui gère 5 éco-les francophones.Le système d’éducation postsecon-daire public de la province est com-posé de l’université Mémorial et duCollege of North Atlantic.

S’INSTALLERLes loyers sont abordables, maisle transport pour venir sur l’île estcher. L’Association des nouveauxCanadiens (ANC) accueille lesimmigrants et les aide à s’insérergrâce à de nombreux programmes.

TRAVAILLERLa province connaît le plus fort tauxde chômage du pays, soit environ15 %.Mais l’exploitation des res-sources minières et pétrolièresdevrait créer de nouveaux emplois.L’exploitation du gisement d’Hiber-nia a notamment permis la créationde 5 000 postes.En 2004,les emplois dans l’indus-trie manufacturière ont égalementaugmenté de 17 % par rapport à2003. L’aquaculture se développeaussi avec plus de 64 entreprisesà son actif.

INVESTIR :LES SECTEURSPORTEURS• La pêche : l’industrie de la pêcheest au cœur de l’économie locale,même si la pêche à la morue connaîtde graves difficultés et malgré lemoratoire sur la pêche.• L’exploitation minière : le mine-rai de fer représente plus de 90 %des exportations totales de cetteindustrie, mais d’autres minérauxsont présent comme l’or,l’ardoise,la dolomite ou le calcaire.• Le pétrole et le gaz naturel : laprovince compte 3 importants pro-jets pétroliers en mer :Terra Nova,Hibernia et White Rose,qui consti-tueront environ 40 % de la produc-tion de pétrole brut léger classi-que du Canada.• Technologies de pointe : la pro-vince est très présente en biotech-nologies, en sciences de la mer, enenvironnement,en aérospatiale,endéfense et en TI.

IMPÔTS En général,le taux d’imposition surle revenu des entreprises est de14%,et peut descendre jusqu’à 5%pour les petites entreprises.La pro-vince peut également offrir un dégrè-vement d’impôts de 50 à 100%et des achats de terrains à prixattractifs.

Farah Boucherak

St John’s, la capitale de Terre-Neuve

REPERES

SUR LE WEBSites gouvernementaux :I Ile-du-Prince-Edouard (IPE) :www.gov.pe.caI Nouvelle-Ecosse (NE) :www.gov.ns.caI Terre-Neuve-et-Labrador(TNL) : www.gov.nl.caEducation :I IPE : www.gov.pe.ca/educationI NE : www.ednet.ns.caI TNL : www.ed.gov.nl.ca/eduI Centre d’informationcanadien sur les diplômesinternationaux (CICIC) :www.cicic.ca[g1]

Aides aux entreprises :I Le PARI :http://irap-pari.nrc-cnrc.gc.caI L’Apeca offre des prêtssans intérêt pour créer oudévelopper votre entreprise(Centre de services auxentreprises) : www.acoa.caI Réseau de développementéconomique et d’employabilité(RDEE) : www.rdeeipe.caAssociations acadiennes :I Société Saint-Thomasd’Aquin de l’Ile-du-Prince-Edouard : www.ssta.orgI Fédération acadienne de laNouvelle-Ecosse :www.federationacadienne.caI Fédération des Français deTerre-Neuve-et-Labrador :www.fftnl.caOrganismes d’aides auximmigrants :I IPE, Association forNewcomers to Canada :www.peianc.comI NE, MetropolitanImmigrant SettlementAssociation : www.misa.ns.caI TNL, Association for NewCanadians : www.anc-nf.ccLogement :- www.peibst.com- www.burnsproperties.ca- www.bevanenterprises.caSites de recherche d’emploi :- www.jobbank.gc.ca- www.jobs-emplois.gc.ca- www.hrsdc.gc.ca

[g1] www.iccar-erdci.com • Nouveau site Internetpour la reconnaissance des diplômes et des compé-

tences internationaux en Atlantique.

Com

mis

sion

can

adie

nne

du to

uris

me

Xavier Le Guyader, 28 ans, expatrié à Saint John’s depuis 5 mois.

« J ‘ai quitté les Pays de la Loire il y a 5 ans pour effectuer mon doctorat en

sciences de l’environnement au Québec. Au cours de mes études, j’ai eu

l’opportunité de travailler en parallèle pour une revue environnementale.

C’est au cours de cette expérience que je me suis découvert une véritable

passion pour le journalisme. Au terme de 4 ans d’études et de journalisme,

j’ai décidé d’offrir ma candidature pour un poste de rédacteur en chef

pour le seul journal francophone de la province appelé Le Gaboteur. Ce

journal n’a aucun lien avec les sciences, ceci dit, je peux traiter de

l’actualité environnementale tout en participant à la vitalité de la

francophonie dans cette province. J’adore mon travail. Je modernise petit

à petit le journal tant dans son design que dans son contenu, en couvrant

notamment des évènements anglophones en français. »

Page 45: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 47

ontario

I Un dynamisme qui nefaiblit pas !La province ontarienne attire chaque année plus de la moitié des immigrants qui s’installent au Canada. Lesraisons ? Un bassin de l’emploi dynamique, deux villes classées parmi les meilleures au monde pour leur qualité devie, Ottawa et Toronto, une diversité culturelle plus accentuée qu’ailleurs dans le pays avec une présencefrancophone non négligeable qui participe au développement économique de la province... Décryptage.

© R

itu J

etha

ni -

Foto

lia.c

om

Toronto

L’Ontario est entouré par les pro-vinces du Québec à l’est,du Mani-toba à l’ouest, des Etats-Unis ausud, c’est à la fois le centre géo-graphique, économique et politi-que du Canada.La province possède un patrimoinenaturel riche et varié, elle par saproximité aux Grands Lacs (Supé-rieur, Ontario, Huron, Erié).C’est la province la plus peupléedu Canada,avec près de 12,7 mil-lions d’habitants.Cette population ontarienne s’estforgée une identité unique à par-tir des nombreuses communau-tés qui se sont installées sur sonterritoire : les peuples algon-quiens, iroquoies, les Français,puis les Anglais et aujourd’hui,de nouveaux arrivant issus dumonde entier. La province abritedeux villes importantes :Toronto,capitale provinciale et Ottawa,capitale fédérale.

TORONTO,UN BASSIN DE L’EMPLOI INCONTOURNABLEToronto,3e place boursière d’Amé-rique du Nord, est le bastion d’uneindustrie financière puissante. LaRégion Grand Toronto (RGT) est éga-lement le 3e pôle nord-américain enmatière de TIC.D’après le Guide deKPMG sur les coûts des entrepri-ses à l’échelle internationale (2006),Toronto offrirait le 3e meilleur coûtde revient parmi les grandes villesdu G8. La capitale provinciale attireles entreprises et la croissance de l’em-ploi y est exceptionnelle. Pour nerien gâcher, la qualité de vie consti-

tue un atout considérable pour les5,4 millions de torontois.

OTTAWA4e ville la plus importante duCanada,la capitale fédérale compte1,1 million d’habitants (2005).Avecun des taux de criminalité les plusbas du pays, près de 880 parcs,un niveau et une qualité de vie éle-vés, deux universités prestigieu-ses, un marché de l’emploi enforme : Ottawa n’a rien à envier àToronto.

LA FRANCOPHONIELa province réunit, après le Qué-bec, le plus grand nombre de fran-cophones.L’Office des Affaires francophonesdénombre environ 548 940 fran-cophones,qui représentent 5 % dela population totale et vivent plu-tôt bien intégrés.On y retrouve beau-coup de francophones issus du Qué-bec, mais deux francophones surtrois sont originaires de l’Ontario.La Loi sur les Services en français,instaurée en 1986,garantit le droitde recevoir des services gouver-nementaux en français dans lesbureaux centraux du gouvernementprovincial ainsi que dans les25 régions désignées de l’Ontario.Il s’agit en quelque sorte d’unereconnaissance de l’importance dela francophonie dans l’histoire onta-rienne, cependant la langue fran-çaise n’est pas reconnue commelangue officielle de la province.En plus des services offerts en fran-çais, les structures d’accueil fran-cophones sont légion notamment àToronto, ville majoritairement

anglophone.L’association TorontoAccueil ou encore le Centre fran-cophone y sont très actifs. Le siteinternet de l’Office des affaires fran-cophones propose une base de don-nées répertoriant tous les orga-nismes,institutions et groupementsfrancophones de l’Ontario.

TRAVAILLER

PROGRAMMEPILOTE DES CANDIDATS DEL’ONTARIOLancé en mai dernier,le Programmepilote des candidats de l’Ontario ouPPCO permet à la province de l’On-tario de désigner un certain nom-bre de ses candidats à l’immigra-tion en fonction des besoins en termed’emploi. Les procédures d’immi-gration et d’obtention du permis derésidence permanente ou du per-

L’Ontario

• Superficie : 1 076 395 km2

• Capitale : Toronto

• Population (avril 2007) :

12,7 millions d’habitants

• Principales villes : Ottawa,

Hamilton, London, Sudbury,

Thunder Bay, Waterloo.

• Taux de chômage (juillet

2007) : 6,6 %

• PIB : 536 milliards $ CAN

• Nombre de francophones :

548 940 habitants

REPERES

Page 46: Canada, travailler, étudier, investir

48 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

mis de travail sont ainsi accélé-rées pour les candidats qui satis-font aux exigences du programme.Pour sa première année de miseen service, le PPCO nommera500 personnes. D’autres candidatsà l’immigration soumettront leurdemande dans la catégorie des Tra-vailleurs qualifiés – Fédéral.Le programme des candidats estaxé sur les employeurs.Il comportedeux catégories, l’une permettantaux employeurs de certains sec-teurs (santé,éducation,fabrication,construction) d’embaucher unemain d’œuvre issue de l’immigra-tion,l’autre permettant aux entre-prises internationales installéesen Ontario de faire venir des tra-vailleurs qualifiés de l’étranger etpar la même encourager le déve-loppement économique.

Les employeurs présélectionnéspourront alors présenter unedemande pour un candidat qu’ilssouhaitent embaucher. Attentioncependant, certaines professionsnécessitent tout de même l’obten-tion d’un permis d’exercice par l’or-ganisme de réglementationconcerné. Enfin, c’est toujours legouvernement fédéral qui émet l’au-torisation finale d’immigration.

