bio 2 biomasse et biodiversitأ‰ forestiأˆ bio2, biomasse et biodiversitأ© forestiأ¨res....

Download BIO 2 BIOMASSE ET BIODIVERSITأ‰ FORESTIأˆ Bio2, Biomasse et biodiversitأ© forestiأ¨res. Augmentation

If you can't read please download the document

Post on 18-Jun-2020

2 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Rapport réalisé sous la coordination du GIP Ecofor

    à la demande du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer

    Rapport de la subvention n° 000 1120

    Juillet 2009

    BIO 2 BIOMASSE ET BIODIVERSITÉ

    FORESTIÈRES Augmentation de l’utilisation de la biomasse

    forestière : implications pour la biodiversité et les ressources naturelles

    Coordination scientifique : Guy Landmann, Frédéric Gosselin et Ingrid Bonhême

  • Ministère de l’écologie du développement durable et de la mer Direction Générale de l'Aménagement, du Logement et de la Nature Direction de l'Eau et de la Biodiversité, Sous-direction des Espaces Naturels, Bureau de l'Intégration de la Biodiversité dans les Territoires

    Grande Arche Paroi Sud 92055 LA DEFENSE cedex Tél. 01 40 81 30 72

    GIP Ecofor 42, rue Scheffer

    75116 Paris Tél. 01 53 70 21 41

    secretariat@gip-ecofor.org

    Juillet 2009

    BIO 2 BIOMASSE ET BIODIVERSITÉ

    FORESTIÈRES Augmentation de l’utilisation de la biomasse

    forestière : implications pour la biodiversité et les ressources naturelles

    Coordination scientifique : Guy Landmann, Frédéric Gosselin et Ingrid Bonhême

  • 4

    Citation conseillée :

    Landmann G., Gosselin F., Bonhême I. (coord.), 2009. Bio2, Biomasse et biodiversité

    forestières. Augmentation de l’utilisation de la biomasse forestière : implications pour la

    biodiversité et les ressources naturelles. Paris, MEEDDM-Ecofor, 210 p. (www.gip-

    ecofor.org)

    Pour faciliter la lecture :

    � les passages importants sont signalés en gras,

    � les astérisques (*) signalent les termes définis dans le glossaire (annexe 3),

    � les sigles sont explicités dans l’annexe 4.

    Maquette : Hego communication

    Mise en forme, relectures : Hego Communication, Guénaëlle Couderc

    © GIP Ecofor, Paris, 2009 ISBN : 978-2-914770-00-2

  • 5

    PRÉFACE

    Mettre à disposition des acteurs de l’environnement et du monde forestier un premier état

    des connaissances sur les liens possibles entre une utilisation accrue de biomasse forestière

    et l'évolution de la biodiversité, afin de nourrir les débats dans ce domaine, tel était l’objectif

    premier assigné à cette étude par le ministère chargé de l’écologie. Très impliqué sur ce

    même dossier pour mieux asseoir la récolte de bois dans la forêt française par rapport à sa

    croissance ligneuse et à sa biodiversité, le ministère chargé des forêts s’est naturellement

    associé à cette initiative.

    Les enjeux internationaux

    Les deux principales conventions internationales contraignantes concernant, entre autres

    milieux, les forêts portent sur le changement climatique pour l’une, sur la diversité

    biologique pour l’autre ; une production accrue de biomasse peut se justifier aussi bien au

    titre de l’adaptation aux changements climatiques, par une régulation des stocks de bois sur

    pied, qu’à celui de la lutte contre ces changements grâce à une séquestration active de

    carbone et à une économie de ressources fossiles ; travailler aux relations entre biomasse et

    biodiversité, c’est aussi s’interroger sur la façon de concilier les deux grandes conventions

    internationales nées du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992.

    Le contexte français

    En septembre 2006 a été adopté un « Plan d’Action Forêt » qui constitue à la fois le volet

    forestier de la Stratégie nationale pour la biodiversité et le volet biodiversité du Programme

    forestier national. Cette double origine montre l’intérêt que peut revêtir pour lui une

    réflexion sur la biomasse et la biodiversité. L’étude « Biomasse et biodiversité » contribue à

    nourrir ce plan.

    À l’automne 2007, un accord partenarial a été conclu dans le cadre du Grenelle de

    l’Environnement entre la Fédération France Nature Environnement, la Fédération nationale

    des Communes forestières, l’Office national des Forêts et la Fédération Forestiers privés de

    France sur le thème « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ; une

    démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts ».

