cahier spécial des charges gin170091t-10044

145
Enabel Agence belge de développement Société anonyme de droit public à finalité sociale Rue Haute 147 1000 Bruxelles T +32 (0)2 505 37 00 enabel.be 1 Cahier spécial des charges GIN170091T-10044 Marché de travaux relatif à la relance « de la réhabilitation de trois tronçons de pistes rurales à Soumbalako 4,4 km dans la préfecture de Mamou » Procédure Négociée Sans Publicité (PNSP) Code Navision : GIN170091T

Upload: others

Post on 22-Jun-2022

6 views

Category:

Documents


0 download

TRANSCRIPT

Page 1: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

Enabel • Agence belge de développement • Société anonyme de droit public à finalité sociale

Rue Haute 147 • 1000 Bruxelles • T +32 (0)2 505 37 00 • enabel.be

1

Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

Marché de travaux relatif à la relance « de la réhabilitation de trois tronçons de pistes rurales à Soumbalako 4,4 km dans la préfecture de Mamou » Procédure Négociée Sans Publicité (PNSP)

Code Navision : GIN170091T

Page 2: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 2

Table des matières

1 Dispositions administratives et contractuelles ........................................................................... 7

1.1 Généralités ..................................................................................................................... 7

1.1.1 Dérogations à l’AR du 14.01.2013 ................................................................................. 7

1.1.2 Le pouvoir adjudicateur................................................................................................. 7

1.1.3 Cadre institutionnel d’Enabel ........................................................................................ 7

1.1.4 Règles régissant le marché ............................................................................................ 8

1.1.5 Définitions ..................................................................................................................... 8

1.1.6 Confidentialité ............................................................................................................... 9

1.1.7 Obligations déontologiques ........................................................................................... 9

1.1.8 Droit applicable et tribunaux compétents .................................................................... 10

1.2 Objet et portée du marché .......................................................................................... 10

1.2.1 Nature du marché ....................................................................................................... 10

1.2.2 Objet du marché .......................................................................................................... 10

1.2.3 Lots .............................................................................................................................. 10

1.2.4 Postes .......................................................................................................................... 10

1.2.5 Durée du marché ......................................................................................................... 10

1.2.6 Variantes ...................................................................................................................... 10

1.2.7 Options ........................................................................................................................ 11

1.2.8 Quantités ..................................................................................................................... 11

1.3 Procédure ..................................................................................................................... 11

1.3.1 Mode de passation ...................................................................................................... 11

1.3.2 Publicité ....................................................................................................................... 11

1.3.3 Information, réunion d’information, visite du chantier .............................................. 11

1.3.4 Offre............................................................................................................................. 12

1.3.5 Introduction des offres ................................................................................................ 12

1.3.6 Sélection des soumissionnaires ................................................................................... 14

1.3.7 Critères d’attribution ................................................................................................... 15

1.3.8 Cotation finale ............................................................................................................. 16

1.3.9 Attribution du marché ................................................................................................. 16

1.3.10 Conclusion du contrat ................................................................................................. 16

1.4 Conditions contractuelles et administratives particulières ......................................... 16

1.4.1 Définitions (art. 2) ....................................................................................................... 17

Page 3: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 3

1.4.2 Utilisation des moyens électroniques (art. 10) ........................................................... 17

1.4.3 Fonctionnaire dirigeant (art. 11) ................................................................................. 17

1.4.4 Sous-traitants (art. 12 à 15) ......................................................................................... 17

1.4.5 Confidentialité (art. 18) ............................................................................................... 18

1.4.6 Droits intellectuels (art. 19 à 23) ................................................................................. 18

1.4.7 Assurances (art. 24) ..................................................................................................... 18

1.4.8 Cautionnement (art. 25 à 33) ...................................................................................... 18

1.4.9 La demande de l’adjudicataire de procéder à la réception : ....................................... 20

1.4.10 Conformité de l’exécution (art. 34) ............................................................................. 20

1.4.11 Plans, documents et objets établis par le pouvoir adjudicateur (art. 35) ................... 20

1.4.12 Plans de détail et d’exécution établis par l’adjudicataire (art. 36) ............................. 20

1.4.13 Modifications du marché (art. 37 à 38/19 et 80) ........................................................ 22

1.4.14 Indemnités suite aux suspensions ordonnées par l’adjudicateur durant l’exécution (art.

38/12) 23

1.4.15 Fixation des prix unitaires ou globaux – Calcul du prix ............................................... 23

1.4.16 Fixation des prix unitaires ou globaux – Procédure à respecter ................................. 24

1.4.17 Circonstances imprévisibles ........................................................................................ 24

1.4.18 Contrôle et surveillance du marché ............................................................................ 24

1.4.19 Délai d’exécution (art 76) ............................................................................................ 26

1.4.20 Mise à disposition de terrains (art 77) ........................................................................ 26

1.4.21 Conditions relatives au personnel (art. 78) ................................................................. 26

1.4.22 Organisation du chantier (art 79) ................................................................................ 26

1.4.23 Moyens de contrôle (art. 82) ....................................................................................... 27

1.4.24 Journal des travaux (art. 83) ........................................................................................ 27

1.4.25 Responsabilité de l’entrepreneur (art. 84) .................................................................. 28

1.4.26 Moyens d’action du pouvoir adjudicateur (art. 44-51 et 85-88) ................................. 28

1.4.27 Réceptions, garantie et fin du marché (art. 64-65 et 91-92) ....................................... 30

1.4.28 Prix du marché en cas de retard d’exécution (art 94) ................................................. 31

1.4.29 Conditions générales de paiement des travaux (art. 66 es et 95)............................... 32

1.4.30 Litiges (art. 73) ............................................................................................................. 32

2 Spécifications techniques ......................................................................................................... 34

2.1 Définitions .................................................................................................................... 34

2.2 Description des travaux ............................................................................................... 34

2.2.1 Caractéristiques géométriques des travaux de la piste de Soumbalako .................... 34

Page 4: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 4

2.2.2 Volume des travaux ..................................................................................................... 34

2.3 Prescriptions techniques Générales ............................................................................ 35

2.3.1 Etudes d’exécution ...................................................................................................... 35

2.3.2 Installation de chantier ................................................................................................ 35

2.3.3 Maintien du trafic et des accès locaux ........................................................................ 35

2.3.4 Les terrassements de dégagement et la préparation du terrain ................................ 36

2.3.5 Les travaux d’assainissement comprenant ................................................................. 36

2.3.6 Les équipements et la signalisation comprenant ........................................................ 36

2.3.7 Les prestations environnementales et sociales........................................................... 36

2.4 Prescriptions techniques particulières......................................................................... 37

2.4.1 Obligations et prestations de l’entrepreneur .............................................................. 37

2.4.2 Coordination des travaux. ........................................................................................... 37

2.4.3 Travaux topographiques - implantation du projet d’exécution .................................. 37

2.4.4 Programme technique des travaux ............................................................................. 38

2.4.5 Essais de laboratoire - contrôle ................................................................................... 39

2.4.6 Installation du chantier ............................................................................................... 47

2.4.7 Matériel ....................................................................................................................... 47

2.4.8 Prestations diverses..................................................................................................... 48

2.4.9 Provenance, qualité et contrôle des matériaux .......................................................... 48

2.4.10 Exploitation des emprunts .......................................................................................... 49

2.4.11 Matériaux pour remblais ............................................................................................. 51

2.4.12 Matériaux pour couche de fondation et remblai technique ....................................... 51

2.4.13 Matériaux pour couche de base et couche de roulement .......................................... 52

2.4.14 Composition et matériaux pour béton ........................................................................ 53

2.4.15 Mortier ........................................................................................................................ 56

2.4.16 Eau de gâchage pour béton ......................................................................................... 57

2.4.17 Adjuvants et produits de cure ..................................................................................... 57

2.4.18 Produits de cure .......................................................................................................... 57

2.4.19 Coffrage ....................................................................................................................... 57

2.4.20 Moellons ...................................................................................................................... 58

2.4.21 Signalisation - équipement et sécurité ........................................................................ 58

2.4.22 Hypothèses générales de calcul des ouvrages ............................................................ 59

2.5 Mode d’exécution des travaux .................................................................................... 61

2.5.1 Installation et repli du chantier ................................................................................... 61

Page 5: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 5

2.5.2 Dégagement et préparation du terrain ....................................................................... 61

2.5.3 Terrassements ............................................................................................................. 62

2.5.4 Chaussée ...................................................................................................................... 65

2.5.5 Ouvrages d'assainissement ......................................................................................... 67

2.5.6 Reprofilage et nettoyage des exutoires d'ouvrages .................................................... 68

2.5.7 Dalots-cadres en béton armé ...................................................................................... 68

2.5.8 Badigeons pour parements enterrés ........................................................................... 70

2.5.9 Signalisation ................................................................................................................. 70

2.6 Aspects environnementaux ......................................................................................... 71

2.6.1 Installation de Chantier ............................................................................................... 71

2.6.2 Ouverture et utilisation d’une carrière ....................................................................... 73

2.6.3 Débroussaillage et Elagage .......................................................................................... 74

2.6.4 Incinération des déchets ............................................................................................. 75

2.6.5 Matériaux d’apport ..................................................................................................... 75

2.6.6 Lutte contre l’ensablement ......................................................................................... 75

2.6.7 Lutte contre l'érosion .................................................................................................. 76

2.6.8 Entretien des bordures, caniveaux et descentes d'eau .............................................. 76

2.6.9 Stabilisation des talus .................................................................................................. 76

2.6.10 Plantation d'arbres ...................................................................................................... 76

2.6.11 Description des travaux ............................................................................................... 77

2.6.12 Chronologie et béton en personnel des opérations HIMO pour les travaux des pistes

rurales. ..................................................................................................................................... 77

2.6.13 Installation et repli de chantier ................................................................................... 77

2.6.14 Débroussaillement et décapage de la terre végétale ................................................. 77

2.7 Travaux de terrassement ............................................................................................. 78

2.8 Drainage ....................................................................................................................... 78

2.9 Nombre des jeunes permanents ................................................................................. 79

2.10 Dispositions relatives aux chantiers-écoles ................................................................. 79

2.11 Contrôle et paiement des bénéficiaires ....................................................................... 82

3 Formulaires .............................................................................................................................. 86

3.1 Identification du soumissionnaire ............................................................................... 86

3.2 Formulaire d’offre - Prix ............................................................................................... 87

3.3 Déclaration d’intégrité pour les soumissionnaires ...................................................... 88

3.4 Dossier de sélection ..................................................................................................... 90

Page 6: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 6

3.5 Récapitulatif des documents à remettre ..................................................................... 97

4 Instructions générales pour l’introduction des offres ............................................................... 98

Page 7: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 7

1 Dispositions administratives et contractuelles

1.1 Généralités

1.1.1 Dérogations à l’AR du 14.01.2013

Le chapitre 1.4 du présent cahier spécial des charges (CSC) contient les clauses administratives et

contractuelles particulières applicables au présent marché public par dérogation à l’AR du 14.01.2013.

Dans le présent CSC, il est dérogé à l’article 26 des Règles Générales d’Exécution - RGE (AR du

14.01.2013).

1.1.2 Le pouvoir adjudicateur

Le pouvoir adjudicateur du présent marché public est Enabel, Agence belge de développement, société

anonyme de droit public à finalité sociale, ayant son siège social à 147, rue Haute, 1000 Bruxelles

(numéro d’entreprise 0264.814.354, RPM Bruxelles). Enabel se voit confier l’exclusivité de l’exécution,

tant en Belgique qu’à l’étranger, des tâches de service public en matière de coopération bilatérale directe

avec des pays partenaires. En outre, elle peut exécuter d’autres missions de coopération à la demande

d’organismes d’intérêt public et développer des actions propres qui contribuent à ses objectifs.

Pour ce marché, Enabel est valablement représentée par M. Geert KINDT, Expert en contractualisation

et administration en Guinée.

1.1.3 Cadre institutionnel d’Enabel

Le cadre de référence général dans lequel travaille Enabel est :

• la loi belge du 19 mars 2013 relative à la Coopération au Développement ;

• la Loi belge du 21 décembre 1998 portant création de la « Coopération Technique Belge »

sous la forme d’une société de droit public ;

• la loi du 23 novembre 2017 portant modification du nom de la Coopération technique belge

et définition des missions et du fonctionnement d’Enabel, Agence belge de Développement,

publiée au Moniteur belge du 11 décembre 2017.

Les développements suivants constituent eux aussi un fil rouge dans le travail d’Enabel : citons, à titre

de principaux exemples :

• sur le plan de la coopération internationale : les Objectifs de développement durable des

Nations unies, la Déclaration de Paris sur l’harmonisation et l’alignement de l’aide ;

• sur le plan de la lutte contre la corruption : la loi du 8 mai 2007 portant assentiment à la

Convention des Nations unies contre la corruption, faite à New York le 31 octobre 2003,

ainsi que la loi du 10 février 1999 relative à la répression de la corruption transposant la

Convention relative à la lutte contre la corruption de fonctionnaires étrangers dans des

transactions commerciales internationales ;

• sur le plan du respect des droits humains : la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

des Nations unies (1948) ainsi que les 8 conventions de base de l’Organisation

Internationale du Travail consacrant en particulier le droit à la liberté syndicale (C. n° 87),

le droit d’organisation et de négociation collective de négociation (C. n° 98), l’interdiction

du travail forcé (C. n° 29 et 105), l’interdiction de toute discrimination en matière de travail

et de rémunération (C. n° 100 et 111), l’âge minimum fixé pour le travail des enfants (C. n°

138), l’interdiction des pires formes de ce travail (C. n° 182) ;

Page 8: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 8

• sur le plan du respect de l’environnement : La Convention-cadre sur les changements

climatiques de Paris, le douze décembre deux mille quinze ;

• le premier contrat de gestion entre Enabel et l’Etat fédéral belge (approuvé par AR du

17.12.2017, MB 22.12.2017) qui arrête les règles et les conditions spéciales relatives à

l’exercice des tâches de service public par Enabel pour le compte de l’Etat belge.

1.1.4 Règles régissant le marché

Sont e.a. d’application au présent marché public :

• La Loi du 17 juin 2016 relative aux marchés publics ;

• La Loi du 17 juin 2013 relative à la motivation, à l’information et aux voies de recours en

matière de marchés publics et de certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

• L’A.R. du 18 avril 2017 relatif à la passation des marchés publics dans les secteurs

classiques ;

• L’A.R. du 14 janvier 2013 établissant les règles générales d’exécution des marchés

publics ;

• Les Circulaires du Premier Ministre en matière de marchés publics.

Toute la réglementation belge sur les marchés publics peut être consultée sur

www.publicprocurement.be.

1.1.5 Définitions

Dans le cadre de ce marché, il faut comprendre par :

• Le soumissionnaire : la personne physique (m/f) ou morale qui introduit une offre ;

• L’adjudicataire / l’entrepreneur : le soumissionnaire à qui le marché est attribué ;

• Le pouvoir adjudicateur : Enabel, représentée par la Représentante résidente de la Enabel

en Guinée ;

• L’offre : l’engagement du soumissionnaire d’exécuter le marché aux conditions qu’il

présente ;

• Jours : A défaut d’indication dans le cahier spécial des charges et réglementation

applicable, tous les jours s’entendent comme des jours calendrier ;

• BAFO: Best and Final Offer;

• Documents du marché : Avis de marché et cahier spécial des charges, y inclus les annexes

et les documents auxquels ils se réfèrent ;

• Spécifications techniques : une spécification figurant dans un document définissant les

caractéristiques requises d’un produit ou d’un service, telles que les niveaux de qualité, les

niveaux de la performance environnementale, la conception pour tous les usages, y compris

l’accès aux personnes handicapées, et l’évaluation de la conformité, de la propriété

d’emploi, de l’utilisation du produit, sa sécurité ou ses dimensions, y compris les

prescriptions applicables au produit en ce qui concerne la dénomination de vente, la

terminologie, les symboles, les essais et méthodes d’essais, l’emballage, le marquage et

l’étiquetage, les instructions d’utilisation, les processus et méthodes de production, ainsi

que les procédures d’évaluation de la conformité ;

Page 9: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 9

• Variante : un mode alternatif de conception ou d’exécution qui est introduit soit à la

demande du pouvoir adjudicateur, soit à l’initiative du soumissionnaire ;

• Option : un élément accessoire et non strictement nécessaire à l’exécution du marché, qui

est introduit soit à la demande du pouvoir adjudicateur, soit à l’initiative du

soumissionnaire ;

• Métré récapitulatif : dans un marché de travaux, le document du marché qui fractionne les

prestations en postes différents et précise pour chacun d’eux la quantité ou le mode de

détermination du prix ;

• Les règles générales d’exécution (RGE) : les règles se trouvant dans l’AR du 14.01.2013

établissant les règles générales d’exécution des marchés publics et des concessions de

travaux publics ;

• Le cahier spécial des charges (CSC) : le présent document ainsi que toutes ses annexes et

documents auxquels il fait référence ;

• La pratique de corruption : toute proposition de donner ou consentir à offrir à quiconque

un paiement illicite, un présent, une gratification ou une commission à titre d’incitation ou

de récompense pour qu’il accomplisse ou s’abstienne d’accomplir des actes ayant trait à

l’attribution du marché ou à l’exécution du marché conclu avec le pouvoir adjudicateur ;

• Le litige : l’action en justice.

1.1.6 Confidentialité

Le soumissionnaire ou l'adjudicataire et Enabel sont tenus au secret à l'égard des tiers concernant toutes

les informations confidentielles obtenues dans le cadre du présent marché et ne transmettront celles-ci à

des tiers qu'après accord écrit et préalable de l'autre partie. Ils ne diffuseront ces informations

confidentielles que parmi les préposés concernés par la mission. Ils garantissent que ces préposés seront

dûment informés de leurs obligations de confidentialité et qu’ils les respecteront.

DÉCLARATION DE CONFIDENTIALITÉ D’ENABEL : Enabel est sensible à la protection de votre

vie privée. Nous nous engageons à protéger et à traiter vos données à caractère personnel avec soin,

transparence et dans le strict respect de la législation en matière de protection de la vie privée.

Voir aussi : https://www.enabel.be/fr/content/declaration-de-confidentialite-denabel

1.1.7 Obligations déontologiques

Tout manquement à se conformer à une ou plusieurs des clauses déontologiques peut aboutir à

l’exclusion du candidat, du soumissionnaire ou de l’adjudicataire d’autres marchés publics pour Enabel.

Pendant la durée du marché, l’adjudicataire et son personnel respectent les droits de l’homme et

s’engagent à ne pas heurter les usages politiques, culturels et religieux du pays bénéficiaire. Le

soumissionnaire ou l’adjudicataire est tenu de respecter les normes fondamentales en matière de travail,

convenues au plan international par l’Organisation Internationale du Travail (OIT), notamment les

conventions sur la liberté syndicale et la négociation collective, sur l’élimination du travail forcé et

obligatoire, sur l’élimination des discriminations en matière d’emploi et de profession et sur l’abolition

du travail des enfants.

Toute tentative d’un candidat ou d’un soumissionnaire visant à se procurer des informations

confidentielles, à procéder à des ententes illicites avec des concurrents ou à influencer le comité

d’évaluation ou le pouvoir adjudicateur au cours de la procédure d’examen, de clarification, d’évaluation

et de comparaison des offres et des candidatures entraîne le rejet de sa candidature ou de son offre.

Page 10: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 10

De plus, afin d’éviter toute impression de risque de partialité ou de connivence dans le suivi et le contrôle

de l’exécution du marché, il est strictement interdit à l’adjudicataire d’offrir, directement ou

indirectement, des cadeaux, des repas ou un quelconque autre avantage matériel ou immatériel, quelle

que soit sa valeur, aux préposés du pouvoir adjudicateur concernés directement ou indirectement par le

suivi et/ou le contrôle de l’exécution du marché, quel que soit leur rang hiérarchique.

Toute offre sera rejetée ou tout contrat (marché public) annulé dès lors qu’il sera avéré que l’attribution

du contrat ou son exécution aura donné lieu au versement de « frais commerciaux extraordinaires ». Les

frais commerciaux extraordinaires concernent toute commission non mentionnée au marché principal

ou qui ne résulte pas d’un contrat en bonne et due forme faisant référence à ce marché, toute commission

qui ne rétribue aucun service légitime effectif, toute commission versée dans un paradis fiscal, toute

commission versée à un bénéficiaire non clairement identifié ou à une société qui a toutes les apparences

d’une société de façade.

L’adjudicataire du marché s’engage à fournir au pouvoir adjudicateur, à sa demande, toutes les pièces

justificatives relatives aux conditions d’exécution du contrat. Le pouvoir adjudicateur pourra procéder

à tout contrôle, sur pièces et sur place, qu’il estimerait nécessaire pour réunir des éléments de preuve sur

une présomption de frais commerciaux inhabituels. L’adjudicataire ayant payé des dépenses

commerciales inhabituelles est susceptible, selon la gravité des faits observés, de voir son contrat résilié

ou d’être exclu de manière permanente.

1.1.8 Droit applicable et tribunaux compétents

Le marché doit être exécuté et interprété conformément au droit belge.

Les parties s’engagent à remplir de bonne foi leurs engagements en vue d’assurer la bonne fin du marché.

En cas de litige ou de divergence d’opinion entre le pouvoir adjudicateur et l’adjudicataire, les parties

se concerteront pour trouver une solution.

À défaut d’accord, les tribunaux de Bruxelles sont seuls compétents pour trouver une solution.

1.2 Objet et portée du marché

1.2.1 Nature du marché

Le présent marché est un marché de travaux.

1.2.2 Objet du marché

Le présent marché consiste en « la relance de la réhabilitation de trois tronçons de pistes rurales à

Soumbalako 4,4 km dans la préfecture de Mamou », conformément aux conditions du présent CSC.

1.2.3 Lots

Le marché n’est pas divisé en lots.

1.2.4 Postes

Le marché n’est pas divisé en postes.

1.2.5 Durée du marché

Le marché débute après notification de l’attribution et plus spécifiquement à la date de l’ordre de service

écrit de commencement des travaux et a une durée d’exécution maximale de 120 jours calendrier.

1.2.6 Variantes

Les variantes ne sont pas admises.

Page 11: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 11

1.2.7 Options

Les options ne sont pas applicables.

1.2.8 Quantités

Voir spécifications techniques et le devis quantitatif et estimatif DQE.

1.3 Procédure

1.3.1 Mode de passation

Le présent marché est attribué via la procédure négociée sans publication préalable en application de

l’article 42 de la loi du 17 juin 2016.

1.3.2 Publicité

1.3.2.1 Publication officieuse

Le présent CSC est publié sur le site Web d’Enabel (www.enabel.be).

1.3.2.2 Autre publication

Le présent CSC est publié sur le site guinéen Journal des Appels d’Offre (www.jaoguinee.com).

1.3.3 Information, réunion d’information, visite du chantier

L’attribution de ce marché est coordonnée par M. Geert KINDT, Expert en contractualisation. Aussi

longtemps que court la procédure, tous les contacts entre le pouvoir adjudicateur et les

soumissionnaires (éventuels) concernant le présent marché se font exclusivement via cette

personne et il est interdit aux soumissionnaires (éventuels) d’entrer en contact avec le pouvoir

adjudicateur d’une autre manière au sujet du présent marché, sauf disposition contraire dans le

présent CSC.

La réunion d’information et la visite facultative du chantier sont organisées le 30 septembre 2020.

Rendez-vous : Bureau du programme Integra Enabel, Quartier Petel à Mamou.

Jusqu’au 05 octobre 2020 inclus, les candidats-soumissionnaires peuvent poser des questions concernant

le CSC et le marché. Les questions seront posées par écrit à M. Geert KINDT, via l’adresse mail

[email protected] et il y sera répondu au fur et à mesure de leur réception. L’aperçu complet des

questions posées sera disponible à partir du 06 octobre 2020 à l’adresse ci-dessus.

Jusqu’à la notification de la décision d’attribution, il ne sera donné aucune information sur

l’évolution de la procédure.

Les documents de marchés seront accessibles gratuitement à l’adresse internet suivante :

c) www.enabel.be

Le soumissionnaire est censé introduire son offre en ayant pris connaissance et en tenant compte des

rectifications éventuelles concernant le CSC qui sont publiées sur le site d’Enabel ou qui lui sont

envoyées par courrier électronique. À cet effet, s’il a téléchargé le CSC sous forme électronique, il lui

est vivement conseillé de transmettre ses coordonnées au gestionnaire de marchés publics mentionné ci-

dessus et de se renseigner sur les éventuelles modifications ou informations complémentaires.

Le soumissionnaire est tenu de dénoncer immédiatement toute lacune, erreur ou omission dans les

documents du marché qui rende impossible l’établissement de son prix ou la comparaison des offres, au

plus tard dans un délai de 10 jours avant la date limite de réception des offres.

Page 12: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 12

1.3.4 Offre

1.3.4.1 Données à mentionner dans l’offre

Le soumissionnaire est tenu d’utiliser le formulaire d’offre joint en annexe.

L’offre et les annexes jointes au formulaire d’offre sont rédigées en français.

Par le dépôt de son offre, le soumissionnaire renonce automatiquement à ses conditions générales ou

particulières de vente, même si celles-ci sont mentionnées dans l’une ou l’autre annexe à son offre.

Le soumissionnaire indique clairement dans son offre quelle information est confidentielle et/ou se

rapporte à des secrets techniques ou commerciaux et ne peut donc pas être divulguée par le pouvoir

adjudicateur.

1.3.4.2 Durée de validité de l’offre

Les soumissionnaires restent liés par leur offre pendant un délai de 90 jours calendrier, à compter de la

date limite de réception.

En cas de dépassement du délai visé ci-dessus, la validité de l’offre sera traitée lors des négociations.

1.3.4.3 Détermination, composantes et révision des prix

Tous les prix mentionnés dans le formulaire d’offre doivent être obligatoirement libellés en EURO (€).

Le présent marché est un marché à bordereau de prix, ce qui signifie que seul le prix unitaire est

forfaitaire. Le prix à payer sera obtenu en appliquant les prix unitaires mentionné dans l’inventaire aux

quantités réellement exécutées.

En application de l’article 37 de l’arrêté royal du 18 avril 2017, le pouvoir adjudicateur peut effectuer

toutes les vérifications sur pièces comptables et tous contrôles sur place de l’exactitude des indications

fournis dans le cadre de la vérification des prix.

1.3.4.4 Eléments inclus dans le prix

Le soumissionnaire est censé avoir inclus dans les prix tant unitaires que globaux des marchés de

travaux, tous les frais, mesures et charges quelconques inhérents à l'exécution du marché, à l’exception

de la taxe sur la valeur ajoutée.

Sont inclus dans les prix tant unitaires que globaux des marchés de travaux :

Voir spécifications techniques et détail estimatif et quantitatif.

1.3.5 Introduction des offres

Sans préjudice des variantes éventuelles, le soumissionnaire ne peut remettre qu'une offre par marché.

Le soumissionnaire introduit son offre de la manière suivante (ne pas respecter cette règle constitue une

irrégularité et peut entraîner la non sélection de l’offre) :

a) Un exemplaire original de l’offre technique et administrative (paraphé sur chaque page) sera

introduit sur papier ainsi qu’une copie conforme à l’original sur clé USB exploitable. En plus,

le soumissionnaire joindra à l’offre trois copies sur papier. Ceci sera mis dans une enveloppe

fermée et bien distincte avec inscription :

Nom du soumissionnaire

Offre technique, original et copies GIN170091T-10044

Ouverture des offres le 08 Octobre 2020

Page 13: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 13

AUCUNE INFORMATION DE L’OFFRE FINANCIÈRE NE DOIT SE TROUVER

DANS L’OFFRE TECHNIQUE ET ADMINISTRATIVE, LE NON-RESPECT DE

CETTE INSTRUCTION SERA CONSIDÉRÉ COMME UNE IRRÉGULARITÉ.

b) Un exemplaire original de l’offre financière (paraphé sur chaque page) sera introduit sur

papier ainsi qu’une copie conforme de l’original sur clé USB exploitable. En plus, le

soumissionnaire joindra à l’offre trois copies sur papier. Ceci sera mis dans une enveloppe

fermée bien distincte avec inscription :

Nom du Soumissionnaire

Offre financière, original et copies GIN170091T-10044

Ouverture des offres le 08 Octobre 2020

c) L’ensemble de l’offre technique et de l’offre financière sera glissé dans une enveloppe fermée

et adressée à :

Monsieur Geert KINDT

Enabel

Immeuble Koubia, 3ème étage, Appartement 301

Corniche nord/Camayenne

Commune de Dixinn

Conakry/Guinée

d) Inscription supplémentaire à mettre sur l’enveloppe :

NOM DE LA FIRME

NOM DU SOUMISSIONNAIRE

REFERENCE DU MARCHE

DATE D’OUVERTURE

Remarques importantes :

La clé USB de l’offre technique ne peut pas contenir l’offre financière. Il faut donc deux clés USB

distinctes : une pour l’offre technique et administrative et une autre pour l’offre financière.

Les soumissionnaires doivent respecter l’adresse de dépôt reprise ci-haut. Des offres qui ne sont pas

déposées à l’adresse indiquée risquent de ne pas être évaluées. C’est une responsabilité du soumissionnaire

de se rassurer que son service courrier dépose bien les offres à l’adresse indiquée et pendant les heures

prévues.

L’offre peut être introduite :

a) Par poste (envoie normal ou recommandé)

Dans ce cas, le pli scellé est glissé dans une seconde enveloppe fermée adressée à M. Geert

KINDT : Enabel, Immeuble Koubia, 3ème Etage Appartement 301, à Camayenne,

Commune de Dixinn, Conakry, Guinée.

b) Par remise contre accusé de réception. Le service est accessible au public, tous les jours

ouvrables de 08h à 16h (Voir l’adresse mentionnée au point a°) ci-dessus).

Toute offre doit parvenir avant la date et l’heure ultime de dépôt. Les offres parvenues

tardivement ne sont pas acceptées.

Une offre reçue tardivement est acceptée pour autant que le pouvoir adjudicateur n’ait pas encore

conclu le marché et que l’offre ait été envoyée par courrier recommandé, au plus tard le quatrième jour

précédant la date de l’ouverture des Offres (Articles 57 et 87 de l’AR passation).

Page 14: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 14

Les offres transmises sous une autre façon ou à d’autres destinataires seront écartées de la

procédure.

Attention :

Les offres doivent être introduit selon la forme/canevas prescrit dans le

chapitre 4.

Ne pas respecter ce canevas peut engendrer l’exclusion au

marché.

1.3.5.1 Modification ou retrait d’une offre déjà introduite

Lorsqu’un soumissionnaire souhaite modifier ou retirer une offre déjà envoyée ou introduite, ceci doit

se dérouler conformément aux dispositions des articles 43 et 85 de l’arrêté royal du 18 avril 2017.

Afin de modifier ou de retirer une offre déjà envoyée ou introduite, une déclaration écrite est exigée,

correctement signée par le soumissionnaire ou par son mandataire. L’objet et la portée des modifications

doivent être mentionnés de façon précise. Le retrait doit être inconditionnel.

Le retrait peut également être communiqué par téléfax, ou via un moyen électronique, pour autant qu’il

soit confirmé par lettre recommandée déposée à la poste ou contre accusé de réception au plus tard le

jour avant la date limite de réception des offres.

Ainsi, les modifications à une offre qui interviennent après la signature du rapport de dépôt, ainsi que

son retrait donnent lieu à l'envoi d'un nouveau rapport de dépôt qui doit être signé conformément au

paragraphe 1er.

L'objet et la portée des modifications doivent être indiqués avec précision.

Le retrait doit être pur et simple.

Lorsque le rapport de dépôt dressé à la suite des modifications ou du retrait visés à l'alinéa 1er, n'est pas

revêtu de la signature visée au paragraphe 1er, la modification ou le retrait est d'office entaché de nullité.

Cette nullité ne porte que sur les modifications ou le retrait et non sur l'offre elle-même.

1.3.5.2 Ouverture des offres

Les offres doivent être en possession du pouvoir adjudicateur avant le 08 octobre 2020 à 16h 00.

L’ouverture des offres se fera à huis-clos.

1.3.6 Sélection des soumissionnaires

1.3.6.1 Motifs d’exclusion

Les motifs d’exclusion obligatoires et facultatifs sont renseignés en annexe du présent cahier spécial des

charges.

Par le dépôt de son offre, le soumissionnaire atteste qu’il ne se trouve pas dans un des cas d’exclusion

figurant aux articles 67 à 69 de la loi du 17 juin 2016 et aux articles 61 à 64 de l’A.R. du 18 avril 2017.

Le pouvoir adjudicateur vérifiera l’exactitude de cette déclaration sur l’honneur dans le chef du

soumissionnaire dont l’offre est la mieux classée.

A cette fin, il demandera au soumissionnaire concerné par les moyens les plus rapides et endéans le délai

qu’il détermine de fournir les renseignements ou documents permettant de vérifier sa situation

personnelle.

Page 15: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 15

Le pouvoir adjudicateur demandera lui-même les renseignements ou documents qu’il peut obtenir

gratuitement par des moyens électroniques auprès des services qui en sont les gestionnaires.

1.3.6.2 Critères de sélection

Le soumissionnaire est, en outre, tenu de démontrer à l’aide des documents demandés dans le « Dossier

de sélection » qu’il est suffisamment capable, tant du point de vue économique et financier que du point

de vue technique, de mener à bien le présent marché public.

1.3.6.3 Aperçu de la procédure

Dans une première phase, les offres introduites par les soumissionnaires sélectionnés seront examinées

sur le plan de la régularité formelle et matérielle. Les offres irrégulières seront rejetées.

Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de faire régulariser les irrégularités dans l’offre des

soumissionnaires durant les négociations.

Dans une seconde phase, les offres régulières formellement et matériellement seront examinées sur le

plan du fond par une commission d’évaluation. Le pouvoir adjudicateur limitera le nombre d’offres à

négocier en appliquant les critères d’attribution précisés dans les documents du marché. Cet examen

sera réalisé sur la base des critères d'attribution mentionnés dans le présent cahier spécial des charges et

a pour but de composer une shortlist de soumissionnaires avec lesquels des négociations seront menées.

Ensuite vient la phase des négociations. Le pouvoir adjudicateur peut négocier avec les soumissionnaires

les offres initiales et toutes les offres ultérieures que ceux-ci ont présentées, à l’exception des offres

finales, en vue d’améliorer leur contenu. Les exigences minimales et les critères d’attribution ne font

pas l’objet de négociations. Cependant, le pouvoir adjudicateur peut également décider de ne pas

négocier. Dans ce cas l’offre initiale vaut comme offre définitive.

Lorsque le pouvoir adjudicateur entend conclure les négociations, il en informera les soumissionnaires

restant en lice et fixera une date limite commune pour la présentation d’éventuelles BAFO. Après la

clôture des négociations, les BAFO seront confrontées aux critères d’exclusion, aux critères de sélection

ainsi qu’aux critères d’attribution. Le soumissionnaire dont la BAFO présente le meilleur rapport

qualité/prix (donc celui qui obtient le meilleur score sur la base des critères d’attribution mentionnés ci-

après) sera désigné comme adjudicataire pour le présent marché.

Les BAFO des soumissionnaires avec lesquels des négociations ont été menées seront examinées du

point de vue de leur régularité. Les BAFO irrégulières seront exclues.

Seules les BAFO régulières seront prises en considération pour être confrontées aux critères

d’attribution.

Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de revoir la procédure énoncée ci-dessus dans le respect du

principe d’égalité de traitement et de transparence.

1.3.7 Critères d’attribution

Le pouvoir adjudicateur choisira la BAFO régulière qu’il juge la plus avantageuse en tenant compte des

critères suivants :

• Offre technique (Qualité) : 30%

Seules les offres ayant un score d'au moins 75 % des 30 points (soit 22,5 points) à l’évaluation technique

seront retenues pour la suite du processus (voir grille d’évaluation en annexe A et voir annexes B et C).

Page 16: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 16

• Offre financière (Prix) : 70%

Ce critère sera calculé selon la formule suivante :

Cotation financière = 70 – [(prix de l’offre concernée – prix de l’offre la plus basse) / prix de l’offre

concernée] * 70

(Voir annexes D et E)

1.3.8 Cotation finale

Les cotations pour les critères d’attribution seront additionnées. Le marché sera attribué au

soumissionnaire qui obtient la cotation finale la plus élevée.

1.3.9 Attribution du marché

Le marché sera attribué au soumissionnaire qui a remis l’offre régulière économiquement la plus

avantageuse.

Il faut néanmoins remarquer que, conformément à l’art. 85 de la loi du 17 juin 2016, il n’existe aucune

obligation pour le pouvoir adjudicateur d’attribuer le marché.

Le pouvoir adjudicateur peut soit renoncer à passer le marché, soit refaire la procédure, au besoin suivant

un autre mode.

