barbara j’aurai vécu d’avoir aimé - barbara le .page 97, paris le zénith - spectacle lili

Download Barbara J’aurai vécu d’avoir aimé - Barbara le .page 97, Paris le Zénith - Spectacle Lili

Post on 12-Sep-2018

213 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • BarbaraJaurai vcu davoir aim

    Barbara interprte de Rainer-Maria Rilke

  • Photo couverture :

    Marcel ImsandLausanne, Thtre de Beaulieu, 1965.

    Photos intrieur :

    Libor Sirpage 6, St Malo, aot 1967.

    Joe Cayetpages 17 et 18.

    Marcel Imsandpages 37, 38, 64,69,86 et 87, Prcy-sur-Marne automne 1989. page 97, Paris le Znith - Spectacle Lili passion 1986.page 60,61 et 132, Gttingen, 1967. pages144 et152, Gare de Lausanne, dbut des annes 1970.

    Pierre Perrinpages 48 et 49 avec Mikhal Barychnikov 1986.

    Ariane Ruetpages 68, 98 et 143, Chtelet 1993. page 124, Mogador 1990.page 125, Chtelet 1987.

    Droits de traduction et de reproduction rservs pour tous les pays. Toute reproduction, mme partielle, de cet ouvrage est interdite. Une copie ou reproduction par quelque procd que ce soit, photographique, bande magntique, enreregistrement, ou autre constitue une contrefaon passible de peines prvues par la loi du 11 mars 1957 sur la protection des droits dauteur.

    Editions du Grand Est copyright 2017, www.barbaralelivre.comISBN : 978-2-916885-18-6

    Danielle Moyse

    BarbaraJaurai vcu davoir aim

    Barbara interprte de Rainer-Maria Rilke

    Prface de Bernard Serf

  • Danielle Moyse

    BarbaraJaurai vcu davoir aim

    Barbara interprte de Rainer-Maria Rilke

    Prface de Bernard Serf

  • Martine, En tmoignage damiti et de gratitude,

    Pour tout le temps donn, Depuis tant dannes,

    lAssociation Barbara Perlimpinpin, Et donc Barbara elle-mme.

    Aux amoureux de Barbara et de Rilke.

  • Prface

    Danielle Moyse enseigne la philosophie. Son parcours, sa bibliographie font delle ce quon appelle communment une intellectuelle . Et voil-ty pas , comme il est chant dans Les Mignons 1, quelle consacre Barbara un livre Barbara justement qui rptait lenvi quelle ntait pas une intellectuelle !

    Ce choix, qui de prime abord peut tonner (mais tant pis pour ceux qui stonnent 2), me semble, aprs avoir lu Barbara, jaurais vcu davoir aim, relever de lvidence : Danielle a lu Barbara, parce quelle est - au sens o lentend Alain Borer quand il parle de Rimbaud - , une uvre-vie .

    Il ne sagit pas, bien videmment, de comparer Barbara et Rimbaud. Pas plus que la philosophe ne le fait avec Rainer-Maria Rilke dont elle est une trs fine lectrice. Si le parallle avec le pote autrichien simpose cette dernire, cest, comme elle lcrit si justement, parce que Rilke et Barbara ont manifest tous deux une haute exigence de lexistence .

    Jacques Tournier qui crivit le premier opus consacr Barbara ( Barbara ou les parenthses 3, une merveille dintelligence) nous dit - je cite de mmoire : elle na rien appris dautre, mais elle a appris chanter . Barbara aurait donc trs bien pu rpondre, quand on lui demandait pourquoi elle chantait ( et on le lui a maintes et maintes fois demand ! ), linstar de Samuel Beckett : bon qu a ! . Or, Barbara ne fit jamais cette rponse. Pour cette simple raison quelle ne chantait pas parce quelle ne savait pas faire autre chose ; mais bien parce que, pour elle, chanter tait la seule manire quelle avait trouv dtre au monde.

    Dans les programmes qui accompagnaient ses spectacles, elle ne se dfinissait dailleurs jamais comme chanteuse . Chanteuse, cest un mtier au mme titre que sage-femme ou avocate.

    7

  • Barbara, chaque fois quelle entrait en scne, ne faisait pas son mtier , elle tait une femme qui chante4 .

    Et cest pourquoi toutes celles et ceux qui lont vue sur les routes de partout 5 en parlent encore aujourdhui comme dune apparition, au sens premier du terme.Chanter tait pour elle la plus haute manifestation de lamour. En tout cas, de lamour quelle pouvait donner aux autres et que les autres pouvaient lui donner. Port jusqu lincandescence.

    Dans un monde o, de plus en plus, on peut crier :

    Les terres sont brles,Les hommes sont malades,De folie en furie,On a honte de vivre6 ,

    il ne pouvait y avoir pour Barbara quun antidote :

    Vivre, vivre passionnmentEt ne combattre seulementquavec les feux de la tendresse7

    Ce qui nous ramne Rilke. Rilke dont Barbara enregistra Les lettres un jeune pote, lettres qui sont apparues comme une eau claire 8 ; et dont la lecture fut un choc, une motion au bord des larmes 9.

    Le livre que vous allez dcouvrir est bien autre chose quun ouvrage drudite. Il est le tmoignage sensible dune femme qui nous rend plus intelligible la singularit dune artiste qui n que sa vrit 10.