Ontario),montre que le secteur desservices est le principal créateurd’emplois, puisqu’il en génère lestrois-quarts.Durant cette période,les soins de santé et assistancesociale représentent une part de20,1 % des créations d’emplois,la fabrication 18,9 % ;le commercede gros et de détail 14 % ; les ser-vices professionnels, scientifiqueset techniques 9,9 % ; les servicesd’enseignement 6,1 % ; l’héber-gement et les services de restau-ration 6,1 % ;le transport et l’en-treposage 5,8%. L’autre donne àprendre en considération est le vieil-lissement de la population.Un grandnombre de travailleurs va pren-dre sa retraite au cours des 15années à venir. L’appel aux nou-veaux arrivants qualifiés sera plusque nécessaire.Les domaines où lesmétiers sont réglementés sont lasanté, les soins dentaires, les ser-vices financiers, le droit et servicesjuridiques (avocat,technicien de ser-vice juridique), le génie (ingénieur,technicien en génie),l’enseignementet d’autres professions. N’hésitezpas à consulter le Passeport-com-pétences de l’Ontario (PCO), uneressource internet bilingue quiexpose les compétences et habi-tudes de travail recherchées surle marché de l’emploi ontarien(http://skills.edu.gov.on.ca).Le siteInfo emploi Ontario, vous fournirade précieuses indications sur le mar-ché du travail (www.onwin.ca/fran-cais). Aussi bien pour poursuivrevos études ou pour travailler enOntario, faites appel au Serviced’évaluation des diplômes étran-gers (WES,World Education Ser-vices) dont le site internet est acces-sible en français :www.wes.org/ca/fr

ÉTUDIER

Il existe 12 conseils scolaires fran-cophones et près de 397 écoles delangue française. L’enseignementpost-secondaire est servi par 24 col-lèges communautaires ou collè-ges d’arts appliqués et de techno-logie d’un côté et par 19 universités.Les collèges et l’enseignement pri-

ontario

DES NOUVEAUXARRIVANTS CHOUCHOUTESChaque année,le gouvernement onta-rien investit 146 millions de dollarsdans les services d’accueil et d’intégra-tion des nouveaux arrivants.Pour vous insérer dans la vie pro-fessionnelle,participez à des program-mes de mentorat.Des conseillers vousrenseignent sur le marché de l’emploiontarien et organisent des rencontresavec des personnes exerçant la mêmeprofession que vous.Une aide à l’in-sertion bienvenue lorsque l’on arrive.Avec le centre Expérience GlobaleOntario,le ministère des Affaires civi-ques et de l’Immigration offre un ser-vice performant dédié aux profession-nels formés à l’étranger.Renseignements sur les professionsréglementées,avec un axe particuliersur les professions de la santé,orien-tation vers l’organisme de régle-mentation qui gère l’accès à uneprofession donnée, information surles programmes de perfectionnement,de stages et de mentorat.

TROUVER UNEMPLOIUne évaluation des créations d’em-plois prévues sur les années 2004à 2009 (source Emploi-Avenir

I Chaque année, legouvernement

ontarien investit146 millions de

dollars dans lesservices d’accueil

et d’intégration desnouveaux arrivants.

Entretien avec Alain N’Gouem,agent de communication etplanification au Centrefrancophone de Toronto

Vivre à l’étranger : Présentez-nous la mission du

Centre francophone ?

Alain N’Gouem : Il s’agit d’une organisation à but non

lucratif. Notre mission ? Appuyer le développement et

l’épanouissement des francophones du Grand

Toronto. Nous proposons 9 services en français dont

des services de santé, juridique, culturel, accueil et

hébergement, aide à la recherche d’emploi, enfance.

Nous avons notamment des interprètes médicaux.

VAE : Avec la Loi sur les services en français, votre

action est-elle utile aux nouveaux arrivants

francophones ?

A.N.G. : La Loi sur les Services en français n’est

appliquée qu’à 40 % je dirais. L’action que nous

menons au Centre francophone est utile car

l’intégration commence par l’accueil. Nous offrons un

programme d’accueil qui comporte de l’aide à la

recherche d’emploi, du jumelage professionnel, par

exemple, nous mettons en réseau des informaticiens

déjà installés avec des confrères récemment arrivés.

Nous avons aussi un programme destiné aux enfants.

VAE : Comment les francophones s’intègrent-ils ?

A.N.G. : L’intégration se passe très bien. Ceux qui

passent par nous s’intègrent plus rapidement ; ils ont

parfois un problème de maîtrise de la langue anglaise.

Nous proposons des cercles de conversation pour y

remédier. La reconnaissance des diplômes est un souci

également. Mais nous sommes dans une société

libérale où il est très facile de créer son activité. Enfin,

la dernière difficulté concerne l’adaptation : les

francophones sont obligés de se mélanger au melting-

pot culturel ambiant,Toronto ne possède pas de

quartier français. www.centrefranco.org

Page 47: Canada, travailler, étudier, investir

En vente en librairieet sur studyrama.com

Dist

ribu

tion

DILI

SCO

Travailler ou étudieren Grande-Bretagne

et en Irlande

Collection

Pour chaque pays, retrouvez le schéma suivant :

K Bien préparer son départ

K La vie au quotidien

K Etudier

K Travailler

K Investir

K Les principales villes

19,90e

Page 48: Canada, travailler, étudier, investir

50 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

maire offrent la possibilité de sui-vre des cours d’anglais seconde lan-gue.Toronto abrite une école bilin-gue, la Toronto French School,quidélivre le baccalauréat internatio-nal et un enseignement d’excellence(www.tfs.ca).Autre établissement à retenir,le Col-lège Boréal, un établissement deformation et d’enseignement post-secondaire de langue française.Samission consiste à offrir une gammede services, de programmes et deproduits afin de préparer ses étu-diants à intégrer le monde du tra-vail (www.borealc.on.ca).Quelques universités sont bilinguescomme l’université d’Ottawa,l’uni-versité Saint-Paul,l’université Lau-rentienne à Sudbury,le Collège mili-taire royal du Canada à Kingston,le Collège universitaire Glendon del’université de York. Notez qu’unefaculté de communication et de des-ign vient d’ouvrir ses portes à l’uni-versité Ryerson, elle est dirigéepar Daniel Doz, un français (!)(www.ryerson.ca/fcad).

DES UNIVERSITESLES PLUS REPUTEES DU PAYSL’enseignement supérieur dispenséen Ontario est de très bonne qua-lité,les programmes très diversifiés,s’adaptent aux évolutions de lasociété et du marché de l’emploi.D’ailleurs,le taux d’emploi des étu-diants diplômés est élevé.L’univer-sité de Toronto,l’université de Queen’set l’université de Carleton figurentparmi les plus renommées de la pro-vince et du pays.Si vous souhaitezvenir étudier plus de 6 mois, il vousfaudra un permis d’études.

INSCRIPTIONIl existe un service d’inscription cen-tralisé,le Centre de demande d’ad-mission aux universités de l’Onta-rio (OUAC).Vous devez effectuervotre demande d’admission bienavant le 1er février si vous souhai-tez débuter à la session de sep-tembre ; ceci vous coûtera 105 $CAN par demande.Le Centre d’ad-mission transmet ensuite les deman-

des aux universités concernées.Cel-les-ci définissent leurs propres règlesd’admission.Les universités anglo-phones demanderont notammentà vérifier votre niveau d’anglais avecdes tests comme le TOEFL oul’IELTS. Attention, pour une ins-cription en 2e cycle, vous devrezentrer directement en contact avecl’établissement choisi.

FINANCEMENTLe coût des études est assez élevé,comptez entre 6 100 $ CAN et11 090 $ CAN (4 148 à 7 500 €)pour un 1er cycle et entre 2 221 $CAN et 15 312 $ CAN (1 510 à10 412 €) pour un 2e cycle. L’or-ganisation des études en 3 semes-tres (fin août/décembre ;janvier/avril ; le dernier semestrede mai à août est facultatif) vouslaisse du temps pour trouver un jobafin de pallier aux nombreuses dépen-ses qui vous attendent.Sachez queles étudiants étrangers peuvent faireune demande dans le cadre du PPCO.En effet,10 % des places leur serontréservés par le biais de la catégo-rie des employeurs. Les étudiantsdiplômés ont aussi la possibilité defaire une demande de permis de tra-vail pour une durée de 1 an. L’On-tario souhaite en effet garder les élé-ments qu’elle forme afin de les insérerdans le marché du travail.Les étu-diants titulaires d’un permis d’étu-des n’ont pas besoin de permis de tra-vail pour exercer un job sur le campus.Travailler hors du campus est pos-sible sous certaines conditions liéesnotamment à l’établissement où vousêtes inscrit.Renseignez-vous égale-ment sur les bourses que l’on vouspropose en fonction de votre niveaud’études et sur les postes d’assis-tant d’enseignement.

INVESTIR

C’est l’industrie minière qui a donnéses lettres de noblesses à l’écono-mie ontarienne.Une industrie manu-facturière s’est développée par lasuite, employant près de 1 millionde travailleurs. Aujourd’hui, l’au-tomobile,l’acier,l’équipement indus-

triel et scientifique, les industrieschimique,agroalimentaire,aéronau-tiques et spatiale, les technologiesde l’information et de la commu-nication,les finances et aussi le sec-teur des biotechnologies constituentles éléments phare d’une écono-mie dynamique et diversifiée. L’agri-culture tient aussi une place impor-tante dans l’économie ontarienne.La province possède la majorité desterres agricoles de catégorie 1,c’est-à-dire de très bonne qualité, duCanada.56 000 exploitations fontun chiffre d’affaires de 8,3 milliardsde dollars.L’industrie forestière estau cœur de l’économie de 50 loca-lités du nord de la province ; elleemploie 90 000 personnes et repré-sente chaque année plus de 15 mil-liards de dollars de ventes.

UN ENVIRONNEMENTD’AFFAIRES FAVORABLE AUXINVESTISSEMENTSL’Ontario représente 42 % du PIBnational canadien,53 % de la pro-duction industrielle du Canada et prèsde 39 % de la population de la Fédé-ration.La part de la population activey est la plus importante du pays, leniveau de formation y est très élevé,la main d’ouvre très qualifiée. Prèsde 200 entreprises françaises sontimplantées dans la province.Les entre-prises qui souhaitent s’implanter enOntario peuvent faire une demanded’immigration pour des personnesclés qui sont essentielles à leurs acti-vités dans le cadre du PPCO quiprévoit une cinquantaine de nomina-tions.Les conditions :faire un inves-tissement de 10 millions de dollarsau minimum et créer 25 postes per-manents à plein temps.