1.3.10 Conclusion du contrat

Conformément à l’art. 88 de l’A.R. du 18 avril 2017, le marché a lieu par la notification au

soumissionnaire choisi de l’approbation de son offre.

La notification est effectuée par les plateformes électroniques, par courrier électronique ou par fax et, le

même jour, par envoi recommandé.

Le contrat intégral consiste dès lors en un marché attribué par Enabel au soumissionnaire choisi

conformément au :

• Le présent CSC et ses annexes ;

• La BAFO approuvée de l’adjudicataire et toutes ses annexes ;

• La lettre recommandée portant notification de la décision d’attribution ;

• Le cas échéant, les documents éventuels ultérieurs, acceptés et signés par les deux parties.

1.4 Conditions contractuelles et administratives particulières

Le présent chapitre de ce CSC contient les clauses particulières applicables au présent marché public

par dérogation aux ‘Règles générales d’exécution des marchés publics et des concessions de travaux

publics’ de l’AR du 14 janvier 2013, ci-après ‘RGE’ ou qui complètent ou précisent celui-ci. Les articles

indiqués ci-dessus (entre parenthèses) renvoient aux articles des RGE. En l’absence d’indication, les

dispositions pertinentes des RGE sont intégralement d’application.

Dans ce CSC, il est dérogé à l’article 26 des RGE.

Page 17: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 17

1.4.1 Définitions (art. 2)

Dans le cadre de ce marché, il faut comprendre par :

- fonctionnaire dirigeant : le fonctionnaire, ou toute autre personne, chargé de la direction et du

contrôle de l’exécution du marché ;

- cautionnement : garantie financière donnée par l’adjudicataire de ses obligations jusqu’à

complète et bonne exécution du marché ;

- réception : constatation par le pouvoir adjudicateur de la conformité aux règles de l’art ainsi

qu’aux conditions du marché de tout ou partie des travaux, fournitures ou services exécutés par

l’adjudicataire ;

- acompte : paiement d’une partie du marché après service fait et accepté ;

- avance : paiement d’une partie du marché avant service fait et accepté ;

- avenant : convention établie entre les parties liées par le marché en cours d’exécution du

marché et ayant pour objet une modification des documents qui y sont applicables.

1.4.2 Utilisation des moyens électroniques (art. 10)

L’utilisation des moyens électroniques pour les échanges durant l’exécution du marché est permise sauf

quand indiqué différemment dans le présent CSC.

Dans ces derniers cas, les notifications du pouvoir adjudicateur sont adressées au domicile ou au siège

social mentionné dans l’offre.

1.4.3 Fonctionnaire dirigeant (art. 11)

Le fonctionnaire dirigeant sera désigné ultérieurement.

Une fois le marché conclu, le fonctionnaire dirigeant est l’interlocuteur principal de l’entrepreneur.

Toute la correspondance et toutes les questions concernant l’exécution du marché lui seront adressées,

sauf mention contraire expresse dans ce CSC.

Le fonctionnaire dirigeant a pleine compétence pour ce qui concerne le suivi de l’exécution du marché,

y compris la délivrance d’ordres de service, l’établissement de procès-verbaux et d’états des lieux,

l’approbation des services, des états d’avancements et des décomptes. Il peut ordonner toutes les

modifications au marché qui se rapportent à son objet et qui restent dans ses limites.

Ne font toutefois pas partie de sa compétence : la signature d’avenants ainsi que toute autre

décision ou accord impliquant une dérogation aux clauses et conditions essentielles du marché.

Pour de telles décisions, le pouvoir adjudicateur est représenté comme stipulé au point 1.1.5 Le

pouvoir adjudicateur.

Le fonctionnaire dirigeant n’est en aucun cas habilité à modifier les modalités (p. ex., délais

d’exécution, …) du contrat, même si l’impact financier devait être nul ou négatif. Tout

engagement, modification ou accord dérogeant aux conditions stipulées dans le CSC et qui n’a pas

été notifié par le pouvoir adjudicateur doit être considéré comme nul.

1.4.4 Sous-traitants (art. 12 à 15)

Le fait que l’adjudicataire confie tout ou partie de ses engagements à des sous-traitants ne dégage pas sa

responsabilité envers le pouvoir adjudicateur. Celui-ci ne se reconnaît aucun lien contractuel avec ces

tiers.

L’adjudicataire reste, dans tous les cas, seul responsable vis-à-vis du pouvoir adjudicateur.

Page 18: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 18

L’entrepreneur s’engage à faire exécuter le marché par les personnes indiquées dans l’offre, sauf cas de

force majeure. Les personnes mentionnées ou leurs remplaçants sont tous censés participer

effectivement à la réalisation du marché. Les remplaçants doivent être agréés par le pouvoir

adjudicateur.

Le contractant ne peut pas sous-traiter, sous-louer, déléguer ou transférer autrement la totalité ou plus

de 35 pour cent (de la valeur) des travaux.

Dans le cas où l’adjudicataire fait appel à un ou plusieurs sous-traitants, il doit renseigner l’annexe I.

1.4.5 Confidentialité (art. 18)

L’entrepreneur et ses collaborateurs sont liés par un devoir de réserve concernant les informations dont

ils ont connaissance lors de l’exécution de ce marché. Ces informations ne peuvent en aucun cas être

communiquées à des tiers sans l’autorisation écrite du pouvoir adjudicateur. L’entrepreneur peut

toutefois faire mention de ce marché en tant que référence, à condition qu’il en indique l’état avec

véracité (p.ex. ‘en exécution’), et pour autant que le pouvoir adjudicateur n’ait pas retiré cette

autorisation pour cause de mauvaise exécution du marché.

1.4.6 Droits intellectuels (art. 19 à 23)

Sauf disposition contraire dans les documents du marché, lorsque l'objet de celui-ci consiste en la

création, la fabrication ou le développement de dessins et modèles, de signes distinctifs, le pouvoir

adjudicateur en acquiert la propriété intellectuelle, ainsi que le droit de les déposer, de les faire

enregistrer et de les faire protéger.

En ce qui concerne les noms de domaine créés à l'occasion d'un marché, le pouvoir adjudicateur acquiert

également le droit de les enregistrer et de les protéger, sauf disposition contraire dans les documents du

marché.

Lorsque le pouvoir adjudicateur n'acquiert pas les droits de propriété intellectuelle, il obtient une licence

d'exploitation des résultats protégés par le droit de la propriété intellectuelle pour les modes

d'exploitation mentionnés dans les documents du marché.

Le pouvoir adjudicateur énumère dans les documents du marché les modes d'exploitation pour lesquels

il entend obtenir une licence.

1.4.7 Assurances (art. 24)

L'adjudicataire contracte les assurances couvrant sa responsabilité en matière d'accidents de travail et sa

responsabilité civile vis-à-vis des tiers lors de l'exécution du marché.

L'adjudicataire contracte également toute autre assurance imposée par les documents du marché.

§ 2. Dans un délai de trente jours à compter de la conclusion du marché, l'adjudicataire justifie qu'il a

souscrit ces contrats d'assurances, au moyen d'une attestation établissant l'étendue de la responsabilité

garantie requise par les documents du marché.

À tout moment durant l'exécution du marché, l'adjudicataire produit cette attestation, dans un délai de

quinze jours à compter de la réception de la demande du pouvoir adjudicateur.

1.4.8 Cautionnement (art. 25 à 33)

Le cautionnement est fixé à 5% du montant total, hors TVA, du marché. Le montant ainsi obtenu est

arrondi à la dizaine d’euro supérieure.

Le cautionnement peut être constitué conformément aux dispositions légales et réglementaires, soit en

numéraire, ou en fonds publics, soit sous forme de cautionnement collectif.

Page 19: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 19

Le cautionnement peut également être constitué par une garantie accordée par un établissement de crédit

satisfaisant au prescrit de la législation relative au statut et au contrôle des établissements de crédit ou

par une entreprise d'assurances satisfaisant au prescrit de la législation relative au contrôle des

entreprises d'assurances et agréée pour la branche 15 (caution).

Par dérogation à l’article 26, le cautionnement peut être établi via un établissement dont le siège social

se situe dans un des pays de destination des travaux. Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit

d’accepter ou non la constitution du cautionnement via cet établissement. L’adjudicataire mentionnera

le nom et l’adresse de cet établissement dans l’offre.

La dérogation est motivée pour laisser l’opportunité aux éventuels soumissionnaires locaux d’introduire

offre. Cette mesure est rendue indispensable par les exigences particulières du marché.

L’adjudicataire doit, dans les trente jours calendrier suivant le jour de la conclusion du marché, justifier

la constitution du cautionnement par lui-même ou par un tiers, de l’une des façons suivantes :

1° lorsqu’il s’agit de numéraire, par le virement du montant au numéro de compte bpost banque de

la Caisse des Dépôts et Consignations [compte bpost banque n° BE58 6792 0040 9979 (IBAN),

PCHQBEBB (BIC)] ou d’un organisme public remplissant une fonction similaire à celle de ladite

Caisse, ci-après dénommé organisme public remplissant une fonction similaire ;

2° lorsqu’il s’agit de fonds publics, par le dépôt de ceux-ci entre les mains du caissier de l’Etat au

siège de la Banque nationale à Bruxelles ou dans l’une de ses agences en province, pour compte

de la Caisse des Dépôts et Consignations, ou d’un organisme public remplissant une fonction

similaire ;

3° lorsqu’il s’agit d’un cautionnement collectif, par le dépôt par une société exerçant légalement

cette activité, d’un acte de caution solidaire auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations ou

d’un organisme public remplissant une fonction similaire ;

4° lorsqu’il s’agit d’une garantie, par l’acte d’engagement de l’établissement de crédit ou de

l’entreprise d’assurances. Pour un cautionnement de ce type, le formulaire en Annexe H est

obligatoirement utilisé, le cautionnement ne peut pas contenir une date finale à l’exception

de la tombée en annulation d’office prévue après 18 mois (exemple : les cas de décès, faillite).

Cette justification se donne, selon le cas, par la production au pouvoir adjudicateur :

1° soit du récépissé de dépôt de la Caisse des Dépôts et Consignations ou d’un organisme public

remplissant une fonction similaire ;

2° soit d’un avis de débit remis par l’établissement de crédit ou l’entreprise d’assurances ;

3° soit de la reconnaissance de dépôt délivrée par le caissier de l’Etat ou par un organisme public

remplissant une fonction similaire ;

4° soit de l’original de l’acte de caution solidaire visé par la Caisse des Dépôts et Consignations ou

par un organisme public remplissant une fonction similaire ;

5° soit de l’original de l’acte d’engagement établi par l’établissement de crédit ou l’entreprise

d’assurances accordant une garantie.

Ces documents, signés par le déposant, indiquent au profit de qui le cautionnement est constitué, son

affectation précise par l’indication sommaire de l’objet du marché et de la référence des documents du

Page 20: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 20

marché, ainsi que le nom, le prénom et l’adresse complète de l’adjudicataire et éventuellement, du tiers

qui a effectué le dépôt pour compte, avec la mention "bailleur de fonds" ou "mandataire", suivant le cas.

Le délai de trente jours calendrier visé ci-avant est suspendu pendant la période de fermeture de

l’entreprise de l’adjudicataire pour les jours de vacances annuelles payés et les jours de repos

compensatoires prévus par voie réglementaire ou dans une convention collective de travail rendue

obligatoire.

La preuve de la constitution du cautionnement doit être envoyée à l’adresse qui sera mentionnée dans la

notification de la conclusion du marché.

1.4.9 La demande de l’adjudicataire de procéder à la réception :

1° en cas de réception provisoire : tient lieu de demande de libération de la première moitié du

cautionnement ;

2° en cas de réception définitive : tient lieu de demande de libération de la seconde moitié du

cautionnement, ou, si une réception provisoire n’est pas prévue, de demande de libération de la

totalité de celui-ci.

1.4.10 Conformité de l’exécution (art. 34)

Les travaux doivent être conformes sous tous les rapports aux documents du marché. Même en l'absence

de spécifications techniques mentionnées dans les documents du marché, ils répondent en tous points

aux règles de l'art.

1.4.11 Plans, documents et objets établis par le pouvoir adjudicateur (art. 35)

S'il le demande, l'adjudicataire reçoit gratuitement et dans la mesure du possible de manière électronique

une collection complète de copies des plans qui ont servi de base à l'attribution du marché. Le pouvoir

adjudicateur est responsable de la conformité de ces copies aux plans originaux.

L'adjudicataire conserve et tient à la disposition du pouvoir adjudicateur tous les documents et la

correspondance se rapportant à l'attribution et à l'exécution du marché jusqu'à la réception définitive.

1.4.12 Plans de détail et d’exécution établis par l’adjudicataire (art. 36)

L'adjudicataire établit à ses frais tous les plans de détail et d'exécution qui lui sont nécessaires pour

mener le marché à bonne fin.

Les documents du marché indiquent les plans qui sont à approuver par l’adjudicateur, lequel dispose

d'un délai de trente jours pour l'approbation ou le refus des plans à compter de la date à laquelle ceux-ci

lui sont présentés.

Les documents éventuellement corrigés sont représentés à l’adjudicateur qui dispose d'un délai de quinze

jours pour leur approbation, pour autant que les corrections demandées ne résultent pas d'exigences

nouvelles de sa part.

1.4.12.1 Planning de chantier

La façon d'introduire le planning est à convenir avec le fonctionnaire dirigeant.

Le premier planning est à introduire dans les 15 jours calendrier qui suivent la notification de

l'approbation de l'offre et une mise à jour mensuelle est obligatoire en cours de chantier.

Ce projet de planning de chantier renseigne, outre les délais nécessaires aux travaux proprement dits "in

situ", la durée des diverses prestations préalables telles que notamment l'établissement des documents

prescrits dans les clauses techniques, plans d'exécution et de détails, notes de calculs, sélection des

Page 21: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 21

matériels et matériaux, y compris l'approbation des documents correspondants, les approvisionnements,

le travail en atelier ou en usine, les essais préalables et de conformité, etc.

Après étude, remarques et approbation de l’adjudicateur, le planning devient contractuel.

1.4.12.2 Planning directeur

L’entrepreneur s'oblige à fournir un planning directeur à l'approbation de l’adjudicateur et à ses conseils,

dans les 15 jours calendrier qui suivent la notification de la conclusion du marché.

Ce planning devra anticiper suffisamment les situations pour permettre à l’adjudicateur de prendre les

décisions ou donner les réponses ou fournir les documents qui lui incombent.

Le planning directeur sera mis à jour au minimum mensuellement et devra rester cohérent avec le

planning de chantier. Il sera coordonné avec le planning de chantier et sera établi sur le même document.

L’adjudicataire assure seul la gestion du planning de toutes les activités nécessaires à la réalisation du

présent marché.

En particulier, il prévoira :

- la fixation des dates pour la fourniture de plans d’exécution qui lui sont nécessaires ;

- la passation des commandes à ses fournisseurs et sous-traitants ;

- la présentation en temps utile d’échantillons et de fiches techniques de produits soumis à réception

technique préalable ;

- la prise de mesure des ouvrages et le délai de fabrication en atelier ;

- l’indication des dates au plus tard concernant les décisions à prendre par le pouvoir adjudicateur ;

- l’indication des dates ultimes pour la conclusion d’ordres modificatifs en cours d’élaboration ;

- l'indication des dates ultimes pour l'achèvement de travaux exécutés par d'autres entreprises ;

- les relevés, en temps utiles, de dimensions d'ouvrages ;

- etc.

1.4.12.3 Documents d’exécution

Ces plans tiennent compte du cahier spécial des charges et des prescriptions techniques, des esquisses

d'intention de l'auteur de projet et des plans généraux d'architecture, de stabilité et de techniques

spéciales annexées au présent cahier spécial des charges.

Tous les plans d'exécution et de détails sont à soumettre à l'approbation de l’adjudicateur accompagnés

des notes de calculs, agréments et fiches techniques et notamment ceux relatifs aux travaux et

équipements ci-après dont la liste n'est pas limitative :

• rempiètements sur base des travaux ;

• stabilité : plans dalles, colonnes, escaliers, poutrelles et éléments préfabriqués éventuels ;

• égouttage intérieur et extérieur ;

• bordereau des pierres ;

• plans des techniques spéciales.

L’entrepreneur demeure toutefois pleinement responsable des études d’exécution. L’approbation de

l’adjudicateur, n’exclut en aucun cas la responsabilité de l’entrepreneur.

Page 22: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 22

Le fonctionnaire dirigeant pourra refuser des fiches techniques, partielles, incomplètes ou trop

commerciales n'apportant pas les renseignements techniques nécessaires à l'examen et à l'approbation.

Pour la quincaillerie, le chauffage, l’électricité, la robinetterie ou toute pièce similaire, des échantillons

seront présentés à l’agrément du Fonctionnaire dirigeant lequel se référera, à cet effet, à l’avis de l’auteur

de projet et le modèle agréé restera sur le chantier jusqu'au moment du placement de la dernière pièce

du genre.

A la demande du Pouvoir adjudicateur, l'Entrepreneur fournira également, en cours d'exécution, les

documents ci-après :

• des échantillons de matériaux proposés correspondant aux fiches techniques ;

• les cartes des teintes pour déterminer les choix ;

• les rapports d'essais, notices techniques, agréments techniques, fiches techniques, etc ;

• des produits ou matériel utilisés dans le cadre du présent marché.

Etablissement des Plans "As Built" :

En cours d'exécution, les plans sont corrigés et mis à jour par l’Entrepreneur dans les moindres détails

de manière à reproduire avec exactitude les ouvrages et installations ainsi que leurs particularités tels

qu'ils ont été réellement exécutés.

Après l'achèvement des travaux, et en vue de la Réception Provisoire des ouvrages, l’Entrepreneur est

tenu de remettre les plans et schémas complets des ouvrages et installations tels qu'ils auront été réalisés.

Après l'achèvement des travaux et pour la Réception Provisoire, l’Entrepreneur est tenu de remettre les

dossiers techniques comprenant :

• les spécifications techniques avec marques, types, provenance du matériel installé ;

• les notices d'utilisation, comportant un manuel explicatif du fonctionnement de tous les

équipements ;

• les notices d'entretien contenant l'ensemble des prescriptions nécessaires à l'entretien et à

la maintenance des équipements (contrôles et travaux d'entretien périodique, liste et

codification des pièces de rechange...) ;

• les rapports d'essais, réglages et mises au point.

1.4.13 Modifications du marché (art. 37 à 38/19 et 80)

1.4.13.1 Remplacement de l’adjudicataire (art. 38/3)

Pour autant qu’il remplisse les critères de sélection ainsi que les critères d’exclusions repris dans le

présent document, un nouvel adjudicataire peut remplacer l’adjudicataire avec qui le marché initial a été

conclu dans les cas autres que ceux prévus à l’art. 38/3 des RGE.

L’adjudicataire introduit sa demande le plus rapidement possible par envoi recommandé, en précisant

les raisons de ce remplacement, et en fournissant un inventaire détaillé de l’état des travaux déjà exécutés

déjà faits, les coordonnées relatives au nouvel adjudicataire, ainsi que les documents et certificats

auxquels le pouvoir adjudicateur n’a pas accès gratuitement.

Le remplacement fera l’objet d’un avenant daté et signé par les trois parties. L’adjudicataire initial reste

responsable vis à vis du pouvoir adjudicateur pour l’exécution de la partie restante du marché.

Page 23: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 23

1.4.13.2 Révision des prix (art. 38/7)

Pour le présent marché, aucune révision des prix n’est possible.

1.4.14 Indemnités suite aux suspensions ordonnées par l’adjudicateur durant l’exécution

(art. 38/12)

L’adjudicateur se réserve le droit de suspendre l’exécution du marché pendant une période donnée,

notamment lorsqu’il estime que le marché ne peut pas être exécuté sans inconvénient à ce moment-là.

Le délai d’exécution est prolongé à concurrence du retard occasionné par cette suspension, pour autant

que le délai contractuel ne soit pas expiré. Lorsque ce délai est expiré, une remise d'amende pour retard

d'exécution sera consentie.

Lorsque les prestations sont suspendues, sur la base de la présente clause, l’adjudicataire est tenu de

prendre, à ses frais, toutes les précautions nécessaires pour préserver les prestations déjà exécutées et les

matériaux, des dégradations pouvant provenir de conditions météorologiques défavorables, de vol ou

d'autres actes de malveillance.

L’adjudicataire a droit à des dommages et intérêts pour les suspensions ordonnées par l’adjudicateur

lorsque :

- la suspension dépasse au total un vingtième du délai d’exécution et au moins dix jours ouvrables

ou quinze jours de calendrier, selon que le délai d’exécution est exprimé en jours ouvrables ou

en jours de calendrier ;

- la suspension n’est pas due à des conditions météorologiques défavorables ;

- la suspension a lieu endéans le délai d’exécution du marché.

Dans les trente jours de leur survenance ou de la date à laquelle l’adjudicataire ou le pouvoir adjudicateur

aurait normalement dû en avoir connaissance, l’adjudicataire dénonce les faits ou les circonstances de

manière succincte au pouvoir adjudicateur et décrit de manière précise leur impact sur le déroulement

et le coût du marché.

Il est rappelé que conformément à l’article 80 de l’AR du 14/01/2013, l’entrepreneur est tenu de

poursuivre les travaux sans interruption, nonobstant les contestations auxquelles peut donner lieu la

détermination de prix nouveaux.

Tout ordre modifiant le marché, en cours d’exécution du contrat, est donné par écrit. Toutefois, les

modifications de portée mineure peuvent ne faire l'objet que d'inscriptions au journal des travaux.

Les ordres ou les inscriptions indiquent les changements à apporter aux clauses initiales du marché ainsi

qu'aux plans.

1.4.15 Fixation des prix unitaires ou globaux – Calcul du prix

Les prix unitaires ou globaux des travaux modifiés, que l’entrepreneur est tenu d’exécuter, sont

déterminés dans l’ordre de priorité suivant :

1. selon les prix unitaires ou globaux de l’offre approuvée ;

2. à défaut, selon des prix unitaires ou globaux déduits de l’offre approuvée ;

3. à défaut, selon des prix unitaires ou globaux d’un autre marché d’Enabel ;

4. à défaut, selon des prix unitaires ou globaux à convenir pour l’occasion.

Page 24: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 24

Dans ce dernier cas, L’entrepreneur doit justifier le nouveau prix unitaire en le détaillant en fournitures,

homme-heures, heures de matériel et frais généraux et bénéfices.

1.4.16 Fixation des prix unitaires ou globaux – Procédure à respecter

L’entrepreneur introduit sa proposition pour la réalisation des prestations complémentaires ou ses

nouveaux prix au plus tard dans les 10 jours calendrier de la demande du fonctionnaire dirigeant (à

moins que ce dernier ne spécifie un délai plus court) et, avant l’exécution des travaux considérés. Cette

proposition est introduite sur base d’une fiche type qui lui sera fournie par le fonctionnaire dirigeant et

sera accompagnée de toutes les annexes et justifications nécessaires.

Cette fiche de prix convenus est établie sur base du modèle établi par Enabel. L’entrepreneur y joint au

minimum les annexes et documents suivants :

• l’ordre modificatif donné par le pouvoir adjudicateur et plus généralement la justification de la

modification des travaux ;

• le calcul des nouveaux prix unitaires ou globaux ;

• les quantités à mettre en œuvre pour les postes existants et les nouveaux postes ;

• le cas échéant, les offres des sous-traitants ou fournisseurs consultés ;

• les autres documents qu’il estime pertinents.

Après exécution de la prestation, et au plus tard, lors de l’établissement du décompte final, l’entrepreneur

transmet au fonctionnaire dirigeant les factures que lui ont adressées les sous-traitants et fournisseurs. Il

atteste sur ces factures qu’il n’a reçu pour celles-ci aucune note de crédit ou compensation du fournisseur

ou du sous-traitant.

Lorsque l’entrepreneur reste en défaut de fournir une proposition acceptable de nouveaux prix ou si le

pouvoir adjudicateur estime que la proposition fournie est inacceptable, le pouvoir adjudicateur fixe

d’office le nouveau prix unitaire ou global, tous les droits de l’entrepreneur restant saufs.

1.4.17 Circonstances imprévisibles

L'adjudicataire n'a droit en principe à aucune modification des conditions contractuelles pour des

circonstances quelconques auxquelles le pouvoir adjudicateur est resté étranger.

Une décision de l’Etat belge de suspendre la coopération avec le pays partenaire est considérée être des

circonstances imprévisibles au sens du présent article. En cas de rupture ou de cessation des activités

par l’Etat belge qui implique donc le financement de ce marché, Enabel mettra en œuvre les moyens

raisonnables pour convenir d'un montant maximum d'indemnisation.

1.4.18 Contrôle et surveillance du marché

1.4.18.1 Etendue du contrôle et de la surveillance (art. 39)

Le pouvoir adjudicateur peut faire surveiller ou contrôler partout la préparation ou la réalisation des

prestations par tous moyens appropriés.

L’adjudicataire est tenu de donner aux délégués du pouvoir adjudicateur tous les renseignements

nécessaires et toutes les facilités pour remplir leur mission.

L’adjudicataire ne peut se prévaloir du fait qu’une surveillance ou un contrôle a été exercé par le pouvoir

adjudicateur pour prétendre être dégagé de sa responsabilité lorsque les prestations sont refusées

ultérieurement pour défauts quelconques.

Page 25: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 25

1.4.18.2 Modes de réception technique (art. 41)

En matière de réception technique, il y a lieu de distinguer :

1° la réception technique préalable au sens de l’article 42 ;

2° la réception technique a posteriori au sens de l’article 43.

Le pouvoir adjudicateur peut renoncer à tout ou partie des réceptions techniques lorsque l’adjudicataire

prouve que les produits ont été contrôlés par un organisme indépendant lors de leur production,

conformément aux spécifications des documents du marché. Est à cet égard assimilée à la procédure

nationale d’attestation de conformité toute autre procédure de certification instaurée dans un Etat

membre de l’Union européenne et jugée équivalente.

1.4.18.3 Réception technique préalable (art. 42)

En règle générale, les produits ne peuvent être mis en œuvre s’ils n’ont été, au préalable, réceptionnés

par le fonctionnaire dirigeant ou son délégué.

Tout le matériel proposé fait l'objet d'une approbation du pouvoir adjudicateur. Cette approbation est

obtenue sur base de fiches techniques préalables qui sont élaborées par l’Entrepreneur et transmises au

fonctionnaire dirigeant.

Les fiches techniques présentent globalement le matériel et donnent les spécifications et les sélections

retenues dans le cadre du projet.

Le pouvoir adjudicateur refuse de recevoir des fiches techniques, partielles, incomplètes n'apportant pas

les renseignements techniques nécessaires à l'examen et à l'approbation.

Dès que les remarques sont en possession de l’Entrepreneur celui-ci en tient compte et complète la fiche

technique dans le but de la faire approuver.

La réception technique peut être opérée à différents stades de la production.

Les produits qui, à un stade déterminé, ne satisfont pas aux vérifications imposées, sont déclarés ne pas

se trouver en état de réception technique.

La demande de l'adjudicataire est considérée comme non avenue. Une nouvelle demande est introduite

lorsque le produit se trouve prêt pour la réception.

L'adjudicataire est responsable de la garde et de la conservation de ces divers produits eu égard aux

risques encourus par son entreprise et ce, jusqu'à la réception provisoire des travaux.

Sauf pour les produits agréés, les coûts liés à la réception technique préalable sont à charge de

l'entrepreneur.

En tous cas, ces coûts englobent :

- les frais liés aux prestations des réceptionnaires ; ceux-ci englobent les indemnités de déplacement

et de séjour des réceptionnaires ;

- les frais liés au prélèvement d'échantillons, à l'emballage et au transport des échantillons, quel que

soit l'endroit où a lieu le contrôle ;

- les frais liés aux essais (préparatifs, fabrication des pièces d'épreuve, coût des essais à proprement

parler (à cet effet, les circulaires relatives à la fixation des tarifs des essais sont d'application)) ;

- les frais liés au remplacement des produits présentant des défauts ou avaries.

Page 26: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 26

1.4.18.4 Réception technique à posteriori (art. 43)

Une réception technique a posteriori sera impérativement organisée pour les travaux ou parties

d’équipement qui seraient cachés après l’achèvement des travaux.

1.4.19 Délai d’exécution (art 76)

L’entrepreneur doit terminer les travaux dans un délai de 120 jours calendrier à compter de la date

fixée dans l’ordre de service écrit de commencement des travaux.

1.4.20 Mise à disposition de terrains (art 77)

L'entrepreneur s'assure à ses frais, de la disposition de tous les terrains qui lui sont nécessaires pour

l'installation de ses chantiers, les approvisionnements, la préparation et la manutention des matériaux de

même que ceux nécessaires à la mise en dépôt de terres arables, des terres provenant des déblais reconnus

impropres à leur réutilisation en remblai, des produits de démolition, des déchets généralement

quelconques et des terres en excès.

Il est responsable, vis-à-vis des riverains, de tout dégât occasionné aux propriétés privées lors de

l'exécution des travaux ou de la mise en dépôt des matériaux.

Les palissades ne peuvent être utilisées comme support de publicité.

Aucune publicité n'est admise sur l'emprise des chantiers, hormis les panneaux "Info-Chantier".

1.4.21 Conditions relatives au personnel (art. 78)

Toutes les dispositions légales, réglementaires ou conventionnelles relatives aux conditions générales

de travail, à la sécurité et à l'hygiène sont applicables à tout le personnel du chantier.

L'entrepreneur, toute personne agissant en qualité de sous-traitant à quelque stade que ce soit et toute

personne mettant du personnel à disposition, sont tenus de payer à leur personnel respectif les salaires,

suppléments de salaires et indemnités aux taux fixés, soit par la loi, soit par des conventions collectives

conclues par des conventions d'entreprises.

En permanence, l'entrepreneur tient à la disposition de l'adjudicateur, à un endroit du chantier que celui-

ci désigne, la liste mise à jour quotidiennement de tout le personnel qu'il occupe sur le chantier.

Cette liste contient au moins les renseignements individuels suivants :

- le nom; le prénom; l’occupation réelle par journée effectuée sur le chantier; la date de naissance;

le métier; la qualification ;

- la personne de contact désignée par l’entrepreneur dans le cadre de l’exécution du présent

contrat avec le pouvoir adjudicateur devra maîtriser la langue suivante : français.

1.4.22 Organisation du chantier (art 79)

L’entrepreneur se conforme aux dispositions légales et réglementaires régissant notamment la bâtisse,

la voirie, l'hygiène, la protection du travail, ainsi qu'aux dispositions des conventions collectives,

nationales, régionales, locales ou d'entreprises.

Lors de l'exécution des travaux, l'entrepreneur est tenu d'assurer la police du chantier pendant la durée

des travaux et de prendre, dans l'intérêt tant de ses préposés que des délégués du pouvoir adjudicateur

et des tiers, toutes les mesures requises en vue de garantir leur sécurité.

L'entrepreneur prend, sous son entière responsabilité et à ses frais, toutes les mesures indispensables

pour assurer la protection, la conservation et l'intégrité des constructions et ouvrages existants. Il prend

Page 27: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 27

aussi toutes les précautions requises par l'art de bâtir et par les circonstances spéciales pour sauvegarder

les propriétés voisines et éviter que, par sa faute, des troubles y soient provoqués.

L'entrepreneur prend, à ses frais, toutes les mesures voulues pour signaler tant de jour que de nuit ou par

temps de brouillard, les chantiers et les dépôts qui empiètent sur les endroits normalement livrés à la

circulation tant des véhicules que des piétons. Il est tenu de clôturer complètement ses chantiers tant le

long des trottoirs provisoires ou définitifs, que le long des voies provisoires ou définitives réservées à la

circulation automobile. Ces clôtures et palissades assureront également la protection du chantier pendant

toute la durée de celui-ci, contre toute intrusion étrangère aux besoins du chantier.

L’entrepreneur fournira un panneau d'information spécifiquement réalisé dans le cadre de ce chantier

aux dimensions et selon le modèle fourni par le Pouvoir Adjudicateur préalablement au démarrage des

travaux.

Le panneau d’information sera posé au début du chantier, le long de la voie publique à un endroit à

définir par le Pouvoir Adjudicateur.

1.4.23 Moyens de contrôle (art. 82)

L'entrepreneur informe le pouvoir adjudicateur du lieu précis de l'exécution des travaux en cours sur le

chantier, dans ses ateliers et usines ainsi que chez ses sous-traitants ou fournisseurs.

Sans préjudice des réceptions techniques à effectuer sur chantier, l'entrepreneur assure en tout temps au

fonctionnaire dirigeant et aux délégués désignés par le pouvoir adjudicateur le libre accès aux lieux de

production, en vue du contrôle de la stricte application du marché, notamment en ce qui concerne

l'origine et les qualités des produits.

Si l'entrepreneur met en œuvre des produits n'ayant pas été réceptionnés ou ne satisfaisant pas aux

prescriptions du cahier des charges, le fonctionnaire dirigeant ou son délégué peut interdire la poursuite

des travaux en cause, jusqu'à ce que ces produits refusés soient remplacés par d'autres qui satisfont aux

conditions du marché, sans que cette décision engendre une prolongation du délai d'exécution ou un

droit quelconque à indemnisation. La décision est notifiée à l'entrepreneur par procès-verbal.

1.4.24 Journal des travaux (art. 83)

Dès la réception de la notification de la conclusion du marché, l'entrepreneur met les Journaux de

Travaux nécessaires à la disposition d’Enabel.

Dès le début des travaux, l'entrepreneur est tenu de fournir quotidiennement et en 2 exemplaires aux

délégués du pouvoir adjudicateur, tous les renseignements nécessaires à l’établissement du journal des

travaux. Il s’agit notamment de :

• conditions atmosphériques ;

• interruptions de chantier dues à des conditions météorologiques défavorables ;

• les heures de travail ;

• le nombre et la qualité des ouvriers occupés sur chantier ;

• les matériaux approvisionnés ;

• le matériel effectivement utilisé et le matériel hors service ;

• les événements imprévus ;

• les ordres modificatifs de portées mineures ;

Page 28: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 28

• les attachements et quantités réalisées pour chacun des postes et dans chacune des zones

de chantier. Les attachements constituent la représentation exacte et détaillée de tous les

ouvrages exécutés, en quantité, dimension et poids.

Des retards dans la mise à disposition des documents susmentionnés peuvent donner lieu à l'application

des pénalités.

A défaut d'avoir formulé ses observations dans la forme et le délai précités, l'entrepreneur est censé être

d'accord avec les mentions du journal des travaux et des attachements détaillés.

Lorsque ses observations ne sont pas jugées fondées, l'entrepreneur en est informé par lettre

recommandée.

1.4.25 Responsabilité de l’entrepreneur (art. 84)

L'entrepreneur est responsable de la totalité des travaux exécutés par lui-même ou par ses sous-traitants

jusqu'à la réception définitive de leur ensemble.

Pendant le délai de garantie, l'entrepreneur effectue à l'ouvrage, à mesure des besoins, tous les travaux

et réparations nécessaires pour le remettre et le maintenir en bon état de fonctionnement.

Les réparations des dégradations se font conformément aux instructions du pouvoir adjudicateur.

1.4.26 Moyens d’action du pouvoir adjudicateur (art. 44-51 et 85-88)

Le défaut de l’adjudicataire ne s’apprécie pas uniquement par rapport aux travaux mêmes, mais

également par rapport à l’ensemble de ses obligations.

Afin d’éviter toute impression de risque de partialité ou de connivence dans le suivi et le contrôle de

l’exécution du marché, il est strictement interdit à l’entrepreneur d’offrir, directement ou indirectement,

des cadeaux, des repas ou un quelconque autre avantage matériel ou immatériel, quelle que soit sa valeur,

aux préposés du pouvoir adjudicateur concernés directement ou indirectement par le suivi et/ou le

contrôle de l’exécution du marché, quel que soit leur rang hiérarchique.

En cas d’infraction, le pouvoir adjudicateur pourra lui infliger une pénalité forfaitaire par infraction

allant jusqu’au triple du montant obtenu par la somme des valeurs (estimées) de l’avantage offert au

préposé et de l’avantage que l’adjudicataire espérait obtenir en offrant l’avantage au préposé. Le pouvoir

adjudicateur jugera souverainement de l’application de cette pénalité et de sa hauteur.

De plus, lorsqu’ il y a soupçon d'une fraude ou d'une malfaçon en cours d’exécution, l'entrepreneur peut

être requis de démolir tout ou partie de l'ouvrage exécuté et de le reconstruire. Les frais de cette

démolition et de cette reconstruction sont à la charge de l'entrepreneur ou de l'adjudicateur, suivant que

le soupçon se trouve vérifié ou non.