    8

    Jaurai vcu davoir aim Danielle Moyse Prface

  • Jaurai vcu davoir aim Danielle Moyse

    Danielle a parfaitement compris et senti pourquoi ces lettres avaient tant boulevers Barbara. Rilke crit ( et nous entendons la voix de la femme qui chante nous lire ) : Devriez-vous mourir, sil vous tait interdit dcrire ?

    prsent, remplacez crire par chanter . Barbara cessa de chanter en 1996et disparut un an plus tard.

    Mais, quil sagisse de Danielle ou de moi, nous savons bien que pour , chante encore11.

    Bernard Serf

    1- Les Mignons, Sophie Makhno/Barbara.

    2- Gttingen, Barbara/Barbara.

    3- ditions Sghers, puis.

    4- Phrase terminant lautoportrait de Barbara et figurant dans tous ses programmes.

    5- Monsieur Victor, Barbara/Barbara.

    6- Mille chevaux dcume, Barbara/Barbara.

    7- Perlimpinpin, Barbara/Barbara.

    8-9 - Texte de Barbara figurant au verso de lenregistrement des Lettres un jeune pote

    de Rainer-Maria Rilke.

    10 - Perlimpinpin, Voir infra.

    11-Gauguin, Barbara/Barbara. Cest ce que dit Barbara de Brel dans cette chanson qui lui tait

    consacre.

    9

    Prface

  • 11

    Introduction

    Placer Barbara la place dexcellence qui est la sienne sans en faire un fastidieux commentaire de texte , risquer son propos une parole philosophique qui montre ce que cette voix singulire, vibrante comme la vie, nous dit de la haute exigence de lexistence, du rapport de lhomme lamour et la mort, en soulignant plus particulirement les affinits que prsente manifestement lunivers de la chanteuse avec la posie de Rainer-Maria Rilke, tel est le pari de ce livre !

    Paradoxalement, jai mis plus de temps encore trouver le ton juste pour y parvenir, que pour trouver les mots adquats lvocation de grands philosophes, laquelle me convie gnralement mon mtier de professeur de philosophie. Si, en effet, la comprhension des grands penseurs se heurte souvent la difficult de leur propos et leur langue particulire, il semblerait que lintensit de la prsence de Barbara soit une vidence dune telle simplicit, quil suffise de se laisser faire

    Comment une parole pourrait-elle ouvrir davantage lespace dapparition de cette prsence que ne le fait Barbara elle-mme ? Ne suffit-il pas en effet de sasseoir, douvrir son cur, dcouter, ou de regarder ? Lmotion quelle est capable de susciter nest-elle pas aussitt perceptible, et ne sommes-nous donc pas dispenss de toute prparation pour la recevoir ? Ce qui pourrait ventuellement empcher de se laisser toucher par Barbara, nest-elle pas la seule pouvoir le dissoudre ? Par la passion quelle avait des autres et son humanit saisissante, ne vient-elle pas tout aussi naturellement nous que le faisaient, dans leurs tonalits respectives, Edith Piaf ou Billy Holiday ?

    Quon puisse en tous cas trouver, comme ce fut mon cas, dans la

    voix de Barbara une ressource comparable au soutien que constitue pour un tre humain la lecture de tel ou tel grand penseur laurait

  • 12

    Jaurai vcu davoir aim Danielle Moyse Introduction

    probablement beaucoup tonne, tant elle insista mille fois pour dire quelle ntait non seulement pas elle-mme un grand auteur , mais quelle ntait pas mme un auteur ! Je lai toujours dit, prcisait-elle, je ne suis pas quelquun qui crit. Je nai jamais eu aucune imagination, je ne suis pas pote. Jai crit petitement avec ma petite vie de femme de chaque jour, avec mes drames, avec mes morts, avec mes amours, dchires, heureuses 1

    Rien ni personne, en effet, de plus en prise directe avec lexprience ordinaire la plus quotidienne ( mais avec quelle lgance ! ) que Barbara ! Ce nest donc pas seulement par modestie ou en raison du complexe de lautodidacte pas mme ratifie par un certificat dtudes, quelle aurait pu sourire lide quon puisse risquer son propos une parole philosophique, mais parce quon a la fois tendance oublier, le plus souvent, quun crivain, un compositeur, un artiste ne mrite le titre de grand auteur que lorsquil nous concerne au plus vif de notre existence, et croire que la philosophie est un exercice intellectuel dtach de toute motion.

    Or si, parmi les clichs quon tenta bien souvent de plaquer sur sa personne, il en est un auquel elle rsistait avec rsolution, cest celui d intellectuelle !! Instinctivement, Barbara sentait qu intellectuel , cela voulait dire dtach de la vie , sans rapport avec la moindre exprience humaine authentique ! II ne faut pas laisser les intellectuels jouer avec les allumettes, crivait ainsi Jacques Prvert. Parce que Messieurs, quand on le laisse seul, le monde mental nest pas du tout brillant. Et sitt quil est seul, travaille arbitrairement srigeant pour soi-mme, et soi-disant gnreusement en lhonneur des travailleurs du Btiment, un auto-monument. Rptons-le Messssssieurs, le monde mental ment monumentalement. 2

    1 - Barbara en noir et blanc, srie dmissions sur France Inter, par Francis Legault, pisode n 9,

    Le Chtelet, une dernire fois, 25 aut 2012.

    2 - Jacques Prvert, Il ne faut pas, Paroles, Folio, Gallimard.

  • Jaurai vcu davoir aim Danielle Moyse

    13

    Introduction

    Loin de moi par consquent le dsir de faire de Barbara un objet dtudes , en particulier dtudes scolaires ou universitair