QUELLES AIDES ?Le ministère du Développement éco-nomique et du commerce de l’On-tario propose de vous aider à :• déterminer votre admissibilité ainsique celle de vos employés • vous préparer et préparer vosemployés à immigrer • créer votre entreprise en Ontario• établir des liens avec des entre-

ontario

REPERES

SUR LE WEBI Site du gouvernement del’Ontario : www.gov.on.caI Immigration en Ontario :www.ontarioimmigration.caI Ministère des affairesciviques et de l’immigration :www.citizenship.gov.on.ca/frenchI Consulat général de Franceà Toronto : www.consulfrance-toronto.orgI Office des Affairesfrancophones :www.oaf.gouv.on.caEmploi• http://onwin.ca/francais/index.cfmI Emploi-Avenir Ontario :www.ontariojobfutures.caI Information sur le marchédu travail :www.labourmarketinformation.caInvestirI Mission économique :www.missioneco.org/CanadaI Chambre de Commercefrançaise / Section Ontario :www.ccftoronto.caI Ministère duDéveloppement économiqueet du commerce :www.ontariocanada.comI Industrie Canada :http://strategis.gc.ca/epic/site/sof-sdf.nsf/fr/HomeIRDEE Ontario :www.rdee-ont.caI Centre de service auxentreprises : www.cseco.org/frIOntario Investment Service :www.2ontario.comI Chambre économique del’Ontario : www.ceo-on.comEtudierI Ministère de l’Education :www.edu.gov.on.caI Centre culturel canadien :www.canada-culture.orgFrancophonieI Assemblée de lafrancophonie en Ontario :http://afo.franco.caI Toronto Accueil :www.torontoaccueil.orgI Français Toronto :www.francaistoronto.comICollège Boréal :www.borealc.on.caMentorat-www.thementoringpartnership.com-www.careerbridge.caVie quotidienne- www.etablissement.org/index.asp

Page 49: Canada, travailler, étudier, investir
Page 50: Canada, travailler, étudier, investir

52 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

ontario

Entretien avec Michèle Pignol, du Bureau de l’emploi au Consulat général de France à Toronto

Vivre à l’’étranger : Quel profil doit avoir un futur immigrant ?

Michèle Pignol : Le futur immigrant doit avant tout avoir un projet et

cumuler 3 points essentiels : un visa, une bonne pratique de l’anglais et une

reconnaissance des diplômes.Tous les profils qualifiés sont recherchés.

Attention tout de même, aux professions réglementées. Pour exercer, vous

devez faire partie de l’ordre professionnel concerné, ce qui implique de payer

une cotisation. Et faire reconnaître ses diplômes étrangers n’est pas de tout

repos. Car même si vous obtenez l’autorisation d’exercer, et ce après avoir

passé éventuellement un examen professionnel, cette autorisation peut être

temporaire, et au final, vous vous retrouverez à devoir repasser tous les

examens nécessaires à l’exercice de votre profession .

VAE : Accepter un emploi en deçà de ses qualifications est-il

conseillé ?

M.P. : Beaucoup acceptent un emploi moins qualifié au départ. En effet, il est

très important pour les employeurs qu’un candidat ait une expérience du

monde du travail canadien. C’est un atout évident à mettre en valeur sur un

CV. Il faut savoir que les recruteurs canadiens n’hésitent pas à se renseigner

sur vous et vos compétences auprès de vos précédents employeurs. Et pour

cause, le groupe est très important dans l’entreprise. Si vous ne correspondez

pas au profil recherché, c’est le recruteur qui en a l’entière responsabilité.

VAE : Les Français sont-ils bien positionnés sur le marché sur travail

ontarien ?

M.P. : Les Français sont en compétition avec les nombreux nouveaux

arrivants qualifiés, maîtrisant l’anglais et donc concurrentiels sur le marché

du travail. Mais ils sont réputés ici pour être travailleurs, plus efficaces que

les Américains, et surtout pour avoir le « sens de la parole donnée » et la

culture de l’entraide. Ils se font alors remarquer et les possibilités

d’évolution se présentent.

VAE : Qu’est-ce qui peut freiner leur intégration ?

M.P. : Ce qui peut freiner une bonne intégration professionnelle des Français,

c’est leur tendance à se plaindre et à dire ce qu’ils pensent. Cette attitude

offensive n’est pas bien vue, il est apprécié d’être diplomate et modeste. En

attendant de trouver un emploi, il est bien vu de faire du bénévolat. Cela

permet de pratiquer l’anglais et constitue une preuve d’intégration aux yeux

des employeurs.

I Le RDÉE Ontario apour objectif de

renforcer la placedes francophones

dans l’économie dela province mais

aussi du pays.

© F

ranc

k BR

ICAU

D - F

otol

ia.c

om

Les chutes du Niagara prises ontariennes.Le gouvernementontarien est très actif,de très nom-breuses aides et programmes sontaccessibles aux investisseurs et entre-preneurs.Récemment,il a proposéun programme dans le but d’encou-rager les sociétés de fabrication àinvestir dans les technologies avan-cées, la Stratégie d’investissementdans le secteur de la fabricationde pointe (SISFP),dotée d’un bud-get de 500 millions de dollars.Le Fonds pour les emplois dansles secteurs émergents est une stra-tégie quinquennale à hauteur de650 millions de dollars qui appuierales efforts environnementaux detous les secteurs de l’économie,entre autres,la fabrication de pointe,

la production d’énergie, la fores-terie et l’agriculture.La R&D (recherche et développe-ment) bénéficie d’incitations fisca-les avantageuses. De nombreusesentreprises l’ont bien compris ens’implantant, comme IBM, qui ainstallé à Toronto son 2e centre deRecherche & Développement enAmérique du Nord.Le Centre de service aux entre-prises Canada-Ontario, la Cham-bre économique de l’Ontario serontvos interlocuteurs privilégiés.C’estauprès du ministère des Servicesgouvernementaux qu’a lieu l’en-registrement de l’entreprise.

UN INTERLOCUTEURINDISPENSABLE :LE RDÉELes investisseurs francophonesauront tout intérêt à consulter leRéseau de Développement écono-mique et d’employabilité de l’On-tario.Le RDEE Ontario a pour objec-tif de renforcer la place desfrancophones dans l’économie de laprovince mais aussi du pays. LeRéseau soutient notamment les tra-vailleurs qui créent leur activité etmène des actions favorisant le déve-loppement des compétences des fran-

cophones pour une meilleure inser-tion sur le marché de l’emploi.

VIVRE

Comme partout au Canada, vousdevrez dès votre arrivée faire unedemande de numéro d’assurancesociale (NAS) utile à toute démar-che administrative.Pour bénéficierde l’Assurance-santé de l’Ontario(OHIP), vous devrez patienter3 mois et cotiser à un système privédans les 5 jours qui suivent votrearrivée.Vous serez imposé au niveaufédéral mais aussi au niveau pro-vincial par tranches selon vos reve-nus, de 6,05 à 11,16 %.Les res-sortissants français, suisses etbelges qui ont une expérience deconduite de 2 ans ou plus, peu-vent dorénavant obtenir un permisde conduire régulier.Le Centre fran-cophone de Toronto accueille etoriente les francophones,il partagele même immeuble que le CollègeBoréal, dont une partie de l’acti-vité lui est complémentaire.Il édited’ailleurs un guide pratique per-mettant aux nouveaux arrivantsd’autogérer leur recherche d’em-ploi (www.voierapideboreal.ca).

Odile Gnanaprégassame

Page 51: Canada, travailler, étudier, investir

Envie de donner une dimensioninternationale à votre carrière ?

Abonnez-vous dès maintenant sur

www.vivrealetranger.com

REcEvEz gRATuiTEmENT lA

NEWSlETTER

GRATUIT

Tous les 15 jours,l’actualité,les conseils

et les informations pratiques

Page 52: Canada, travailler, étudier, investir

54 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Une province en or noir !L’Alberta connaît un véritable boom économique lié notamment à l’exploitation de ses ressources pétrolières.Cependant, elle manque de main-d’œuvre qualifiée et doit donc faire appel aux travailleurs étrangers pour labonne marche de son économie. Celle-ci reste florissante avec une croissance annuelle moyenne de 3,5 % ces dixdernières années.

Entre ses prairies à l’est jouxtantla Saskatchewan frontalière et lesMontagnes Rocheuses à l’ouest bor-dant la Colombie-Britannique, leterritoire de l’Alberta, qui s’étendsur 661 000 km2, réunit des pay-sages variés. Pas moins de 5 sitessont classés au patrimoine mondial,parmi eux les parcs nationaux deBanff et Jasper, le parc interna-tional Waterton-Glacier ou encorele parc Wood Buffalo.Le climat esttrès rigoureux en hiver. Sur les3,2 millions d’habitants, la majo-rité, 60 %, est concentrée sur lesdeux grandes villes que sont Cal-gary, la capitale économique etEdmonton,la capitale provinciale.

EDMONTONAvec près d’un million d’habitants,la capitale albertaine est une villedynamique économiquement qui offreen prime un cadre de vie agréable.Chaque été, la ville accueille des

artistes internationaux de renomlors de festivals ; elle abrite aussile plus grand centre commerciald’Amérique du Nord,West Edmon-ton Mall (800 boutiques,100 res-taurants, un casino...) !Elle abrite également la Universityof Alberta, la plus importante desuniversités albertaines.

CALGARYCentre économique de l’Alberta,Cal-gary,1 million d’habitants,proposeun environnement d’affaires perfor-mant lié à l’industrie pétrolière.La ville possède aussi son événe-ment de taille : le Calgary Stam-pede,le plus grand rodéo au monde,qui se tient chaque année en juillet.Calgary a aussi son université,répu-tée pour ses programmes d’ensei-gnements en recherche spatialenotamment.