    Cet accord a été repris dans le rapport du Comité opérationnel « Forêts » du Grenelle de

    l’Environnement sous une forme assez proche - « Dynamiser la filière bois en protégeant la

    biodiversité forestière ordinaire et remarquable : produire plus de bois (matériau et énergie

    renouvelables) et mieux en valoriser les usages… » - et a accompagné les Assises de la forêt.

    On voit donc qu’il s’agit de concilier la valorisation de la biomasse et la préservation de la

    biodiversité. Le dire n’est cependant pas encore le faire et l’un des objectifs de cette étude

    est d’apporter des éléments susceptibles d’en faciliter la mise en œuvre. La double

    responsabilité incombant à l'État de la nécessaire production considérablement accrue de

  • 6

    ressources renouvelables issues de nos forêts et de l'indispensable renforcement simultané

    de leur biodiversité nécessitait en effet d'éclairer les synergies possibles, les écueils à éviter,

    les voies à privilégier pour relever ce défi majeur.

    Les prolongements possibles de l’étude

    Cette étude – et particulièrement les recommandations faites pour la recherche – pourra

    également nourrir les réflexions d’autres programmes, comme Biodiversité et Gestion

    forestière. Dans l’immédiat, afin d'améliorer encore la compréhension des enjeux, les deux

    ministères ont conjointement décidé de financer, dans le prolongement de Bio2 et en

    élargissant les angles d’analyse et le panel d'acteurs impliqués le projet « BIOMAsse et

    BioDIversité (Biomadi).

    Il convient de souligner que cette expertise scientifique collective a été voulue et conduite

    en toute indépendance pour leurs auteurs et que les conclusions et propositions leur

    appartiennent.

    Christian BARTHOD,

    Sous-directeur des espaces naturels

    Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer,

    Direction générale de l’aménagement,

    du logement et de la nature,

    Direction de l’eau et de la biodiversité

  • 7

    AVANT -PROPOS

    Biomasse et biodiversité sont deux richesses de la forêt, qui dépendent étroitement l’une de

    l’autre et présentent cependant des visages différents. Sans biodiversité pour assurer le

    fonctionnement des écosystèmes forestiers, il n’y aurait pas d’arbres et donc une biomasse

    singulièrement réduite ; sans les arbres, la biodiversité serait tout autre. Plus que la

    biodiversité, la biomasse participe à l’approvisionnement des sociétés humaines auxquelles

    elle fournit à la fois le matériau-bois, des fibres papetières et une source d’énergie

    renouvelable ; elle fait pour cela l’objet de prélèvements suffisamment significatifs pour

    modifier la biodiversité dans un sens ou dans l’autre, à court ou long terme.

    Les relations et différences entre biomasse et biodiversité, qui viennent d’être évoquées,

    expliquent pourquoi la gestion conjointe de ces deux richesses est particulièrement

    stimulante mais aussi exigeante. Cette exigence pousse elle-même à mobiliser des

    connaissances approfondies et variées, à sortir de la généralité pour prendre en compte les

    spécificités locales, à raisonner à différentes échelles d’espace et de temps.

    Pourquoi s’être engagé sur un tel chemin ?

    Ecofor anime depuis 1997 un programme de recherche intitulé « Biodiversité et gestion

    forestière ». Ce programme est porté par le ministère chargé de l’écologie et bénéficie du

    soutien du ministère chargé de l’agriculture. Son esprit est très proche de celui de l’étude

    « Biomasse et biodiversité ». Cependant, tandis que le programme de recherche vise à faire

    progresser la connaissance scientifique et, ensuite, à produire des recommandations pour le

    gestionnaire, l’étude a pour but d’aider le gestionnaire dans son action avant d’identifier les

    lacunes de la connaissance et, finalement, les besoins de recherche qui s’en déduisent.

    Au cours de l’année 2007, l’occasion s’est présentée pour Ecofor de rassembler les

    connaissances scientifiques permettant d’analyser la compatibilité entre le développement

    de la biomasse, d’une part, la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles,

    d’autre part. L’ambition était de mettre à disposition de tout un chacun des éléments aussi

    probants que possible pour lui permettre de rendre les arbitrages relevant de sa

    compétence.

    À cette époque, la décision de s’engager sur un tel chemin posait plusieurs questions : le

    sujet n’était-il pas trop général et complexe pour déboucher sur d

Recommended

View more >