Cette clause ne fait pas préjudice à l’application éventuelle des autres mesures d’office prévues au RGE,

notamment la résiliation unilatérale du marché et/ou l’exclusion des marchés du pouvoir adjudicateur

pour une durée déterminée.

1.4.26.1 Défaut d’exécution (art. 44)

L'adjudicataire est considéré en défaut d'exécution du marché :

1° lorsque les prestations ne sont pas exécutées dans les conditions définies par les documents du

marché ;

2° à tout moment, lorsque les prestations ne sont pas poursuivies de telle manière qu'elles puissent

être entièrement terminées aux dates fixées ;

Page 29: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 29

3° lorsqu'il ne suit pas les ordres écrits, valablement donnés par le pouvoir adjudicateur.

Tous les manquements aux clauses du marché, y compris la non-observation des ordres du pouvoir

adjudicateur, sont constatés par un procès-verbal dont une copie est transmise immédiatement à

l'adjudicataire par lettre recommandée ou par équivalent.

L'adjudicataire est tenu de réparer sans délai ses manquements. Il peut faire valoir ses moyens de défense

par lettre recommandée ou par équivalent adressée au pouvoir adjudicateur dans les quinze jours suivant

le jour déterminé par la date de l'envoi du procès-verbal. Son silence est considéré, après ce délai, comme

une reconnaissance des faits constatés.

Les manquements constatés à sa charge rendent l'adjudicataire passible d'une ou de plusieurs des

mesures prévues aux articles 45 à 49, 86 et 87.

1.4.26.2 Pénalités (art. 45)

Pénalités générales

Tout défaut d’exécution pour lequel aucune pénalité spéciale n’est prévue donne lieu à une pénalité

générale unique d’un montant de 0,07% du montant initial du marché avec un minimum de 40 euros et

un maximum de 400 euros.

Cette pénalité est appliquée à compter du troisième jour suivant la date du dépôt recommandé du procès-

verbal de manquement, jusqu’au jour où le défaut d’exécution a disparu par le fait de l’adjudicataire ou

du pouvoir adjudicateur qui lui-même y a mis fin.

1.4.26.3 Amendes pour retard (art. 46 e.s. et 86)

Les amendes pour retard sont indépendantes des pénalités prévues à l'article 45. Elles sont dues, sans

mise en demeure, par la seule expiration du délai d'exécution sans intervention d'un procès-verbal et

appliquées de plein droit pour la totalité des jours de retard.

Les amendes sont calculées selon la formule mentionnée à l’article 86 §1er.

Nonobstant l'application des amendes pour retard, l'adjudicataire reste garant vis-à-vis du pouvoir

adjudicateur des dommages et intérêts dont celui-ci est, le cas échéant, redevable à des tiers du fait du

retard dans l'exécution du marché.

Au cas où les travaux faisant l'objet du présent cahier des charges n'étaient pas terminés dans les délais

prévus au point 1.4.19, l’amende suivante sera appliquée d'office par jour ouvrable de retard, sans mise

en demeure, par la seule expiration des délais en question :

R= 0,45*((M * n²) /N²)

Dans laquelle :

R = le montant des amendes à appliquer pour un retard de n jours ouvrables ;

M = le montant initial du marché ;

N = le nombre de jours ouvrables prévus dès l’origine pour exécution du marché ;

n = le nombre de jours ouvrables de retard.

Toutefois, si le facteur M ne dépasse pas 75.000 euros et que, en même temps, N ne dépasse pas cent

cinquante jours ouvrables, le dénominateur N² est remplacé par 150 x N.

Si le marché comporte plusieurs parties ou plusieurs phases ayant chacune leur délai N et leur montant

M propres, chacune d'elles est assimilée à un marché distinct pour l'application des amendes.

Page 30: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 30

Si, sans fixer de parties ou de phases, le cahier spécial des charges stipule que les délais partiels sont de

rigueur, l'inobservation de ceux-ci est sanctionnée par des amendes particulières prévues au cahier

spécial des charges, ou, à défaut de pareille clause, par des amendes calculées suivant la formule visée

à l’art.86§1 de l’A.R. du 14.01.2013, dans laquelle les facteurs M et N se rapportent au marché total.

Toutefois, le maximum des amendes afférentes à chaque délai partiel de P jours ouvrables est de :

Rpar = (M /20) *(P/N)

1.4.26.4 Mesures d’office (art. 47 et 87)

Lorsque, à l'expiration du délai indiqué à l'article 44, § 2, pour faire valoir ses moyens de défense,

l'adjudicataire est resté inactif ou a présenté des moyens jugés non justifiés par le pouvoir adjudicateur,

celui-ci peut recourir aux mesures d'office décrites au paragraphe 2.

Le pouvoir adjudicateur peut toutefois recourir aux mesures d'office sans attendre l'expiration du délai

indiqué à l'article 44, § 2, lorsqu'au préalable, l'adjudicataire a expressément reconnu les manquements

constatés.

Les mesures d'office sont :

1° la résiliation unilatérale du marché. Dans ce cas, la totalité du cautionnement ou, à défaut de

constitution, un montant équivalent, est acquise de plein droit au pouvoir adjudicateur à titre de

dommages et intérêts forfaitaires. Cette mesure exclut l'application de toute amende du chef de

retard d'exécution pour la partie résiliée ;

2° l'exécution en gestion propre de tout ou partie du marché non exécuté ;

3° la conclusion d'un ou de plusieurs marchés pour compte avec un ou plusieurs tiers pour tout ou

partie du marché restant à exécuter.

Les mesures prévues à l'alinéa 1er, 2° et 3°, sont appliquées aux frais, risques et périls de l'adjudicataire

défaillant. Toutefois, les amendes et pénalités qui sont appliquées lors de l'exécution d'un marché pour

compte sont à charge du nouvel adjudicataire.

1.4.26.5 Autres sanctions (art. 48)

Sans préjudice des sanctions prévues dans le présent cahier spécial des charges, l'adjudicataire en défaut

d'exécution peut être exclu par le pouvoir adjudicateur de ses marchés pour une période de trois ans.

L'intéressé est préalablement entendu en ses moyens de défense et la décision motivée lui est notifiée.

1.4.27 Réceptions, garantie et fin du marché (art. 64-65 et 91-92)

1.4.27.1 Réception des travaux exécutés (art. 64-65 et 91-92)

Les travaux seront suivis de près pendant leur exécution par le fonctionnaire dirigeant. Les prestations

ne sont réceptionnées qu'après avoir satisfait aux vérifications, aux réceptions techniques et aux épreuves

prescrites.

Il est prévu une réception provisoire à l'issue de l'exécution des travaux qui font l'objet du marché et, à

l'expiration d'un délai de garantie, une réception définitive qui marque l'achèvement complet du marché.

La prise de possession totale ou partielle de l'ouvrage par le pouvoir adjudicateur ne peut valoir réception

provisoire.

Le pouvoir adjudicateur dispose d’un délai de vérification de trente jours à compter de la date de la fin

totale ou partielle des travaux, constatée conformément aux modalités fixées dans les documents du

marché, pour procéder aux formalités de réception et en notifier le résultat à l’entrepreneur.

Page 31: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 31

Lorsque l'ouvrage est terminé à la date fixée pour son achèvement, et pour autant que les résultats des

vérifications des réceptions techniques et des épreuves prescrites soient connus, il est dressé dans les

quinze jours de la date précitée, selon le cas, un procès-verbal de réception provisoire ou de refus de

réception.

Lorsque l'ouvrage est terminé avant ou après cette date, l'entrepreneur en donne connaissance, par envoi

recommandé ou envoi électronique assurant de manière équivalente la date exacte de l’envoi, au

fonctionnaire dirigeant et demande, par la même occasion, de procéder à la réception provisoire. Dans

les quinze jours qui suivent le jour de la réception de la demande de l'entrepreneur, et pour autant que

les résultats des vérifications des réceptions techniques et des épreuves prescrites soient connus, il est

dressé un procès-verbal de réception provisoire ou de refus de réception.

Le délai de garantie prend cours à la date à laquelle la réception provisoire est accordée et est de six (6)

mois.

Dans les quinze jours précédant le jour de l'expiration du délai de garantie, il est, selon le cas, dressé un

procès-verbal de réception définitive ou de refus de réception.

L'entrepreneur est responsable de la totalité des travaux exécutés par lui-même ou par ses sous-traitants

jusqu'à la réception définitive de leur ensemble.

Pendant le délai de garantie, l'entrepreneur effectue à l'ouvrage, à mesure des besoins, tous les travaux

et réparations nécessaires pour le remettre et le maintenir en bon état de fonctionnement.

Toutefois, après la réception provisoire, l'entrepreneur ne répond pas des dommages dont les causes ne

lui sont pas imputables.

L’adjudicataire qui, pendant le délai de garantie, refait certains ouvrages ou certaines parties d’ouvrages,

est tenu de remettre en état les parties environnantes (telles que peintures, tapisseries, parquets, etc.…)

auxquelles des dommages ou dégâts ont été causés du fait de la réfection entreprise.

Dans les propriétés occupées, bâties ou non, l’adjudicataire ne peut, du fait de ses travaux, ni porter

entrave ni créer un danger de quelque nature que ce soit à cette occupation. Il est tenu de prendre, à ses

frais, toutes les mesures nécessaires à cette fin.

Pendant le délai de garantie, d’une durée de six (6) mois, l'entrepreneur effectue à l'ouvrage, à mesure

des besoins, tous les travaux et réparations nécessaires pour le remettre et le maintenir en bon état de

fonctionnement.

A partir de la réception provisoire et sans préjudice des dispositions du paragraphe 1er relatives à ses

obligations pendant le délai de garantie, l'entrepreneur répond de la solidité de l'ouvrage et de la bonne

exécution des travaux conformément aux articles 1792 et 2270 du Code civil.

Toute infraction aux obligations incombant à l’adjudicataire durant la période de garantie fera l’objet

d’un procès-verbal et de l’application des mesures d’offices, conformément à l’article 44 du RGE.

1.4.28 Prix du marché en cas de retard d’exécution (art 94)

Le prix des travaux effectués pendant une période de retard imputable à l'entrepreneur est calculé suivant

celui des procédés ci-après qui se révèle le plus avantageux pour le pouvoir adjudicateur :

• soit en attribuant aux éléments constitutifs des prix prévus contractuellement pour la révision,

les valeurs applicables pendant la période de retard considérée ;

• soit en attribuant à chacun de ces éléments, une valeur moyenne (E) établie de la façon suivante :

E= e1 x_t1_+_e2__x__t2_+…+(en__x__tn)

Page 32: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 32

t1+t2+…+tn

Dans laquelle :

e1, e2,... en, représentent les valeurs successives de l'élément considéré pendant le délai

contractuel, éventuellement prolongé dans la mesure où le retard n'est pas imputable à

l'entrepreneur ;

t1, t2,... tn, représentent les temps d'application correspondants de ces valeurs, exprimés en mois

de trente jours, chaque fraction du mois étant négligée et les temps de suspension de l'exécution

du marché n'étant pas pris en considération.

La valeur de E est calculée jusqu'à la deuxième décimale.

1.4.29 Conditions générales de paiement des travaux (art. 66 es et 95)

Le paiement interviendra au plus tard 30 jours après introduction et acceptation de la facture.

L’adjudicataire envoie les factures (en un seul exemplaire) et le procès-verbal de réception provisoire

(le cas échéant les PV de réception provisoire partielle) du marché (exemplaire original) à l’adresse

suivante :

M. Antoine CHEVALLIER, Responsable Administratif et Financier,

Programme INTEGRA, Enabel en Guinée – sise à la résidence Corail, Quartier Camayenne

corniche nord, commune de Dixinn, Conakry, Guinée.

La facture contient le détail complet des services qui justifient le paiement. La facture est signée et datée,

et porte la mention « certifié sincère et véritable et arrêté à la somme totale de € ………

(Montant en toutes lettres) », ainsi que la référence GIN 170091T-10044, l’acompte concerné et l’intitulé

du marché « LA RELANCE DE LA RÉHABILITATION DE TROIS TRONÇONS DE PISTES

RURALES À SOUMBALAKO 4,4 KM DANS LA PRÉFECTURE DE MAMOU ».

La facture qui ne porte pas cette référence ne pourra pas être payée.

Attention : il est entendu qu’aucune avance ne peut être demandée et le paiement ne sera effectué

que pour des prestations accomplies et acceptées.

Le paiement s’effectue exclusivement par virement bancaire.

L’état d'avancement reprendra pour chaque poste :

• Les quantités totales à réaliser selon les mesures de départ ;

• les quantités déjà réalisées et enregistrées dans l'état d'avancement du mois précédent ;

• Les quantités réalisées au cours du mois ;

• Les quantités totales réalisées en fin de mois ;

• Les prix unitaires de la commande ;

• Les prix totaux des quantités réalisées au cours du mois pour chaque poste ;

• Le prix total de la facture du mois.

Attention : il est entendu qu’aucune avance ne peut être demandée et le paiement ne sera effectué que

pour des prestations accomplies et acceptées.

1.4.30 Litiges (art. 73)

Tous les litiges relatifs à l’exécution de ce marché sont exclusivement tranchés par les tribunaux

compétents de l’arrondissement judiciaire de Bruxelles. La langue véhiculaire est le français ou le

néerlandais.

Page 33: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 33

Le pouvoir adjudicateur n’est en aucun cas responsable des dommages causés à des personnes ou à des

biens qui sont la conséquence directe ou indirecte des activités nécessaires à l’exécution de ce marché.

L’adjudicataire garantit le pouvoir adjudicateur contre toute action en dommages et intérêts par des tiers

à cet égard.

En cas de « litige », c’est-à-dire d’action en justice, la correspondance devra (également) être envoyée

à l’adresse suivante :

Enabel S.A.

Cellule juridique du service Logistique et Achats (L&A)

À l’attention de Mme Inge Janssens

rue Haute 147

1000 Bruxelles

Belgique

Page 34: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 34

2 Spécifications techniques

2.1 Définitions

- L'emprise de la route est la partie du domaine public légalement réservée à la route et à ses

équipements annexes.

- L’emprise des travaux est la bande de l’emprise de la route nécessaire à l’exécution des

travaux

- La plate-forme des terrassements consiste en la partie supérieure des remblais (couche de

forme) ou en la partie inférieure des déblais (fond de forme).

- La couche de fondation est la couche en matériau portant placée immédiatement sur la plate-

forme des terrassements.

- La couche de base ou couche de roulement est la couche en matériau portant placée

immédiatement sur la couche de fondation.

- Le remblai technique ou remblai au niveau des ouvrages est la couche en matériau portant

placée immédiatement au niveau des ouvrages.

- Le revêtement est placé sur la couche de base.

- La chaussée est la partie de la route réservée aux véhicules.

- Les accotements et les trottoirs sont situés de part et d'autre de la chaussée et sont réservés à

la circulation des piétons.

- La ligne rouge désigne les cotes successives de la chaussée finie à l'axe de la chaussée.

- L'emprise des terrassements est la largeur comprise entre pieds de talus en remblais ou entre

sommets de talus en déblais.

2.2 Description des travaux

2.2.1 Caractéristiques géométriques des travaux de la piste de Soumbalako

Les caractéristiques géométriques de la piste sont basées sur les hypothèses ci-après :

- Une vitesse de base de 40 km/heure

- Une praticabilité de la piste en toute saison.

L’alignement horizontal et vertical est comme suit :

- Chaussée = 5,00 m

- Rayon de courbure minimal en plan : 50 m

- La pente transversale doit être comprise entre 4 et 5 %

- Pente longitudinal maximale : 10 %. Cette pente peut aller jusqu’à 12 % pour les

distances n’excédant pas 400 m

- Accotement 1 - 0,50 m

- Fossé l = 0,80 m ; H= 0,60 m.

2.2.2 Volume des travaux

2.2.2.1 Travaux de terrassement

Débroussaillement = 5 000 m²

Préparation fond de forme = 8 000 m²

Abattage d'arbre = 0

Page 35: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 35

Reprofilage de pistes existantes = 300 m2

Remblai d'emprunt = 2 000 m3

Couche de roulement = 500 m3

2.2.2.2 Drainage

Fossés longitudinaux = 1 000 ml

2.2.2.3 Ouvrages d'art

Dalot cadre 1x1x1 = 1 u tronçon 3

Dalot cadre 1x2x1 = 1 u tronçon 3

Dalot cadre 1x2x1.5 = 1 u tronçon 2

Dalot cadre 2x3x2 = 1 u tronçon 3

Dalot cadre 3x4x3 = 1 u tronçon 2

Radier en béton armé 2x2x2 (6 ml) = 1 u

2.2.2.4 Gravillonnage

Couche de roulement = 500 m3

2.2.2.5 Travaux connexes

Dalots à démolir = 0 u

2.2.2.6 Signalisation

Panneaux de signalisation = 12 u

2.3 Prescriptions techniques Générales

2.3.1 Etudes d’exécution

Au titre des travaux prévus dans le présent contrat, il appartient à l’entrepreneur d’établir à ses frais les

divers projets d’exécution des travaux en temps opportun ainsi que les plans nécessaires à la bonne

exécution des ouvrages notamment les plans de ferraillage, de coffrage, etc. ainsi que les notes de calcul.

Aucun travail ne sera autorisé sans avoir au préalable les plans d’exécution validés et portant la mention

« BON POUR EXECUTION ». Il doit en outre, rechercher et exploiter les diverses carrières et les

emprunts de matériaux nécessaires à la réalisation de la chaussée (graveleux latéritiques, roches

compactes, sables, etc.).

2.3.2 Installation de chantier

Les installations de chantier comprennent :

• L’installation et l’aménagement des bases des services généraux de l’entrepreneur ;

• L’amenée et le repliement du matériel ;

• L’installation et le repliement des centrales ;

• La construction et l’aménagement des bureaux de la Mission de Contrôle (Ingénieur Conseil

et ingénieur/DPO d’Enabel) et des laboratoires de chantier ;

• L’installation de stockage du carburant ;

• etc.

2.3.3 Maintien du trafic et des accès locaux

Le trafic et les accès locaux seront maintenus pendant la durée des travaux. L’entrepreneur aménagera

des rampes d’accès raisonnablement aplanies traversant les travaux de chaussée pour permettre aux

véhicules et aux piétons de les traverser.

Page 36: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 36

Les déviations pour les circulations de véhicules et piétons seront réduites le plus possible et

soigneusement entretenues. Les plans des déviations seront soumis par l’entrepreneur à l’approbation

du le fonctionnaire dirigeant. Les caractéristiques géométriques de ces déviations sont les suivantes :

• rayon minimal des courbes horizontales : 50 m

• rayon minimal des courbes verticales 500 m

• pente et rampe maximale 6 %

• largeur de la plate-forme 8 m

• largeur de la chaussée 6 m

2.3.4 Les terrassements de dégagement et la préparation du terrain

• Les travaux de dégagement des emprises et la préparation du terrain ;

• L’exécution et la mise en dépôt des déblais non réutilisables, des sur-profondeurs des déblais

et des purges, y compris le transport jusqu’à une distance maximale de 500 mètres ;

• La mise en œuvre des remblais ;

• Le compactage et le profilage de la plate-forme des terrassements ;

• Le transport des terres pour remblais ou la mise en dépôt sur une distance maximale de 500

m.

• La mise en œuvre de la couche de fondation ;

• La mise en œuvre de la couche de base ;

• Le transport des matériaux pour les couches de fondation et de base sur une distance de 5 000

m.

2.3.5 Les travaux d’assainissement comprenant

• L’exécution de fossés longitudinaux en terre et de fossés divergents ;

• L’exécution de fossés longitudinaux non revêtus ;

• L’exécution de perrés en maçonnerie de moellons en pied de talus ;

• La fourniture et la pose de filets d’eau ;

• La fourniture et la pose de descentes d’eau ;

• La construction de dalots en béton armé de différentes sections

• Le recalibrage du lit du cours d’eau.

2.3.6 Les équipements et la signalisation comprenant

• La fourniture et la pose de la signalisation verticale ;

• La fourniture et la pose des gardes corps métalliques de sécurité

• L’exécution des avertisseurs et des ralentisseurs de vitesse.

2.3.7 Les prestations environnementales et sociales

Ces prestations concernent les mesures d’hygiène, environnementales et de sécurité à mettre en place

lors de l’exécution des travaux.

Page 37: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 37

2.4 Prescriptions techniques particulières

2.4.1 Obligations et prestations de l’entrepreneur

Remarques générales

Tous les documents qui doivent être remis pour approbation au fonctionnaire dirigeant le sont en quatre

(4) exemplaires.

Trois exemplaires sont destinés au fonctionnaire dirigeant ; un sera renvoyé à l’entrepreneur avec

approbation ou commentaires.

L’entrepreneur ne peut se prévaloir d’aucune erreur ou omission dans le dossier technique pour dégager

sa responsabilité. De même, l’approbation par le fonctionnaire dirigeant des documents cités ci-après

n’atténuera en rien les responsabilités de l’entrepreneur.

2.4.2 Coordination des travaux.

Dans une phase préliminaire, l'Entrepreneur effectuera toutes les vérifications du projet qu'il juge

nécessaires afin de pouvoir signaler les anomalies, erreurs ou omissions éventuelles, non seulement sur

des documents de l'étude, mais aussi à pied d'œuvre.

L'Entrepreneur présentera au fonctionnaire dirigeant les résultats de sa comparaison du projet avec les

conditions locales et ses propositions concernant une modification éventuelle du projet.

Les dispositions définitives seront alors prises d'un commun accord. Aucune exécution des travaux ne

pourra être commencée sur une section donnée tant que ces dispositions définitives n'auront pas été

arrêtées.

L'Entrepreneur reconnaît avoir tenu compte des sujétions de temps qui seront entraînées par ces phases

préliminaires. Il reste néanmoins entendu que l'accord entre les parties devra intervenir au maximum

dans les quinze (15) jours qui suivront la remise au fonctionnaire dirigeant des résultats des travaux

préparatoires

2.4.3 Travaux topographiques - implantation du projet d’exécution

L’entrepreneur procède, à ses frais, à la vérification du bornage de la route, au remplacement des bornes

manquantes, à l’implantation du projet et à son report à l’échelle 1/2 000 - 1/200, ainsi qu’au levé de

détail et au calcul des cubatures.

Cette implantation et ce levé de détail se font contradictoirement avec le fonctionnaire dirigeant.

a. Implantation

L'implantation consiste à matérialiser l'axe du projet par des bornes en béton numérotées et nivelées,

les bornes sont implantées à une distance de 25 mètres de l'axe du projet sauf impossibilité :

• À chaque origine et fin de courbe, de part et d'autre de l'axe ;

• Aux intersections des alignements droits, de part et d'autre de l'axe ;

L'entrepreneur est en outre tenu de remplacer les repères de nivellement par des bornes, en dehors de

l'emprise de la route et par des repères sur les nouveaux ouvrages. Les caractéristiques de ces bornes

ou repères ainsi que les renseignements à faire figurer sur la fiche y afférente seront déterminés par

l'Ingénieur.

L'axe du projet implanté doit être conforme à l'axe donné dans les dessins du projet d’exécution établi

par l’entrepreneur et validé par le fonctionnaire dirigeant en particulier en ce qui concerne les

caractéristiques géométriques tels que les rayons de courbures et les longueurs minimales et

maximales en alignement droit.

L’axe du projet est dessiné avec une ligne rouge. La ligne rouge doit être conforme à celle définie dans

le dossier d’exécution, en particulier en ce qui concerne le respect des points obligés (carrefours et

ouvrages à conserver) ainsi que les rampes maximales.

Page 38: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 38

L'entrepreneur soumet les dessins du projet au fonctionnaire dirigeant au plus tard sept (7) jours avant

la date du commencement des travaux.

• L’emplacement et les cotes des bornes d'implantation du projet,

• L’emplacement et l'altitude des repères de nivellement.

b. Relevé des profils en travers

Les relevés des profils s'étendent en moyenne sur 20 - 25 mètres de part et d'autre de l'axe. Un piquet

est mis en place à hauteur de chaque profil. Le piquetage, parallèle à l'axe du projet, est effectué en

dehors de l'emprise des terrassements.

Les levés de profils en travers sont reportés à l'échelle de 1/200 en même temps que le profil en

travers type. Ces documents sont remis au fonctionnaire dirigeant en même temps que les dessins du

projet.

c. Levé de la zone des ouvrages d’art et de l’assainissement

Sur demande du fonctionnaire dirigeant, l’emplacement de certains ouvrages pourra être relevé au

tachéomètre sur une longueur et une largeur suffisante avec une densité maximale de quatre-vingt (80)

points à l’hectare pour permettre l’implantation de l’ouvrage sur des plans à l’échelle 1/500.

d. Mouvement des terres - Calcul des cubatures

Sur la base des levées topographiques et des sondages de reconnaissance, l’entrepreneur soumettra à

Ingénieur un schéma de mouvement des terres qui servira de base au règlement des prestations de

transport.

Ce mouvement des terres sera établi pour des sections d’une longueur minimale de cent (100) mètres

et tiendront compte des excédents ou déficits sur les tronçons adjacents. Sur la base des profils en

travers, l'entrepreneur calcule les quantités :

• De déblais meubles ;

• De remblais (en provenance de déblais ou d'emprunts) ;

• De grave latéritique pour les couches de fondation et de base ;

• De transports de grave latéritique.

Ces quantités sont soumises au fonctionnaire dirigeant sous la forme d'un métré en même temps que les

dessins du projet.

Il est spécifié qu'aucun coefficient de foisonnement ou de contre foisonnement n'est pris en

considération et qu'un mètre cube de déblai mesuré sur profil est censé donner un mètre cube de remblai

mesuré sur profil. Les tassements éventuels sous remblais ne sont pas pris en compte.

Ces documents seront soumis à l’agrément du fonctionnaire dirigeant au minimum sept (7) jours avant

le début des travaux. Le fonctionnaire dirigeant disposera d’un délai de sept (7) jours pour donner son

accord, refuser ou faire ses observations sur ces documents.

2.4.4 Programme technique des travaux

L'entrepreneur soumet au fonctionnaire dirigeant dans un délai de sept (7) jours à compter de la date de

notification de l’ordre de service de commencement des travaux :

• Le projet d'installation de chantier ;

• Le planning des travaux, détaillé quantitativement par tâches et les rendements escomptés,

• Le programme détaillé de l'approvisionnement des matériaux et matières nécessaires aux

travaux ;

• Le programme de mise en place du personnel et du matériel nécessaire à l'exécution des travaux

conformément au planning ;

• Le plan d’exécution des ouvrages et parties d’ouvrages pour approbation ;

Page 39: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 39

• le rendement du matériel;

Dans l'établissement de ce programme, il est tenu compte du maintien de la circulation et des délais

nécessaires aux expropriations.

L'entrepreneur tient constamment à jour un état d'avancement des travaux par rapport au planning.

Aucune modification ne peut être apportée à ce planning sans l'accord de l'Ingénieur.

Il est établi, chaque fin de mois, à la diligence de l'entrepreneur et à ses frais, un état d'avancement des

travaux selon modèle agréé par le fonctionnaire dirigeant. Cet état est fourni gratuitement au

fonctionnaire dirigeant en quatre exemplaires.

Cet état mentionne entre autres :

• Le personnel (nombre, qualification, main d’œuvre, tâches affectées) utilisé sur le chantier

• Les outils et/ou le matériel (type d'engin, tâche affectées) en place sur le chantier et en ordre

de fonctionnement ;

• Les quantités de travaux exécutées par poste et prises en attachement depuis le début du

chantier, comparées avec celles prévues au planning ;

• Les matériaux approvisionnés sur chantier, comparées avec ceux prévus au planning ;

• Les prévisions détaillées quantitativement par tâches tant pour les travaux que les

approvisionnements ;

• Les rendements obtenus depuis le début des travaux et les rendements à prévoir pour tenir dans

le planning.

2.4.5 Essais de laboratoire - contrôle

Dans le cadre du présent projet, il est prévu deux séries d'essais en cours de travaux :

• La première est opérée par l'entrepreneur et à sa charge, elle a pour but la recherche des

matériaux, la détermination de leur mise en œuvre et les contrôles à effectuer. Les essais

correspondants sont effectués par lui et à ses frais dans son laboratoire de chantier entièrement

accessible au fonctionnaire dirigeant. L'entrepreneur peut faire appel à un laboratoire agréé par

l'Ingénieur pour la réalisation de certains essais spéciaux. Les résultats des divers essais sont

consignés sur un cahier de laboratoire et transmis par courriers au fonctionnaire dirigeant au

fur et à mesure de leur obtention.

• La seconde série d'essais concerne le contrôle de qualité, elle est opérée sous la responsabilité

du fonctionnaire dirigeant, par le laboratoire de son choix dans le cadre d'un contrat passé entre

ce dernier et le fonctionnaire dirigeant.

Tous les matériaux approvisionnés reconnus défectueux après essais doivent être transportés hors du

chantier par l'entrepreneur et à ses frais dans un délai et à un endroit fixé par l'Ingénieur, faute de quoi,

l'évacuation est exécutée par l'Ingénieur et aux frais de l'entrepreneur.

Les travaux effectués dans des conditions non conformes aux prescriptions du présent document, sont

repris jusqu'à obtention d'un résultat conforme aux caractéristiques prescrites.

Les emplacements des prélèvements nécessaires aux essais quels qu'ils soient et ceux des mesures in

situ peuvent être fixés par l'Ingénieur.

En cas de non-respect des clauses du présent document, l'entrepreneur a, à sa charge tous les essais

supplémentaires effectués en vue de vérifier s'il a bien apporté les corrections aux travaux non

conformes.

Le tableau ci-après reprend les différents essais de contrôles à effectuer par l'entrepreneur pour la

réception des matériaux et leur mise en œuvre.

Page 40: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 40

a Exécution des remblais

Matériaux dans le corps de remblais

Nature des essais Résultats Fréquence

Granulométrie % fines (80 µm) < 50 % 3 essais complets tous les 500

m3

CBR à 4 jours d’imbibition CBR> 10 Et par chambre d’emprunt

compacté à 95 % de l’OPM

Limites d’Atterberg

IP < 25

Tous les 100 m3 et par gîte

LL < 50

Gonflement < 1 %

Matériaux pour les 30 cm supérieurs du remblai

Nature des essais Résultats Fréquence

Granulométrie % fines (80 µm) < 40 % 3 essais complets tous les 500

m3

CBR à 4 jours d’imbibition CBR> 15 Et par chambre d’emprunt

compacté à 95 % de l’OPM

Limites d’Atterberg IP < 25

Tous les 100 m3 et par gîte

LL < 50

Gonflement < 1 %

Teneur en matières

organiques < 1 %

Mise en œuvre

Nature des essais Résultats Fréquence

Sol d’assise du remblai 1 essai tous les 250 m2

- Mesure de compacité par PVS 90 % de l’OPM Dans la couche supérieure de 20

cm

Corps du remblai 1 essai tous les 250 m²

- Mesure de compacité par

PVS 95 % de l’OPM Dans chaque couche de 20 cm

Page 41: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 41

20 cm supérieurs du remblai 1 essai tous les 250 m2

- Mesure de compacité par

PVS 95 % de l’OPM

20 cm supérieurs du remblai 1 essai tous les 50 m en

quinconce

- Mesure de déflexion à la

poutre 200 00ème de mm

b . Compactage et profilage de la plate-forme des terrassements

Mise en œuvre

Nature des essais Résultats Fréquence

Essai à la plaque suisse de

700 cm2 Me ≥ 30 000 kN/m2 2 essais tous les 150 m.

En zone de déblai 95 % de I OPM 1 essai tous les 250 m²

- Mesure de compacité par

PVS à 20 cm sous la surface.

- Mesure de déflexion à la

poutre 200 /100ème de mm

1 essai tous les 50 m en

quinconce

c . Couche de fondation et remblai technique

Matériaux

Nature des essais Résultats Fréquence

Granulométrie

- passant au tamis 2 mm < 50 %

- passant au tamis 80 µm < 25 % 1 essai complet

- Limites d’Atterberg

IP < 25

Tous les 30 m3 et par gîte

LL < 40

CBR à 4 jours d’imbibition

compacté à 95 % de I’OPM > 30

Teneur en matières

organiques < 1 %

Page 42: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 42

Mise en œuvre

Nature des essais Résultats Fréquence

Mesure de la compacité par PVS 95 % de l’OPM Une densité tous les 100 m de

part et d’autre de l’axe.

Essai à la plaque suisse de

700 cm2 Me ≥ 100 000 kN/m2 2 essais tous les 150 m.

Mesure de déflexion à la poutre 90 /100ème de mm 1 essai tous les 50 m en

quinconce

d . Couche de Base ou couche de roulement en graveleux-latéritique naturel

Matériaux

Nature des essais Résultats Fréquence

Granulométrie

- dimension maximale 10 à 50 mm

Passant au tamis 2 mm < 50 %

- passant au tamis 80 µm < 20 % 1 essai complet

Limites d’Atterberg IP < 15 Tous les 30 m3 et par gîte

CBR à 4 jours d’imbibition

compacté à 95 % de I’OPM > 80

Teneur en matières

organiques < 1 %

Mise en œuvre

Nature des essais Résultats Fréquence

Mesure de la compacité par PVS 97 % de l’OPM Une densité tous les 100 m de

part et d’autre de l’axe.

Essai à la plaque suisse de

700 cm2 Me ≥ 100 000 kN/m2 2 essais tous les 200 m.

Mesure de déflexion à la poutre 70 /100ème de mm 1 essai tous les 50 m en

quinconce

Page 43: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 43

e Couche de Base ou couche de roulement en grave concassée

Matériaux

Nature des essais Résultats Fréquence

Équivalent de sable > 40 1 essai / 10 m3

Los Angeles < 35 1 essai / 10 m3

Granulométrie Conforme au fuseau

indiqué dans le CPTP 1 essai / 10 m3

Teneur en fine < 10% 1 essai / 10 m3

Mise en œuvre

Nature des essais Résultats Fréquence

Compacité / si réf. OPM > 98% de l’OPM pour 95% des

mesures

1 essai / 10 m de route de part et

d’autre de l’axe

Compacité / si réf. Indice

des vides < 15%

1 essai / 10 m de route de part et

d’autre de l’axe

Teneur en eau Teneur en eau OPM - 2 1 essai tous les 10 m de route

Densité en place et teneur

en eau

98% de la densité sèche

maximale PM pour 95% des

mesures

1 essai / 5 m3

Essai Proctor Modifié 1 essai / 10 m3

Ou au gré du fonctionnaire dirigeant

Mesure de déflexion sous

13 tonnes

(Moyenne + 1,30 fois l’écart

type) < 65/100 mm

Une série de mesures à l’axe et à 4 m

de part et d’autre de l’axe, tous les 10

m

Portance > 250 MPa

Une série de mesures à l’axe et à 2,5 à

3,0 m (voir plus) de part et d’autre de

l’axe, tous les 10 m

Altimétrie -0,5 / +2 cm par rapport aux

cotes théoriques 3 points tous les 10 m de chaussée

Épaisseur -0,5 / +2 cm par rapport aux

cotes théoriques 3 points tous les 10 m de chaussée

Épaisseur -0 / +2 cm Au gré du fonctionnaire dirigeant

Page 44: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 44

Contrôle de largeur Au moins égale à la largeur

théorique par rapport à l’axe Un couple de mesure tous les 10 m

Réglage Pas de flache

supérieure à 1 cm en tous

Toute la chaussée, au gré du

fonctionnaire dirigeant

f. Ouvrages en béton

Formulation du béton

Les différents bétons sont désignés symboliquement par une lettre suivie d’un nombre de trois

chiffres. La lettre désigne la catégorie, Q signifiant béton de qualité et C béton courant. Le nombre

désigne le poids minimal (exprimé en kilogrammes) de ciment que doit contenir un mètre cube de

béton. Le volume considéré étant celui occupé après mise en œuvre.

Composition des bétons

i. Provenance

L’étude de la composition des bétons incombe à l’entrepreneur. Elle porte sur le calcul du dosage

théorique des ciments, sables et granulats, ainsi que de la quantité d’eau de gâchage.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant, les résultats de son étude de

composition, vingt et un (21) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre.

ii. Qualité et fabrication

Le tableau ci-après indique les caractéristiques requises pour chacun des bétons, en regard de la

destination :

Type Destination Résistance (1) Affaissement au

Cône ABRAMS

C200

Béton de propreté sous toutes

les surfaces en contact avec le

sol

Pas de valeur exigée

Pas de valeur exigée

C250

Béton maigre, béton

d’enrobage lit de pose des

éléments préfabriqués

Béton cyclopéen

Pas de valeur exigée

Pas de valeur exigée

C350

Éléments préfabriqués pour

les descentes d’eau, filets

d’eau, fossés revêtus, dallettes

et bordures ou bétons coulés

sur place

> 225 / > 290 <3 cm

Page 45: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 45

Q350 Béton armé pour ouvrages de

tête, Infrastructure de ponts > 240 / > 310 Compris entre 2,5 et 4 cm

Q400

Béton armé pour

superstructure de ponts et pour

buses préfabriquées

> 270 / >350 <3 cm

(1) Résistance moyenne en compression en bars à 28 jours sur cube de 20 x 20.