LA FRANCOPHONIEBien qu’elle soit une province anglo-phone, il faut savoir que le fran-çais a été la première langue euro-péenne parlée en Alberta,et que desefforts sont consentis pour le déve-loppement de la langue française.Un Secrétariat francophone de l’Al-berta lié au ministère du Dévelop-pement communautaire albertaina été d’ailleurs été mis en placeen 1999. Les Franco-Albertainssont concentrés dans les deux grandscentres urbains de la province :Edmonton et Calgary.Trois muni-cipalités sont officiellement bilin-

alberta

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

L’Alberta

• Capitale : Edmonton

• Population : 73,2 millions

d’habitants

• Superficie : 661 000 km2

• Villes principales : Calgary,

Lethbridge, Red Deer, Grande

Prairie

• Croissance du PIB (2004) :

3,7 %

• Taux de chômage (juillet

2007) : 3,3 %

• Population francophone :

75 000 habitants

REPERES

Christian, installé à Edmonton après ses études« J’étais étudiant à Grenoble Ecole de Management. En septembre

2006, je suis parti avec mon amie dans le cadre d’un échange avec la

University of Alberta, plus précisément à la Business School de cet

établissement, à Edmonton. J’ai été très bien reçu par le Service

d’accueil des étudiants étrangers de l’école. J’ai rencontré beaucoup

d’étudiants. Après avoir effectué ma 3e année, j’ai obtenu un diplôme

français et canadien et je suis resté travailler.

J’ai trouvé un emploi assez rapidement par le biais de la School of

Business, en un mois maximum, au sein de DriveABLE Assessment

Centres Inc. Une petite entreprise de 5 personnes. Indéniablement,

le fait d’avoir suivi des études au Canada m’a beaucoup aidé. »

Page 53: Canada, travailler, étudier, investir

gues : Beaumont, Légal et Falher.Les francophones ont égalementdes communautés installées dansles régions de Rivière-la-Paix etde Saint-Paul. Les francophonesactuels se décomposent ainsi :39,5 % de Franco-Albertains nésen Alberta, 53,8 % sont nés ail-leurs au Canada,enfin 6,8 % pro-viennent d’un pays étranger.Malgré tout,la province reste majo-ritairement anglophone avec80,5 % de la population qui ontpour langue maternelle l’anglais.

TRAVAILLER

LE PROGRAMME DEDÉSIGNATON DESCANDIDATS DEL’ALBERTACe programme permet auxemployeurs qui en ont besoin derecruter de la main-d’œuvre qua-lifiée étrangère. Les employeursrépondant aux critères d’admissionpourront désigner les candidats dontle profil les intéresse. Le candidatà l’immigration ainsi sélectionné

tres options s’ouvrent à vous comme,par exemple, les programmes demobilité des jeunes.Vous trouverez de renseignementssur le site de l’ambassadewww.amb-canada.fr/visas.

TROUVER UNEMPLOILe gouvernement de l’Albertaprévoit un plan de plus de100 000 embauches de travailleursqualifiés étrangers d’ici à 2016 :opérateurs de machines, techni-ciens, ingénieurs, managers dansles secteurs de l’art, de la cultureet des sports, professionnels de lasanté, gestionnaires...Le site www.service-canada.cadonne des indications précises surl’emploi en Alberta.

ETUDIER

L’Alberta compte cinq autoritésscolaires régionales francophonesqui gèrent au total 27 écoles de lan-gue française, 22 collèges publicset 3 institutions techniques.

devra faire une demande de rési-dence permanente auprès du bureaudes visas de l’ambassade du Canadaen France.Il faut savoir que l’Alberta régle-mente l’accès à certaines profes-sions : architecte, ingénieur, infir-mier, dentiste par exemple.Pour exercer,vous aurez alors besoinde certifier vos expériences et com-pétences par le biais du Programmede certification de la qualifica-tion. On vous demandera de voussoumettre à un examen profession-nel (payant).Le Programme des candidats dela province dispose égalementd’une section destinée aux diplô-més internationaux,qui,sous cer-taines conditions (niveau et qua-lité des études), peuvent accéderà un emploi au Canada auprèsd’employeurs agréés.L’autre alternative pour vous éta-blir en Alberta est de passer parle biais du Programme des tra-vailleurs qualifiés fédéral. Cepen-dant,l’étude de votre demande seraplus longue.Pour un travail temporaire, d’au-

I Le gouvernementde l’Alberta prévoit un plan de plus de100 000 embauchesde travailleursqualifiés étrangersd’ici à 2016

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 55

Entretien avec Serge Mercier, du Centred’emploi francophone à Calgary.

Vivre à l’étranger : Quelle est la mission du Centre d’emploi

francophone ?

Serge Mercier : Le Centre d’emploi offre des services classés par niveau.

Nous offrons des ressources documentaires et matérielles, le nouvel

arrivant prend rendez-vous avec un conseiller qui va l’orienter et l’aider

à préparer sa candidature. Le CV ici doit être très direct par exemple et

ne pas excéder 2 pages. Nous proposons des formations de toutes

sortes pour que les candidats deviennent productifs sur le marché du

travail albertain. Le candidat a également accès à une évaluation de

qualifications internationale pour les équivalences. Nous faisons le lien

avec les organisations professionnelles et l’organisme des équivalences

de l’Alberta. Nous sommes liés à des organismes spécialisés ainsi

qu’avec les collèges et les universités.Nous leur envoyons les nouveaux

arrivants pour combler leurs lacunes linguistiques.

VAE : Quelles difficultés rencontrent les Français ?

S. M. : Les Français éprouvent des difficultés liées à la langue dominante.

Les services sont prodigués en anglais dans notre province. Seuls

existent des services de transition en langue française. Le second

problème est lié à la reconnaissance des diplômes. Mais il est normal

d’apprendre des choses lorsque l’on arrive au Canada : les normes, les

méthodes ne sont pas les mêmes dans certains domaines comme la

médecine, l’enseignement. L’apprentissage fait partie du processus

d’immigration.

VAE : Quels secteurs recrutent ?

S. M. : L’Alberta va vers un déficit de main-d’œuvre. Il faut savoir que

près de 1 trillion de dollars CAN de projets sont en attente car il manque

de la main-d’œuvre spécialisée ! En ce moment, 1 000 médecins sont

recherchés à Calgary, 5 à 6 000 personnes manquent, nous avons des

hôpitaux qui ferment faute de médecins. Dans l’industrie, il y a peu de

main-d’œuvre. On recherche des jeunes dans le secteur des nouvelles

technologies et de l’informatique.

VAE : Que faut-il savoir lorsque l’on recherche un emploi ?

S. M. : Les annonces représentent 5 % seulement des offres d’emplois.

Les grandes compagnies vont directement recruter à l’étranger. Les plus

riches offrent même des primes de toutes sortes afin d’attirer les

chercheurs aux qualifications plus importantes. Il est vrai que le

network est primordial. C’est par ce biais que l’on se fait remarquer.

Je dirais pour finir que l’Alberta est un endroit où il existe des

opportunités. Lorsque l’on est bien préparé, on peut faire une carrière,

voire créer son affaire.

Page 54: Canada, travailler, étudier, investir

56 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

Le Centre éducatif communautairede l’Alberta, qui a des antennes àCalgary et à Saint-Paul agit enfaveur de l’enseignement françaisdans la province en identifiant lesbesoins de la communauté.A noter : le lycée Louis Pasteurest homologué par le ministère fran-çais de l’Education nationale,il dis-pense le programme de la mater-nelle jusqu’à la 3e.Quatre établissements se partagentl’enseignement universitaire :• l’université de l’Alberta àEdmonton,qui comprend le Cam-pus Saint-Jean dans laquelle ilest possible de suivre des program-mes en français, et l’universitéde Calgary,disposent de nombreuxprogrammes d’échanges avec desétablissements français.• l’université de Lethbridge,offresurtout des programmes de1er cycle.• l’université Athabasca, dispensedes formations à distance et à tempspartiel.Les étudiants étrangers sont ame-nés à prouver leur niveau d’an-glais en passant des tests, la plu-part des établissements exigent entre550 et 580 points au TOEFL parexemple.L’inscription à l’université coûteentre 4 590 et 6 446 $ CAN en1er cycle ;et entre 4 365 et 13 000 $CAN en 2e ou 3e cycle.

INVESTIR

L’Alberta est le 4e partenaire pro-vincial de la France, les échangesentre les deux territoires s’élevaientà 383 millions de $ CAN (2006).Près d’une vingtaine de sociétésfrançaises sont implantées dansla province, notamment dans lessecteurs de l’énergie,de la construc-tion,et des équipements industriels.Pour exemple,on retrouve de gran-des entreprises comme Air Liquide(gaz industriel),Total, la SociétéGénérale, Louis Vuitton, Alstom,Alcatel-Lucent (équipementier entélécommunications), mais aussides PME avec Mobility Saint-

Honoré (assureur-conseil),Equus-Bouvry (importateur de viandes).

LES SECTEURSCLEFS DE L’ÉCONOMIEL’Alberta fonde son économie surses ressources naturelles : blé,pétrole, charbon et gaz naturel.La province est le 2e exportateuret le 3e producteur au monde de gaznaturel.Elle dispose de la 2e réserve depétrole au monde après l’ArabieSaoudite avec près de176,1 milliards de barils(2004). D’ailleurs, uninvestissement de 102 mil-liards de dollars canadiensdans divers projets impor-tants est prévu dans ladécennie à venir dont 67milliards de $ CAN serontutilisés dans le cadre del’extraction pétrolière dessables bitumineux à FortMc Murray.Enfin, l’Alberta est la 2e provinceplus grande exportatrice de pro-duits agroalimentaires en 2004,après l’Ontario.Mais l’économie albertaine a suse diversifier,en s’axant notammentsur les secteurs de la pétrochimie,de l’aérospatiale, des télécommu-nications, du génie-conseil et desservices. La province compte l’undes 10 principaux centres nord-américains de recherche médicale.De manière générale,les fonds insuf-flés à la recherche & développementcontribuent à la conception et àla commercialisation de produitsde pointe dans de nombreux sec-teurs d’activité.

S’IMPLANTERL’Alberta bénéficie d’un avantagesur ses provinces voisines :elle n’im-pose pas de taxe provinciale.« Lesentreprises qui s’installent ici sontgénéralement liées à l’industriepétrolière »,explique Franck Saul-nier, PDG du Comité de dévelop-pement économique de l’Alberta.Le CDEA est un outil précieux pourquiconque souhaite s’établir dans

la province.Il n’offre pas de finan-cement mais si besoin oriente versles organismes adaptés. « Nousaidons les entreprises francopho-nes à s’intégrer et à offrir leurs ser-vices en français d’une façon plusvisible et plus efficace. Ce sontsurtout les petites et moyennes entre-prises qui nous consultent. Les plusgrandes comme Total, passent pard’autres réseaux, il faut dire qu’el-les disposent des moyens plus impor-tants. Les entrepreneurs ont toutintérêt à effectuer un voyage d’ex-

ploration avant de se lancer.Lorsqu’ils viennent nous voir, nousles mettons en relation avec des per-sonnes ici en Alberta susceptiblesde les aider. »

VIVRE

Le régime d’assurance santé de l’Al-berta, l’AHCIP (Alberta HealthCare Insurance Plan) garantit auxrésidents un accès aux soins de santébasique ainsi que la couvertures desactes de chirurgie dentaire et d’au-tres services additionnels comme lachiropractie.La demande est à effec-tuer dès votre arrivée dans la pro-vince.Le taux d’imposition provincial estde 10 % du revenu imposable en2007. Bien entendu, vous devrezvous acquitter de l’impôt sur lerevenu au niveau fédéral également.En revanche,c’est la seule provincequi n’a pas de taxe provinciale surles produits et les services. Mal-gré tout, dans les grandes villes,les coûts élevés du logement rattra-pent largement cet avantage.

Odile Gnanaprégassame

alberta

REPERES

SUR LE WEBI Gouvernement del’Alberta : www.gov.ab.caI Provincial NomineeProgram : www.alberta-canada.com/pnpI Ministère de la Santé :www.health.gov.ab.caI Conseil dedéveloppementéconomique de l’Alberta :www.lecdea.caI Office du tourisme :www.discoveralberta.comEmploi- www.employementalberta.com- www.centredecarriere.ab.ca- www.albertajobs.comLogement- www.rentboard.caIntégrationI Association canadienne-française de l’Alberta :www.acfa.ab.caI Centre d’accueil desnouveaux arrivantsfrancophones :www.canaf.ab.caI Francophonie JeunesseAlberta : www.fja.ab.caI Edmonton MennoniteCentre for newcomers :www.emcn.ab.caI Calgary ImmigrantWomen’s association :www.ciwa-online.comEtudierI University of Alberta :www.ualberta.caI University of Calgary :www.ucalgary.caI University of Lethbridge :www.uleth.caI Université Athabasca :www.athabascau.caI Campus Saint Jean :www.csj.ualberta.caI Centre culturel canadien :www.canada-culture.orgI Centre d’informationcanadien sur les diplômesinternationaux :www.cicic.ca/fr

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

Page 55: Canada, travailler, étudier, investir

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 57

manitoba

I La contrée des lacsCette province du centre du Canada est à l’image de son slogan, « vibrante d’énergie ». Economie en croissancedans tous les secteurs, encouragement à la présence francophone... Le Manitoba offre aujourd’hui une multituded’opportunités.

© C

omm

issi

on c

anad

ienn

e du

tour

ism

e

La capitale provinciale, Winnipeg

Le Manitoba

• Superficie : 649 950 km2

• Population : 1,2 millions

d’habitants

• Capitale : Winnipeg

• Principales villes : Brandon,

St Anne, Churchill, Thompson

• Taux de chômage (août

2007) : 4,5 %

• Croissance du PIB (2006) :

3,1 %

• Nombre de francophones :

50 000 habitants

REPERES

Le Manitoba, situé au centre duCanada,s’étend de la toundra arc-tique au Dakota du Nord (Etats-Unis). Riche d’une faune diversi-fiée, de vastes forêts (40 % duterritoire) et de milliers de lacs,la province incarne le rêve canadienpour de nombreux amateurs duplein air.Winnipeg,la capitale mani-tobaine, regroupe à elle seule750 000 habitants, soit plus de lamoitié de la population. C’est eneffet un pôle économique très dyna-mique au Canada où cohabitentde nombreuses cultures.

LA FRANCOPHONIELa communauté francophone duManitoba est la 3e du Canada,horsQuébec.Elle est estimée à 50 000personnes en majorité à Winnipegmais environ 10 % des Manito-bains parlent ou comprennent lefrançais. Il est possible d’évoluerau quotidien en anglais et en fran-çais notamment en vous promenantà Saint-Boniface,le quartier fran-cophone de la capitale. Le gou-vernement du Manitoba œuvre aussipour attirer les immigrants à tra-vers les programmes Citoyennetéimmigration Canada (CIC). En2006,la province a accueilli 10 000immigrés dont 400 francophoneset, pour l’avenir, des objectifs sontfixés en faveur de cette présencefrancophone.A partir de 2016, leManitoba souhaite attirer 20 000étrangers par an dont 1400 en pro-venance des pays francophones.

TRAVAILLER

Selon un récent sondage de Sta-tistique Canada,le Manitoba connaîtle meilleur taux de succès lorsqu’ils’agit de fournir un emploi aux étran-gers.Bien que le taux de chômage

soit inférieur à la moyenne natio-nale, le Manitoba est à la recher-che de main-d’œuvre dans presquetous les secteurs.Les critères de sélec-tion :maîtriser l’anglais mais le fran-çais constitue un avantage car denombreux postes bilingues sont àpourvoir.Sur place,les programmesgratuits d’Anglais Langue Addition-nelle (ALA),mis en place par la Divi-sion de l’immigration et du multicul-turalisme complèteront votre profil.

LE PROGRAMMECANDIDATS DUMANITOBA (PCM)Avoir une promesse d’embauche n’estpas obligatoire pour passer par lePCM.Les candidats correspondantaux critères du programme reçoi-vent un certificat de nominationdu Manitoba. Les candidats doiventpouvoir montrer qu’ils peuvent contri-buer au développement économiquede manière permanente et prouverqu’ils subviendront à leurs besoinspendant la période de recherched’emploi.Le PCM permet d’accélé-rer la procédure de résidence per-manente au niveau fédéral et d’évi-ter les critères d’immigration plussévères du PTE.

LES SECTEURS QUIRECRUTENTLe vieillissement de la population

laisse un marché de l’emploi favo-rable aux jeunes. Actuellement, laprovince renouvelle ses infrastruc-tures. Construction commercialeet résidentielle,barrages hydroélec-triques ou rénovation du réseau rou-tier,ces projets font appel aux métiersdu BTP (plombiers, charpentierset électriciens).L’industrie connaîtune pénurie de main-d’œuvre. Quece soit dans les ateliers ou les usines,l’aérospatial ou l’alimentaire,pres-que tous les fabricants et transfor-mateurs du Manitoba recrutent.Lesservices offrent également beaucoupd’opportunités.L’expertise des chefscuisiniers par exemple est recher-chée au sein des hôtels et restaurantsvoulant se démarquer de l’impor-tante compétition car le Manitobaest considéré comme la capitale culi-naire du Canada ! Enfin,la provincepeine à trouver des profils déjà recher-chés au niveau national :santé,déve-loppement pharmaceutique,biotech-nologies et particulièrement auniveau des ressources bilingues.

ÉTUDIER

LES UNIVERSITÉSET COLLÈGES DUMANITOBAIl existe plusieurs universités,col-lèges et établissements privés oureligieux dans la province. L’Uni-

Page 56: Canada, travailler, étudier, investir

58 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

versité du Manitoba est la plusgrande,la plus complète et la seuleà être axée sur la recherche.L’uni-versité de Winnipeg a été classéeparmi les 10 meilleures universi-tés du Canada et a même reçu plu-sieurs « A » à l’occasion du Globe& Mail 2005 Report Card.Suivredes cours à distance est possiblegrâce à l’Université virtuelle cana-dienne (UVC) dont fait partiel’Université du Manitoba. Lesdroits universitaires varient entre3 575 et 5 929 $ CAN en fonctionde l’établissement et du cycle.Voustrouverez la liste de tous les éta-blissements dans la rubrique « Edu-cation » et « Alphabétisation » surle site du Manitoba.

LA SCOLARITÉ ENFRANÇAISC’est au centre de Winnipeg, aucœur de la collectivité française,que se trouve la seule universitéde langue française dans l’Ouestcanadien.Le Collège universitaire de Saint-Boniface (CUSB) est une écoletechnique et professionnelle axéesur le marché du travail et dévelop-pant le bilinguisme des futurs diplô-més. Le CUBS offre une diversitéde choix d’études :école de traduc-tion,arts,communication,adminis-tration des affaires, informatique,tourisme, etc.De plus,le collège est affilié à l’Uni-versité du Manitoba lui donnantaccès de nombreux services.

INVESTIR

L’économie du Manitoba, enconstante croissance,est l’une desplus diversifiées et stables duCanada.Les exportations sont tournées à72,9 % vers les Etats-Unis et lesindustries de services produisaient74 % de son PIB en 2005.Commepour l’emploi, le vieillissementde la population est favorable auxentrepreneurs. Actuellement, letaux d’imposition des sociétés estde 14 % et de 3 % pour les peti-tes entreprises.

PROTECTIONSOCIALEPour adhérer au régime d’assurancemaladie du Manitoba, il suffit deprésenter votre passeport ainsi queles documents fournis par le CICà votre nom et ceux des person-nes à votre charge. En devenantrésident permanent ou en obtenantun permis de travail d’au moins12 mois, vous bénéficiez automa-tiquement de cette couverturesociale. Les étudiants doivent fré-quenter un établissement d’ensei-gnement reconnu ou travailler pourêtre couverts.

FISCALITÉLes impôts sur le revenu des parti-culiers et la taxe sur les produits etles services (TPS) sont gérés parl’Agence du revenu du Canada (ARC).Le système d’imposition manito-bain fonctionne par tranches progres-sives allant de 10,9 à 17,4 %.

L’INTÉGRATIONL’Accueil francophone est un orga-nisme chargé d’accompagner lesfrancophones à l’arrivée.A côté,de nombreux centres de ser-vices bilingues et d’associations cul-turelles sont implantés dans toutela province. La Société franco-manitobaine (SFM) est l’orga-nisme porte-parole de la commu-nauté francophone chargé de veillerau développement de la collecti-vité. Saint-Boniface est l’endroitidéal pour retrouver la commu-nauté française mais ne négligezpas l’anglais qui accélèrera votreintégration.Cependant il faudra s’adapter auxchutes de mercure vertigineuses enhiver avec des températures attei-gnant parfois -40 degrés ! Les noc-tambules et les jeunes reproche-ront à Manitoba de ne pas être trèsattrayant car n’oublions pas qu’ils’agit d’une ville moyenne. Maisle mode de vie et les valeurs baséssur le multiculturalisme,la familleet la nature permettent une inté-gration dans des conditions sai-nes et idéales.