L’installation de fabrication est soumise à l’agrément du fonctionnaire dirigeant.

Matériaux pour Béton C 350

Nature des essais Résultats Fréquence

Sables

- Équivalent de sable > 80 >= 1 essai par 25 m3 de sable

- Granulométrie :

Passant au tamis microns 80 < 5 %

Fuseau Déterminé par

l’entrepreneur

Granulats >= 1 essai par 25 m3 de gravillon

- Dureté Los Angeles < 45

- Granulométrie Entre 20 et 6,3 mm

- Fuseau Déterminé par

l’entrepreneur

Matériaux pour Bétons C200 et C250

Nature des essais Résultats Fréquence

Sables

- Équivalent de sable > 80 >= 1 essai par 25 m3 de sable

- Granulométrie : % en poids

Retenu sur le tamis 5 mm < 10 %

Passant au tamis 80 µm < 5 %

Page 46: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 46

Granulats >= 1 essai par 25 m3 de gravillon

- Dureté Los Angeles < 45

- Granulométrie Entre 32 et 6,3 mm

Mise en œuvre du Béton C350

Nature des essais Résultats Fréquence

Résistance à la

compression - Rc à 7/28 jours

Sur cylindre 190/225 bars 6 éprouvettes

Sur cube 240/290 bars Suivant les instructions du

fonctionnaire dirigeant

Affaissement au cône

d’Abrams < 3 cm >= 1 cône ASTM par 20 m3

Matériaux Bétons Q350 et Q400

Nature des essais Résultats Fréquence

Sable >= 1 essai par 25 m3 de sable

- Équivalant à de sable > 80

- Granulométrie: % en poids

Passant au tamis 80 µm < 5 %

- Fuseau Déterminé par l’entrepreneur

Granulats >= 1 essai par 25 m3 de gravillon

- Dureté Los Angeles < 45

- Granulométrie Entre 20 et 6,3 mm

- Fuseau Déterminé par l’entrepreneur

Page 47: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 47

Mise en œuvre Béton Q350

Nature des essais Résultats Fréquence

Rc à 7/28 jours sur cylindre 200/240 bars 6 éprouvettes

Rc à 7/28 jours sur cube 260/310 bars Suivant les instructions du

fonctionnaire dirigeant

Affaissement au cône

d’Abrams Entre 2,5 et 4 cm >= 1 cône ASTM par 20 m3

Mise en œuvre Béton Q400

Nature des essais Résultats Fréquence

Rc à 7/28 jours sur cylindre 225/270 bars 6 éprouvettes par 20 m3

Rc à 7/28 jours sur cube 290/350 bars Suivant les instructions du

fonctionnaire dirigeant

Affaissement au cône

d’Abrams > 3 cm >= 1 cône ASTM par 20 m3

2.4.6 Installation du chantier

L'entrepreneur est tenu de soumettre à l'approbation du fonctionnaire dirigeant, dans un délai de

quatorze (14) jours après la notification du marché, les plans détaillés de ses installations de chantier.

Ces plans indiqueront notamment :

• les pistes d'accès,

• les zones de stockages pour matériaux,

• l'atelier garage,

• les bureaux,

• L’alimentation en eau et en énergie,

• Le laboratoire de chantier avec ses équipements,

• les déviations provisoires.

L’entrepreneur implantera au début et à la fin du chantier deux panneaux reprenant les caractéristiques

du projet (pouvoir adjudicateur, Source de financement, fonctionnaire dirigeant, durée du chantier, etc.).

2.4.7 Matériel

L'entrepreneur devra soumettre au fonctionnaire dirigeant dans le délai d’une (1) semaine ouvrable à

compter de la date de signature du contrat, la liste du matériel qu'il envisage d'utiliser pour l'exécution

des travaux HIMO ou autres, avec les caractéristiques de ces matériels.

Cette liste précisera la marque, le type, l'année de fabrication des engins. Tout matériel qui sera jugé

trop vétuste ou non satisfaisant par le fonctionnaire dirigeant pourra être refusé sans que l'entrepreneur

puisse élever de réclamation.

Si l'entrepreneur ne possède pas l'ensemble du matériel nécessaire à la bonne exécution des travaux, il

pourra acheter du matériel neuf, dans ce cas sera joint à la liste du matériel, la copie de la lettre de

crédit non résiliable d'une banque, et la facture pro forma du fournisseur.

Page 48: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 48

Il pourra également faire appel à des entreprises de location de matériel, dans ce cas l'entrepreneur

devra fournir leur engagement écrit, de mettre à disposition le matériel au fur et à mesure des besoins

du chantier.

L'Ingénieur pourra exiger que soient modifiées ou complétées les dispositions prises, si celles-ci

paraissent insuffisantes ou si, à l'expérience, elles ne donnent pas satisfaction.

2.4.8 Prestations diverses

a . Alimentation en eau pour les besoins du chantier

Dans les prix unitaires relatifs au terrassement, à la construction de la chaussée et à la mise en œuvre

des bétons, est comprise l'alimentation en eau.

Pour ce faire, l'entrepreneur peut soit aménager des barrages collinaires le long de l'itinéraire soit puiser

dans la nappe ou dans les cours d'eau avoisinant. Toutefois, l'entrepreneur est tenu de présenter au

fonctionnaire dirigeant pour approbation, les schémas des aménagements qu'il compte faire.

b . Maintien de la circulation

L'entrepreneur prend toutes les précautions nécessaires pour que les travaux et installations de son

entreprise n'occasionnent au trafic, notamment sur les voies publiques, voies ferrées, voies navigables,

aérodromes, ni gênes, ni entraves.

Les coûts afférents à la construction de pistes de déviation leur entretien et signalisation ainsi que le

dédommagement des plantations sont inclus dans les différents prix unitaires du bordereau des prix.

c . Dossiers de récolement

En fin de chantier, l'entrepreneur fournira en quatre (4) exemplaires sur support papier (un calque et

trois tirages) et sur support électronique (deux CD Rom), un dossier de récolement sur les travaux

réellement exécutés. Les plans seront dessinés à l’aide du Logiciel Autocad.

Ce dossier comprendra notamment :

• Les dessins d'implantation (projet d'exécution) au 1/2 000 - 1/200 mise à jour avec les

modifications éventuellement intervenues pendant l'exécution des travaux ;

• Les dessins des ouvrages nouvellement construits ou aménagés ;

• Les profils en travers types ;

• Les plans de la signalisation ;

• Un listing complet des différents ouvrages d'assainissement et de protection

• (Fossés revêtus, perrés maçonnés, dalots, bordures arasées, filets d'eau, descentes d'eau) avec

leur repérage permettant de les localiser sur les dessins à l'échelle de 1/2 000 - 1/200 ;

• Un listing complet des gîtes de matériaux utilisés pour la constitution des différentes couches

de chaussées, avec leur localisation par rapport à la route, leurs caractéristiques mécaniques,

leurs capacités résiduelles et les extensions possibles ;

• Tout autre document jugé par le fonctionnaire dirigeant nécessaire pour l'entretien ultérieur de

la route.

Ces données de récolement deviendront propriété de l'Administration. Le règlement du décompte

définitif est subordonné à la remise de ce dossier. Les coûts afférents à ces dossiers de récolement sont

inclus dans les prix unitaires du bordereau des prix.

2.4.9 Provenance, qualité et contrôle des matériaux

Préambule

Dans tout ce qui suit, les présentes spécifications se réfèrent de préférence aux normes européennes.

La fourniture de tous les matériaux destinés directement ou indirectement à l’exécution des travaux du

présent marché, incombe entièrement à l’entrepreneur. Il doit en soumettre la provenance à l’agrément

du fonctionnaire dirigeant, avant d’entreprendre leur mise en œuvre. Les matériaux doivent être

conformes aux prescriptions des présentes spécifications.

Page 49: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 49

En cours de travaux, l'entrepreneur ne pourra modifier l'origine des matériaux, des produits fabriqués

qu'avec l'autorisation écrite du fonctionnaire dirigeant, sous réserve que les matériaux et produits de

remplacement soient de qualité équivalente ou supérieure et répondent aux mêmes prescriptions

concernant leur conformité aux normes en vigueur.

L'entrepreneur justifiera sa demande avec tous les éléments nécessaires : spécifications techniques,

mode d'emploi et contre-indications éventuelles.

Les matériaux reconnus défectueux sur le chantier seront refusés et remplacés aux frais de

l’entrepreneur, même s’ils ont été jugés conformes à leur sortie d’usine.

Les matériaux à utiliser sont de deux types :

• Les matériaux naturels issus du site lui-même, pour tous les travaux de terrassements, de

couches de fondation et de base et pour la confection des bétons et enduits ;

• Les matériaux provenant de fournisseurs extérieurs (liants hydrauliques, bitume, fers à

béton, panneaux de signalisation, etc..).

Concernant les matériaux naturels, l’entrepreneur en apprécie les difficultés d’extraction et étudie les

possibilités de transport et de mise en œuvre sur les lieux d’emploi. Il est tenu de se conformer aux

règlements en vigueur pour tout ce qui concerne les extractions de matériaux.

Pour les matériaux importés, l’entrepreneur communique en temps utile au fonctionnaire dirigeant,

toutes pièces justificatives de ses fournisseurs, prouvant ou attestant que ces matériaux sont conformes

aux spécifications requises. Ce qui ne dégage pas pour autant, la responsabilité de l’entrepreneur quant

à ces fournitures.

Le fonctionnaire dirigeant se réserve la possibilité d’effectuer lui-même ou de faire effectuer sur les

matériaux proposés tout essai qu’il jugera opportun. En ce qui concerne les modes d’exécution, le

fonctionnaire dirigeant se réserve la possibilité de demander toute justification aux autorités

compétentes sur la valeur réelle des modes d’exécution proposés.

L'entrepreneur reste seul responsable vis-à-vis du fonctionnaire dirigeant.

2.4.10 Exploitation des emprunts

a. Recherche des emprunts

L’entrepreneur a la charge :

• Des acquisitions ou occupations temporaires des terrains nécessaires à l’exploitation de tous

les emprunts de matériaux,

• Des indemnisations aux propriétaires pour les dommages éventuels occasionnés par les

travaux (déboisement, destruction des récoltes, impossibilité de cultiver pendant

l’occupation temporaire du site, etc.)

La recherche des nouveaux emprunts de matériaux est effectuée par l’entrepreneur sur la base des

dossiers géotechniques de l’étude.

Dans les quinze (15) jours, au plus tard, suivant la notification de l’ordre de service de commencer les

travaux, l’entrepreneur est tenu de soumettre à l’approbation du fonctionnaire dirigeant, la liste des

emprunts qu’il compte utiliser pour l’exécution des travaux faisant l’objet du marché.

NB : Toutefois, il est opportun de signaler que tous les emprunts de graveleux latéritiques qui devront

être utilisés dans le cadre de la mise en œuvre des pistes à réhabiliter, feront l’objet avant le lancement

des travaux d’un accord écrit entre les autorités du projet, celles locales et les services techniques

concernés d’une part en ce qui concerne les domaines publics de l’Etat et les propriétaires fonciers des

zones retenues d’autre part afin de déterminer les conditions et les modalités d’exploitation puis de

rétrocession après la remise en état des sites.

À cette fin, il présente un dossier complet par emprunt, qui comporte :

Page 50: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 50

• Un plan de situation,

• Les résultats de la reconnaissance,

• Les résultats de laboratoire définissant sans ambiguïté les caractéristiques des matériaux

naturels avant, et éventuellement après traitement (types d’essais et fréquences définis dans

les présentes spécifications),

• Le schéma de principe retenu pour l’exploitation de l’emprunt,

• Une note technique définissant, d’après les premiers essais de conformité exécutés par

l’entrepreneur, l’utilisation et la destination (élément de base du mouvement de terres) des

matériaux considérés.

L’intégralité des frais d’établissement de ces différents dossiers est à la charge de l’entrepreneur. Le

fonctionnaire dirigeant dispose de quatorze (14) jours, suivant la date de dépôt des dossiers définis ci-

dessus, pour donner son approbation totale ou restrictive ou bien refuser l’exploitation de l’emprunt

proposé. Si le Fonctionnaire dirigeant autorise l’exploitation d’un emprunt, il doit préciser les limites

d’utilisation de ce dernier. Enfin, en ce qui concerne tous les matériaux d’extraction, le fonctionnaire

dirigeant peut retirer son agrément pour un emprunt donné, s’il considère qu’au vu des essais de

contrôle, le gîte ne fournit plus de matériaux répondant aux spécifications.

b. Préparation des emprunts et des matériaux

Les emplacements des gîtes ou carrières retenus après les essais géotechniques préalables, sont

déboisés, débroussaillés et essouchés, s’il y a lieu. Les arbres seront préservés autant que possible.

Les couches de surface sont soigneusement décapées jusqu’à ce que le matériau à exploiter présente

des qualités d’homogénéité et de propreté suffisantes. Les produits de décapage sont poussés en

périphérie de la zone d’exploitation, afin de servir au remodelage des terrains après travaux.

Les matériaux devant servir à la réalisation des couches de corps de chaussée sont préalablement gerbés

en tas, avant reprise pour chargement dans les engins de transport. Ce mode d’exploitation est conseillé,

en vue d’obtenir une bonne homogénéisation, et pour éviter la prise inconsidérée de matériaux sous-

jacents non utilisables. L’exploitation ne devra pas se faire dans un rayon de 3 mètres autour des arbres

préservés.

Si, l’extraction doit se faire en saison des pluies, le stock de matériaux gerbés doit être limité car la

pénétration des eaux de pluies est facilitée sur un matériau aéré. Il est impératif de ne pas gerber un

volume supérieur aux besoins d’une journée de travail. Dans tous les cas, il est nécessaire :

• D’aménager des pentes favorisant l’évacuation de l’eau,

• De prévoir aux points bas des aménagements sommaires d’évacuation,

• De maintenir en bon état les pistes de chantier pour éviter les ornières, flasques ou eaux

stagnantes.

L’entrepreneur doit exploiter les emprunts connus (dont la localisation n’est donnée qu’à titre indicatif

dans les dossiers de plans), mais doit en rechercher de nouveaux dans le but de diminuer la distance de

transport des matériaux.

Après exploitation de chaque emprunt, l’entrepreneur est tenu soit d’en réaménager la surface pour lui

rendre son état d’origine (régalage des matériaux de découverte et des terres végétales, rétablissement

des écoulements naturels, aménagement de fossés de garde pour éviter l’érosion des terres régalées,

remise en état de l’environnement autour du site y compris les plantations éventuelles), soit de

l’aménager en réservoir à usage agricole ou pastoral, suivant les indications du fonctionnaire dirigeant.

L’entrepreneur doit avoir une parfaite connaissance des endroits à partir desquels il peut approvisionner

son chantier en eau pour l’arrosage des sols à compacter. Cette eau ne doit pas contenir de matières

organiques susceptibles de nuire à la prise des liants hydrauliques.

Page 51: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 51

2.4.11 Matériaux pour remblais

a . Provenance

Les matériaux pour remblais regroupent ceux des remblais et ceux de la couche de forme (correction

de la plate-forme). Les matériaux nécessaires à l’exécution des remblais, au rechargement des talus, à

l’élargissement de la plate-forme ou au relèvement éventuel du profil en long, proviennent d’emprunts

fournissant des sols graveleux répondant aux spécifications requises pour ce type de travaux, situés dans

la mesure du possible, à une distance de transport maximum de 2 000 mètres du lieu de mise en œuvre.

Au-delà de cette distance, la plus-value de transport de matériaux sera payée. Les matériaux peuvent

également provenir de déblais, si la qualité de ceux-ci s’y prête.

Aucun emprunt ne peut être ouvert à moins de 50 mètres de la limite d’emprise de la route.

L’entrepreneur a la charge de rechercher et de faire agréer les emprunts par le fonctionnaire dirigeant,

en présentant les résultats des essais de laboratoire qu’il a effectués.

b . Qualité

Les matériaux pour remblais sont exempts de matières végétales, d’humus, organiques et de micro-

organismes (moins de 1 % en poids). Les matériaux de déblais rocheux de diamètre inférieur à 10 cm

peuvent être utilisés en remblai dans des conditions qui sont précisées par le fonctionnaire dirigeant.

Les matériaux répondent aux caractéristiques suivantes :

i. Dans le corps de remblai

• Le pourcentage de fines (80 µm) est inférieur à 50 % ;

• Le CBR à 4 jours d’imbibition compacté à 95 % de l’OPM est égal ou supérieur à 10 ;

• L’indice de plasticité est inférieur à 25 ;

• La limite de liquidité est inférieure à 50 ;

• Le gonflement est inférieur à 1 %.

ii. Dans les 30 cm supérieurs du remblai (couche de forme)

• Le pourcentage de fines (80 µm) est inférieur à 40 % ;

• Le CBR à 4 jours d’imbibition compacté à 95 % de l’OPM est égal ou supérieur à 15 ;

• L’indice de plasticité est inférieur à 25 ; • la limite de liquidité est inférieure à 50 ;

• Le gonflement est inférieur à 1 %.

Avant de procéder à l’exécution des remblais, l’entrepreneur étudie la mise en œuvre et le compactage

par planches expérimentales compte tenu du type de matériau et de matériel dont il dispose.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant les résultats obtenus sur les planches

expérimentales au plus tard vingt et un (21) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre.

c. Contrôle des matériaux

Il est effectué, par tranche de 1000 m3 et par chambre d’emprunts, 3 essais complets :

• Granulométrie ;

• Essai Proctor Modifié et CBR ;

• Détermination des limites d’Atterberg.

2.4.12 Matériaux pour couche de fondation et remblai technique

a . Provenance

Les matériaux proviennent, soit des carrières indiquées dans le rapport géotechnique après confirmation

des résultats par l’entrepreneur, soit d’autres carrières proposées par l’entrepreneur et agréées par le

fonctionnaire dirigeant.

Page 52: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 52

b . Qualité

Les matériaux pour la couche de fondation répondent aux caractéristiques suivantes :

• Le passant au tamis de 2 mm est inférieur à 50 % ;

• Le passant au tamis de 80 µm est inférieur à 25 % ;

• L’indice de plasticité est inférieur à 25 ;

• La limite de liquidité est inférieure à 40 ;

• Le CBR à 4 jours d’imbibition et compacté à 95 % de l’OPM doit être supérieur à 30 ;

• Le gonflement linéaire doit être inférieur à 0,5% ;

• La teneur en matière organique est inférieure à 1 %.

Avant de procéder à l’exécution de la couche de fondation, l’entrepreneur étudie la mise en œuvre et le

compactage par planches expérimentales compte tenu du type de matériau et de matériel dont il dispose.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant les résultats obtenus sur les planches

expérimentales au plus tard quatorze (14) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre.

c. Contrôle des matériaux

Il est effectué, par tranche de 30 m3 et par gîte, un essai complet :

• Granulométrie,

• Essai Proctor Modifié et CBR,

• Détermination des limites d’Atterberg.

2.4.13 Matériaux pour couche de base et couche de roulement

Grave latéritique

i. Provenance

Les matériaux proviennent soit des carrières indiquées dans le rapport géotechnique après confirmation

des résultats par l’entrepreneur, soit d’autres carrières proposées par l’entrepreneur et agréées par le

fonctionnaire dirigeant.

ii. Qualité

Les matériaux pour la couche de base répondent aux caractéristiques suivantes :

• Le passant au tamis de 2 mm est inférieur à 50 % ;

• Le passant au tamis de 80 µm est inférieur à 25 % ;

• L’indice de plasticité est inférieur à 15 ;

• Le CBR à 4 jours d’imbibition et compacté à 98 % de l’OPM doit être supérieur ou égal à 80

• Le gonflement linéaire doit être inférieur à 0,5% ;

• La teneur en matière organique est égale à 0 %.

Avant de procéder à l’exécution de la couche de fondation, l’entrepreneur étudie la mise en œuvre et le

compactage par planches expérimentales compte tenu du type de matériau et de matériel dont il dispose.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant les résultats obtenus sur les planches

expérimentales au plus tard quatorze (14) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre.

iii. Contrôle des matériaux

Il est effectué, par tranche de 30 m3 et par gîte, un essai complet :

• Granulométrie,

• Essai Proctor Modifié et CBR,

• Détermination des limites d’Atterberg.

Page 53: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 53

2.4.14 Composition et matériaux pour béton

Les différents bétons sont désignés symboliquement par une lettre suivie d’un nombre de trois chiffres.

La lettre désigne la catégorie, Q signifiant béton de qualité et C béton courant. Le nombre désigne le

poids minimal (exprimé en kilogrammes) de ciment que doit contenir un mètre cube de béton. Le

volume considéré étant celui occupé après mise en œuvre.

a. Composition des bétons

i. Provenance

L’étude de la composition des bétons incombe à l’entrepreneur. Elle porte sur le calcul du dosage

théorique des ciments, sables et granulats, ainsi que de la quantité d’eau de gâchage.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant, les résultats de son étude de

composition, vingt et un (21) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre.

ii. Qualité et fabrication

Le tableau ci-après indique les caractéristiques requises pour chacun des bétons, en regard de la

destination :

Type Destination Résistance (1) Affaissement au Cône

ABRAMS

C200 Béton de propreté sous toutes les surfaces

en contact avec le sol Pas de valeur exigée Pas de valeur exigée

C250

Béton maigre, béton d’enrobage

Lit de pose des éléments préfabriqués

Béton cyclopéen

Pas de valeur exigée Pas de valeur exigée

C350

Éléments préfabriqués pour les descentes

d’eau, filets d’eau, fossés revêtus, dallettes

et bordures ou bétons coulés sur place

> 225 / > 290 < 3 cm

Q350 Béton armé pour ouvrages de tête,

Infrastructure de ponts > 240 / > 310

Compris entre 2,5 et 4

cm

Q400 Béton armé pour superstructure de ponts et

pour buses préfabriquées > 270 / >350 < 3 cm

(1) Résistance moyenne en compression en bars à 28 jours sur cube de 20 x 20.

L’installation de fabrication est soumise à l’agrément du fonctionnaire dirigeant. L’utilisation d’une

bétonnière sur les lieux du chantier est obligatoire.

Le fonctionnaire dirigeant dispose, sur le chantier, d’un matériel de pesage permettant le dosage du

ciment et des granulats. La bétonnière est pourvue d’un appareillage permettant une lecture précise de

la quantité d’eau ajoutée. L’estimation du dosage réel en eau, calculé par rapport au dosage théorique,

en tenant compte de l’humidité des granulats, est soumise à l’approbation du fonctionnaire dirigeant

avant chaque confection des bétons C350, Q350 et Q400.

Page 54: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 54

La fabrication de gâchées sèches en vue d’une addition ultérieure d’eau est interdite. Le temps de

malaxage, compté après l’introduction de tous les constituants, n’est pas inférieur à une minute.

iii. Contrôle des bétons

• C350, Q350 et Q400 coulés sur place

Il est confectionné 6 éprouvettes cylindriques ou 6 cubes de 20 cm de côté suivant les instructions du

fonctionnaire dirigeant.

Il est prélevé un cône ASTM par tranche de 20 m3 de béton ou suivant les instructions du fonctionnaire

dirigeant.

• Bétons préfabriqués (béton C350)

Avant toute mise en œuvre, l’entrepreneur soumet pour agrément, les modèles des différentes pièces de

béton qu’il compte réaliser en préfabriqué. De plus, en cours de préfabrication, 6 éprouvettes

cylindriques ou 6 cubes seront confectionnés et un cône ASTM sera prélevé par tranche de 20 m3 de

béton.

Si l’entrepreneur met en œuvre des éléments préfabriqués par un fournisseur tiers, ces éléments doivent

être préalablement agréés par le fonctionnaire dirigeant.

b. Matériaux pour bétons

i. Sables

• Provenance

La nature et la provenance des sables et éléments fins demeurent soumis à l’agrément du fonctionnaire

dirigeant. Ils sont fournis par l’entrepreneur, et doivent satisfaire aux prescriptions techniques.

Le sable et les éléments fins pour mortiers et bétons sont soit du sable naturel de rivière non micacé,

soit du sable de concassage de carrières.

• Qualité

Propreté et Équivalent de sable

La quantité d’éléments très fins (limons, vase, argile et matières solubles) susceptibles d’être éliminés

par décantation, ne doit pas dépasser deux pour cent (2 %).

L’équivalent de sable (ES) mesuré par la méthode visuelle doit être supérieur à quatre-vingt (80).

Granulométrie

• Pour bétons C350, Q350 et Q400 : la granulométrie est contenue dans le fuseau de tolérance

proposé par l’entrepreneur après son étude granulométrique de composition de béton et

agréé par le fonctionnaire dirigeant. Le pourcentage en poids des fines est toujours inférieur

à 5 %.

• Pour mortier, bétons C200 et C250 :

% en poids retenu sur le tamis de 5 mm : < 10 %

% en poids passant au tamis de 80 µm : < 5 %.

❑Contrôle

Il est procédé à un essai “équivalent de sable” et à un essai de granulométrie par 25 m3 de sable, avant

mise en œuvre.

ii. Acier pour béton armé (Q350 et Q400)

Les aciers doivent provenir d’usines reconnues et agréées. Leur fourniture est à la charge de

l’entrepreneur. Sur demande du fonctionnaire dirigeant, l’entrepreneur doit produire les factures, les

Page 55: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 55

certificats d’origine et les résultats d’essais correspondants des usines ou des fonderies de provenance.

L’emploi des barres soudées est formellement interdit. Le transport des aciers ne constitue pas un poste

séparé donnant lieu à une rémunération particulière.

La durée et les conditions de stockage des armatures doivent être soumises à l’agrément du

fonctionnaire dirigeant. Ces conditions doivent prévoir au minimum le stockage sur un plancher situé à

au moins 0,30 m au-dessus du sol, à l’abri de la pluie, cet abri pouvant être constitué par une bâche.

Les différents lots d’acier devront être nettement séparés.

❑ Armatures rondes lisses

Nuance des aciers

Les aciers doux sont de la nuance Fe E 24.

Ces aciers sont dispensés d’essais de réception s’ils sont livrés par un producteur agréé. Lorsque le

producteur n’est pas agréé ou lorsqu’il s’agit d’un fournisseur, les essais sont à la charge de

l’entrepreneur.

Domaine d’emploi

• comme armatures de frettage,

• comme barres de montage,

• Comme armatures en attente de diamètre inférieur ou égal à dix (10) millimètres si elles

sont exposées à un pliage suivi d’un dépliage,

• Pour toutes les armatures secondaires ne contribuant pas à la résistance mécanique des

sections d’ouvrages.

❑ Armatures à haute adhérence

Les conditions d’emploi de ces armatures doivent satisfaire aux recommandations incluses dans leur

fiche d’identification.

Les aciers pour l'armature du béton seront du type haute adhérence (Fe E 40 A) et présenteront les

caractéristiques suivantes :

• Limite d'élasticité (du diamètre cinq au diamètre vingt) 420 MPa,

• Limite d'élasticité (du diamètre vingt-cinq au diamètre quarante) 400 MPa.

Préparation

Les barres d’acier sont approvisionnées en longueur de 12 mètres. Elles doivent être parfaitement

propres, sans aucune trace de rouille non adhérente, de peinture, de graisse, de ciment ou de terre.

Aucune déformation des armatures à haute résistance n’est tolérée en dehors du façonnage prévu.

Elles sont coupées et cintrées à froid. L’enrobage de toute armature est en principe au moins égal à deux

virgule cinq (2,5) centimètres pour les parements coffrés ; il peut être modifié par le fonctionnaire

dirigeant en cas de besoin.

Nuance des aciers

Les armatures à haute adhérence pour béton armé sont en acier Tor ou équivalent, de la classe Fe E

40A.

L’entrepreneur peut cependant proposer l’emploi d’acier Fe E 45 ou 50 pour les seuls aciers ne

nécessitant pas un façonnage poussé.

Seuls les aciers Fe E 40A peuvent être utilisés pour constituer les armatures coudées, les cadres, épingles

et étriers non prévus en ronds lisses.

Page 56: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 56

iii. Granulats

• Provenance

Les granulats pour béton sont le produit du concassage de matériaux extraits des carrières indiquées

dans le rapport géotechnique ou d’autres carrières proposées par l’entrepreneur et agréées par le

fonctionnaire dirigeant.

• Qualité

- Propreté et dureté

Ils sont propres et exempts de tous éléments calcaires et détritus organiques. La dureté mesurée par

l’essai Los Angeles est inférieure à 45.

- Granulométrie

▪ Pour bétons C350, Q350 et Q400 :

La granulométrie est comprise entre 20 et 6,3 mm. Le pourcentage en poids du granulat

passant au tamis 2 mm est inférieur à 2 %.

La granulométrie est contenue dans le fuseau de tolérance proposé par l’entrepreneur après

son étude granulométrique de composition de béton et agréé par le fonctionnaire dirigeant.

▪ Pour bétons C200 et C250 :

La granulométrie est comprise entre 32 et 6,3 mm.

❑ Contrôle

Il est effectué un essai Los Angeles et un essai granulométrique par 25 m3 de granulats, avant mise en

œuvre.

iv. Ciment

Le ciment est de type CPA 325 ou équivalent et provient d’un fournisseur agréé par le fonctionnaire

dirigeant. Le ciment est livré en sac de 50 kg, à une température inférieure à celle à laquelle le

phénomène de fausse prise est à craindre.

Il est effectué un essai de fausse prise à la charge de l’entrepreneur si, à l’arrivée au chantier, le liant est

à une température de 50° C ou supérieure.

Le ciment est entreposé sur le chantier dans les locaux de capacité suffisante pour assurer l’alimentation

continue des travaux. Les locaux d’entreposage sont conçus de manière à ce que le matériau y soit

maintenu au sec ; ils sont soumis à l’agrément du fonctionnaire dirigeant.

Le fonctionnaire dirigeant peut exiger des essais de conformité aux essais d’autocontrôle effectués par

la cimenterie. Ils sont réalisés selon les normes AFNOR ou équivalentes et porteront sur :

• le temps de prise à chaud,

• l’expansion à chaud,

• la surface spécifique BLAINE,

• la chaleur d’hydratation, • la teneur en chlore et en soufre,

• les essais mécaniques.

Ces essais sont à charge de l’entrepreneur. Dans le cas où le fonctionnaire dirigeant refuse l’utilisation

de tout ou partie de la fourniture en cours de livraison ou déjà emmagasinée, les lots correspondants

sont immédiatement enlevés à la charge de l’entrepreneur.

2.4.15 Mortier

Selon leur destination, les mortiers ont les compositions suivantes :

• M350 : dosé à 350 kg de ciment par m3 de sable pour la maçonnerie de moellons,

Page 57: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 57

• M400 : dosé à 400 kg de ciment par m3 de sable pour le rejointoiement d’éléments

préfabriqués.

2.4.16 Eau de gâchage pour béton

L’entrepreneur se procurera à ses frais l’eau de gâchage pour la confection des bétons. Elle pourrait, en

règle générale, provenir des points d’eau à proximité des travaux ou des rivières franchies pourvu que

sa qualité réponde aux conditions stipulées ci-dessous. Autrement, l’eau proviendra d’autres sources,

soit de forages, soit de puits ou similaires. L’eau de gâchage devra être propre, non salée, pratiquement

exempte de matières organiques et de sels dissous, notamment de sulfates et de chlorures. L’emploi

d’eau de marais ou de tourbières est interdit.

2.4.17 Adjuvants et produits de cure

a. Adjuvants

L'incorporation en usine de tout adjuvant dans les liants est interdite. L'emploi d'adjuvants pour la

confection des bétons ne pourra se faire qu'avec l'agrément du fonctionnaire dirigeant. Ceux-ci doivent

alors être conformes à la norme NF P 18-103.

Toute livraison d’adjuvant donne lieu à la présentation d’un certificat d’origine, indiquant la date limite

au-delà de laquelle les produits doivent être mis au rebut. L’adjuvant doit être garanti sans chlore.

2.4.18 Produits de cure

Les produits de cure éventuels devront figurer sur la liste ministérielle d'agrément. Ils seront proposés

par l'entrepreneur à l'agrément du fonctionnaire dirigeant au moment de l'étude de composition des

bétons.

Ils seront appliqués aux bétons témoins de l'épreuve de convenance, du résultat de celle-ci dépendra la

décision d'agrément.

2.4.19 Coffrage

Les coffrages peuvent être soit en bois, soit en contre-plaqué, soit métalliques. Ils doivent être

parfaitement propres, sans aucune trace de béton, de mortier ou de laitance.

Les parements cachés des ouvrages sont réalisés à l’aide de coffrages ordinaires. Les parements vus

sont réalisés au moyen de coffrages soignés.

Les coffrages perdus sont constitués de polystyrène expansé, d’isorel mou ou d’un matériau similaire.

On doit particulièrement veiller au nettoyage et au traitement des coffrages avant bétonnage :

• Immédiatement avant bétonnage, les coffrages doivent être nettoyés avec soin, de manière

à ce qu’ils soient débarrassés des poussières et débris de toute nature,

• Avant mise en place du béton, il convient d’arroser de manière abondante les coffrages

composés de sciages ou de panneaux de bois (fibres, particules, contreplaqués) non

spécialement traités,

• Les coffrages en métal, en bois traité ou en matière plastique sont traités avec un produit

de démoulage. Le produit employé ne doit pas laisser de trace sur les parements de béton,

ni couler sur les surfaces verticales ou inclinées des coffrages. Il doit permettre des reprises

ultérieures de béton ou l’application d’enduits et divers revêtements.

Les tolérances sur les coffrages sont :

• 5 cm en valeur absolue pour l’implantation, mesurés par rapport au piquetage général,

• 2 cm en valeur relative pour l’implantation, mesurés entre deux points quelconques des

coffrages des différentes parties d’un même appui, • + ou - 1 cm sur le nivellement de tous

points d’un coffrage,

• 3 mm sur la largeur ou l’épaisseur de tout élément coffré.

Page 58: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 58

2.4.20 Moellons

Les matériaux pour moellons pour maçonneries, gabions, enrochement, perrés maçonnés destinés aux

ouvrages de drainage proviendront de carrières déjà exploitées, de carrières que l'entrepreneur ouvrira

après agrément du fonctionnaire dirigeant, ou de la récupération des moellons des maçonneries

existantes.

Les moellons de récupération seront nettoyés proprement avant leur utilisation dans le gros béton ou

dans les perrés.

Les moellons seront compacts, sans fissuration, non sujets à l'écaillement et à arêtes vives.

La qualité et la forme des moellons devront être agréées par le fonctionnaire dirigeant. Les moellons

seront extraits de roches massives ou de blocs rocheux durs, non altérés et dégagés de toute gangue ou

terre végétale.

Les moellons pour les perrés et maçonneries auront au moins 10 cm d'épaisseur et 20 cm de queue pour

les massifs, ou 30 cm de queue pour les parements. Les moellons employés en parement seront choisis

et dégrossis de manière à ne présenter ni saillie ni flaches de plus de 3 cm par rapport au plan de

l'ouvrage.

Les moellons pour remplissage de gabions ne devront pas passer au travers de l'anneau de diamètre 10

cm. Les moellons au contact des mailles devront avoir une dimension dans toutes les sens au moins

égales à 1,5 fois l'ouverture des mailles et avoir au moins 3 dm3 de volume.

Les moellons pour enrochement devront avoir un poids minimal de 50 kg et ne devront pas passer au

travers de l'anneau de diamètre 20 cm.

2.4.21 Signalisation - équipement et sécurité

a. Panneaux de signalisation

Conformément aux dispositions de l’article 30 du CGC, l'entrepreneur est tenu d'assurer la police du

chantier pendant la durée des travaux et de prendre, dans l'intérêt tant de ses préposés que des agents

du pouvoir adjudicateur et des tiers, toutes les mesures requises en vue de garantir leur sécurité.

Il se conforme aux dispositions légales et réglementaires régissant notamment la bâtisse, la voirie,

l'hygiène, la protection du travail, ainsi qu'aux dispositions des conventions collectives, nationales,

régionales, locales ou d'entreprises

Les panneaux de signalisation seront conformes aux prescriptions décrites ci-après.

Les panneaux de signalisation sont en tôle d’acier d’une épaisseur de 15/10 et comportent un bord

bombé. Ils sont peints avec caractères et motifs ; le mode de peinture doit présenter des garanties de

résistance et de durabilité (peinture cuite au four) ; ils proviennent d’une usine agréée, ont fait l’objet

d’une homologation et sont soumis à l’agrément du fonctionnaire dirigeant avec les certificats ou fiches

d’homologation. Ils ont les dimensions suivantes :

• Disque : diamètre 85 cm pour panneaux d’interdiction,

• Carré : côté 75 cm pour panneaux de prescription,

• Triangle : côté 100 cm pour panneaux de danger,

• Octogone : double apothème 80 cm pour panneaux stop.