Tatiana Boulom

manitoba

LES SECTEURSCLEFSLes secteurs stratégiques sont ali-gnés à ceux de l’emploi : l’essorque connaît le Manitoba dans ledomaine de la construction offre desopportunités d’investissements dansl’immobilier. La vente au détail, larestauration et la biotechnologiene cessent de croître.L’agricultureest un secteur porteur avec la miseen vente de fermes appartenant àune population âgée.Une fois rache-tées,les investisseurs peuvent se tour-ner vers la culture du colza alimen-tant les nouvelles usines de productionde biocarburant.Enfin l’aérospatial,qui occupe une part conséquentedu PIB,est en évolution.

S’IMPLANTERL’Agence nationale et internatio-nale du Manitoba (ANIM) a pourmission de positionner et dévelop-per l’économie du Manitoba en met-tant l’accent sur la francophonie.Les entrepreneurs potentiels sontmis en relation avec le Conseil dedéveloppement économique desmunicipalités bilingues du Mani-toba (CDEM),véritable moteur dudéveloppement. « Le processusbureaucratique pour établir soncommerce est d’ailleurs minime.Les frais d’avocat, de notaires etde comptables sont jusqu’à dix foismoins chers qu’en Europe », expli-que Annie Girard, de l’ANIM.Le CDEM offre des services en fran-çais pour une implantation réussie.Ses activités sont principalementorientées vers le tourisme,le déve-loppement rural,l’appui aux PME,l’économie du savoir et l’intégra-tion des jeunes. Enfin, vous pou-vez recourir à la Caisse populairedu Manitoba, coopérative bilin-gue qui fournit des services de finan-cement.

VIVRE

Le coût de la vie au Manitoba estl’un des plus abordables du Canada.De plus, la province bénéficie d’unréseau de transports et de commu-nication de pointe.

REPERES

SUR LE WEBI Gouvernement duManitoba : www.gov.mb.caI Citoyenneté immigrationCanada : www.cic.gc.caI Division de l’immigrationet du multiculturalisme :www.immigreraumanitoba.comEtudierI Collège universitaire deSaint-Boniface :www.cusb.infoI Université virtuelleCanadienne : www.cvu-uvc.caI Centre culturel canadien :www.canada-culture.orgI Centre d’informationcanadien sur les diplômesinternationaux : www.cicic.caInvestirI Conseil dedéveloppementéconomique desmunicipalités bilingues duManitoba : www.cdem.comI Agence nationale etinternationale du Manitoba :www.animcanada.comI Caisse populaireManitoba :www.caissepop.mb.caIntégrationI Société franco-manitobaine :www.sfm-mb.caI Accueil francophone :www.accueilfrancophonemb.com

l

Page 57: Canada, travailler, étudier, investir
Page 58: Canada, travailler, étudier, investir

d’emploi à plein temps agréée,d’effectuer une demande de rési-dence permanente dont le trai-tement sera accéléré.Ce programme s’adresse aussiaux entrepreneurs,entrepreneursagricoles, professionnels de lasanté et étudiants diplômés d’uneuniversité de la province et ayanttravaillé au moins 6 mois en Sas-katchewan.Si votre profil ne cor-respond pas aux critères recher-chés, vous pouvez effectuer unedemande par le biais du Pro-gramme national des travailleursqualifiés.Le Programme Vacances-travailet le Programme de travail aprèsles études sont aussi de bonsmoyens de s’installer temporai-rement dans la province.

LE MARCHÉ DE L’EMPLOILa Saskatchewan travailleactuellement avec le gouverne-ment fédéral à l’élaboration d’uneliste de professions en pénurieactuellement.En attendant, vous pouvezconsulter les sites internetEmploi-Avenir (www.emp-ave-nirsask.ca) et www.publica-tions.gov.sk.ca/deplist.cfm?d=139&c=1475, qui offrent unaperçu des débouchés en fonc-tion des professions.Les compétences dans les domai-nes suivants présentent des pos-sibilités d’emplois jusqu’en2010 : gestion, affaires, finan-ces, administration, sciencesnaturelles et appliquées et pro-fessions apparentées, secteursde la santé, des sciences socia-les, enseignement, arts-culture-loisirs-sport, vente et services,métiers liés aux transports et àla machinerie, secteur primaire(source : Occupational Employe-ment Outlook, volume 1, Issue2, 2006-2007).Obtenez des renseignements surla certification et réglementa-tions professionnelles sur le siteAdvanced Education andemployment Saskatchewan.

pétrole après l’Alberta et le 3e pro-ducteur de gaz naturel.

• L’exploitation et le traitementdes minéraux confèrent à la pro-vince la place de 3e producteurmondial d’uranium et de 3e pro-vince productrice de charbon.

• L’industrie forestière génèredes revenus annuels considéra-bles, avoisinant les 750 millionsde $ CAN !

• Enfin les technologies de pointe,en particulier la biotechnologieagricole et des sciences de la vie,constituent un pôle dynamique.La Saskatchewan présente l’undes plus bas taux d’imposition surle revenu des sociétés dans les sec-teurs de la fabrication et de latransformation.

VIVRE

Après avoir demandé votreNuméro d’assurance sociale, quivous permettra d’effectuer vosdémarches auprès de votreemployeur, vous devrez vouspréoccuper de votre assurance-santé dont vous bénéficierez dèsvotre arrivée.

Le taux d’imposition provincialfonctionne par tranches progres-sives, allant de 11 à 15 %.Le coût du logement est bienmoins élevé en Saskatchewan quepartout ailleurs au Canada.

Il est impératif de parler anglaispour vivre en Saskatchewan. LaDirection de l’immigration de laSaskatchewan gère et financela prestation de services et de pro-grammes de formation linguis-tique, de services à l’emploi et àl’orientation pour aider les nou-veaux arrivants à s’adapter à leurenvironnement de travail et à lavie dans la province.

Odile Gnanaprégassame

ÉTUDIER

Le Conseil fransaskois gère lesquestions d’éducation francopho-nes. La Division scolaire fran-cophone chapeaute 13 écoles.L’enseignement post-secon-daire compte 2 universités prin-cipales :• l’Université de Régina(www.uregina.ca), qui possède3 collèges fédérés (le CollègeCampion, le Collège Luther, laFirst Nations University ofCanada et 2 collèges affiliés) ;

• l’Université de la Saskatchewan,à Saskatoon (www.usask.ca),pos-sède 1 collège fédéré, le CollègeSt Thomas More et 7 collèges affi-liés. Une inscription en 1er cyclevous coûtera entre 5 280 et5 738 $ CAN, pour un 2e ou3e cycle, comptez entre 3 338 et5 280 $ CAN. Le site du Centreculturel canadien détaille les dif-férentes bourses et programmesd’échanges accessibles.Bien entendu,un permis d’étudesest nécessaire si la durée pré-vue dépasse 6 mois.

INVESTIR

• L’agroalimentaire, en parti-culier la transformation des ali-ments, des boissons et des récol-tes,représente plus de 250 sociétésemployant 6 600 personnes. Ils’agit du principal secteur de laprovince.

• La machinerie et l’équipementde transport : 300 entreprisesemployant 12 000 personnes

• L’agriculture représente encoreune partie non négligeable del’économie de la Saskatchewan ;à elle seule, la province rassem-ble 44 % des terres mises en cul-tures du pays.

• L’exploitation du pétrole etdu gaz figure en bonne position,la Saskatchewan étant le 2e plusgrand producteur canadien de

VIVRE A L’ÉTRANGER I N° 106 61

REPERES

SUR LE WEBI Gouvernement de laSaskatchewan : www.gov.sk.caI Immigration :www.immigrationsask.gov.sk.caI Ressources humaines etdéveloppement socialCanada : www.rhdsc.caI Santé :www.health.gov.sk.caI Office de tourisme :wwww.tourismesaskatchewan.caEmploiI Emploi avenir :www.emp-avenirsask.caI Advanced Education andEmployment Saskatchewan :www.aee.gov.sk.caI Guichet unique :www.guichetunique.sk.caI www.saskjobs.caI www.healthcareersinsask.ca(professions médicales)EtudierI Centre culturel canadien :www.culture-canadaI Centre d’informationcanadien sur les diplômesinternationaux : www.cicic.caInvestirI Saskatchewan Indutry andResources : www.ir.gov.sk.caI Investment Saskatchewan :www.investsask.comVie quotidienneI Assemblée communautairefransaskoisewww.fransaskois.sk.caI Annuaire des ressourcesfrancophones :vwww.fransakois411.caI www.vivreensaskatchewan.ca

g

Page 59: Canada, travailler, étudier, investir

60 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

I Une province pleine depromessesSelon les spécialistes, la Saskatchewan serait en train de prendre de l’ampleur au niveau économique. La ville deSaskatoon deviendrait la prochaine destination à privilégier.

Située entre le Manitoba et l’Al-berta, la Saskatchewan présenteune géographie variée,typique duMidwest où l’on trouve des zonesde steppes semi-arides et déser-tiques.La province compte,parmises trésors, le Parc nationalPrince-Albert.Régina,la capitale,est le pôle éco-nomique et financier de la pro-vince,mais la ville de Saskatoon,plus peuplée, commence à pren-dre une ampleur économique sansprécédent.

LA FRANCOPHONIESeulement 1,9 % de la popula-tion en Saskatchewan a pour lan-gue maternelle le français. L’Of-fice de coordination des affairesfrancophones (OCAF),au minis-tère des Relations gouvernemen-tales de la Saskatchewan, fait

la liaison entre le gouvernementde la province et la communautéfransaskoise.L’OCAF est chargé de surveillerl’application de la Politique deservices en langue française dugouvernement de la Saskatche-wan, adoptée en 2003.La communauté francophone estreprésentée par l’Assemblée com-munautaire fransaskoise qui gèrele développement de la commu-nauté fransaskoise.Elle possèdeun réseau de plus de 80 orga-nismes qui offrent bénévolementdes services et activités en fran-çais. La province a accueilli90 résidents permanents de lan-gue française en 2006, soit prèsde 0,03 % du nombre total d’im-migrants.Depuis 1997,la province a admis667 immigrants de langue fran-

çaise. « La Saskatchewan mèneune politique de promotion etd’accueil des francophones. Nousnous sommes donné pour objec-tif d’attirer 300 nouveaux fran-cophones pour l’année à venir.Nous organisons et participonsen ce sens à divers salons et foi-res de l’emploi », précise MichelDubé, président de l’Assembléecommunautaire fransaskoise.