Les panneaux de direction, de repérage, de début et fin d’agglomération de type D, E et EB seront

conformes aux normes européennes.

Les panneaux devant être réflectorisés le sont par application d’un film réflecteur à surface lisse. Ces

panneaux sont garantis pour cinq (5) ans. L’entrepreneur précise dans son offre la dénomination

commerciale et le numéro d’homologation du film rétro réfléchissant qu’il compte utiliser.

Page 59: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 59

Les fonds rétro réfléchissants des signaux doivent être réalisés par l’application d’une peinture

glycérophtalique, semi-brillante, cuite au four. Cette application doit être suffisamment régulière pour

présenter une qualité d’uni lisse et sans aucune aspérité.

Les teintes ne doivent subir aucun changement notable dans le temps. La substitution de certains

éléments doit pouvoir se réaliser sans qu’une différence appréciable de teinte soit constatée, après trois

ans. L’envers des signaux doit présenter une teinte neutre, de préférence gris claire.

Le pouvoir réflecteur des matériaux rétro réfléchissants ne doit pas subir une perte de plus de 20 % par

rapport à l’état sec initial, après une période de deux ans d’exploitation.

Les matériaux réfléchissants de fond doivent être suffisamment flexibles pour résister aux chocs et

intempéries. Ils doivent renvoyer la lumière incidente pour des angles allant jusqu’à 25 degrés.

La surface des panneaux et signaux est parfaitement lisse pour atténuer le salissement et les frais

d’entretien.

La longueur des supports est telle que le bord inférieur du panneau (ou de panneau associé) se trouve à

un mètre cinquante (1,5 m) du niveau de l’accotement.

Les panneaux et signaux sont soudés sur des supports en tube obstrués à leurs extrémités et galvanisés.

Ces supports ne doivent présenter aucun angle vif. Les boulons, une fois serrés à leur position définitive,

sont soudés sur la tige filetée.

Les supports seront scellés dans du béton dosé à 200 kg de ciment par mètre cube, le dé de fondation

aura les dimensions de 0,35 x 0,35 mètre pour 0,60 mètre de profondeur. Il fera saillie de 0,10 mètre

au-dessus du niveau du sol et se terminera par une pointe de diamant à quatre faces

b . Balise

Les balises de virage sont des balises de section circulaire (diamètre 20 cm) de hauteur 140 cm par

rapport au niveau de l’accotement. Les balises sont en béton C350. Elles sont implantées sur

l’accotement extérieur du virage, l’axe à un mètre du bord extérieur de la couche de roulement.

L’espacement entre deux balises consécutives est égal à 10 mètres, sauf dérogation accordée par le

Bureau de Contrôle. Les balises portent un dispositif rétro réfléchissant constitué par une bande de 100

mm de hauteur placée à 150 mm de la tête de la balise.

Le mode d’ancrage doit être tel qu’elles ne présentent qu’un faible danger en cas de choc. Il doit être

soumis à l’approbation du Bureau de Contrôle avant toute exécution, ainsi que l’implantation sur

l’accotement et l’écartement entre balises.

c . Garde-corps

Les profils tubulaires destinés à la fabrication des garde-corps seront en acier E 24-2 conforme à la

norme NF A 35-501.

La protection contre la corrosion sera assurée par galvanisation à chaud ou tout autre procédé soumis à

la l’approbation du Bureau de Contrôle revêtement par peinture riche en zinc, métallisation an zinc).

2.4.22 Hypothèses générales de calcul des ouvrages

En vue du calcul détaillé des ouvrages en phase d’exécution, les hypothèses générales qui seront

utilisées sont :

a. Références et règlements de calcul

Les références, normes et règlements français suivants seront utilisés :

• Fascicule 61 - Titre II - Conception, calcul et épreuves des ouvrages d'art - Programme de

charges et épreuves des pont-route [DIRECTION DES JOURNAUX OFFICELS,

Décembre 1980] ;

• Fascicule 62 - Titre I - Section I - Règles techniques de conception et de calcul des

ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites - BAEL 91

révisé 99 [DIRECTION DES JOURNAUX OFFICELS, Février 1999] ;

Page 60: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 60

• Fascicule 62 - Titre V - Règles techniques de conception et de calcul des fondations des

ouvrages de génie civil [DIRECTION DES JOURNAUX OFFICELS, Mars 1993] ;

• Circulaire du 17 octobre 1986 relative au dimensionnement de la hauteur des ouvrages

routiers sur le réseau national [DIRECTION DES JOURNAUX OFFICELS, Octobre

1986] ;

• Circulaire n° 79-25 du 13 mars 1979 relative à l'instruction technique sur les directives

communes de 1979 relatives au calcul des constructions [DIRECTION DES JOURNAUX

OFFICELS, Mars 1979] ;

b. Caractéristiques des matériaux

i. Béton

Les bétons à utiliser doivent présenter les caractéristiques (selon les règles BAEL 91 modifiées 99)

suivantes :

• B25 pour les parties d’ouvrage de moindre importance (gros béton, béton de propreté…)

Résistance à la compression : Fc28 = 25 MPa

Résistance à la traction : Ft28 = 0,6 + 0,06 Fc28 = 2,1 MPa

Module de déformation instantanée : Ei28 = 11 000 (Fc28)1/3 = 32 164 MPa

Module de déformation différée : Ev28 = Ei28/3 = 10 721 MPa

• B30 pour les fondations et les appuis

Résistance à la compression : Fc28 = 30 MPa

Résistance à la traction : Ft28 = 0,6 + 0,06 Fc28 = 2,4 MPa

Module de déformation instantanée : Ei28 = 11 000 (Fc28)1/3 = 34180 MPa

Module de déformation différée : Ev28 = Ei28/3 = 11 393 MPa

Masse volumique : 2,5 T/m3

Coefficient de poisson :

• Pour la section de béton non fissurée : ν = 0,2

• Pour la section de béton fissurée : ν = 0,0

• Coefficient de dilatation thermique : α = 10-5 /°C

• Combinaisons fondamentales : γb = 1,5

• Combinaisons accidentelles : γb = 1,15

ii. Acier pour béton armé

• Acier doux FeE235

Nuance : fe = 235 MPa ;

Module de Young: E = 200 000 MPa;

Masse volumique : γ = 7,85 T/m3 ;

Coefficient de fissuration : η = 1,0 ;

Coefficient de scellement : ψs = 1,0 ;

• Armatures à Haute Adhérence FeE400

Nuance : fe = 400 MPa;

Module de Young: E = 200 000 MPa ;

Masse volumique : γ = 7,85 T/m3;

Coefficient de fissuration : η = 1,6;

Page 61: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 61

Coefficient de scellement : ψs = 1,5;

Combinaisons fondamentales : γa = 1,15;

Combinaisons accidentelles : γa = 1,00.

iii. Fissuration du béton et enrobage des aciers

• Tablier : fissuration considérée comme préjudiciable, enrobage e = 3 cm ;

• Semelles et culées : fissuration considérée comme préjudiciable, et l’enrobage des aciers e = 5 cm

pour les éléments en contact avec la terre et 3 cm ailleurs ;

• Pieux : fissuration considérée comme préjudiciable, enrobage e = 7,5 cm.

iv. Sols de Fondation

Les caractéristiques des sols de fondation pour le site de dalot seront définies dans le cadre des projets

d’exécution soumis par les entreprises titulaires des contrats de travaux

Pour l’étude des ouvrages, nous retenons les valeurs suivantes :

• Masse volumique = 2 T/m3;

• Angle de frottement interne φ = 30° ;

• Coefficient de poussée des terres K = 0,33.

2.5 Mode d’exécution des travaux

2.5.1 Installation et repli du chantier

a. Amenée et repli des installations de chantier

Les travaux comprennent l’installation et l’aménagement de bureaux, ateliers, garages et laboratoire de

l’entreprise, ainsi que les installations diverses mises à la disposition du fonctionnaire dirigeant pour

les besoins de contrôle de chantier, conformément aux plans approuvés par le fonctionnaire dirigeant.

Ils comprennent notamment :

• La location du terrain, s’il n’est pas mis à disposition par l’Administration,

• L’aménagement des surfaces pour l’implantation des ouvrages, le stockage des matériaux, le

stationnement des engins et véhicules,

Les travaux comprennent également le démontage, l’évacuation de toutes les installations et la remise

en état du site.

Les installations, matériel et équipement mis à la disposition de la Mission de Contrôle resteront

propriété de l’Administration à la fin du chantier.

b. Amenée et repli du matériel de chantier

Les travaux comprennent l'amenée de tout le matériel prévu dans l'offre sur le lieu d'exécution des

travaux et le repli en fin de travaux.

2.5.2 Dégagement et préparation du terrain

a. Arrachage d'arbres

L’arrachage d’arbres, avec déracinement sur 1,00 m de profondeur, est effectué sur toute la largeur de

l’emprise. Toutefois, le fonctionnaire dirigeant se réserve le droit de prescrire l’abattage d’arbres situés

hors de l’emprise ou d’interdire l’abattage d’arbres situés dans l’emprise.

Il s’applique aux arbres dont la circonférence mesurée à 1,50 m au-dessus du sol dépasse 40 cm.

Les produits de déboisement et de dessouchage sont évacués en dehors de l’emprise de la piste et de

façon à ne pas entraver l’écoulement des eaux. Les trous créés par le dessouchage sont comblés avec

des terres propres et compactables provenant de déblais ou d’emprunts et préalablement soumises à

l’agrément du fonctionnaire dirigeant. Ces terres sont alors mises en place et compactées comme

prescrit ci-après pour les remblais.

Page 62: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 62

Les opérations de déboisement avec déracinement pour dégager les surfaces nécessaires aux emprunts

en dehors de l’emprise de la route ainsi que pour aménager les routes d’accès à ces emprunts ne sont

pas prises en compte.

b. Débroussaillage et décapage

Les travaux consistent à :

• Enlever, sur toute la largeur l'assiette de la route, les arbres dont la circonférence, mesurée

à 1,50 m du sol, est inférieure à ou égale à 40 cm, ainsi que le sous-bois, les arbustes, le

bois, les buissons, les plantations, les jachères et, en général toute végétation, y compris

l'enlèvement des souches et racines ;

• Enlever la terre végétale sur toute l'emprise des terrassements, hormis la largeur de la

chaussée existante. L'épaisseur est de 10 à 15 cm, voire 20 cm environ. Elle peut être

augmentée suivant les indications écrites du fonctionnaire dirigeant.

Les opérations de débroussaillement et de nettoyage pour dégager les surfaces nécessaires aux emprunts

de terres en dehors de l'emprise de la route ainsi que pour aménager les routes d'accès aux emprunts ne

sont pas prise en compte.

Les produits du débroussaillement et du nettoyage sont soit évacués en dehors de l'emprise de la piste

et de façon à ne pas entraver l'écoulement des eaux, doit brûler à un endroit agréé par le fonctionnaire

dirigeant, les débris non brûlés étant évacués comme décrit ci-avant.

Les travaux comprennent également :

• L’évacuation de la terre végétale en dehors de l'emprise de la route à une distance minimale

de 50 m et de façon à ne pas entraver l'écoulement des eaux ;

• L’enlèvement de toutes traces de souches, racines, herbes, plantes et autres matières

organiques ainsi que pierres et autres matériaux non convenables ;

• Le remblaiement pour un matériau d’emprunt ou de déblai et compactés comme prescrit ci-

après pour les remblais.

c . Scarification de la route existante

La scarification s’effectue sur les parties de la chaussée existante désignées par le fonctionnaire

dirigeant.

Le but de cette opération est de contribuer à une meilleure soudure avec les terres d’apport et d’assurer

un compactage uniforme en épaisseur sur toute la largeur de la plate-forme.

d . Préparation de l’assise des terrassements en remblai sur la route existante

Si les remblais à exécuter consistent en un rehaussement et/ou élargissement de remblais existants ou

bien en une reprise de talus érodé, les travaux de remblai doivent être exécutés de façon à limiter les

cisaillements entre le terrain en place et le matériau rapporté. Afin d’améliorer la tenue de l’ensemble,

tout élargissement ou reprise de talus doit être réalisé par gradins successifs (redans) ancrés dans le talus

existant, après recoupage de ce dernier. Ces redans doivent permettre le passage des engins de

compactage.

2.5.3 Terrassements

a. Préambule

Au plus tard quinze et un (15) jours avant le début des travaux de terrassement, l’entrepreneur soumet

à l’approbation du fonctionnaire dirigeant, sous forme d’un métré accompagné de son projet

d’exécution, les quantités de terrassement et de mouvement des terres pour la mise en place des

remblais. Les fossés longitudinaux sont pris en compte dans la cubature électronique.

Il est spécifié qu’aucun coefficient de foisonnement ou de contre-foisonnement n’est pris en

considération.

Page 63: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 63

Le calcul des mouvements de terres fera également état des distances de transport pour les déblais mis

en dépôt. À ce sujet, l’entrepreneur fera des propositions concrètes de sites pour la mise en dépôt des

déblais excédentaires ou impropres, en veillant à ce que les dépôts n’entraînent aucune perturbation

dans la stabilité des talus (érosion, modification de l’écoulement naturel des eaux de ruissellement,

surcharge...) ni ne gênent les riverains (accès aux champs, suppression de zones cultivables,). Ces gîtes

devront être agréés par le fonctionnaire dirigeant. Leurs espacements ne pourront pas excéder cinq (5)

kilomètres, y compris les distances mortes.

b. Remblais

Avant de procéder à l’exécution des remblais, l’entrepreneur étudie la mise en œuvre et le compactage

par planches expérimentales compte tenu du type de matériau et de matériel dont il dispose.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant les résultats obtenus sur les planches

expérimentales au plus tard vingt et un (21) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre.

Les terres de remblai proviennent de déblais ou d'emprunts et doivent être conformes aux prescriptions

définies au niveau des présentes spécifications.

i. Mise en œuvre

❑ Exécution normale

Avant l’exécution des remblais, le sol d'assise est compacté sur 20 cm d'épaisseur à 90 % de la densité

sèche du Proctor Modifié. La mise en œuvre des matériaux de remblai est effectuée par couches

successives ne dépassant pas 20 cm d'épaisseur et réparties sur toute la largeur de la plate-forme.

Une couche ne pourra être mise en œuvre et compactée avant que la couche précédente n’ait été

réceptionnée de point de vue : Topographie (épaisseur et respect du profil) et Laboratoire (Compacité).

Les talus sont exécutés avec une pente 3/2 conformément au profil en travers type. Le réglage du talus

s'effectue par la méthode du remblai excédentaire.

Le profil définitif en toit ou en dévers est obtenu dès la mise en œuvre des premières couches de remblai.

Cette prescription est particulièrement impérative en cas de travail à l'approche de la saison des pluies

et pendant cette saison, les bourrelets latéraux apparaissant lors de l'exécution sont arasés de façon à

permettre l'évacuation des eaux de ruissellement.

Quand les remblais existants présentent une hauteur supérieure à 0,40 m et quand l'élargissement à

réaliser d'un côté est inférieur à 2 mètres, le remblai existant est taillé de manière à obtenir un

élargissement au moins égal à deux mètres (ou égal à la largeur de travail des engins de terrassement et

de compactage). Les remblais d'élargissement sont ensuite montés comme des remblais en exécution

normale.

❑ Remblais techniques au niveau des ouvrages

Les parties latérales de chaque couche de remblai devront être compactées jusqu'au talus et au même

taux que la partie centrale du remblai. Pour arriver à ce résultat, l'entrepreneur sera tenu de suivre à

l'exécution sur profil provisoire élargi qui sera retouché et mis au profil définitif après compactage.

Les talus seront exécutés conformément aux dessins d'exécution. Ils seront soigneusement dressés.

Toutefois le fonctionnaire dirigeant pourra modifier la pente des talus. Il pourra prescrire tout essai pour

s'assurer que les conditions ci-dessus sont bien respectées.

ii. Contrôle de la mise en œuvre

• Qualitatif

• Sol d'assise des remblais

La compacité du sol d'assise des remblais est vérifiée par mesure de la densité sèche qui est supérieure

ou égale à 90 % de l'OPM. Il est procédé à une mesure de compacité tous les 250 m² dans la couche

supérieure de 30 cm.

Page 64: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 64

• Corps du remblai

La compacité du corps de remblais est vérifiée par mesure de la densité sèche qui est supérieure ou

égale à 95 % de l'OPM. Il est procédé à une mesure de compacité tous les 250 m2 et par couche de 30

cm.

• 30 cm supérieurs du remblai.

La compacité de la couche supérieure de trente (30) centimètres est vérifiée par mesure de la densité

sèche qui est supérieure ou égale à 95 % de l'OPM. Il est procédé à une mesure de compacité tous les

250 m² de la couche supérieure de 30 cm.

Les zones défectueuses décelées tant pour l'assise du remblai que pour le remblai lui-même sont

scarifiées et recomptées jusqu'à l'obtention de la compacité requise.

iii. Contrôle géométrique

• Épaisseur de couches de remblai mise en œuvre

La réalisation des remblais se fera conformément au projet d’exécution approuvé par le fonctionnaire

dirigeant. Ils seront mis en œuvre par couches successives réglées et compactées.

L’épaisseur d’une couche ne doit en aucun cas dépasser de + 3 cm l’épaisseur demandée.

De plus, aucun dépassement des cotes théoriques de plus de 3 cm ne sera accepté.

• Talus des remblais

Les talus des remblais doivent être réglés avec une précision de +/- 10 cm. Le fonctionnaire procède

aux vérifications aux endroits qui lui conviennent. Les zones défectueuses doivent être reprises par la

méthode du remblai excédentaire. Aucune sous-largeur ne sera admise.

c. Compactage et profilage de la plate-forme des terrassements

Le compactage et le profilage de la plate-forme sont conduits de façon à respecter les côtes du profil en

long.

i. Mise en œuvre

La cote de la plate-forme est égale à la cote du projet (“ligne rouge”), telle qu’elle est indiquée sur les

dessins des profils en long établis par l’entrepreneur et agréés par le fonctionnaire dirigeant, diminuée

de l’épaisseur de la couche de base et de l’épaisseur de la couche de fondation.

Pendant les opérations de compactage, la teneur en eau des terres est maintenue dans les limites de + 1

% de l’OPM.

• Compacité

• En zone de remblai

La plate-forme des terrassements est compactée jusqu’à l’obtention, à une profondeur de 20 cm, d’une

compacité atteignant au moins 95 % de I’OPM. Il est procédé à une mesure de compacité tous les 250

m2 dans la couche supérieure de 20 cm. Les zones défectueuses sont scarifiées et recompactées jusqu’à

obtention de la compacité requise.

En zone de déblai

La plate-forme des terrassements est compactée jusqu’à l’obtention, à une profondeur de 20 cm, d’une

compacité atteignant au moins 95 % de l’OPM. Il est procédé à une mesure de compacité tous les 250

m2 dans la couche supérieure, à 20 cm sous la surface. Les zones défectueuses sont scarifiées et

recompactées ou éventuellement évacuées et remplacées jusqu’à l’obtention de la compacité requise.

• Essai à la plaque

Il est procédé en outre sur la plate-forme à des mesures du module de déformation Me à la plaque suisse

de 700 cm2. La mise en charge s’effectue conformément à la procédure décrite dans la norme suisse SN

670318 (VSS).

Page 65: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 65

Pour assurer un appui uniforme de la plaque, une charge préalable de 30 kN/m2 est appliquée. Le

comparateur est alors remis à zéro. Le vérin est manœuvré avec précaution, sans à-coups, afin de

soumettre la plaque au palier de charge de 180 kN/m2.

Le deuxième chargement se fait également entre 30 et 180 kN/m2 après décharge à 30 kN/m2.

La lecture au comparateur se fait deux minutes après avoir atteint chaque palier.

En tout point, le module de déformation doit être 30 000 kN/m2 avec Me= 50 000/AS

L’ensemble des résultats est porté sur graphique et les points obtenus sont réunis par une ligne (courbe

de charge).

Il est procédé deux (02) essais à la plaque tous les 150 m sur la plate-forme. Les zones défectueuses

sont scarifiées et recompactées, ou éventuellement évacuées et remplacées, jusqu’à l’obtention du

résultat requis.

❑ Essai de déflexion D90

Il est procédé, en outre à la demande du fonctionnaire dirigeant, sur la plate-forme à des essais de

déflexion mesurée à la poutre BENKELMAN, sous un essieu chargé à 13 Tonnes. Les mesures sont

effectuées tous les 50 mètres, alternativement sur la bande de droite, sur l’axe et sur la bande de gauche.

La valeur prise en considération pour le calcul est la déflexion à 90% d’intervalle de confiance.

D90 = moyenne sur 500 mètres + 1,3 Écart Type.

La déflexion D90 doit être inférieure à 200/100 de mm

ii. Contrôle géométrique

Les cotes de la plate-forme terrassée, en déblai et en remblai, doivent respecter les cotes prescrites à ±

3 cm. Il est procédé à une mesure au niveau de précision tous les 100 m. Les zones défectueuses sont

scarifiées, nivelées (ou remblayées) et recompactées jusqu’à l’obtention de la cote requise.

2.5.4 Chaussée

i. Préambule

L'exécution de la chaussée comprend essentiellement la reprise des parties de chaussée et de revêtement

affectées par les travaux.

ii. Couche de fondation en grave latéritique

La couche de fondation est mise en place sur la partie de la plate-forme des terrassements affectée par

les travaux sur une épaisseur minimum de 15 cm. Elle est mise en place en respectant les profils en toit

ou en dévers.

Les matériaux proviennent soit des carrières indiquées dans le rapport géotechnique après confirmation

des résultats par l’entrepreneur, soit d’autres carrières proposées par l’entrepreneur et agréées par le

fonctionnaire dirigeant.

❑ Mise en œuvre et compactage

Avant de procéder à l’exécution de la couche de fondation, l’entrepreneur étudie la mise en œuvre et le

compactage par planches expérimentales compte tenu du type de matériaux et de matériel dont il

dispose.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant les résultats obtenus sur les planches

expérimentales au plus tard vingt et un (21) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre.

Les matériaux, gerbés en tas de 30 m3 ou plus, ne sont chargés sur camions qu’avec l’autorisation du

fonctionnaire dirigeant.

La couche de fondation n’est mise en œuvre qu’après agrément de la plate-forme des terrassements par

le Fonctionnaire dirigeant.

Les matériaux sont répandus mécaniquement en une couche d’épaisseur uniforme, permettant

d’atteindre l’épaisseur requise après compactage. Aucune tolérance en moins n’est admise ; les

Page 66: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 66

épaisseurs supérieures à celles prescrites sont à la charge de l’entrepreneur. Tout apport de couche

mince d’appoint pour arriver à l’épaisseur requise sur une surface déjà fermée est interdit.

Les matériaux sont humidifiés à la teneur en eau correspondante a + 1% de l’OPM, augmentée, le cas

échéant, pour tenir compte de l’évaporation.

• Contrôle qualitatif

La compacité de la couche de fondation mise en place est vérifiée par mesure de la densité sèche. En

tous points, cette densité est égale ou supérieure à 95 % de l’OPM. Il est procédé à une mesure de

densité sèche de part et d’autre de l’axe, tous les 100 m.

• Essai à la plaque

Il est procédé en outre à des mesures du module de déformation Me à la plaque de 700 cm2, selon la

procédure prescrite à l’article 4.3.5 a) ci-dessus. Le module de déformation doit en tous points être égal

ou supérieur à 100 000 KN/m2. Il est procédé à 5 essais à la plaque par kilomètre.

• Essai de déflexion D90

Il est procédé, en outre à la demande du fonctionnaire dirigeant, à des essais de déflexion mesurée à la

poutre BENKELMAN. Les mesures sont en général effectuées tous les 50 mètres, alternativement sur

la bande de droite, sur l’axe et sur la bande de gauche. La valeur prise en considération pour le calcul

est la déflexion à 90% d’intervalle de confiance.

D90 = moyenne sur 500 mètres + 1,3 Écart Type.

La déflexion D90 doit être inférieure à 90/100 de mm

• Contrôle géométrique

Les cotes de la surface finie de la couche de fondation doivent respecter les cotes prescrites, c’est-à-

dire la cote de la plate-forme plus 15 cm. Aucune tolérance en moins n’est admise. Les zones

défectueuses sont scarifiées, remblayées et recompactées jusqu’à l’obtention de la cote requise à charge

de l’entrepreneur. Il est procédé à une mesure au niveau de précision tous les 100 m.

iii. Couche de base

La couche de base est mise en place sur la totalité de la largeur de la couche de fondation. Son épaisseur

est de 15 cm. Elle est mise en place suivant le profil définitif, en toit ou en dévers. Les matériaux

proviennent soit des carrières indiquées dans le rapport géotechnique après confirmation des résultats

par l’entrepreneur, soit d’autres carrières proposées par l’entrepreneur et agréées par le fonctionnaire

dirigeant.

• Mise en œuvre et compactage

Avant de procéder à l’exécution de la couche de base, l’entrepreneur étudie la mise en œuvre et le

compactage par planches expérimentales compte tenu du type de matériau et de matériel dont il dispose.

L’entrepreneur soumet à l’approbation du fonctionnaire dirigeant les résultats obtenus sur les planches

expérimentales au plus tard vingt et un (21) jours avant la date prévue pour la mise en œuvre. Ce matériel

doit permettre d’assurer :

• Le mélange homogène des graves et du liant hydraulique (le cas échéant) ;

• Le contrôle de la teneur en eau du mélange (le cas échéant) ;

• Un compactage tel que la densité sèche du mélange compacté soit au moins égal à 97 %

de l’OPM.

La couche de base n’est mise en œuvre qu’après agrément de la couche de fondation par le fonctionnaire

dirigeant. Les matériaux sont répandus mécaniquement en une couche d’épaisseur uniforme, permettant

d’atteindre l’épaisseur requise après compactage. Aucune tolérance en moins n’est admise ; les

Page 67: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 67

épaisseurs supérieures à celles prescrites sont à la charge de l’entrepreneur. Tout apport de couche

mince d’appoint pour arriver à l’épaisseur requise sur une surface déjà fermée est interdit.

L’entrepreneur prend les précautions nécessaires pour empêcher toute circulation sur la couche de base

avant la pose de revêtement. Il aménagera les déviations nécessaires à ses frais. Dans le cas où il s’avère

impossible d’aménager une déviation, la couche de base sera imprégnée puis sablée au frais de

l’Entrepreneur afin de permettre la circulation.

• Contrôle qualitatif

La compacité de la couche de base mise en place est vérifiée par mesure de la densité sèche. En tous

points, cette densité est égale ou supérieure à 97 % de l’OPM. Il est procédé à une mesure de densité

sèche de part et d’autre de l’axe, tous les 100 m. En cas de malfaçon dans l’exécution de la couche de

base, le fonctionnaire dirigeant peut en ordonner la démolition en vue d’une nouvelle exécution.

• Essai à la plaque

Il est procédé en outre à des mesures du module de déformation Me à la plaque de 700 cm2, selon la

procédure prescrite à l’article 4.3.5 a) ci-dessus. Le module de déformation doit en tous points être égal

ou supérieur à 140 000 kNIm2. Il est procédé à 2 essais à la plaque tous les 200 m.

• Essai de déflexion D90

Il est procédé, en outre à la demande du fonctionnaire dirigeant, à des essais de déflexion mesurée à la

poutre BENKELMAN. Les mesures sont en général effectuées tous les 50 mètres, alternativement sur

la bande de droite, sur l’axe et sur la bande de gauche. La valeur prise en considération pour le calcul

est la déflexion à 90% d’intervalle de confiance.

D90 = moyenne sur 500 mètres + 1,3 Écart Type.

La déflexion D90 doit être inférieure à 70/100 de mm

• Contrôle géométrique

En tous points de la surface de la couche de base, la dénivellation, mesurée à la règle rigide de 3 m, est

inférieure à 10 mm dans tous les sens. Les cotes de la surface finie de la couche de base doivent respecter

les cotes prescrites, c’est-à-dire la cote de la fondation plus 15 cm. Aucune tolérance en moins n’est

admise.

Les zones défectueuses sont démolies et nouvellement exécutées, à la charge de l’entrepreneur. Il est

procédé à une mesure au niveau de précision tous les 100 m.

2.5.5 Ouvrages d'assainissement

i. Préambule

Les ouvrages d'assainissement comprennent :

• L’exécution de fossés longitudinaux et divergents, fossés triangulaires en terre ;

• La construction de filets d'eau et de descentes d'eau dans les sections en remblai de hauteur

supérieure à 1,5 m ;

• L’exécution de protection de talus en perrés maçonnés ;

• Le recalibrage du lit du cours d’eau.

ii. Fossés longitudinaux et divergents en terre

Les fossés sont exécutés aux dimensions prévues dans les profils types. Si la configuration l’exige, le

fonctionnaire dirigeant peut prescrire des formes et des profils différents. La pente longitudinale est,

autant que possible, identique à celle de l’axe de la chaussée. Si cela s’avère nécessaire, la pente est

augmentée pour éviter toute accumulation d’eau en un point du tracé. Elle doit toutefois rester inférieure

à celle conduisant à la vitesse critique d’érosion.

Page 68: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 68

Les matériaux excédentaires ou impropres sont mis en dépôt à l’aval des écoulements pour éviter leur

retour dans le fossé. Les matériaux utilisables sont réemployés dans les travaux de terrassement.

L’exécution des fossés en terre dans les zones de terrassement en déblais fait partie intégrante de ces

travaux et est rémunérée au prix unitaire des déblais. Les fossés doivent être créés lors de l’exécution

des déblais, de sorte que les matériaux puissent être utilisés, s’il y a lieu. Ainsi, ces fossés participent à

l’assainissement de la plateforme en déblai. Si l’entrepreneur choisit de différer l’exécution de ces

fossés, il doit en supporter toutes les conséquences éventuelles (la réutilisation de ces matériaux en

remblais n’ayant pu avoir lieu en temps utile, l’entrepreneur prend en charge la mise en dépôt de ces

matériaux et leur remplacement par des matériaux d’emprunt).

Les fossés de crête sont réalisés avant les fossés latéraux. La tolérance sur le fil d’eau des fossés en terre

est égale à + ou - 2 cm par rapport au profil théorique. Des fossés divergents sont créés pour réduire les

vitesses d’écoulement dans les fossés latéraux ou pour éviter des débordements sur la plate-forme. Leur

emplacement, déterminé par l’entrepreneur, est soumis à l’agrément du fonctionnaire dirigeant.

La distance entre 2 divergents est de l’ordre de 200 mètres, sauf en cas d’ouvrage intercalé. La longueur

des divergents est telle que la dispersion des eaux à leur extrémité ne présente aucun obstacle ou danger

pour la plate-forme.

Les divergents sont réglés en profil en long pour assurer une parfaite évacuation des eaux des fossés

latéraux et sont orientés de 30 à 45° par rapport à l’axe de la route, dans le sens de la pente du terrain.

2.5.6 Reprofilage et nettoyage des exutoires d'ouvrages

Ces travaux comprennent :

• Le reprofilage et la mise en dépôt des terres ou sables obstruant les exutoires, suivant les

indications du fonctionnaire dirigeant,

• L’enlèvement des débris végétaux obstruant les exutoires et leur mise en dépôt au lieu agréé

par le fonctionnaire dirigeant,

• Tous les autres travaux de nettoyage (arbustes…) pouvant améliorer les conditions

d'écoulement.

2.5.7 Dalots-cadres en béton armé

i. Définition des travaux

L’entrepreneur, lors de l’établissement de son projet d’exécution, tient compte du fait que la cote de la

ligne rouge doit se situer au moins à 0,50 m au-dessus de la partie supérieure du dalot.

Les dalots-cadres sont en béton armé Q400, tandis que leurs murs de tête sont en béton armé Q350. Le

béton de propreté est de type C200 et les para fouilles de type “béton cyclopéen” C250.

ii. Mise en œuvre

• Épuisements

Les prescriptions de l’Article 24 du Fascicule 1 du C.P.C. sont complétées comme suit :

• L’entrepreneur devra, sous sa responsabilité, exécuter, si besoin est, l’épuisement des fouilles

pour les fondations et assurer la protection de son chantier contre les eaux de toute nature et

de toute origine,

• Il sera responsable des conséquences des perturbations qu’il porterait dans le régime de

l’écoulement des eaux de surface et des eaux profondes,

• Il assumera également sous sa responsabilité l’évacuation des eaux de toute origine, depuis le

chantier jusqu’aux exutoires où elles pourront être reçues.

Page 69: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 69

Ces obligations comprennent la construction et l’entretien des ouvrages (rigoles, drains, puisards) de

captage et d’adduction des eaux, la fourniture et l’entretien du matériel de pompage (y compris le

matériel de rechange) la fourniture de l’énergie et du combustible, la main d’œuvre d’exploitation et de

surveillance, la remise en état des lieux, etc. de telle façon que tous les ouvrages soient exécutés à sec.

L’entrepreneur devra soumettre à l’agrément de l’Ingénieur les marques, types, caractéristiques, âge et

nombre des matériels qu’il se propose d’utiliser et les dispositions qu’il compte prendre pour assurer la

vidange des fouilles, l’étanchement de leurs parois et le complet épuisement des eaux souterraines, et

d’infiltration, ainsi que leur évacuation jusqu’aux exutoires où elles pourront être reçues.

• Comblements

Les matériaux pour remblaiement des fouilles seront :

• Soit des matériaux extraits des fouilles qui auront été reconnus acceptables par l’Ingénieur ;

• Soit à défaut, des matériaux tels que définis aux présentes spécifications.

• Fondations superficielles

Le fond de fouille sera soigneusement compacté, après purge éventuelle de tus les matériaux argileux.

Si la nature des terrains rencontrés ne permet pas d’asseoir la fondation à la cote définie sur les plans,

la fouille sera poursuivie jusqu’au terrain apte à recevoir les efforts transmis par les appuis. Le volume

de fouille compris entre la cote correspondant au-dessous du béton de propreté, qui est porté sur les

plans, sera rempli de béton ou d’une substitution grave ciment à soumettre à l’approbation de

l’Ingénieur. Les déblais de purge ainsi que les matériaux de substitution seront payés sur la base

d’attachements contradictoires. Dans tous les cas, le fond de fouille sera réceptionné par l’Ingénieur.

Un béton de propreté d’une épaisseur minimum de dix (10) centimètres sera réalisé sur toute la surface

d’assise des semelles augmentées d’une surlargeur périphérique de 0,10 m. L’entrepreneur maintiendra

dans la fouille une rigole périphérique reliée à un point bas de sorte que l’évacuation des eaux de pluie

ou d’infiltration puisse être assurée par une pompe immergée.

L’entrepreneur ne sera pas autorisé à bétonner à pleine fouille les semelles des appuis. La continuité

des armatures sera assurée par recouvrement et non par soudage.

L’exécution des dalots-cadres à lieu avant ou après celle des terrassements. Les travaux comprennent

notamment :

• L’exécution des tranchées aux endroits indiqués ;

• La mise hors eau pour l’exécution des travaux ;

• Le décapage, l’évacuation et le remplacement des terres de mauvaise tenue sous le radier de

l’ouvrage ;

• L’évacuation en dehors de l’emprise de la route des matériaux en excès ou impropres ;

• Le compactage du fond de tranchée à 95 % de l’OPM ;

• L’exécution d’une couche de 0,10 m d’épaisseur de béton de propreté C200 ;

• L’exécution de cadres comprenant radier, piédroits et dalle supérieure à 0,25 m d’épaisseur

en béton armé Q400 ;

• L’exécution des ouvrages de tête, murs en ailes à 35 grades de 0,25 m d’épaisseur, en béton

armé Q350 ;

• L’exécution d’avant-radier et d’arrière-radier avec bêches en béton cyclopéen C250 ;

• Le remblayage des tranchées en graves latéritiques conformes aux prescriptions du § a) de

l’article 4.3.4 et préalablement agréées par le fonctionnaire dirigeant. Les terres de

remblayage étant compactées par couches de 0,20 m à 95 % de l’OPM ;

• Sur indications du fonctionnaire dirigeant, la dérivation des eaux et l’aménagement

sommaire du lit des rivières sur une distance maximum de 20 m en amont et en aval ;

Page 70: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 70

• La pose d’une couche de produit bitumineux préalablement agréé par le fonctionnaire

dirigeant sur les surfaces des dalots-cadres en contact avec les terres ;

• Sur indications du fonctionnaire dirigeant, l’aménagement et l’entretien des dérivations pour

assurer la continuité du trafic pendant les travaux de construction des ouvrages.

iii. Contrôle de compacité du remblai

Il est procédé à une mesure de compacité du remblai par ouvrage. La compacité du remblai doit être en

tous points supérieurs à 95 % de l’OPM.