TRAVAILLER

LE PROGRAMMEDES CANDIDATSIMMIGRANTS POURLA SASKATCHEWANLa Saskatchewan dispose d’unprogramme des candidats de laprovince.Il permet aux candidats, notam-ment aux détenteurs d’une offre

saskatchewan

© d

oug

Olso

n - F

otol

ia.c

om

La Saskatchewan

• Superficie : 651 900 km2

• Capitale : Régina

• Population : 990 212

habitants

• Principales villes :

Saskatoon, Régina

• PIB (2005) : 34 milliards

de $ CAN

• Taux de chômage (juillet

2007) : 4,8 %

• Nombre de francophones :

20 000 habitants

REPERES

Page 60: Canada, travailler, étudier, investir

vivre a l’etranger

62 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

Cuisine familiale française au ManitobaStéphane Wild a quitté l’école à16 ans, « parce que je ne savaispas quoi faire, rien ne m’inté-ressait »,admet-il.Suivront diversjobs.Imprimeur pendant sept ansen Allemagne, toute proche deson village de Pfaffenhoffen,nonloin de Strasbourg,Stéphane seraensuite tour à tour cuisinier,ven-deur, soudeur, puis propriétaired’une confiserie à Saverne,avantde s’envoler, un peu par hasard,ouvrir un bistro français avecsa femme Sophie à Winnipeg,au Manitoba. « C’est une petiteannonce du CDEM, le Centre deDéveloppement Economique duManitoba qui nous a décidés, sesouvient Stéphane. On venait depasser la trentaine, et on s’est ditque ce serait bien de découvrirautre chose que l’Alsace. » Etdepuis deux ans, le « Bistro deSophie »,grande maison de boisdans le quartier francophone deSaint-Boniface ne désemplit pas.A la carte,quiches lorraines,bœufbourguignon ou blanquette deveau. « Ici, les gens ne connais-sent pas cette cuisine tradition-nelle et familiale. Winnipeg, c’estune ville américaine avec la cul-ture du hamburger et du fast-food ! », explique Stéphane.Lui écrire :[email protected]

Recherche contre le cancer en Alberta Il a la soixantaine,dont une bonnemoitié passée au Canada. AEdmonton,Jean-Michel Turc dirigedepuis plus de 20 ans l’AlbertaCancer Board,qui chapeaute toutela cancérologie, considérée là-

bas comme une discipline de pointe,et emploie 2 000 personnes dansla province. « Les relations sontplus simples et plus directes ici,admet Jean-Michel Turc,l’ancien-neté et l’âge ont peu de poids, onpeut être promu directeur d’undépartement universitaire à 35 ou40 ans. » Après une enfance enEthiopie,dans le sillage d’un pèreingénieur à la SNCF détachéauprès du chemin de fer franco-éthiopien,ce sera l’Auvergne puismédecine à Lyon et une école d’in-génieur (option cryobiologie) àDijon.Depuis 1978,Jean-MichelTurc vit à Edmonton avec ses troisenfants.« Tout était à faire,se sou-vient-il. Les fonds ont triplé entrente ans !» L’Alberta,bâtie parles pionniers émigrés d’Europe,esten pleine ascension économiquegrâce au pétrole, découvert en1947.400 000 emplois devraienty être créés dans les 10 ans quiviennent. Lui écrire :[email protected]

Pilote instructeur en Ontario Il n’était ni polytechnicien ni pilotede chasse,alors impossible ou pres-que, en France, de devenir piloted’essai.Jean-Christophe Lamy estdonc parti au Canada. D’abordemployé pendant 8 ans chez Bom-bardier, le 3e avionneur au monde,pour tester des prototypes et desappareils de production jusqu’en2006,Jean-Christophe,43 ans,ori-ginaire de la Colle-sur-Loup, prèsde Saint-Paul-de-Vence,est désor-mais pilote instructeur pour la com-pagnie Air Canada.C’est au Qué-bec qu’il a d’abord débarqué.« Lamajorité des diplômes français ysont reconnus. Une fois les équi-

valences obtenues, il est plus facilede s’installer dans une autre pro-vince. »Ici,il y a assez peu de niveauxhiérarchiques.Le marché de l’em-ploi est extrêmement dynamique.En Ontario, le taux de chômageest désormais sous les 5 %.La lan-gue étrangère la plus parlée est lechinois, suivie du hindi. Le fran-çais n’arrive qu’en 18e position !

Jean-Christophe Lamy vit à Toronto,si près des pistes de l’aéroport,« queça me permet de voir si mes anciensétudiants font bien leur travail ! »,plaisante-t-il.Lui écrire : [email protected]

Une vie à tiroirsà Vancouver La vie de Jean-Paul Goerglerest jalonnée de joies et d’espoirsdéçus. Né à Toulouse, architecteà Bordeaux,puis à Saint-Martin,dans les Antilles, où il débarqueen famille en 1981.Puis la familles’installe à Vancouver,en Colom-bie-Britannique,et achète un maga-sin d’uniformes médicaux. Jean-Paul a gardé son agence àSaint-Martin,enchaîne les allers-retours, pendant trois ans. Sademande de résidence au Canadaest à refaire :il a dépassé la limited’âge et ne correspond plus auxcritères ! Son épouse achète uneboulangerie à Vancouver,mais l’af-faire perd de l’argent. Jean-Paulrencontre un architecte.Nouvelledemande de résidence, dans lecadre du programme PNI (pro-gramme national d’immigration).La carte d’immigration arrive enfin

Français du mondeDans ce numéro, un « spécial Français du Canada ». Avec Emmanuel Langlois, de France Info.

© DR

©D

R

©D

R

Page 61: Canada, travailler, étudier, investir

mais son couple n’a pas résisté.« Ces démarches sont tellement fas-tidieuses et tellement contraignan-tes pour ceux qui ne veulent pasvivre dans l’illégalité que le stressprend le dessus »,précise-t-il.Partise ressourcer à Saint-Martin, il ya rencontré Colette, sa nouvellecompagne, avec qui il s’est fina-lement installé aux Antilles.Lui écrire : [email protected]

Aquaculture au Nouveau-BrunswickSait-on que l’immense baie deFundy, entre le Nouveau-Bruns-wick, la Nouvelle-Ecosse et lesEtats-Unis, connaît les plus gran-des marées au monde? C’est ici quevit Thierry Chopin depuis 1989,quand l’Université du Nouveau-Brunswick lui a offert un poste deprofesseur au département de bio-logie à Saint-John.Thierry Cho-pin est devenu expert mondial enaquaculture,le secteur le plus impor-tant de l’industrie agro-alimentaireau Nouveau-Brunswick.Né à Vil-lefranche-sur-Saône,dans le Beau-jolais, formé à la biologie marineà Brest, aux Glénans, le jeunehomme se passionne pour la voile...et le Canada qu’il découvre en1985-86 comme coopérant mili-taire avec le ministère des Pêcheset des Océans.« Si on aime la qua-lité de vie, l’espace, des gens accueil-lants, et une société où les enfantspeuvent grandir dans un environ-nement sain, il faut venir ici »,expli-

que Thierry Chopin,également viceconsul honoraire de France. « LeNouveau-Brunswick est la seule pro-vince officiellement bilingue duCanada et le “ Français de France“ y est bien accueilli, à condition d’ou-blier quelques clichés ! »

Lui écrire : [email protected]

Ambiance Provence au cœur de MontréalIl y a déjà de quoi être surprispar l’enseigne,« la Petite Terrassede Provence », ici, dans ce quar-tier des affaires de Montréal quifait plus penser à Manhattan qu’auQuébec.Leur restaurant,MichèleHerblin et son mari l’ont ouvert en2003.« Pas sur un coup de cœurmais après un plan marketing etune étude de marché, qui nous ontmontrés que c’est ici, au centrede ce melting-pot, de ce côté-cide l’Atlantique où l’hiver n’en finitpas, qu’il fallait se lancer », pré-cisent-ils. A la Petite Terrasse, lechef vient de Marseille et cuisinela bouillabaisse et la brandadede morue. Les hommes d’affai-res pressés mangent en une demi-heure, au parfum du thym, de lalavande et du romarin quis’échappe de la cuisine ouverte,et au son des airs manouches d’ungroupe de musiciens.Consultantedans le tourisme en France,Michèle,la cinquantaine alerte,est

venue à Montréal,avec son mari,et dans ses valises les recettes desa grand-mère. Maintenant, elleaimerait aller dans les écoles deMontréal apprendre la cuisine auxélèves, et ouvrir d’autres restau-rants, à Toronto ou Boston.Lui écrire : [email protected]

Or noir en SaskatchewanFrançoise Stoppa a 21 anslorsqu’elle s’envole, un peu parhasard, pour Regina, en Saskat-chewan.Une fois bouclée sa licenceen anglais à Tours, on lui avaitrecommandé d’aller passer uneannée dans un pays anglophone,alors pourquoi pas le Canada ? Etcela fait 36 ans que ça dure ! Après

des débuts difficiles dans la pro-vince coincée entre Alberta etManitoba,Françoise a rencontréson mari là-bas, « On est perduen plein milieu du continent,raconte-t-elle,avec de grandes plai-nes à blé, l’équivalent du Midwestaméricain, très plat, des prairiesà perte de vue, avec quelques fer-mes par-ci par-là. Regina, à l’épo-que, était une petite ville. » La pro-vince a prospéré grâce à la potasse,dont c’est le premier producteurau monde,et à l’uranium,exploitépar la Cogema dans les mines dunord. Depuis quelque temps, lepétrole fait aussi la richesse dela Saskatchewan.Du coup,les prixs’affolent, « le tarif des maisonsa augmenté de 48 % à Saskatoonen un an, et de 24 % à Regina »,assure Françoise. Lui écrire :[email protected]

Ancêtres à faire revivre à Terre-NeuveNée à Saint-Pierre et Miquelon,au sang-mêlé de Bretons, Nor-mands, Acadiens et même Bour-guignons par son grand-père,Fran-çoise Enguehard vit depuis plus de30 ans à Terre-neuve,province bat-tue par les vents, la plus à l’estdu Canada,pays des aurores boréa-les.Entrée à Radio Canada en 1992comme journaliste, Françoise,50 ans aujourd’hui,a vécu de l’in-térieur les mutations de Terre-Neuve : le déclin de la pêche à lamorue,le passage à l’aquaculture(saumons et homards) et main-tenant au pétrole,grâce à quelquesgisements offshore. FrançoiseEnguehard se bat encoreaujourd’hui pour la défense de salangue.« A Terre-Neuve, dit-elle,les francophones ne représententque 0,5 % de la population ! »Auteur d’un roman sur l’épopée deses ancêtres,L’Île aux Chiens,paruen 1999,et d’un livre pour la jeu-nesse sur la culture et la languefrançaise à Terre-Neuve,Françoise,mariée à un Saint-Pierrais, mèrede deux enfants grandis au Canada,travaille aujourd’hui à la biogra-phie d’un chef des Premièresnations au Labrador.