2.5.8 Badigeons pour parements enterrés

Les parements enterrés seront badigeonnés de trois (3) couches croisées : soit d’un goudron désacidifié,

soit d’un bitume à chaud, soit d’une émulsion non acide de bitume.

2.5.9 Signalisation

i. Panneaux et supports

Les panneaux sont en tôle d’aluminium de 1,5 mm d’épaisseur. Les inscriptions et dessins sont émaillés.

Les poteaux de fixation sont usinés hors tubes lisses en acier doux et une extrémité est encapuchonnée.

Leurs diamètres sont au moins égaux à 76 mm. Ils sont traités contre la corrosion par un revêtement

zingué et deux couches de peinture. La deuxième couche est de teinte vert olive.

Avant toute pose, l’entrepreneur fournit pour approbation au fonctionnaire dirigeant un échantillon des

différents types de panneaux de police (circulaire, triangulaire et octogonal), de direction et de

localisation, ainsi que des échantillons des poteaux de fixation.

ii. Dimensions des panneaux

Les dimensions des panneaux sont de type “normal”, soit :

• panneaux triangulaires: 100 cm de côté

• panneaux circulaires: 85 cm de diamètre

• panneaux octogonaux: 80 cm de largeur

• Carré: Côté 75 cm pour panneaux de prescription,

• panneaux directionnels: 30 cm de hauteur

• panneaux de localisation: 30 cm de hauteur.

Les longueurs des poteaux sont telles que le bord inférieur des panneaux soit à 1,80 m au-dessus du sol.

iii. Mise en œuvre

Les travaux comprennent :

• L’implantation du panneau conformément aux plans d’exécution de l’entrepreneur et/ou aux

directives du fonctionnaire dirigeant ;

• La mise en œuvre d’une fondation en béton ;

• La pose du ou des poteaux. Les panneaux de localisation, quand leur longueur dépasse 1,10

m et les panneaux directionnels sont fixés sur deux poteaux ;

• Le soudage des panneaux et signaux sur des supports en tube obstrués à leurs extrémités et

galvanisés.

Page 71: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 71

2.6 Aspects environnementaux

2.6.1 Installation de Chantier

a) Implantation

Le plan d'installation de chantier devra tenir compte des aménagements et est déterminé par le volume

et la nature des travaux à réaliser, le nombre d'ouvriers et de manœuvres et les normes et mesures de

protection suivantes :

Le site choisi doit être situé à une distance d'au moins :

• 30 m de la route ;

• 100 m d'un lac ou cours d'eau ;

• 50 m des habitations.

Le site devra être choisi afin de limiter le débroussaillement, l'arrachage d'arbustes, l'abattage des arbres.

Les arbres de qualité seront préservés et protégés.

Le site doit être choisi en dehors des zones sensibles.

b) Règlement intérieur

Un règlement interne de l'installation du chantier doit mentionner spécifiquement :

• Les règles de sécurité (vitesse des véhicules limitée à 80 km/h en rase campagne et 40

km/h en agglomération),

• L’interdiction de la consommation d'alcool pendant les heures de travail,

• L’interdiction de la chasse et de pêche, la consommation de viande de chasse, l'utilisation

abusive de bois de chauffe ;

• L’interdiction du transport de la viande de brousse par les engins de chantiers,

• Le respect des us et coutumes des populations et des relations humaines d'une manière

générale, - les risques de contamination des IST et du VIH SIDA.

Des séances d'information et de sensibilisation sont à tenir régulièrement et le règlement est à afficher

visiblement dans les diverses installations. Par ailleurs, le chantier doit être régulièrement et

suffisamment approvisionné en viande d'animaux d'élevage et de poisson.

c) Équipement

Les aires de bureaux et de logement doivent être pourvues d'installations sanitaires (latrines, fosses

septiques, puits perdus, lavabos et douches) en fonction du nombre des ouvriers. Des réservoirs d'eau

devront être installés en quantité et qualité suffisantes et adéquates aux besoins.

d) Gestion des déchets

Des réceptacles pour recevoir les déchets sont à installer à proximité des diverses installations. Ces

réceptacles sont à vider périodiquement et les déchets à déposer dans un dépotoir (fosse maçonnée ou

bétonnée). Cette fosse doit être située à au moins 50 m des installations et, en cas de présence de cours

d'eau ou de plan d'eau, à au moins 100 m de ces derniers. La fosse doit être recouverte et protégée

adéquatement par un drainage.

Les déchets toxiques sont à récupérer séparément et à traiter à part. À la fin des travaux, la fosse est à

combler avec de la terre jusqu'au niveau du terrain naturel.

Les aires d'entretien et de lavage des engins devront être bétonnées et pourvues d'un puisard de

récupération des huiles et des graisses. Cette aire d'entretien devrait avoir une pente vers le puisard et

vers l'intérieur de la plate-forme afin d'éviter l'écoulement des produits polluants vers les sols non

protégés.

Le Titulaire doit signer un contrat avec ses fournisseurs de carburant et lubrifiants pour la récupération

des huiles usées.

Page 72: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 72

Les voies d'accès et de circulation devront être compactées et arrosées périodiquement pour réduire

l'envol de poussières.

e) Repli de chantier

Le site devra prévoir un drainage adéquat des eaux sur l'ensemble de sa superficie. À la fin des

travaux, le Titulaire réalisera tous les travaux nécessaires à la remise en état des lieux. Le Titulaire

devra replier tout son matériel, engins et matériaux. Il ne pourra abandonner aucun équipement ni

matériaux sur le site, ni dans les environs.

S'il est dans l'intérêt du Maître d'Ouvrage ou d'une collectivité de récupérer les installations fixes, pour

une utilisation future, l'Administration pourra demander au Titulaire de lui céder sans dédommagements

les installations sujettes à démolition lors du repli.

Après le repli du matériel, un procès-verbal constatant la remise en état du site devra être dressé et joint

au PV de réception des travaux.

f) Réunions de démarrage

Les autorités et les populations devront être informées sur la consistance des travaux qui seront réalisés

et ce sera le lieu de recueillir les éventuelles observations de leur part. Les informations sur les travaux

devront préciser leurs itinéraires et les emplacements susceptibles d'être affectés par les travaux et leur

durée. Le Titulaire pourra, avec l'aide d'ONG locales, sensibiliser encore la population sur les aspects

environnementaux et sociaux du chantier et sur les relations humaines entre les ouvriers du Titulaire et

la population. Des précisions seront données aux populations sur les modalités de dédommagement et

aucun travail ne pourra démarrer avant le paiement des indemnités d'expropriation.

À l'issue de cette réunion, le Titulaire arrêtera la date d'une visite contradictoire avec les agents locaux

des Eaux et Forêts, pour l'identification des espèces végétales protégées se trouvant dans l'emprise des

travaux et la détermination des solutions y relatives.

g) Personnel de chantier

L’entrepreneur est tenu de se conformer aux prescriptions techniques du CSC. Pour améliorer l’impact

du projet en termes de création d’emploi local, Le Titulaire est invité à engager (en dehors de son

personnel cadre technique) le plus de main-d'œuvre possible dans la zone où les travaux sont réalisés.

Le Titulaire doit munir ses ouvriers des équipements de sécurité nécessaire et adéquats, notamment

pour les postes de travail de :

• Carrières, stations de concassage ou d'enrobage : masques à poussière,

casques antibruit, chaussures de sécurité,

• Terrassement, chambres d'emprunts : masques à poussière, bottes,

• Ferraillage et soudure : gants, lunettes, bottes, - maçonnerie et coffrage

; gants et bottes.

h) Note d’information interne du titulaire

Le Titulaire devra émettre une note d'information interne pour sensibiliser les ouvriers aux sujets

suivants :

• Interdiction pour les ouvriers de pratiquer la chasse dans la région des travaux et pour la

durée des travaux. Le non-respect de cette règle devra être une cause de licenciement

immédiat,

• Sensibilisation des ouvriers à l'importance de la protection de l'environnement et à la

consommation abusive de la viande de chasse,

• Sensibilisation des ouvriers au respect des us et coutumes des populations de la région où

sont effectués les travaux,

• Sensibilisation des ouvriers par rapport aux risques des IST et du SIDA,

• Distribution de préservatifs au personnel du Titulaire.

Page 73: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 73

2.6.2 Ouverture et utilisation d’une carrière

L'ouverture et l'utilisation des carrières et zones d’emprunt sont réglementées par les lois en vigueur au

niveau de chaque pays. En général, les carrières exploitées sont soumises à une autorisation.

Le Titulaire devra demander les autorisations prévues par les textes et règlements en vigueur et prendra

à sa charge tous les frais y afférents, y compris les taxes d'exploitation et les frais de dédommagements

éventuels aux propriétaires.

Au moins vingt et un (21) jours avant le début d'exploitation de la carrière, le Titulaire devra soumettre

au Bureau de Contrôle un programme d'exploitation de la carrière en fonction du volume à extraire pour

les travaux et les réserves. Il tiendra compte de la profondeur exploitable et devra déterminer la surface

nécessaire à découvrir en tenant compte des aires nécessaires pour le dépôt des matières végétales, des

matériaux de découverte non utilisables pour les travaux à exécuter, ainsi que des voies d'accès et des

voies de circulation.

Les aires de dépôts devront être choisies de manière à ne pas gêner l'écoulement normal des eaux et

devront être protégées contre l'érosion. Le Titulaire devra obtenir pour les aires de dépôt l'agrément du

contrôleur.

La surface à découvrir doit être limitée au strict minimum et les arbres de qualité devront être préservés

et protégés.

Le Titulaire devra procéder à l'arrosage régulier des rampes pour réduite l'envol des poussières.

Pour l'ouverture d'une carrière permanente, le Titulaire exécutera pendant les travaux, la délimitation

de la carrière par des plantations prescrites, afin de créer un écran visuel.

Utilisation d'une zone d’emprunt temporaire

Le Titulaire exécutera à la fin des travaux, les aménagements nécessaires à la remise en état du site.

Ces aménagements comprennent :

• Le réglage des matériaux de découverte et ensuite le régalage des terres végétales afin de

faciliter la percolation de l'eau, un enherbement et des plantations si prescrits,

• Le rétablissement des écoulements naturels antérieurs,

• La suppression de l'aspect délabré du site en répartissant et dissimulant les gros blocs

rocheux,

• L’aménagement de fossés de garde afin d'éviter l'érosion des terres régalées,

• L’aménagement de fossés de récupération des eaux de ruissellement et la conservation de

la rampe d'accès, si la carrière est déclarée utilisable pour le bétail ou les riverains, ou si la

carrière peut servir d'ouvrage de protection contre l'érosion,

• La remise en état de l'environnement autour du site, y compris des plantations prescrites.

Après la remise en état conformément aux prescriptions un procès-verbal sera dressé.

Utilisation d'une zone d’emprunt permanente

Le Titulaire veillera pendant l'exécution des travaux :

• À la préservation des arbres lors du gerbage des matériaux,

• Aux travaux de drainage nécessaires pour protéger les matériaux mis en dépôt,

• À la conservation des plantations délimitant la carrière.

À la fin des travaux, le Titulaire mettra en stock un volume de matériaux déterminé par l'Administration

pour les interventions futures, à l'endroit désigné par le contrôleur.

Le Titulaire devra dans ce cas précis exécuter les travaux suivants :

• Le régalage dans un endroit découvert à proximité de la carrière des matériaux de

découverte et ensuite le régalage des terres végétales afin de faciliter la percolation de l'eau

et d'éviter l'érosion. Cet espace aménagé en dépôt sera laissé à la disposition pour

récupération future de ces terres lors de la remise en état du site lorsque les quantités de

matériaux utilisables seront épuisées,

Page 74: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 74

• L’aménagement de fossés de garde afin d'éviter l'érosion des terres régalées,

• La mise en état de l'environnement autour du site, y compris des plantations prescrites,

• Si l'emprunt est retenu pour une utilisation ultérieure, le gerbage d'un volume de matériau

déterminé par le bureau technique génie rural de Kindia est stocké à un endroit désigné par

la Mission de Contrôle ; le reste de l'emprunt doit être remis en état.

À la fin de chaque intervention, un procès-verbal de l'état des lieux sera dressé.

Règles à suivre

Avant le début d'exploitation de toute carrière, le Titulaire doit toujours avoir en esprit qu’elle devra

être remise en état à la fin de l'exploitation. Pour cela il doit :

• Stocker la découverte (terre végétale) de telle façon qu'elle ne gêne pas l'extension

ultérieure et puisse être utilisée pour réhabiliter le site ;

• Préserver les arbres lors du gerbage des matériaux ;

• Veiller aux travaux de drainage nécessaire pour protéger les matériaux mis en dépôt ;

• Veiller à la conservation des plantations (arbres) délimitant la carrière ;

• Respecter les critères environnementaux et sociaux d'ouverture de nouveaux sites

d'emprunt, à savoir ;

• Distance minimum de la route : 50 m,

• Distance minimum d'un cours d'eau ou d'un plan d'eau : 100 m, - distance minimum

des habitations : 100 m.

La préférence est donnée à des zones non cultivées, non boisées et de faible pente. À la fin de

l'exploitation, les travaux d'aménagement nécessaires à la remise en état comprennent :

• Le rétablissement des écoulements naturels antérieurs par réglage des matériaux de

découverte non utilisés ;

• La suppression de l'aspect délabré du site en répartissant et dissimulant les gros blocs

rocheux ;

• La sécurisation du trou de déroctage par la pose de panneaux de danger, la mise en place

des gros blocs rocheux autour du trou, la création d’un accès principal au trou ;

• Le régalage des terres végétales pour faciliter la percolation de l'eau, un enherbement et

des plantations de ligneux.

2.6.3 Débroussaillage et Elagage

Le débroussaillage et l'élagage concernent les abords immédiats de la route, afin d'améliorer

l'ensoleillement des routes en terre et de dégager la visibilité. Ils touchent l'emprise de la route, les

accotements, les fossés, les talus de remblais, les entrées et sorties d'ouvrages.

• Élagage

Toutes les branches surplombant la plate-forme seront coupées suivant une verticale passant par la

limite de débroussaillement. Seront abattus, tous les arbres menaçant de tomber sur la route et de gêner

la circulation après une tornade.

• Débroussaillage

Le débroussaillage des accotements et des talus consiste à couper au ras du sol, sans déraciner, la

végétation. Les arbustes ayant pu pousser sur les accotements et dans les fossés seront déracinés.

Toute végétation à l'entrée et à la sortie des ouvrages (ponts, dalots, buses, etc.) sera coupée. Les arbres

et arbustes seront déracinés de manière à faciliter l'écoulement de l'eau et à permettre les inspections

régulières de l'ouvrage, sauf s'ils servent à stabiliser un talus de remblais et ne menacent pas les

fondations de l'ouvrage.

Page 75: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 75

2.6.4 Incinération des déchets

Il est demandé au Titulaire d'identifier dès le démarrage des chantiers, des repreneurs desdits déchets

parmi les riverains (fourrage pour le bétail, pour la construction, bois de chauffe, etc.).

Il est strictement interdit de brûler sur place les déchets végétaux coupés pour éviter les risques de

propagation des feux de brousse. Dans tous les cas, les incinérations s'effectuent après accord de la

Mission de Contrôle auxquels cas, le Titulaire doit faire de petits tas à intervalles d'environ 5 m dans

les fossés, en veillant à ce que les résidus ne forment pas un obstacle à l'écoulement des eaux dans les

fossés.

En cas d’incinération aux abords des villages, des forêts et des zones de cultures, le Titulaire doit

prendre des précautions supplémentaires en augmentant par exemple la largeur des ceintures de sécurité

autour des déchets à brûler.

2.6.5 Matériaux d’apport

Chargement et transport des matériaux d'apport

Lors de l'exécution des travaux, le Titulaire doit :

• Prendre les mesures nécessaires pour limiter la vitesse des véhicules sur le chantier par

l'installation de panneaux de signalisation et porteurs de drapeaux ;

• Arroser régulièrement les voies de circulation dans les zones habitées ;

• Prévoir des déviations par des pistes et routes existantes dans la mesure du possible.

Dépôts de matériaux d'apport sur la route

Le Titulaire doit :

• Organiser la répartition des tas d'un seul côté de la route sur des distances restreintes ;

• Procéder au régalage au fur et à mesure ;

• Mettre en place une signalisation mobile adéquate ;

• Régler la circulation de transit par des porteurs de drapeau ;

• Charger les camions de manière à éviter les pertes de matériaux au cours du transport

• Veiller à ce que les camions et engins de chantier gardent une vitesse maximale de 40 km/h

particulièrement à la traversée des agglomérations ;

• Prévoir une installation suivant l'importance des travaux ;

• Éviter l'accumulation de bourrelets latéraux sur les bas-côtés et les fossés ;

• Rétablir le système de drainage et l'accès aux habitations riveraines ;

• Effectuer les passes à la niveleuse en évitant la création de cordons ;

• Enlever les surplus de terre dans les fossés, les déposer et les régaler hors de l'emprise aux

endroits n'entravant pas l'écoulement normal des eaux ;

• Déterminer les emplacements des dépôts des matériaux en tenant compte d'un minimum de

débroussaillage ;

• Prendre les dispositions de drainage pour éviter l'emportement des agrégats par les eaux ;

• Prendre les dispositions de sécurité des installations de bitumage (chauffe bitume, stockage du

bitume) ;

• Disposer sur le chantier de produits absorbants en cas de déversements des produits toxiques ;

• Mettre en place une signalisation adéquate ;

• Éviter d'exécuter ces travaux dans les villages le jour du marché.

2.6.6 Lutte contre l’ensablement

Le Titulaire doit intervenir préventivement avant la saison des pluies et dégager tous les produits

végétaux et solides obstruant les ouvrages.

Page 76: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 76

Les déchets doivent être déposés à l'extérieur de l'emprise à des endroits adéquats ne nécessitant pas de

débroussaillage et n'entravant pas l'écoulement des eaux. Les dépôts sont à régaler sur une épaisseur

réduite afin d'éviter la formation des dunes.

2.6.7 Lutte contre l'érosion

Le Titulaire doit exécuter les travaux prescrits pour lutter contre l'érosion suivant les indications du

contrôleur (inspection systématique des piles et culées).

Les déblais des travaux de terrassements sont à régaler dans des zones n'entravant pas l'écoulement

normal des eaux en aval des ouvrages.

L'entreposage des matériaux et de l'équipement nécessaire aux travaux doit se faire dans les zones ne

nécessitant pas de débroussaillage.

Des gabions ou enrochements seront posés dans les zones à fort courant. Les berges et les grands talus

de remblai seront renforcés par des enrochements, des gabions, des perrés maçonnés ou des protections

végétales.

Les para fouilles seront renforcés en aval et en amont par des enrochements ou des gabions.

Les travaux doivent être exécutés avant la saison des pluies.

Lorsque des travaux sont exécutés dans l'eau courante, le Titulaire doit prendre les mesures nécessaires

pour ne pas perturber le milieu aquatique.

Le Titulaire doit enlever tous gravats et déchets hors de l'emprise et les déposer dans un endroit accepté

par le contrôleur.

Le Titulaire doit signaler adéquatement les travaux à proximité du bord de la chaussée. Les dépôts de

matériaux ne doivent pas entraver l'écoulement normal des eaux.

Les matériaux nécessaires pour la réfection des fossés sont à stocker en dehors de la chaussée.

2.6.8 Entretien des bordures, caniveaux et descentes d'eau

Le Titulaire doit signaler les travaux adéquatement. Il doit en outre :

• Exécuter le raccordement entre les bordures et la descente d'eau ;

• Réparer les descentes d'eau, caniveaux, réceptacles ;

• Poser des enrochements ou gabions au pied de talus et raccordement des descentes d'eau.

Les matériaux et l'équipement utilisés pour les travaux doivent être stockés en dehors de la chaussée.

Le Titulaire doit évacuer à la fin des travaux tous gravats et déchets en dehors de l'emprise à un endroit

autorisé par le contrôleur.

2.6.9 Stabilisation des talus

Les travaux pourraient concerner : l’exécution des descentes d'eaux, des perrés maçonnés, des murs de

soutènement ou des plantations. Le Titulaire doit signaler adéquatement les travaux.

Les matériaux et l'équipement utilisés pour les travaux doivent être stockés en dehors de la chaussée.

Le Titulaire doit évacuer à la fin des travaux tous gravats et déchets en dehors de l'emprise à un endroit

autorisé par le contrôleur.

2.6.10 Plantation d'arbres

Ce poste concerne la fourniture et la plantation manuelle d'arbres d'espèces adaptées au milieu naturel

pour constituer des écrans verts en bordure de la route et dans les zones d’emprunt latéritique de même

qu’aux abords des carrières.

Il comprend notamment :

• La fourniture des plants, de hauteur minimale un mètre ;

• La plantation, protection, arrosage et entretien jusqu'à la réception définitive

• Le remplacement en cas d'échec (regarnissage).

Page 77: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 77

TRAVAUX DE REHABILITATION ET D’ENTRETEN DE LA PISTE RURALE DE

SOUMBALAKO PAR LA METHODE HIMO ET CHANTIERS ECOLES

2.6.11 Description des travaux

Les travaux de réhabilitation des routes de desserte agricole comprennent :

L’installation et le repli de chantier ;

- Le débroussaillement et le décapage de la terre végétale ;

- Les terrassements ;

- Le drainage ;

- Les ouvrages d’art ;

- Les travaux connexes.

2.6.12 Chronologie et béton en personnel des opérations HIMO pour les travaux des pistes

rurales.

Le terme HIMO est une abréviation de « haute intensité de main d'œuvre ». Selon le BIT, il désigne les

méthodes qui combinent des équipements légers avec de la main d'œuvre dans un mélange optimal afin

d'assurer la qualité et minimiser les coûts lors de la création ou de la réhabilitation des infrastructures.

Ainsi, tous les travaux de construction et de réhabilitation de la piste de Soumbalako doivent être

exécutés dans le cadre de ce marché par le recours à la méthode HIMO.

Les travaux sont généralement subdivisés en opération et les opérations en activités puis celles-ci en

tâches. Les opérations tout comme les activités ou encore les tâches ne peuvent se réaliser que suivant

un ordre bien déterminé.

2.6.13 Installation et repli de chantier

Avant le démarrage des travaux et en même temps que l’élaboration du projet d’exécution,

l’entrepreneur procèdera à la réalisation de son installation de chantier telle que décrite au niveau des

spécifications techniques. A la fin des travaux, l’entrepreneur procèdera au repli du chantier et à la

remise en état des lieux.

Les besoins en personnel pour ces travaux sont estimés à 16 personnes dont 1 ouvrier qualifié, 3

ouvriers spécialisés et 12 manœuvres pour une durée de 22 jours (15 jours pour l’installation de

chantier et 7 jours pour le repli).

2.6.14 Débroussaillement et décapage de la terre végétale

L’entrepreneur doit procéder au préalable à la matérialisation du tracé de la piste qui consiste en la

réalisation du chaînage et du piquetage de la totalité du linéaire. Ensuite, il exécutera les travaux de de

débroussaillement qui consistent à abattage éventuel d’arbres et leur dessouchage ainsi qu’à couper et à

enlever les herbes et arbustes manuellement à l’aide de coupe-coupe, de houes, de râteau et de hache au

ras du sol sur la largeur à nettoyer. Les arbres, les arbustes et l’herbe doivent être évacués et entassés en

dehors de la route.

Il procédera enfin au décapage qui consiste à l’enlèvement de la terre végétale y compris la mise en

dépôt de terres décapées à l’écart de la zone de débroussaillage et le transport à la brouette, à la casserole,

au panier. Il s’exécute à l’aide de pioches et de pelles. Il comprend aussi l’enlèvement des roches se

trouvant éventuellement dans l’assiette de la route.

Le besoin en personnel pour ces travaux y compris la matérialisation du tracé est estimée à 48 dont 1

ouvrier qualifié, 1 ouvrier spécialisé et 46 manœuvres pour une durée de 15 jours.

Page 78: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 78

2.7 Travaux de terrassement

Le terrassement est l’opération qui consiste en la remise à niveau de l’assiette de la route. Il implique

le « mouvement des terres » des zones élevées vers les zones basses (égalisation du terrain). Cette

opération se fait sur la largeur de l’assiette de la route et comprend les activités suivantes :

• Préparation de fond de forme :

Ces travaux consistent en la mise en place, le répandage et le compactage des matériaux de substitution

des purges.

Le besoin en personnel pour ces travaux est estimé à 75 dont 2 ouvriers qualifiés, 2 ouvriers spécialisés

et 71 manœuvres pour une durée de 15 jours.

• Reprofilage des pistes :

Le reprofilage ou l’excavation à niveau des pistes consiste à égaliser le niveau de la route par le

déblayage des zones élevées et par remblayage des zones basses.

Le besoin en personnel pour ces travaux de reprofilage est estimé à 14 manœuvres pour une durée de 5

jours.

• Remblai d’emprunt :

L’exécution des remblais avec des matériaux propres d’emprunt comprend la recherche et

l’identification éventuelles, le débroussaillement, le déboisement et le décapage des emprunts, le ripage,

le chargement, le transport dans des bouettes ou casseroles, l’ouverture et l’entretient des pistes d’accès,

le déchargement, le régalage, l’arrosage ou le séchage, le dressage de la piste et des talus conformément

aux profils en travers type du projet d’exécution validé ainsi que le compactage conformément aux

spécifications techniques correspondantes.

Elle comprend également la fourniture, le transport et l’épandage de l’eau de compactage dans des

arrosoirs ainsi que le nettoyage éventuel des talus des remblais existants à élargir.

Le besoin en personnel pour l’ensemble de ces travaux de terrassement est estimé à 46 dont 2 ouvriers

qualifiés, 2 ouvriers spécialisés et 44 manœuvres pour une durée de 21 jours.

• Couche de roulement

La mise en place de la couche de roulement ou le gravillonnage de la chaussée s’effectue sur toute sa

longueur et sa largeur et comprend les activités suivantes : l’exploitation de la carrière, le chargement,

le transport, le déchargement, l’épandage et le compactage des matériaux ainsi que le calibrage des

dispositifs de drainage de surface.

Le besoin en personnel pour l’ensemble de ces travaux de terrassement est estimé à 68 dont 1 ouvrier

qualifié, 1 ouvriers spécialisés et 66 manœuvres pour une durée de 14 jours.

2.8 Drainage

Le drainage est l’opération qui consiste à mettre en place le système d’évacuation des eaux de la route

vers la nature. Il est mis en place sur un terrain déjà à niveau donc suit l’opération de terrassement. Le

système de drainage comprend donc :

- Les fossés latéraux

Cette tâche se fait manuellement avec des pioches, pelles et houes. Ceux-ci collectent l’eau provenant

de la plateforme (chaussées et accotements). Le linéaire total de ces fossés latéraux est de 0 ml.

- Les fossés triangulaires divergents

Les fossés divergents permettent l’évacuation des eaux vers les zones exécutoires et contribuent à éviter

l’érosion et /ou l’ensablement des fossés longitudinaux. Les fossés divergents ont une section

Page 79: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 79

trapézoïdale et une longueur d’environ 10m. La distance entre exécutoires selon les pentes des talus

varie entre 50 et 100 m. Leur exécution se fait manuellement.

Le besoin en personnel pour l’ensemble de ces travaux de terrassement est estimé à 42 dont 2 ouvriers

qualifiés, 3 ouvriers spécialisés et 37 manœuvres pour une durée de 7 jours.

- Construction des ouvrages d’art

Elle comprend la construction de dalots et de radiers submersibles en respectant les normes de l’art et

les plans d’exécution validés. Le béton sera toujours dosé à 350 kg.

Le besoin en personnel pour l’ensemble de ces travaux de construction des ouvrages d’art varie de 6 à

11 personnes par ouvrage et peuvent être réparties en 2 ou 3 équipes selon le programme des travaux

présenté par l’entrepreneur (voir détail estimatif quantitatif).

- Travaux connexes

Les travaux de démolition des ouvrages existants et de déviation à l’endroit des ouvrages en construction

ou en réhabilitation seront entamés dès le démarrage du projet.

Le besoin en personnel pour les travaux de démolition des dalots est estimé à 40 dont 1 ouvrier qualifié,

1 ouvrier spécialisé et 38 manœuvres pour une durée de 7 jours. Quant aux déviations, le besoin en

personnel est estimé à 24 dont 2 ouvriers qualifiés, 3 ouvriers spécialisés et 19 manœuvres pour une

durée de 7 jours.

Pour la signalisation, 16 unités sont prévues. Le besoin en personnel pour ces travaux varie de 2 à 5

personnes par type de signalisation répartis en 3 équipes selon le programme des travaux présenté par

l’entrepreneur (voir détail estimatif quantitatif).

Enfin, pour les travaux de reboisement des carrières, la superficie totale est de 1 ha. Le besoin en

personnel pour ces travaux de reboisement est estimé à 44 dont 2 ouvriers qualifiés, 2 ouvriers

spécialisés et 40 manœuvres pour une durée de 7 jours.

2.9 Nombre des jeunes permanents

Pour la réhabilitation et l’entretien des pistes rurales, le projet INTEGRA fait recours essentiellement à

la méthode HIMO et chantiers écoles. Sur la base des estimations faites à ce stade comme présenté ci-

dessus, un nombre minimal de jeunes (manœuvres) permanents toute la durée des travaux est estimée à

80 personnes pour la piste de Soumbalako.

L’entrepreneur est tenu de présenter dans son offre un chronogramme logique des travaux de telle sorte

à avoir un minimum de 80 manœuvres en permanence depuis le début des travaux jusqu’à leur

achèvement. Avant le paiement de chaque jalon, l’utilisation effective des manœuvres (enregistrée via

l’outil de suivi des présences) est comparée au chronogramme initial. En cas de dépassement de

l’utilisation effective par rapport au chronogramme, une pénalité sera appliquée. Cette pénalité est

détaillée dans le paragraphe 1.4.21.2 du Cahier Spécial des Charges.

2.10 Dispositions relatives aux chantiers-écoles

Dans la réhabilitation de la piste mise en œuvre à travers la méthode HIMO participent les jeunes ayant

été sélectionné 1par le programme INTEGRA en tant que manœuvres. En qualité d’apprenants, ces

jeunes contribuent aux travaux de réhabilitation de la piste sous la supervision de l’entrepreneur dans un

cadre d’apprentissage simultané coassuré par l’entrepreneur et un autre prestataire spécialisé dans

l’apprentissage et l’accompagnement des jeunes apprenants. Ce dispositif appelé « chantier-école » est

une démarche pédagogique qui s’articule autour des trois dimensions de mise au travail, d’apprentissage

et d’accompagnement individuel. Dans le cadre de ce dispositif, l’entrepreneur prend l’engagement de :

1 Le processus de sélection des jeunes est expliqué à l’annexe 7 de ce Cahier Spécial de Charges

Page 80: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 80

• Mettre à contribution les capacités des ouvriers qualifiés et les ouvriers spécialisés pour

transmettre des connaissances techniques de base aux apprenants

• Mettre à disposition un pourcentage du temps de travail des ouvriers qualifiés et les ouvriers

spécialisés pour les séances théoriques et séances d’évaluation chez les apprenants : 3% des

ouvriers qualifiés et 10% des ouvriers spécialisés

• Assurer le contrôle de présence journalière des apprenants et transmettre l’information à

Enabel avec une fréquence hebdomadaire

• Informer Enabel de manière immédiate (même jour) de tout accident ou situation de risque

au chantier qui concerne un apprenant

• Mettre à disposition 3 cadres (ouvriers spécialisés) pendant une journée en vue de coanimer

une séance de briefing des apprenants (hors le pourcentage mise à disposition déjà mentionné)

• Participation de tous les ouvriers qualifiés et ouvriers spécialisés aux séances de formation

initiale organisées par Enabel pour mieux comprendre le dispositif chantier école (une journée)

• Gérer la planification hebdomadaire et quotidienne à court terme de son chantier en incluant

et informant les jeunes apprenants

Par ailleurs, l’entrepreneur s’engage à élaborer un planning de formations (chronogramme) avec un

détail pour chaque type d’opération qui fera l’objet d’une mise à jour en fonction de l’évolution des

travaux. Ces séances de formation servent à outiller les jeunes avec les techniques de base pour mettre

en œuvre correctement leurs activités. Elles sont organisées en début de chaque opération par un

prestataire spécialisé dans l’apprentissage et l’accompagnement des jeunes apprenants avec la

participation et l’implication des ouvriers qualifiés et ouvriers spécialisés de l’entrepreneur.

Page 81: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 81

Interventions Opérations Formations hebdomadaires Observations

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Installation et repli de chantier Installation

Repli

Débroussaillement et décapage

de la terre végétale

Débroussaillement

Décapage

Travaux de terrassement

Purge de matériaux impropres

Préparation de fond de forme

Reprofilage de pistes existantes

Remblai d'emprunt

Couche de roulement

Drainage Fossés divergents

Ouvrages d’art Dalots et radiers

Travaux connexes

Démolition de dalots existants

Déviations

Signalisation

Reboisement

Page 82: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 82

2.11 Contrôle et paiement des bénéficiaires

Chaque jour ouvrable, le pointage pour la vérification de la présence des apprenants se fait sur fiche de

présences (voir annexe) élaborées à cette fin. Le pointage est effectué par un apprenant désigné par le

chef de chantier (souvent un magasinier).

Les présences sont récoltées sur le terrain à partir de fiches papiers par deux (2) acteurs (Apprenant-

magasinier et Agent prestataire partenaire en charge de la gestion opérationnelle HIMO). Arrivée sur le

chantier, l’identification des apprenants est faite par le numéro de badge et le port de gilet.

Le badge est distribué chaque matin par l’agent de l’organisme partenaire en charge de la gestion

opérationnelle et il lui est retourné à la fin de la journée (Lien interne badge).

Les gilets sont donnés aux apprenants au début du cycle d’apprentissage et sont conservés jusqu’à la

fin de la période d’apprentissage. Le gilet porte le numéro de badge de l’apprenant pour faciliter

l’identification et le suivi des présences et les couleurs sont différentes en fonction des catégories

(Ouvriers, Ouvrier spécialisé qualifiés et Manœuvre/Apprenant tous travaux).

Le paiement des salaires aux participants sera fait directement par l’adjudicateur sur base des fiches de

présence et l’outil de suivi des présences. Le salaire sera transféré sur le compte FINADEV de

l’apprenant (l’ouverture d’un compte FINADEV fait partie de la procédure standard d’inscription de

l’apprenant) dans les 7 jours ouvrables (lundi-vendredi, hors jours fériés) suivant la fin de la quinzaine

calendaire. Les fiches de salaires seront disponibles via l’agent prestataire partenaire en charge de la

gestion opérationnelle HIMO, elles ne doivent pas être signées puisque le paiement se fait de compte à

compte.

L’adjudicateur se réserve le droit d’effectuer des vérifications de présence à tout moment que ce soit

directement ou via l’intermédiaire d’un prestataire. :

Page 83: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 83

FICHES DE PRÉSENCES

Doc N° …………..

Source Programme

INTEGRA

Thèmes Contrôle,

planification

SEMAINE DU …......................... AU …........................................ 2020

1 2 3 4 5 6 7

N° Ordre N° identifiant Prénoms et Nom N° CIN Catégori

e

Lundi Mardi Mercre

di

Jeudi Vendred i Samedi Dimanc he Observation s

VISA Chef de chantier

Nom, Prénoms, Signature

Page 84: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 84

Description : Prise de présence (Fiche remplie par le Chef de chantier).

En tête du tableau, indiquer la semaine (date et jours correspondants pour lesquels vous prenez les

présences).

Colonne 1 : insérer les numéros d’ordre afin de savoir le nombre d’apprenants sur la fiche.

Colonne 2 : Indiquer le numéro de matricule de l’apprenant.

Colonne 3 : Noter les prénoms et Nom de l’apprenant.

Colonne 4 : Noter le numéro de la Carte d’identité Nationale de l’apprenant.

Colonne 5 : indiquer la catégorie et l'affectation de l'apprenant.

Colonne 6 : Pour chaque jour, indiquer dans les colonnes : 1 si présent, 0 si absent.

Colonne 7 : Indiquer toutes irrégularités, abandons …. Dans la colonne "Observations".

A noter que les absences ou retard réguliers peuvent entrainer une exclusion définitive de l’apprenant.

Chaque jour, le pointage pour la vérification de la présence des apprenants se fait sur fiche de présences

élaborées à cette fin. Le pointage est effectué par un apprenant désigné par le chef de chantier (souvent

un magasinier).

Les présences sont récoltées sur le terrain à partir de fiches papiers par deux (2) acteurs (Apprenant-

magasinier et Agent prestataire partenaire en charge de la gestion opérationnelle HIMO. Arrivée sur le

chantier, l’identification des apprenants est faite par le numéro de badge et le port de gilet.

Le badge est distribué chaque matin par l’agent de l’organisme partenaire en charge de la gestion

opérationnelle et il lui est retourné à la fin de la journée (Lien interne badge).

Les gilets sont donnés aux apprenants au début du cycle d’apprentissage et sont conservés jusqu’à la

fin de la période d’apprentissage. Le gilet porte le numéro de badge de l’apprenant pour faciliter

l’identification et le suivi des présences et les couleurs sont différentes en fonction des catégories

(Ouvriers, Ouvrier spécialisé qualifiés et Manœuvre/Apprenant tous travaux).

Page 85: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 85

OUTIL DE SUIVI DES PRÉSENCES (outil informatique)

SEMAINE DU …......................... AU ….............................. 2019

Ordre

identifiant

Prénoms et

Nom N° CIN Catégorie

Situation des présences du ….................. Au …................. Nombre de

jours Prévu

Hebdo

Nombre de

jours

presté

Nombre de

jours en

Retard J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7 J8 J9 J10 J11 J12 J13 J14 J15

Description : Suivi de présences (Fiche gérée par le superviseur du Programme).

A la fin de chaque semaine, les présences relevées par les deux sources sont comparées (rapprochement hebdomadaire) puis centralisées au sein d’un outil informatique

suivant le modèle ci-dessus. Ce système permet de repérer les éventuelles erreurs et un accord pour les jours travaillés de chaque apprenant est fait par le programme INTEGRA

pour procéder au payement.

Doc N° …………..

Source Programme

INTEGRA

Thèmes Contrôle,

planification

Page 86: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 86

3 Formulaires

3.1 Identification du soumissionnaire

+ les statuts du soumissionnaire et/ou les documents officiels probants qui démontrent la capacité

du signataire de l’offre à engager le soumissionnaire pour exécuter le présent marché (à joindre

à l’offre).

Nom et prénom du soumissionnaire ou

dénomination de la société et forme juridique

Nationalité du soumissionnaire et du personnel

(en cas de différence)

Domicile / Siège social

Numéro de téléphone et de télécopieur

Numéro d’inscription ONSS ou équivalent

Numéro d’entreprise

Représenté(e) par le(s) soussigné(s)

(Nom, prénom et qualité)

Personne de contact (numéro de téléphone,

numéro de télécopieur, éventuellement adresse e-

mail)

En cas de différence : chef du projet (numéro de

téléphone, numéro de télécopieur, courriel)

Numéro de compte pour les paiements

Institution financière

Ouvert au nom de

Signature(s) manuscrite originale + nom :

Page 87: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 87

3.2 Formulaire d’offre - Prix

En déposant cette offre, le soumissionnaire s’engage à exécuter, conformément aux dispositions du

CSC GIN170091T-10044, le présent marché et déclare explicitement accepter toutes les conditions

énumérées dans le CSC et renoncer aux éventuelles dispositions dérogatoires comme ses propres

conditions.

Les prix unitaires et les prix globaux de chacun des postes du métré récapitulatif sont établis en

respectant la valeur relative de ces postes par rapport au montant total de l’offre. Tous les frais

généraux et financiers, ainsi que le bénéfice, sont répartis sur les différents postes proportionnellement

à l’importance de ceux-ci.

La taxe sur la valeur ajoutée fait l’objet d’un poste spécial du métré récapitulatif, pour être ajoutée au

montant de l’offre. Le soumissionnaire s’engage à exécuter le marché public conformément aux

dispositions du CSC /, aux prix suivants, exprimés en euros et hors TVA :

………………………………………euros

Pourcentage TVA : ……………%.

En cas d’approbation de la présente offre, le cautionnement sera constitué dans les conditions et délais

prescrits dans le cahier spécial des charges.

L’information confidentielle et/ou l’information qui se rapporte à des secrets techniques ou commerciaux

est clairement indiquée dans l’offre.

Afin de rendre possible une comparaison adéquate des offres, les données ou documents mentionnés <<

ci-dessous ou au point « Récapitulatif des documents à remettre », dûment signés, doivent être joints à

l’offre.

En annexe ……………, le soumissionnaire joint à son offre ………………

Certifié pour vrai et conforme,

Signature(s) manuscrite originale :

Page 88: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 88

3.3 Déclaration d’intégrité pour les soumissionnaires

Concerne le soumissionnaire :

Domicile / Siège social :

Référence du marché public : GIN170091T-10044

À l’attention d’Enabel,

Par la présente, je / nous, agissant en ma/notre qualité de représentant(s) légal/légaux du soumissionnaire

précité, déclare/rons ce qui suit :

• Ni les membres de l’administration, ni les employés, ni toute personne ou personne morale avec

laquelle le soumissionnaire a conclu un accord en vue de l'exécution du marché, ne peuvent

obtenir ou accepter d’un tiers, pour eux-mêmes ou pour toute autre personne ou personne morale,

un avantage appréciable en argent (par exemple, des dons, gratifications ou avantages

quelconques), directement ou indirectement lié aux activités de la personne concernée pour le

compte d’Enabel.

• Les administrateurs, collaborateurs ou leurs partenaires n'ont pas d'intérêts financiers ou autres

dans les entreprises, organisations, etc. ayant un lien direct ou indirect avec Enabel (ce qui

pourrait, par exemple, entraîner un conflit d'intérêts).

• J'ai / nous avons pris connaissance des articles relatifs à la déontologie et à la lutte contre la

corruption repris dans le Cahier spécial des charges et je / nous déclare/rons souscrire et respecter

entièrement ces articles.

Je suis / nous sommes de même conscient(s) du fait que les membres du personnel d’Enabel sont liés

aux dispositions d’un code éthique qui précise ce qui suit : “Afin d’assurer l’impartialité des membres

du personnel, il leur est interdit de solliciter, d’exiger ou d’accepter des dons, gratifications ou avantages

quelconques destinés à eux-mêmes ou des tiers, que ce soit ou non dans l’exercice de leur fonction,

lorsque les dons, gratifications ou avantages précités sont liés à cet exercice. Notons que ce qui importe

le plus dans cette problématique est moins l’enrichissement résultant de l’acceptation de dons,

gratifications ou avantages de toute nature, que la perte de l’impartialité requise du membre du personnel

dans l’exercice de sa fonction. À titre personnel, les membres du personnel n’acceptent aucune

gratification, aucun don ni avantage financier ou autre, pour les services rendus”.

Si le marché précité devait être attribué au soumissionnaire, je/nous déclare/rons, par ailleurs, marquer

mon/notre accord avec les dispositions suivantes :

• Afin d’éviter toute impression de risque de partialité ou de connivence dans le suivi et le contrôle

de l’exécution du marché, il est strictement interdit au contractant du marché (c'est-à-dire les

membres de l’administration et les travailleurs) d’offrir, directement ou indirectement, des

cadeaux, des repas ou un quelconque autre avantage matériel ou immatériel, quelle que soit sa

valeur, aux membres du personnel d’Enabel, qui sont directement ou indirectement concernés

par le suivi et/ou le contrôle de l'exécution du marché, quel que soit leur rang hiérarchique.

Page 89: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 89

• Tout contrat (marché public) sera résilié, dès lors qu’il s’avérerait que l’attribution du contrat ou

son exécution aurait donné lieu à l’obtention ou l’offre des avantages appréciables en argent

précités.

• Tout manquement à se conformer à une ou plusieurs des clauses déontologiques peut aboutir à

l’exclusion du contractant du présent marché et d’autres marchés publics pour Enabel.

• Le contractant du marché (adjudicataire) s’engage à fournir au pouvoir adjudicateur, à sa

demande, toutes les pièces justificatives relatives aux conditions d’exécution du contrat. Le

pouvoir adjudicateur pourra procéder à tout contrôle, sur pièces et sur place, qu’il estimerait

nécessaire pour réunir des éléments de preuve sur une présomption de frais commerciaux

inhabituels.

Le soumissionnaire prend enfin connaissance du fait qu’Enabel se réserve le droit de porter plainte

devant les instances judiciaires compétentes lors de toute constatation de faits allant à l’encontre de la

présente déclaration et que tous les frais administratifs et autres qui en découlent sont à charge du

soumissionnaire.

Signature précédée de la mention manuscrite "Lu et approuvé" par :

avec mention du nom et de la fonction

……………………………..

Lieu, date

Page 90: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 90

3.4 Dossier de sélection

En vue de la sélection qualitative des soumissionnaires, les renseignements ou documents mentionnés

ci-dessous doivent être joints à l’offre.

Exclusions - voir art. 67 à 70 de la loi du 17 juin 2016

Motifs d'exclusion obligatoires

Art. 67. § 1er. Sauf dans le cas où le candidat ou le soumissionnaire démontre,

conformément à l'article 70, avoir pris des mesures suffisantes afin de démontrer

sa fiabilité, le pouvoir adjudicateur exclut, à quelque stade de la procédure que ce

soit, un candidat ou un soumissionnaire de la participation à la procédure de

passation, lorsqu'il a établi ou qu'il est informé de quelque autre manière que ce

candidat ou ce soumissionnaire a fait l'objet d'une condamnation prononcée par

une décision judiciaire ayant force de chose jugée pour l'une des infractions

suivantes :

1° participation à une organisation criminelle ;

2° corruption ;

3° fraude ;

4° infractions terroristes, infractions liées aux activités terroristes ou incitation à

commettre une telle infraction, complicité ou tentative d'une telle infraction ;

5° blanchiment de capitaux ou financement du terrorisme ;

6° travail des enfants et autres formes de traite des êtres humains ;

7° occupation de ressortissants de pays tiers en séjour illégal.

Le Roi peut préciser les infractions visées à l'alinéa 1er de manière plus

détaillée.

Par dérogation à l'alinéa 1er, le pouvoir adjudicateur exclut le candidat ou le

soumissionnaire qui a occupé des ressortissants de pays tiers en séjour illégal,

même en l'absence d'une condamnation coulée en force de chose jugée et ce, dès

l'instant où cette infraction a été constatée par une décision administrative ou

judiciaire, en ce compris par une notification écrite en exécution de l'article 49/2

du Code pénal social. Cette dérogation ne fait pas obstacle à la possibilité, visée

à l'article 70, pour le candidat ou soumissionnaire d'invoquer le cas échéant des

mesures correctrices.

Par dérogation à l'alinéa 1er, le pouvoir adjudicateur peut à titre exceptionnel et

pour des raisons impératives d'intérêt général, autoriser une dérogation à

l'exclusion obligatoire.

L'obligation d'exclure le candidat ou le soumissionnaire s'applique aussi lorsque

la personne condamnée par jugement définitif est un membre de l'organe

administratif, de gestion ou de surveillance dudit candidat ou soumissionnaire ou

détient un pouvoir de représentation, de décision ou de contrôle en son sein. Au

cas où il s'agit d'une infraction visée à l'alinéa 3 et en l'absence du jugement

définitif précité, la même obligation d'exclusion est d'application, lorsque la

personne concernée est désignée dans une décision administrative ou judiciaire,

comme étant une personne dans le chef de laquelle une infraction a été constatée

en matière d'occupation de ressortissants de pays tiers en séjour illégal, et qui est

membre de l'organe administratif, de gestion ou de surveillance dudit candidat ou

soumissionnaire ou détient un pouvoir de représentation, de décision ou de

Fournir le

casier

judiciaire du

gérant

Page 91: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 91

contrôle en son sein.

Par dérogation à l'alinéa 5, les pouvoirs adjudicateurs ne sont toutefois pas

obligés, pour les marchés dont le montant estimé est inférieur aux seuils fixés

pour la publicité européenne, de vérifier l'absence de motifs d'exclusion visée au

présent article dans le chef des personnes visées à l'alinéa susmentionné.

§ 2. Les exclusions mentionnées au paragraphe 1er, alinéa 1er, 1° à 6°, de la

participation aux marchés publics s'appliquent uniquement pour une période de

cinq ans à compter de la date du jugement.

L'exclusion mentionnée au paragraphe 1er, alinéa 1er, 7°, de la participation

aux marchés publics, s'applique uniquement pour une période de cinq ans à partir

de la fin de l'infraction.

Nonobstant le cas visé au paragraphe 1er, alinéa 4, les opérateurs économiques

ne peuvent pas, lorsqu'ils se trouvent dans une situation d'exclusion obligatoire

au lendemain de la date ultime de l'introduction des demandes de participation

ou de la remise des offres, participer aux marchés publics, sauf lorsqu'ils

attestent qu'ils ont pris, conformément à l'article 70, les mesures correctrices

suffisantes pour démontrer leur fiabilité malgré l'existence d'un motif d'exclusion

applicable.

Motif d'exclusion relatif aux dettes fiscales et sociales

Art. 68. § 1er. Sauf exigences impératives d'intérêt général et sous réserve des

cas mentionnés au paragraphe 3, le pouvoir adjudicateur exclut, à quelque stade

de la procédure de passation que ce soit, la participation à une procédure, d'un

candidat ou d'un soumissionnaire qui ne satisfait pas à ses obligations relatives

au paiement d'impôts et taxes ou de cotisations de sécurité sociale sauf :

1° lorsque le montant impayé ne dépasse pas le montant à fixer par le Roi; ou

2° lorsque le candidat ou le soumissionnaire peut démontrer qu'il possède à

l'égard d'un pouvoir adjudicateur ou d'une entreprise publique une ou des

créances certaines, exigibles et libres de tout engagement à l'égard de tiers. Ces

créances s'élèvent au moins à un montant égal à celui pour lequel il est en retard

de paiement de dettes fiscales ou sociales. Ce dernier montant est diminué du

montant fixé par le Roi en exécution de la disposition du 1°.

Lorsqu'il constate que les dettes fiscales et sociales dépassent le montant

mentionné à l'alinéa 1er, 1°, le pouvoir adjudicateur demande au candidat ou au

soumissionnaire s'il se trouve dans la situation mentionnée à l'alinéa 1er, 2°.

Le pouvoir adjudicateur donne cependant l'opportunité à tout opérateur

économique de se mettre en règle avec ces obligations sociales et fiscales dans le

courant de la procédure de passation et ce après avoir constaté une première fois

que le candidat ou le soumissionnaire ne satisfaisait pas aux exigences. A partir

de cette constatation, le pouvoir adjudicateur laisse à l'opérateur économique un

délai de cinq jours ouvrables pour fournir la preuve de sa régularisation. Le

recours à cette régularisation n'est possible qu'à une seule reprise. Ce délai

commence à courir le jour qui suit la notification. Pour le calcul de ce délai, le

règlement n° 1182/71 du Conseil du 3 juin 1971, portant détermination des

règles applicables aux délais, aux dates et aux termes, n'est pas d'application.

§ 2. Le Roi détermine les dettes fiscales et sociales à prendre en considération

ainsi que les modalités additionnelles en la matière.

Fournir

quitus fiscal et

social

Page 92: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 92

§ 3. Le présent article ne s'applique plus lorsque le candidat ou le

soumissionnaire a rempli ses obligations en payant ou en concluant un accord

contraignant en vue de payer les impôts et taxes ou cotisations de sécurité sociale

dues, y compris, le cas échéant, tout intérêt échu ou les éventuelles amendes pour

autant que ce paiement ou la conclusion de cet accord contraignant se soit

déroulé avant l'introduction d'une demande de participation, ou, en procédure

ouverte, avant le délai d'introduction des offres.

Motifs d'exclusion facultatifs

Art. 69. Sauf dans le cas où le candidat ou le soumissionnaire démontre,

conformément à l'article 70, avoir pris des mesures suffisantes afin de démontrer

sa fiabilité, le pouvoir adjudicateur peut exclure, à quelque stade de la procédure

de passation, de la participation à une procédure, un candidat ou un

soumissionnaire dans les cas suivants :

1° lorsque le pouvoir adjudicateur peut démontrer, par tout moyen approprié,

que le candidat ou le soumissionnaire a manqué aux obligations applicables dans

les domaines du droit environnemental, social et du travail, visées à l'article 7;

2° lorsque le candidat ou le soumissionnaire est en état de faillite, de

liquidation, de cessation d'activités, de réorganisation judiciaire ou a fait l'aveu

de sa faillite ou fait l'objet d'une procédure de liquidation ou de réorganisation

judiciaire, ou dans toute situation analogue résultant d'une procédure de même

nature existant dans d'autres réglementations nationales;

3° lorsque le pouvoir adjudicateur peut démontrer par tout moyen approprié que

le candidat ou le soumissionnaire a commis une faute professionnelle grave qui

remet en cause son intégrité;

4° lorsque le pouvoir adjudicateur dispose d'éléments suffisamment plausibles

pour conclure que le candidat ou le soumissionnaire a commis des actes, conclu

des conventions ou procédé à des ententes en vue de fausser la concurrence, au

sens de l'article 5, alinéa 2;

5° lorsqu'il ne peut être remédié à un conflit d'intérêts au sens de l'article 6 par

d'autres mesures moins intrusives;

6° lorsqu'il ne peut être remédié à une distorsion de la concurrence résultant de

la participation préalable des candidats ou soumissionnaires à la préparation de la

procédure de passation, visée à l'article 52, par d'autres mesures moins intrusives;

7° lorsque des défaillances importantes ou persistantes du candidat ou du

soumissionnaire ont été constatées lors de l'exécution d'une obligation essentielle

qui lui incombait dans le cadre d'un marché public antérieur, d'un marché

antérieur passé avec un adjudicateur ou d'une concession antérieure, lorsque ces

défaillances ont donné lieu à des mesures d'office, des dommages et intérêts ou à

une autre sanction comparable;

8° le candidat ou le soumissionnaire s'est rendu gravement coupable de fausse

déclaration en fournissant les renseignements exigés pour la vérification de

l'absence de motifs d'exclusion ou la satisfaction des critères de sélection, a

caché ces informations ou n'est pas en mesure de présenter les documents

justificatifs requis en vertu de l'article 73 ou de l'article 74, ou

9° le candidat ou le soumissionnaire a entrepris d'influer indûment sur le

processus décisionnel du pouvoir adjudicateur ou d'obtenir des informations

Page 93: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 93

confidentielles susceptibles de lui donner un avantage indu lors de la procédure

de passation, ou a fourni par négligence des informations trompeuses

susceptibles d'avoir une influence déterminante sur les décisions d'exclusion, de

sélection ou d'attribution.

Les exclusions à la participation aux marchés publics mentionnées à l'alinéa 1er

s'appliquent uniquement pour une période de trois ans à compter de la date de

l'évènement concerné ou en cas d'infraction continue, à partir de la fin de

l'infraction.

Sauf disposition contraire dans les documents du marché, le pouvoir

adjudicateur n'est pas tenu de vérifier l'absence de motifs d'exclusion facultatifs

dans le chef des membres de l'organe administratif, de gestion ou de surveillance

du candidat ou soumissionnaire ou des personnes qui détiennent un pouvoir de

représentation, de décision ou de contrôle en son sein.

Mesures correctrices

Art. 70. Tout candidat ou soumissionnaire qui se trouve dans l'une des

situations visées aux articles 67 ou 69 peut fournir des preuves afin d'attester que

les mesures qu'il a prises suffisent à démontrer sa fiabilité malgré l'existence d'un

motif d'exclusion pertinent. Si ces preuves sont jugées suffisantes par le pouvoir

adjudicateur, le candidat ou le soumissionnaire concerné n'est pas exclu de la

procédure de passation.

A cette fin, le candidat ou le soumissionnaire prouve d'initiative qu'il a versé ou

entrepris de verser une indemnité en réparation de tout préjudice causé par

l'infraction pénale ou la faute, clarifié totalement les faits et circonstances en

collaborant activement avec les autorités chargées de l'enquête et pris des

mesures concrètes de nature technique et organisationnelle et en matière de

personnel propres à prévenir une nouvelle infraction pénale ou une nouvelle

faute.

Les mesures prises par le candidat ou le soumissionnaire sont évaluées en

tenant compte de la gravité de l'infraction pénale ou de la faute ainsi que de ses

circonstances particulières. Il s'agit dans tous les cas d'une décision du pouvoir

adjudicateur qui doit être motivée aussi bien matériellement que formellement.

Lorsque les mesures sont jugées insuffisantes, la motivation de la décision

concernée est transmise à l'opérateur économique.

Un opérateur économique qui a été exclu par une décision judiciaire ayant force

de chose jugée de la participation à des procédures de passation de marché ou

d'attribution de concession n'est pas autorisé à faire usage de la possibilité prévue

au présent article pendant la période d'exclusion fixée par ladite décision dans les

Etats membres où le jugement produit ses effets.

Page 94: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 94

Capacité économique et financière – voir art. 67 de l’A.R. du 18.04.2017

Le soumissionnaire doit avoir réalisé au cours d’un des trois derniers exercices

(2017-2018-2019) un chiffre d’affaires total au moins égal à 145 000 €. Il joindra

à son offre une déclaration relative au chiffre d’affaires total réalisé pendant les

trois derniers exercices, à moins que le chiffre d’affaires total soit mentionné dans

les comptes annuels approuvés qui peuvent être consultés via le guichet

électronique (il s’agit des comptes annuels déposés auprès de la Banque Nationale

de Belgique, libellés selon le schéma comptable complet, ou selon le schéma

comptable raccourci dans laquelle la mention facultative du chiffre d’affaires total

réalisé, a été complétée).

Joindre

Annexe F et les

comptes

annuels 2017,

2018 et 2019

approuvés par

un expert-

comptable

Le soumissionnaire doit également prouver sa solvabilité financière.

Cette capacité financière sera jugée sur base des comptes annuels approuvés des

trois dernières années déposées auprès de la Banque Nationale de Belgique. Les

soumissionnaires qui ont déposé les comptes annuels approuvés auprès de la

Banque Nationale de Belgique, ne sont pas tenus de les joindre à leur offre, étant

donné que le pouvoir adjudicateur est à même de les consulter via le guichet

électronique de l’autorité fédérale

Les soumissionnaires qui n’ont pas déposé les comptes annuels approuvés des trois

dernières années comptables auprès de la Banque Nationale de Belgique, sont

tenus de les joindre à leur offre. Cette obligation vaut également pour les comptes

annuels approuvés récemment et qui n’ont pas encore été déposés auprès de la

Banque Nationale de Belgique, parce que le délai légal accordé pour le dépôt de

ceux-ci n’est pas encore échu. Pour les entreprises individuelles, il convient de

faire rédiger un document reprenant tous les actifs et tous les passifs par un

comptable IEC ou un réviseur d’entreprise. Ce document doit être certifié

conforme par un comptable IEC agréé ou par le réviseur d’entreprise, selon le cas.

Le document doit refléter une situation financière récente (datant de 6 mois au

maximum, à compter de la date d’ouverture des offres). Au cas où l’entreprise n’a

pas encore publié de compte annuel, un bilan intermédiaire certifié conforme par

le comptable IEC ou par le réviseur d’entreprise suffit.

Les entreprises étrangères doivent joindre également à leur offre les comptes

annuels approuvés des trois dernières années ou un document reprenant tous les

actifs et tous les passifs de l’entreprise. Au cas où l’entreprise n’a pas encore publié

de compte annuel, un bilan intermédiaire certifié conforme par le comptable ou par

le réviseur d’entreprise ou par la personne ou l’organisme qui exerce ce type de

fonction dans le pays concerné suffit.

Joindre

Annexe F et les

comptes

annuels 2017,

2018 et 2019

approuvés par

un expert-

comptable

Page 95: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 95

• Un soumissionnaire peut, le cas échéant et pour un marché déterminé, faire valoir

les capacités d’autres entités, quelle que soit la nature juridique des liens existant

entre lui-même et ces entités. Les règles suivantes sont alors d’application : Si un

opérateur économique souhaite recourir aux capacités d’autres entités, il apporte

au pouvoir adjudicateur la preuve qu’il disposera des moyens nécessaires,

notamment en produisant l’engagement de ces entités à cet effet.

• Le pouvoir adjudicateur vérifiera, si les entités à la capacité desquelles l’opérateur

économique entend avoir recours remplissent les critères de sélection et s’il existe

des motifs d’exclusion dans leur chef.

Dans les mêmes conditions, un groupement de candidats ou de soumissionnaires peut faire

valoir les capacités des participants au groupement ou celles d’autres entités.

Aptitude technique : voir art. 68 de l’A.R. du 18.04.2017

Le soumissionnaire doit disposer ou pouvoir disposer des techniciens ou des

organismes techniques suffisants, en particulier les personnes ou les organismes

qui sont responsables pour le contrôle de la qualité.

Lors de l’évaluation de la compétence technique, seuls les techniciens ou les

organismes techniques qui constitueront une plus-value dans le cadre du marché

qui fait l’objet du présent cahier spécial des charges, seront pris en compte.

Le soumissionnaire joint à son offre un relevé reprenant les techniciens ou les

organismes techniques qui appartiennent ou non à l’entreprise, en particulier ceux

qui ont responsables pour le contrôle de la qualité.

Joindre Annexe

C

Le soumissionnaire doit disposer d’un équipement technique et employer des

mesures afin d’assurer la qualité et les moyens d’étude et de recherche de son

entreprise.

Le soumissionnaire joint à son offre une description des mesures qu’il utilisera

pour s’assurer de la qualité ainsi qu’une description des moyens d’étude et de

recherche.

Le soumissionnaire doit disposer du personnel suffisamment compétent pour

pouvoir exécuter le marché convenablement.

Le soumissionnaire joint à son offre un relevé reprenant le personnel qui sera mis

en œuvre lors de la réalisation du marché. Dans ce document, le soumissionnaire

mentionne les diplômes dont ce personnel est titulaire, ainsi que les qualifications

professionnelles et l’expérience.

Joindre Annexe

C

Page 96: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 96

Le soumissionnaire doit disposer des références suivantes de services exécutés,

qui ont été effectués au cours des quatre dernières années (2016, 2017, 2018 et

2019).

Le soumissionnaire doit fournir trois expériences similaires et de complexité

comparable avec un montant minimum de 150 000 €.

Le soumissionnaire joint à son offre une liste reprenant les services les plus

importants qui ont été effectués au cours des cinq dernières années, avec mention

du montant et de la date et les destinataires publics ou privés. Les services sont

prouvés par des attestations émises ou contresignées par l’autorité compétente ou,

lorsque le destinataire était un acheteur privé par une attestation de l’acheteur ou

à défaut par une simple déclaration de l’entrepreneur.

Joindre Annexe

G

L’indication de la part du marché que le l’entrepreneur a éventuellement

l’intention de sous-traiter.

Un soumissionnaire peut, le cas échéant et pour un marché déterminé, faire valoir

les capacités d’autres entités, quelle que soit la nature juridique des liens existant

entre lui-même et ces entités. Les règles suivantes sont alors d’application :

• Si un opérateur économique souhaite recourir aux capacités d’autres

entités, il apporte au pouvoir adjudicateur la preuve qu’il disposera des

moyens nécessaires, notamment en produisant l’engagement de ces

entités à cet effet.

• Le pouvoir adjudicateur vérifiera, si les entités à la capacité desquelles

l’opérateur économique entend avoir recours remplissent les critères de

sélection et s’il existe des motifs d’exclusion dans leur chef.

• En ce qui concerne les critères ayant égard aux titres d’études et

professionnels, ou à l’expérience professionnelle pertinente, les

opérateurs économiques ne peuvent toutefois avoir recours aux capacités

d’autres entités que lorsque ces dernières exécuteront véritablement les

travaux pour lesquels ces capacités sont requises.

Dans les mêmes conditions, un groupement de candidats ou de soumissionnaires

peut faire valoir les capacités des participants au groupement ou celles d’autres

entités.

Page 97: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 97

3.5 Récapitulatif des documents à remettre

Formulaire d’identification (3.1)

Formulaire d’offre de prix (3.2)

Déclaration d’intégrité (3.3)

Tous les documents demandés dans le dossier de sélection (3.4)

Page 98: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 98

4 Instructions générales pour l’introduction des offres

1. L’offre doit obligatoirement être déposée sous la forme de ce chapitre au CSC. Ne pas

respecter cette forme ou ne pas compléter un chapitre est considéré comme une

irrégularité. Il faut également maintenir les intercalaires.

2. L’offre technique et l’offre financière doivent être séparées dans deux enveloppes

distinctes. L’ensemble de l’offre technique et de l’offre financière sera glissé dans une

enveloppe fermée. Les formulaires et documents y afférents à joindre dans l’offre

technique et financière doivent être fournis selon le canevas qui suit.

3. Lorsque deux ou plusieurs entités souhaitent s’associer pour soumissionner au présent

marché, ils doivent fournir un accord de groupement dans lequel figure les signatures des

personnes habilitées à le faire. Tous les documents demandés au chef de file dans le cadre

du présent marché doivent être également fournis par tous les comandataires.

4. Les endroits qui sont à compléter dans l’offre sont indiqués en surbrillance jaune dans les

modèles/canevas d’offre technique et financière.

Page 99: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 99

Intercalaire 1

Formulaire d’identification

Instruction : remplir le formulaire, signer, indiquer le nom du signataire, joindre dans le dossier

Page 100: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 100

Formulaire d’identification

Nom et prénom du soumissionnaire ou dénomination de la société et forme juridique

xxxx

Nationalité du soumissionnaire et du personnel (en cas de différence)

xxxx

Domicile / Siège social xxxx

Numéro de téléphone et de télécopieur xxxx

Numéro d’inscription CNSS ou équivalent

xxxx

Numéro d’entreprise xxxx

Représenté(e) par le(s) soussigné(s)

(Nom, prénom et qualité) xxxx

Personne de contact (numéro de téléphone, numéro de télécopieur, et adresse e-mail)

xxxx

En cas de différence : chef du projet (numéro de téléphone, numéro de télécopieur, courriel)

xxxx

Numéro de compte pour les paiements

Institution financière

Code SWIFT

Code Banque

Ouvert au nom de

xxxx

Signature(s) manuscrite originale + nom : xxxxx

Page 101: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 101

Intercalaire 2

Attestation de régularité des cotisations sociales

Instruction : joindre l’attestation récente (<3 mois) dans le dossier.

ATTENTION : Il faut l’attestation de régularité (pas des copies de versement, des déclarations de toute

origine…). Pour les soumissionnaires guinéens, vous trouvez ci-après le spécimen. Pour les

soumissionnaires étrangers, joindre l’équivalent de leur pays d’origine.

Régularité veut dire qu’on paye régulièrement ses obligations sociales (donc pas pour quelques mois…)

Page 102: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 102

Attestation de régularité sociale

Page 103: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 103

Intercalaire 3

Attestation de régularité fiscale

Instruction : joindre l’attestation récente (< 3 mois) dans le dossier.

ATTENTION : Il faut l’attestation de régularité (pas des copies de versement, des déclarations de toute

origine…). Pour les soumissionnaires guinéens, vous trouvez ci-après le spécimen. Pour les

soumissionnaires étrangers, joindre l’équivalent de leur pays d’origine.

Régularité veut dire qu’on paye régulièrement ses obligations fiscales (donc pas pour quelques mois…)

Page 104: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 104

Attestation de régularité fiscale

Page 105: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 105

Intercalaire 4

Extrait du casier judiciaire

Instruction : joindre l’extrait (< 3 mois) dans le dossier.

ATTENTION : Le soumissionnaire est tenu de fournir l’extrait du casier judiciaire du gérant de la

société. Pour les soumissionnaires guinéens, vous trouvez ci-après le spécimen. Pour les

soumissionnaires étrangers, joindre l’équivalent de leur pays d’origine.

Aucun autre document (p.e des déclarations de non-poursuite ou de non-faillite) ne peut remplacer cet

extrait.

Page 106: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 106

Extrait du casier judiciaire du gérant

Page 107: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 107

Intercalaire 5

Les statuts du soumissionnaire et/ou les documents

officiels

Instruction :

Le soumissionnaire doit fournir des documents récents (statuts ou décision de conseil d’administration

ou acte notarié) afin de nous permettre d’identifier le/les personne (s) pouvant engager la société.

L’ensemble des documents à signer dans le cadre du présent marché doit être signé par la personne

habilitée à le faire.

Lorsque le(s) mandataire(s) habilité(s) à engager la société souhaite(nt) désigner une autre personne pour

le faire, ils doivent fournir une procuration de signature dans le cadre du présent marché (et à son tour

être habilité à le faire). Se donner soi-même une procuration est un non-sens.

ATTENTION : Les preuves doivent être sans ambiguïté.

Page 108: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 108

Documents à joindre ici :

Page 109: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 109

Intercalaire 6

Déclaration d’intégrité pour les soumissionnaires

Instruction : remplir le formulaire (ci-après), signer, indiquer le nom du signataire, joindre dans le

dossier.

Page 110: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 110

Déclaration d’intégrité pour les soumissionnaires

Concerne le soumissionnaire : xxxxxx

Domicile / Siège social : xxxxxxxxxxxxxx

Référence du marché public : GIN170091T-10044

À l’attention d’Enabel,

Par la présente, je / nous, agissant en ma/notre qualité de représentant(s) légal/légaux du

soumissionnaire précité, déclare/rons ce qui suit :

• Ni les membres de l’administration, ni les employés, ni toute personne ou personne morale

avec laquelle le soumissionnaire a conclu un accord en vue de l'exécution du marché, ne

peuvent obtenir ou accepter d’un tiers, pour eux-mêmes ou pour toute autre personne ou

personne morale, un avantage appréciable en argent (par exemple, des dons, gratifications

ou avantages quelconques), directement ou indirectement lié aux activités de la personne

concernée pour le compte de Enabel.

• Les administrateurs, collaborateurs ou leurs partenaires n'ont pas d'intérêts financiers ou

autres dans les entreprises, organisations, etc. ayant un lien direct ou indirect avec Enabel

(ce qui pourrait, par exemple, entraîner un conflit d'intérêts).

• J'ai / nous avons pris connaissance des articles relatifs à la déontologie et à la lutte contre

la corruption repris dans le Cahier spécial des charges et je / nous déclare/rons souscrire et

respecter entièrement ces articles.

Je suis / nous sommes de même conscient(s) du fait que les membres du personnel de Enabel sont

liés aux dispositions d’un code éthique qui précise ce qui suit : “Afin d’assurer l’impartialité des

membres du personnel, il leur est interdit de solliciter, d’exiger ou d’accepter des dons,

gratifications ou avantages quelconques destinés à eux-mêmes ou des tiers, que ce soit ou non

dans l’exercice de leur fonction, lorsque les dons, gratifications ou avantages précités sont liés à

cet exercice. Notons que ce qui importe le plus dans cette problématique est moins

l’enrichissement résultant de l’acceptation de dons, gratifications ou avantages de toute nature,

que la perte de l’impartialité requise du membre du personnel dans l’exercice de sa fonction. À

titre personnel, les membres du personnel n’acceptent aucune gratification, aucun don ni

avantage financier ou autre, pour les services rendus”.

Si le marché précité devait être attribué au soumissionnaire, je/nous déclare/rons, par ailleurs,

marquer mon/notre accord avec les dispositions suivantes :

• Afin d’éviter toute impression de risque de partialité ou de connivence dans le suivi et le

contrôle de l’exécution du marché, il est strictement interdit au contractant du marché

(c'est-à-dire les membres de l’administration et les travailleurs) d’offrir, directement ou

indirectement, des cadeaux, des repas ou un quelconque autre avantage matériel ou

immatériel, quelle que soit sa valeur, aux membres du personnel de Enabel, qui sont

directement ou indirectement concernés par le suivi et/ou le contrôle de l'exécution du

marché, quel que soit leur rang hiérarchique.

• Tout contrat (marché public) sera résilié, dès lors qu’il s’avérerait que l’attribution du

contrat ou son exécution aurait donné lieu à l’obtention ou l’offre des avantages appréciables

en argent précités.

• Tout manquement à se conformer à une ou plusieurs des clauses déontologiques peut

aboutir à l’exclusion du contractant du présent marché et d’autres marchés publics pour

Enabel.

Page 111: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 111

• Le contractant du marché (adjudicataire) s’engage à fournir au pouvoir adjudicateur, à sa

demande, toutes les pièces justificatives relatives aux conditions d’exécution du contrat. Le

pouvoir adjudicateur pourra procéder à tout contrôle, sur pièces et sur place, qu’il estimerait

nécessaire pour réunir des éléments de preuve sur une présomption de frais commerciaux

inhabituels.

Le soumissionnaire prend enfin connaissance du fait que Enabel se réserve le droit de porter

plainte devant les instances judiciaires compétentes lors de toute constatation de faits allant à

l’encontre de la présente déclaration et que tous les frais administratifs et autres qui en découlent

sont à charge du soumissionnaire.

Signature précédée de la mention manuscrite "Lu et approuvé" avec mention du

nom et de la fonction :

……………………………..