VIVRE A L’ÉTRANGER I N°106 63

©D

R

©D

R

©D

R

105.5Retrouvez l'émission

Français du Monde

avec EmmanuelLanglois,

tous les

samediset dimanches

sur

France Info.

Jean-Paul Goergler à Vancouver

Page 62: Canada, travailler, étudier, investir

64 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

complémentaire retraite. Monentreprise a pris en charge le démé-nagement et la location d’un garde-meuble en France.J’ai aussi béné-ficié d’un salaire plus importantet d’une prime d’expatriation.Enfin,il était prévu des cours d’anglaispour ma compagne et une inscrip-tion à un club à Singapour.

ADAPTATIONIl n’y a pas eu de préparation cul-turelle. Je n’en ressentais pas lebesoin. L’expatriation est un étatd’esprit,il faut se considérer commeinvité du pays et ne pas y aller à recu-lons.Mais nous nous sommes adap-tés facilement. Ma compagne, quia démissionné pour me suivre,a cher-ché une activité à Singapour.En effet,il est assez difficile de trouver unemploi sur place.Elle a intégré l’As-sociation des Français de Singapourqui s’occupe de l’accueil de nos com-patriotes.L’intégration au niveau demon emploi s’est bien passée maisle milieu professionnel est un peuspécial.Il me semble que le choc descultures y est plus percutant :on doitmarquer son territoire, s’imposer...J’étais le seul expatrié du bureau,les autres personnes qui travaillaientavec moi étaient des locaux. Nousétions cinq en tout.En fait il faut fon-cer dans le travail,se mettre à bos-ser tout de suite.

UN TRAIN DE VIEAGREABLESingapour n’est pas un pays hyperdépaysant, c’est très propre, sécu-risé,mais la vie est ici tournée versla consommation.Il n’y a pas de pro-blème de langue,tout le monde parleanglais. Les activités ne manquent

I L’expatriation ? Un étatd’espritThierry Laugier, expatrié dans le cadre de son entreprise à Singapour durant deux ans, est rentré en France enfévrier dernier, avec une idée en tête : repartir !

temoignage©

Ste

phen

Cob

urn

- FOT

OLIA

« Je suis parti dans le cadre de monentreprise,une importante boîte amé-ricaine,spécialisée dans les produitsde grande consommation, basée àParis. Il y avait une opportunitéque j’ai saisie. J’occupais un posteinternational pour lequel j’effectuaisdes voyages en Asie.En janvier 2005,je suis donc parti à Singapour entant que responsable des ventes Asie-Pacifique.Un bureau a été créé toutspécialement. J’ai bénéficié d’uncertain nombre d’avantages, monentreprise m’ayant offert un“package”comprenant une semainede repérage avec ma compagne àSingapour. Nous y avions à dispo-sition un agent pour nous aider àtrouver un logement dont le loyerétait payé par l’entreprise.Le package incluait également unaller-retour en 1re classe ou 2 allers-retours par an vers la France, unecomplémentaire santé ainsi qu’une

pas même si,malgré tout,cela resteune petite île dont on a vite fait letour. Mais on prend l’avion facile-ment, et en moins de 2 heures onse retrouve à Bali, Pucket, dansl’île de Bintan...pour faire de peti-tes escapades dépaysantes. La vien’est pas très chère, on mange auresto pour 5 à 10 €.Par contre lesvoitures sont très taxées.Mais sont-elles vraiment nécessaires ? Le métroest ultra moderne, et le taxi coûtebeaucoup moins cher qu’à Paris.Par contre,les loyers ont à nouveauexplosé depuis un an.Si nous étionsrestés,notre bail,qui durait 2 ans,aurait été reconduit avec 40 %d’augmentation du loyer !

RETOUR EN FRANCEJ’étais parti avec un contrat quidurait deux ans.Le retour a été dou-loureux, j’ai eu de la peine à quit-ter Singapour,même si je savais quej’allais réintégrer mon entreprise.Celle-ci m’a aidé pour le départet l’installation à Singapour, maisau retour, nous n’avons eu aucuneaide,hormis le déménagement quia été à nouveau pris en charge.L’expatriation est excitante lors-que l’on part, et bien qu’on nousrépète qu’il faut penser au retouravant de partir,on n’y pense pas vrai-ment. J’ai eu de la chance, un amim’a prêté un studio à Paris. Maisle choc culturel était bien là,il a falluse réadapter à Paris et à la France.Cependant, je reste enthousiastequand à l’expatriation,c’est une expé-rience très enrichissante, d’autantplus que j’apprécie l’Asie.Je repar-tirai bien là-bas,je ne suis pas encore blasé, j’ai loin d’avoir 25 ans d’expatriation !

LE TÉMOIGNAGE

I Je reste enthousiastequand à l’expatriation,

c’est une expériencetrès enrichissante,d’autant plus que

j’apprécie l’Asie. Jerepartirai bien là-bas.

Page 63: Canada, travailler, étudier, investir
Page 64: Canada, travailler, étudier, investir

66 VIVRE A L’ÉTRANGER I OCTOBRE 2007

temoignage

Nathalie Lorrain,dirigeante chezInterculturels,organisme de conseilet de formation enmanagementinterculturel, atravaillé sur plus de60 destinations à cejour en collaborationavec différentesgrandes entreprises.Elle décrypte cetémoignage.

« Thierry arrive dans un pays struc-turé. Singapour vit plutôt “à l’oc-cidentale” si l’on compare le paysà d’autres destinations comme laChine. Les circonstances dans les-quelles arrive un expatrié jouentbeaucoup.Il y a plusieurs facteursqui interviennent dans le bon dérou-lement d’une expatriation. L’enviede partir et l’utilisation courante del’anglais en font partie :Thierry réu-nissait ces deux atouts. En effet,

l’apprentissage d’une langue tiercecomme le chinois rend souvent dif-ficile les choses.Thierry n’a pas étéconfronté à cela, en plus de maî-triser l’anglais,il est attiré par l’Asie.L’intérêt éprouvé pour le pays d’ac-cueil est un atout lors d’une expa-triation. D’autre part,le “package”proposé par son entreprise est unpackage classique, néanmoins il aun impact psychologique fort surl’expatrié. Concernant son retour,Thierry parle de choc culturel, deréadaptation.C’est tout à fait cela.Il n’a eu quasiment aucune aidecontrairement au moment du départà l’étranger. Les entreprises com-mencent tout juste à être sensibi-lisées par la problématique du retourde leurs expatriés. Mais les sala-riés partis seulement deux annéesne sont en général pas concernés,lapériode d’expatriation étant tropcourte.Je dirais qu’il faut se méfierdes différences “invisibles”.QuandThierry dit “tout le monde parleanglais ici”,est-ce le même anglaisvéritablement ? Les mots employésont-ils le même sens ? En fait,Thierry n’a pas eu le tempsen 2 ans de perdre son enthousiasme,passage presque obligé dans la vied’un expatrié.

LE CONSTATIl est vrai qu’en ce moment l’Asieest devenu un véritable “virus”,toutle monde veut y aller. Il y a 5 ans,c’était la Chine,depuis 2 ans l’Indeest une destination d’envergure.Puis il y a eu le Moyen-Orient,et ence moment le Kazakhstan se déve-loppe.Chez Interculturels,nous tra-vaillons en collaboration avec lesentreprises ; les DRH internatio-naux ou responsables Mobilité inter-nationale nous contactent lorsqu’ilsenvisagent d’envoyer un de leurssalariés à l’étranger.Nous proposons toute une gammed’actions de formation axées sur desthèmes tels que comprendre les

mécanismes de l’interculturel, l’in-cidence du choc culturel sur l’ex-patrié,le développement du savoir-être... Nous les aidons ainsi à sepréparer. Idéalement, il serait biend’effectuer ce genre de formationune fois l’expatrié installé dansson pays d’accueil. Mais c’est vraique tout va très vite :dès qu’il arrive,l’expatrié doit se mettre au travailsans perdre de temps.Ce sont sur-tout les grandes entreprises qui fontappel à nous.Les PME en auraientbien besoin, mais elles ne passentpas par ce genre de structure.Pour-tant il est important de confronterle futur expatrié aux réalités qui l’at-tendent.Nous menons dans ce sensdes actions de conseil.A la demandede l’entreprise, nous émettons unavis sur la capacité d’adaptation ducandidat.Dans les faits, lorsque ladécision d’expatrier un salarié estprise,l’entreprise revient rarementdessus.Mais cela commence un peuà changer, d’ailleurs, il arrive par-fois que des candidats se rendentcompte,lors de cette formation cheznous, qu’ils ne sont pas faits pourl’expatriation. Il faut savoir que lapériode qu’on appelle de « matu-rité » arrive au bout de 4 annéesd’expatriation.Au bout de cette période, l’expa-trié fait toujours des efforts pourl’adaptation,même s’il est bien inté-gré car,malgré tout,il n’est pas dansson contexte habituel.

LES CONSEILSUne expatriation réussie est uneexpatriation concertée avec lafamille. Il faut avoir des attentesréalistes par rapport au pays d’ac-cueil. Une aide à la préparationest toujours la bienvenue pour avoirun regard extérieur et ainsi prendredu recul.L’expatriation est une for-midable opportunité,mais il ne fautpas insister si l’on s’aperçoit quecela ne nous convient pas. »

Odile Gnanaprégassame

© A

nato

ly T

iply

ashi

n - F

OTOL

IA

L’ANALYSEDE L’EXPERT

ISur cette page, un expertanalyse letémoignage que vous venez de lireprécédemment.

Page 65: Canada, travailler, étudier, investir
Page 66: Canada, travailler, étudier, investir