Lieu, date

Page 112: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 112

Intercalaire 7

Données capacité économique et financière +

Comptes annuels agréés à joindre à l’offre

Instruction :

Remplir le formulaire (ci-après), signer, indiquer le nom du signataire, joindre les états financiers

des trois derniers exercices approuvés (cachet + signature) par un expert-comptable (2017-2018-

2019). Les états financiers doivent contenir un bilan comptable, un compte de résultat et les

annexes (créances, dettes, …)

Page 113: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 113

Données capacité économique et financière + Comptes annuels agréés à

joindre à l’offre

Le soumissionnaire doit avoir réalisé au cours d’un des trois derniers exercices (2017, 2018 et 2019) un chiffre

d’affaires total au moins égal à 145.000 euros. Il joindra à son offre une déclaration relative au chiffre

d’affaires total réalisé pendant les trois derniers exercices à moins que le chiffre d’affaires total soit mentionné

dans les comptes annuels approuvés qui peuvent être consultés via le guichet électronique (il s’agit des

comptes annuels déposés auprès de la Banque Nationale de Belgique, libellés selon le schéma comptable

complet, ou selon le schéma comptable raccourci dans laquelle la mention facultative du chiffre d’affaires

total réalisé, a été complétée).

Le soumissionnaire doit remplir et signer le tableau ci-dessous :

Signature originale du mandataire habilité

Nom et situation du mandataire habilité

………………………………

Lieu, date :

Le soumissionnaire doit également joindre à son offre ses Comptes annuels approuvés des 3 derniers

exercices à savoir : 2017- 2018-2019

La capacité financière du soumissionnaire sera jugée sur base des comptes annuels approuvés des trois

dernières années déposées auprès de la Banque Nationale de Belgique. Les soumissionnaires qui ont déposé

les comptes annuels approuvés auprès de la Banque Nationale de Belgique, ne sont pas tenus de les joindre à

leur offre, étant donné que le pouvoir adjudicateur est à même de les consulter via le guichet électronique de

l’autorité fédérale

Données

financières

2017 en

EURO

2018 en

EURO

2019 en

EURO

Moyenne

en

EURO

Exercice

en cours

EURO

Chiffre d’affaires

annuel, à

l'exclusion du

présent marché

Chiffre d’affaires

annuel, lié au

domaine du

présent marché

Actifs à court

terme

Passifs à court

terme

Page 114: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 114

Les soumissionnaires qui n’ont pas déposé les comptes annuels approuvés des trois dernières années

comptables auprès de la Banque Nationale de Belgique, sont tenus de les joindre à leur offre. Cette obligation

vaut également pour les comptes annuels approuvés récemment et qui n’ont pas encore été déposés auprès de

la Banque Nationale de Belgique, parce que le délai légal accordé pour le dépôt de ceux-ci n’est pas encore

échu. Pour les entreprises individuelles, il convient de faire rédiger un document reprenant tous les actifs et

tous les passifs par un comptable IEC ou un réviseur d’entreprise. Ce document doit être certifié conforme

par un comptable IEC agréé ou par le réviseur d’entreprise, selon le cas. Le document doit refléter une

situation financière récente (datant de 6 mois au maximum, à compter de la date d’ouverture des offres). Au

cas où l’entreprise n’a pas encore publié de compte annuel, un bilan intermédiaire certifié conforme par le

comptable IEC ou par le réviseur d’entreprise suffit.

Les entreprises étrangères doivent joindre également à leur offre les comptes annuels approuvés des trois

dernières années ou un document reprenant tous les actifs et tous les passifs de l’entreprise. Au cas où

l’entreprise n’a pas encore publié de compte annuel, un bilan intermédiaire certifié conforme par le comptable

ou par le réviseur d’entreprise ou par la personne ou l’organisme qui exerce ce type de fonction dans le pays

concerné suffit.

L’attention du soumissionnaire est par ailleurs attirée sur le fait qu’il peut, le cas échéant et pour un marché

déterminé, faire valoir les capacités d’autres entités, quelle que soit la nature juridique des liens existant entre

lui-même et ces entités. Les règles suivantes sont alors d’application :

• Si un opérateur économique souhaite recourir aux capacités d’autres entités, il apporte au pouvoir

adjudicateur la preuve qu’il disposera des moyens nécessaires, notamment en produisant

l’engagement de ces entités à cet effet.

• Le pouvoir adjudicateur vérifiera, si les entités à la capacité desquelles l’opérateur économique

entend avoir recours remplissent les critères de sélection et s’il existe des motifs d’exclusion dans

leur chef.

Dans les mêmes conditions, un groupement de candidats ou de soumissionnaires peut faire valoir les capacités

des participants au groupement ou celles d’autres entités.

Page 115: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 115

Intercalaire 8

Effectifs du soumissionnaire

Instruction : remplir le formulaire (ci-après), signer, indiquer le nom du signataire, joindre dans le

dossier.

Page 116: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 116

Effectifs du soumissionnaire

Le soumissionnaire doit compléter et signer le tableau relatif à ses effectifs ci-dessous :

Effectif moyen Année (2017) Année (2018) Année (2019)

Total

général

Total pour les

domaines en

rapport avec le

marché11

Total

général

Total pour les

domaines en

rapport avec le

marché

Total

général

Total pour les

domaines en

rapport avec le

marché

Personnel

permanent

Autre personnel

Signature originale du mandataire habilité

Nom et situation du mandataire habilité

………………………………

Lieu, date :

Page 117: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 117

Intercalaire 9

Composition de l’équipe proposée par le

soumissionnaire pour exécuter le marché et

responsabilités de ses membres (+ modèle de

CV)

Instruction : remplir les formulaires (ci-après), signer, indiquer le nom du signataire, joindre dans le

dossier.

Page 118: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 118

Composition de l’équipe proposée par le soumissionnaire pour exécuter le

marché et responsabilités de ses membres (+ modèle de CV)

Pour chacun des membres de ce personnel, le soumissionnaire devra présenter le CV signé (suivant le modèle

repris ci-après), l’attestation de disponibilité signée par le membre lui-même, le diplôme requis en copie

légalisée, les attestations justifiant les expériences présentées.

Enabel se réserve le droit de vérifier la sincérité des informations fournies sur les CV et attestations.

Pour rappel, le CV de chaque Technicien devra se limiter à 7 pages et un seul CV doit être fourni pour chaque

poste.

Nom du

Technicien

Rôle

proposé

dans la

mission

Années

d'expérience

Âge Niveau

de

formation

Domaine(s)

de

spécialisation

Expérience

dans le pays

bénéficiaire

Niveau de

connaissance

du français

EXECUTION DES TRAVAUX DE PREFABRICATION DES PAVES ET BORDURES

Signature manuscrite :

………………………………

Lieu, date :

Page 119: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 119

Modèle de CURRICULUM VITAE à utiliser :

1. Rôle proposé dans le projet :

2. Nom de famille :

3. Prénoms :

4. Date de naissance :

5. Nationalité :

6. État civil :

7. Diplômes :

Institution [Date début - Date fin] Diplôme(s) obtenu(s) :

8. Connaissances linguistiques : Indiquer vos connaissances sur une échelle de 1 à 5

(1 - niveau excellent ; 5 - niveau rudimentaire)

Langue Lu Parlé Écrit

9. Affiliation à une organisation professionnelle :

10. Autres compétences : (par ex. connaissances informatiques, etc.)

11. Situation présente :

12. Années d'ancienneté auprès de l'employeur :

13. Qualifications principales : (pertinentes pour le projet)

14. Expérience spécifique dans la région :

Pays Date début - Date fin

15. Expérience professionnelle

De (date) - à (date) Lieu

Société et personne de

référence (nom &

coordonnées de contact)

Position Description

16. Autres informations pertinentes (p, ex., références de publications)

Signature manuscrite :

Page 120: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 120

Intercalaire 10

Références du soumissionnaire

Instruction : remplir les formulaires (ci-après), signer, indiquer le nom du signataire, joindre dans le

dossier.

Les soumissionnaires fourniront les attestations de bonne exécution des travaux exécutés au cours des

4 dernières années (2016, 2017, 2018 et 2019). Les informations qui doivent figurer dans ces

attestations sont le montant du marché exécuté, sa durée, l’entité ayant exécuté ce marché (et la part

exécutée par chaque entité si dans le cadre de la formation d’un groupement). A défaut, le/les

soumissionnaire(s) doivent fournir des documents nous permettant d’identifier ces informations (PV de

réception, contrats, …).

Page 121: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 121

Références du soumissionnaire

Le soumissionnaire doit disposer des références suivantes :

Les références de 3 marchés de complexité comparables au présent marché au cours des 4 dernières années

(2016, 2017, 2018 et 2019) d’une valeur minimale de 150.000 euros.

Le soumissionnaire joint à son offre une liste reprenant les travaux les plus importants qui ont été effectués

au cours des quatre (4) dernières années, avec mention du montant et de la date et les destinataires publics ou

privés. Les références sont prouvées par des attestations émises ou contresignées par l’autorité compétente

ou, lorsque le destinataire était un acheteur privé par une attestation de l’acheteur.

Les références à faire valoir doivent être relatives soit aux travaux de réhabilitation de pistes rurales, soit aux

travaux de route en piste avec des ouvrages hydrauliques.

La preuve de plus de références de complexité comparable au présent marché serait un atout.

Remplir le tableau ci-dessous avec attestation de bonne fin des travaux :

Intitulé / description des

services / lieux

(maximum 5)

Montant total en € Nom du client Année (< 4 dernières

années)

Pour les travaux présentés dans le tableau ci-dessus, veuillez joindre les copies des références et certificats

signés par les autorités contractantes (certificats/attestations de bonne exécution sans réserve majeure) ainsi

que la copie du contrat. La présentation d’un contrat seul ne constitue pas une preuve de bonne exécution.

Signature manuscrite :

………………………………

Lieu, date :

Page 122: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 122

Intercalaire 11

Sous-traitance

Instruction : remplir les formulaires (ci-après), signer, indiquer le nom du signataire, joindre dans le

dossier

Page 123: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 123

Sous-traitance

Le soumissionnaire indique dans le tableau ci-dessous la part du marché qu’il a éventuellement l’intention de

sous-traiter.

Nom et forme juridique Adresse / siège social Objet

Signature manuscrite :

………………………………

Lieu, date

Page 124: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 124

Intercalaire 12

Dossier technique

Instruction : Le soumissionnaire doit joindre ci-après un dossier technique structuré dans lequel il

décrit les éléments repris ci-dessous :

- Approche technique et méthodologique ;

- Planning de l’exécution des travaux ;

- Organisation des ressources humaines et matérielles.

Page 125: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 125

Dossier technique - Approche technique et méthodologique

Page 126: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 126

Dossier technique - Planning de l’exécution des travaux

Page 127: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 127

Dossier technique - Organisation des ressources humaines et matérielles

Nom de la firme : …………………………….

Page 128: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 128

Intercalaire 13

Devis quantitatif et estimatif

Instruction : remplir le formulaire, signer, indiquer le nom du signataire, joindre dans le dossier

Page 129: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 129

Devis quantitatif et estimatif

N° Designation Unité Quantité P.U en Euros

Montant Total en

Euros

1 INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER

1.1 Installation de chantier Fft 1

1.2 Repli de chantier Fft 1

2 DEBROUSSAILLEMENT ET DECAPAGE m² 5.000

3 TERRASSEMENT

3.1 Préparation fond de forme m² 8.000

3.2 Reprofilage de la piste existante m² 300

3.3 Remblai d'emprunt m³ 2.000

3.4 Couche de roulement en graveleux latéritique

m³ 500

4 DRAINAGE

4.1 Fossés longitudinaux ml 1.000

5 OUVRAGES

5.1 Dalot cadre 1x2x1,5 du tronçon N° 1 u 1

5.2 Dalot cadre 3x4x3 du tronçon N° 1 u 1

5.3 Dalot cadre 1x1x1 du tronçon N° 3 u 1

5.4 Dalot cadre 1x2x1 du tronçon N° 3 u 1

5.5 Dalot cadre 2x3x2 du tronçon N° 3 u 1

5.6 Radier en béton armé u 1

6 TRAVAUX CONNEXES

6.1 Signalisation des radiers u 2

6.2 Signalisation des dalots u 10

MONTANT TOTAL EN EUROS

Page 130: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 130

ANNEXE A

Grille d’évaluation technique

Marché GIN1701T-10044

d'ordre

Critères Note

Maximum

1 Approche technique et méthodologie 15

1.1 Les principales activités / phases. (Avec prise en compte de HIMO et

chantiers écoles)

10

1.1.1 • Clarté du texte présenté avec des détails 2,5

Organisation du chantier : Texte dédié : avec de grandes lignes

correctes…. De 0 p à 0,875 p

Présentation des activités à mener : phase préparatoire : Dossier

d'exécution, installation de chantier, nettoyage…. De 0p à 0,25 p / Phase

travaux : les principales activités au regard des spécifications

techniques, de pistes …. De 0p à 0,25 p / Phase d'achèvement des

travaux : Niveau de détail dans les finitions, Nettoyage......De 0p à 0,25 p

Prise en compte de la méthodologie HIMO et de l'approche chantier

école:.... De 0p à 0,875 p

1.1.2 • Cohérence 7,5

Organisation du chantier 0 à 1p, - Présentation des activtés à mener:

phase préparatoire : Dossier d'exécution, installation de chantier,

nettoyage,…. De 0p à 0,325 p / Phase travaux: les principales activités

au regard des spécifications techniques, de pistes …. De 0p à 0,275 p /

Phase d'achèvement des travaux : Niveau de détail dans les finitions,

Nettoyage......De 0p à 0,275 p

Prise en compte de HIMO et chantier école:….... De 0p à 0,25 p

Niveau supérieur de cohérence (entre activités travaux / HIMO /

Chantiers écoles) dans l'approche technique méthodologique

1.2 Dossier des études d’exécution : 5

1.2.1 • Planification des études 2,5

Présentation des opérations relatives au dossier d'exécution :

Formulation du béton et béton de convenance 0,5 p - Etudes

topographiques (levés et divers profils pour le calage de la piste) 1p -

Essais de laboratoire 0,5 - Dossier des ouvrages (notes de calculs et

plans d'exécution) 0,5p

1.2.2 • Niveau de détail 2,5

Sondage pour recherche de réseaux enterrés …De 0p à 1p / Prise en

compte pendant les études, des dispositions relatives à la sécurité et à la

sauvegarde de l'environnement ….De 0p à 0,75p / les plans de

récolement….De 0p à 0,75p

Note totale pour la Méthodologie 15

Page 131: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 131

2 Planning de l'exécution des travaux 10

2.1 Planning travaux. (Avec prise en compte de HIMO et chantiers écoles) 5

2.1.1 • Qualité et pertinence de la planification 2,5

Présentation des divers plannings : Planning général des travaux 1p -

Planning apport des matériaux 0,5p - Planning mobilisation des

matériels 0,5p - Planning mobilisation du personnel 0,5p

2.1.2 • Niveau de détail 2,5

Planning mobilisation des manœuvres 1p - et gestion du chantier école

avec planification activité et durée 1,5 p

2.2 Planning apport matériel et matériaux. (Avec prise en compte de

HIMO et chantiers écoles)

5

2.2.1 • Qualité et pertinence de la planification 2,5

Présentation du planning apport matériel : De 0p à 1,25p - et matériaux

: De 0p à 1,25p

2.2.2 • Niveau de détail 2,5

HIMO 1p - Chantiers écoles 0,75p - lot de petit outillage pour HIMO

0,75p

Note totale pour les plannings 10

3 Organisation des ressources 5

3.1. Directeur des travaux 2

Directeur des travaux, de niveau minimal ingénieur en génie civil (BAC

+ 4)- 0,5p / ayant au moins (7 ans d’expérience générale / 2 projets au

moins) en piste - 0,5p / ayant au moins une expérience en HIMO - 1p

3.2. • Conducteur des travaux 2

Conducteur des travaux, de niveau minimal licence en génie civil (BAC

+ 3)- 0,5p / ayant au moins 5 ans d’expérience en pistes - 0,5p / ayant au

moins une expérience en HIMO -1p

3.3. • Chef de chantier 1 1

Chef de chantier, de niveau minimal licence en génie civil (BAC + 3)-

0,25p / ayant au moins 5 ans d’expérience en pistes - 0,25p / ayant au

moins une expérience en HIMO - 0,5p

Note totale pour l'organisation des ressources 5

TOTAL CUMULE 30

Page 132: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 132

ANNEXE B

Organisation & Méthodologie

À remplir par le soumissionnaire

Merci de fournir l’information suivante pour votre approche :

1) Motifs et proposition de stratégie pour les études

Toute remarque relative aux termes de référence, importante pour la bonne réalisation des activités, en

particulier des objectifs et des résultats escomptés, montrant le degré de compréhension du marché. Avis

sur les principaux sujets relatifs à la réalisation des objectifs principaux du marché et des résultats

escomptés.

Explication des risques et des hypothèses ayant une incidence sur l'exécution du marché.

2) Stratégie proposée pour les travaux

Aperçu de l'approche proposée pour la mise en œuvre du marché des travaux.

Liste des activités proposées considérées comme nécessaires pour atteindre les objectifs du marché des

travaux en termes de respect de la qualité et du délai d’exécution.

Ressources et résultats correspondants à mobiliser.

3) Structure d'appui

Description des structures d'appui (« back-stopping ») qui seront mises à la disposition de l'équipe

d'experts par le prestataire pendant l'exécution du marché. Le rôle de la structure d'appui sera évalué et

doit être clairement expliqué dans l'organisation et la méthodologie, incluant la liste du personnel et leur

nombre, les tâches à accomplir pour assurer cette fonction, ainsi que les systèmes de qualité disponibles,

les méthodes et outils de capitalisation du savoir, disponibles parmi les différents membres du

consortium.

4) Métiers d’accompagnement pour chantier école/HIMO

Une connaissance et une expérience effective dans les métiers d’accompagnement. ;

5) Calendrier des activités

Calendrier, chronologie et durée des activités proposées, en tenant compte du temps de mobilisation.

Identification et répartition dans le temps des principales étapes de l'exécution du marché, en précisant

notamment comment les résultats obtenus seront pris en compte dans les rapports, en particulier dans

ceux stipulés dans les termes de référence.

Les méthodologies prévues dans l'offre doivent inclure un plan de travail envisageant les ressources à

mobiliser.

Page 133: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 133

ANNEXE C

Expériences des experts principaux

Pour rappel, le CV de chaque expert principal devrait se limiter à 3 pages et un seul CV doit être fourni

pour chaque poste identifié dans les Termes de référence. Il convient de noter qu'aucun CV ne doit être

fourni pour les experts autres que principaux. Les qualifications et l'expérience de chaque expert

principal doivent clairement correspondre aux profils indiqués dans les Termes de référence. Les copies

des diplômes de chacun des experts principaux proposés doivent être jointes à l’offre.

Nom de

l’expert

Rôle

proposé

dans le

projet

Année

d’expérience

Ag

e

Niveau de

formation

Domaine(s)

de

spécialisatio

n

Expérience dans

le pays

bénéficiaire

Langues et

niveau de

connaissance

(Très bien,

bien, faible)

CURRICULUM VITAE

Rôle proposé dans le projet :

1. Nom de famille :

2. Prénoms :

3. Date de naissance :

4. Nationalité :

5. État civil :

6. Diplômes :

Institution [Date début - Date fin] Diplôme(s) obtenu(s) :

7. Connaissances linguistiques : Indiquer vos connaissances sur une échelle de 1 à 5

(1 - niveau excellent ; 5 - niveau rudimentaire)

8. Affiliation à une organisation professionnelle :

9. Autres compétences : (par ex. connaissances informatiques, etc.)

10. Situation présente :

11. Années d'ancienneté auprès de l'employeur :

12. Qualifications principales : (pertinentes pour le projet)

Langue Lu Parlé Écrit

Page 134: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 134

13. Expérience spécifique dans la région :

Pays Date début - Date fin

14. Expérience professionnelle

De

(date) -

à (date)

Lieu

Société et

personne de

référence (nom &

coordonnées de

contact)

Position Description

15. Autres informations pertinentes (p, ex., références de publications)

Page 135: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 135

ANNEXE D

Devis quantitatif et estimatif

N° Désignation Unité Quantité P.U en Euros

Montant Total en

Euros

1 INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER

1.1 Installation de chantier Fft 1

1.2 Repli de chantier Fft 1

2 DEBROUSSAILLEMENT ET DECAPAGE m² 5.000

3 TERRASSEMENT

3.1 Préparation fond de forme m² 8.000

3.2 Reprofilage de la piste existante m² 300

3.3 Remblai d'emprunt m³ 2.000

3.4 Couche de roulement en graveleux latéritique

m³ 500

4 DRAINAGE

4.1 Fossés longitudinaux ml 1.000

5 OUVRAGES

5.1 Dalot cadre 1x2x1,5 du tronçon N° 1 u 1

5.2 Dalot cadre 3x4x3 du tronçon N° 1 u 1

5.3 Dalot cadre 1x1x1 du tronçon N° 3 u 1

5.4 Dalot cadre 1x2x1 du tronçon N° 3 u 1

5.5 Dalot cadre 2x3x2 du tronçon N° 3 u 1

5.6 Radier en béton armé u 1

6 TRAVAUX CONNEXES

6.1 Signalisation des radiers u 2

6.2 Signalisation des dalots u 10

MONTANT TOTAL EN EUROS

Page 136: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 136

ANNEXE E

Bordereaux de prix

Désignation des travaux Unité

Prix Unitaires (HT)

en chiffre en lettre

1 INSTALLATION ET REPLI DE CHANTIER

1.1

Installation de chantier

Ce prix, rémunère l'installation et l'aménagement des bases de

l'Entrepreneur, leur entretien pendant les travaux y compris :

- L’amenée du matériel HIMO de chantier,

- L’aménagement de la base-vie centrale et des base-vie secondaires, des

aires pour ateliers, stockage, etc., et la clôture,

- L’installation de stockage de carburants,

- L’installation de l'aménagement en eau et en électricité,

- Les installations de télécommunication,

- les logements, les bureaux, les magasins, les ateliers, les véhicules, le

téléphones, le matériel topographique, etc. de l'Entrepreneur

- les frais d'établissement des documents d'exécution nécessaires,

- l’aménagement et l’entretien des pistes provisoires de toute nature,

- l'arrosage des pistes pendant toute la durée du chantier,

- la fourniture et la mise en place des panneaux d'information,

- les suggestions nécessaires pour le maintien de la circulation des

riverains,

- les frais de gardiennage et d'entretien.

- la mise en œuvre de la campagne préliminaire de sensibilisation des populations riveraines et du personnel affecté aux travaux de

réalisation et au contrôle de la route objet du présent marché,

- la sensibilisation des populations à la protection de l’environnement,

au respect de la faune et de la flore etc..,

- la mise à disposition d’une antenne médicale et d’un infirmier

- Ce prix rémunère également les prestations concernant le déplacement,

le siphonage des petites conduites d'eau, d'électricité et de téléphone.

Ce prix est forfaitaire. Il sera versé selon l'échéancier suivant :

- Quatre-vingt (80 %) après constatation par le fonctionnaire dirigeant

de la présence sur le chantier en état de fonctionnement de la totalité de

l’installation de chantier

Le forfait sera payé……………………………………. (hors taxes)

Page 137: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 137

1.2

Repli de chantier et remise en état du site

- Ce prix rémunère le repli du matériel de chantier,

- l'enlèvement des installations, la remise en état des lieux et l'évacuation

des produits excédentaires en fin de chantier,

Ce prix est forfaitaire. Il sera versé selon l'échéancier suivant :

- vingt pour cent (20 %); démontage et repliement des installations et des matériels revenant à l'Entrepreneur, en fouissage de gravats et détritus,

remise en état des lieux publics, des carrières, gisements, emprunts, et

nettoyage des abords du chantier sur toute sa longueur.

Le forfait sera payé…………………………….. (hors taxes)

Fft

2 DEBROUSSAILLEMENT ET DECAPAGE DE LA TERRE VEGETALE

Débroussaillement et décapage de terres végétales

Ce prix rémunère l’enlèvement des buissons et arbustes, le défrichement et

l’arrachage des herbes, le nettoyage des racines et souches et l’abattage

d’arbres. Ce prix rémunère également l’évacuation des produits de

débroussaillement et de décapage de la terre végétale hors de l’emprise de

la piste, le remblayage des cavités produites par l’enlèvement des souches et

racines à l’aide des matériaux du fond de forme, ainsi que le réglage de ce

fond de forme selon les instructions du fonctionnaire dirigeant. Ce prix

s’applique au mètre carré de surface de l’emprise de la piste débroussaillée

et décapée dans les seules zones prescrites par le fonctionnaire dirigeant

déduction faite de la surface de la piste existante le cas échéant. Ce prix

s’applique aussi débroussaillement ni au décapage des surfaces des

emprunts et des carrières qui sont compris dans les sujétions des prix des

terrassements

Le mètre carré sera payé……………………………… (hors taxes)

3 TERRASSEMENTS

3.1 Préparation de fond de forme m2

Ce prix s’applique à la préparation de la forme après réception par le

fonctionnaire dirigeant et avant mis en remblai.

Le terrain sera compacté conformément aux prescriptions des spécifications

techniques.

Ce prix s’applique au mètre carré sur la largeur de l’assiette de la piste qui

reçoit le remblai

Le mètre carré sera payé…………………………… (hors taxes)

Page 138: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 138

3.2

Reprofilage de la piste existante

Ce prix s’applique aux travaux de Reprofilage et de définition de la

plateforme dans le cas d’une piste existante. On procédera à une

scarification.

La piste sera dressée selon son profil type. La couche superficielle sera

amenée à sa teneur en eau optimale réglée et compactée conformément aux

prescriptions des spécifications techniques CPTP.

Ce prix s’applique au mètre carré sur la largeur de la plateforme.

Le mètre carré sera payé…………………………… (hors taxes)

m2

3.3 Remblai d’emprunt

Ce prix rémunère l’exécution des remblais avec des matériaux des chambres

d’emprunt et comprend la recherche et l’identification éventuelles, le

débroussaillement, le déboisement et le décapage des emprunts, le ripage, le

chargement, le transport dans des bouettes ou casseroles, l’ouverture et

l’entretient des pistes d’accès, le déchargement, le régalage, l’arrosage ou

le séchage, le dressage de la piste et des talus conformément aux profils en

travers type applicables et aux prescriptions des spécifications techniques.

Ce prix comprend également la fourniture, le transport et l’épandage de

l’eau de compactage dans des arrosoirs ainsi que le nettoyage éventuel des

talus des remblais existants à élargir et toutes sujétions.

Ce prix s’applique au mètre cube de remblai compacté, calculé

géométriquement à partir des profils en travers types.

Le mètre cube sera payé……………………… (hors taxes)

m3

3.4 Couche de roulement en graveleux latéritique

Ce prix rémunère l’exécution de la couche de roulement avec des matériaux

des gites latéritiques et comprend la recherche et l’identification éventuelles,

le débroussaillement, le déboisement et le décapage des gites, le ripage, le

chargement, le transport sur une distance maximale de 500 m, l’ouverture et

l’entretien des pistes d’accès, le déchargement, le régalage, l’arrosage ou le

séchage, le dressage de la piste et des talus conformément aux profils en

travers type applicables et aux prescriptions des spécifications techniques, y

compris le compactage.

Ce prix comprend également la fourniture, le transport et l’épandage de l’eau

de compactage et toutes sujétions.

Ce prix s’applique au mètre cube mis en place après compacté, calculé

géométriquement à partir des profils en travers types.

m3

Le mètre cube sera payé……………………………… (hors taxes)

Page 139: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 139

4 DRAINAGE

4.1 Fossés longitudinaux

Ce prix rémunère le déblayage et le profilage de fossés triangulaires ou

trapézoïdaux divergents conformément aux profils types fournis et aux

prescriptions des spécifications techniques.

Ce prix comprend le déblayage manuel, le transport des produits et leur mise

en dépôt ou leur réemploi dans les endroits, selon les directives du

fonctionnaire dirigeant, le profilage des parois des fossés.

Les fossés divergents seront exécutés tous les 250 m ou 300 m suivant la pente

et l’emplacement de l’exutoire définis dans les plans d’exécution.

Ce prix s’applique au mètre linéaire de fosse exécuté, mesuré

contradictoirement.

Le mètre linéaire sera payé………………………. (hors taxes)

ml

5 OUVRAGES

Ce prix rémunère forfaitairement la construction des ouvrages (dalots et

radier) entiers en tenant compte du sens de l’écoulement des eaux et

conformément aux plans d’exécution et aux prescriptions des spécifications

techniques.

Ce prix comprend toutes les sujétions relatives à la pose des dalots et des

radiers.

IL comprend également les fouilles y compris la stabilisation de l’assise

quand c’est nécessaire, les remblais d’accès latéralement, la réalisation de

béton de propreté, du corps de l’ouvrage, des ouvrages de tête amont et aval,

regard, perrés, murs en ailes (ou des puisards en amont) et exutoires

conformément aux plans d’exécution et aux prescriptions des spécifications

techniques..

Dans le cas d’un dalot construit en tranchée, il comprend la reconstitution

de la surface de roulement. Dans le cas d’une construction à l’avancement,

il comprend la constitution de bloc technique et le raccordement pour la

circulation conformément aux instructions de l’Ingénieur.

Dans le cas d’un dalot devant servir en même temps d’ouvrage

d’aménagement, il sera exigé la fourniture d’une vanne de régulation en

amont y compris la rainure guide en profilé

Ce prix s’applique à l’unité de l’ouvrage d’art exécuté

L’unité sera payée…………………… (hors taxes)

u

5.1 Dalot cadre 1x2x1,5 du tronçon 1 u

5.2 Dalot cadre 3x4x3 du tronçon 1 u

Page 140: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 140

5.3 Dalot cadre 1x1x1 du tronçon 3 u

5.4 Dalot cadre 1x2x1 du tronçon 3 u

5.5 Dalot cadre 2x3x2 du tronçon 3 u

5.6 Radier en béton armé u

6 TRAVAUX CONNEXES

6.1 Signalisation des radiers

Ce prix rémunère à l’unité les panneaux de signalisation pour les radiers de

portée supérieure ou égale à 6 mètres (radier> ou= 10 m), fournis selon les

prescriptions des spécifications techniques.

Le matériau utilisé sera la tôle noire ayant la forme d’un triangle isocèle de

base zéro virgule soixante mètre (0,60 m) de hauteur zéro virgule soixante

mètre (0,60 m) et d’épaisseur deux (2) millimètres. Le panneau sera fixé sur

un profilé métallique en tube de diamètre soixante millimètre (60mm). Ce

prix comprend la fouille pour le massif de fondation, la fondation en béton

B20, les dispositifs de fixation et de scellement, la peinture des supports, les

écritures en caractères normalises et toutes sujétions et aléas.

Pour les radiers de portée inferieure a dix (10 m) mètres, la signalisation

sera limitée aux plots en bétons fixés aux quatre (4) coins du radier et faisant

partie de l’unité de radier.

Ce prix s’applique à l’unité de panneau métallique de fabrication locale

agréé par le fonctionnaire dirigeant

L’unité sera payée ………………………………… (hors taxes)

u

6.2 Signalisation des dalots

Ce prix rémunère à l’unité les panneaux de signalisation pour les dalots de

section supérieure à 1,00 x 1, 00 m selon les plans d’exécution et

conformément aux prescriptions des spécifications techniques.

Le matériau utilisé sera la tôle noire ayant la forme d’un triangle isocèle de

base zéro virgule soixante mètre (0,60 m) de hauteur zéro virgule soixante

mètre (0,60 m) et d’épaisseur deux (2) millimètres. Le panneau sera fixé sur

un profilé métallique en tube de diamètre soixante millimètre (60mm). Ce

prix comprend la fouille pour le massif de fondation, la fondation en béton

B20, les dispositifs de fixation et de scellement, la peinture des supports, les

écritures en caractères normalises et toutes sujétions et aléas

Ce prix s’applique à l’unité de panneau métallique de fabrication locale

agréé par le fonctionnaire dirigeant

L’unité sera payée……………………………… (hors taxes)

u

Page 141: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 141

ANNEXE F

Capacités économiques et financières

Signature du mandataire habilité

Nom et situation du mandataire habilité

Données financières Exercice

(2017)

EURO

Exercice

(2018)

EURO

Exercice

(2019)

EURO

Moyenne

EURO

Année en cours

EURO

Chiffre d’affaires annuel,

à l'exclusion du présent

marché

Chiffre d’affaires annuel,

lié au domaine du marché

présent

Actifs à court terme

Passifs à court terme

Effectif moyen Année précédente (2018) Dernier exercice (2019) Exercice en cours

Total

général

Total pour les

domaines en

rapport avec le

marché11

Total

général

Total pour les

domaines en

rapport avec

le marché

Total

général

Total pour les

domaines en

rapport avec le

marché

Personnel

permanent

Autre personnel

Page 142: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 142

ANNEXE G

Expériences et références similaires

Veuillez compléter le tableau ci-dessous pour résumer les principaux projets pertinents en rapport

avec le marché qui ont été menés à bien au cours des 4 dernières années (2016-2017-2018-2019) par

l'entité ou les entités juridique(s) soumettant ladite candidature. Le nombre de références fournies ne

doit pas excéder 5 pour l'ensemble de l'offre. Le tableau doit contenir au minimum 3 services similaires

de même nature et de complexité comparable avec un montant minimal de 150 000 €.

Intitulé / description des services /

lieux (maximum 5)

Montant total

en €

Nom du

client

Année (< 4 dernières

années)

Pour les services présentés dans le tableau ci-dessus, veuillez joindre les copies des références et

certificats de bonne fin signés par les autorités contractantes (certificats de bonne exécution sans réserve

majeure). La présentation d’un contrat ne constitue pas une preuve de bonne exécution.

Page 143: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 143

ANNEXE H

Cautionnement

(À soumettre sur le papier à en-tête de l'institution financière)

À l'attention d’Enabel, Agence belge de développement, Enabel en Guinée – sise à l’immeuble Koubia,

3ème étage, Quartier Camayenne (Corniche nord), commune de Dixinn, Conakry, Guinée., ci-après

dénommé « le pouvoir adjudicateur »

Objet : Cautionnement numéro …

Cautionnement pour l’entièreté de l’exécution du contrat …………………………

Intitulé : Marché de travaux relatif à « la relance de la réhabilitation de trois tronçons de pistes rurales

à Soumbalako 4,4 km dans la préfecture de Mamou ».

Nous soussignés, <nom et adresse de l’institution financière> déclarons irrévocablement par la présente

garantir, comme débiteur principal, et non pas seulement comme caution solidaire, pour le compte de

<nom et adresse du contractant > ci-après dénommé « le contractant », le paiement au profit du pouvoir

adjudicateur de……… €, représentant cautionnement mentionnée à l'article 15 des conditions

particulières du contrat GIN170091T-10044 intitulé « la relance de la réhabilitation de trois tronçons

de pistes rurales à Soumbalako 4,4 km dans la préfecture de Mamou ».

Les paiements sont effectués sur le compte indiqué par le pouvoir adjudicateur, sans contestation ni

procédure judiciaire, dès réception de votre première demande écrite (par lettre recommandée avec

accusé de réception), déclarant que le contractant n'a pas satisfait à l'exécution pleine et entière de ses

obligations contractuelles ou que le contrat a été résilié.

Nous ne retarderons pas le paiement et nous ne nous y opposerons pour aucune raison. Nous vous

informerons par écrit dès que le paiement aura été effectué.

Nous convenons notamment qu’aucune modification aux termes du Contrat ne peut nous libérer de notre

responsabilité au titre de ce cautionnement. Nous renonçons au droit d'être informé de tout changement,

addition ou amendement à ce contrat.

Nous prenons note que la libération de la garantie s'effectuera conformément à l'article 4.5 des

dispositions contractuelles particulières du cahier spécial des charges. Le cautionnement est libérable

à la réception complète et définitive des services (comme prévu dans le cahier spécial des charges).

Dans tous les cas, le cautionnement est libérable au plus tard à l’expiration des 18 mois après la période

de mise en œuvre du contrat.

Toute demande de paiement au titre du cautionnement doit être contresignée par le

Représentant Résident d’Enabel en République de Guinée ou par son représentant désigné et habilité à

signer.

La loi applicable au présent cautionnement est celle de la Belgique. Tout litige découlant ou relatif au

présent cautionnement sera porté devant les tribunaux de Bruxelles.

Le présent cautionnement entrera en vigueur et prendra effet dès sa signature.

Fait à :…………….. le : …………..

Nom : ……………………………Fonction : …………………

Signature : ……………..

[Cachet de l'organisme garant] :………….

Page 144: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 144

ANNEXE I

Sous-traitance

Nom et forme juridique Adresse / Siège social Objet

Page 145: Cahier spécial des charges GIN170091T-10044

CSC GIN170091T-10044 145

ANNEXE J

Profil en travers type