artigo completo

Download Artigo Completo

Post on 28-Sep-2015

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Artigo Completo

TRANSCRIPT

  • A G O R A D B A T S J E U N E S S E S # 1 7

    119

    Enga

    gem

    entp

    oliti

    que

    points de vue

    Grald Gallet2

    Moniteur en Droit

    Public et Science

    Politique

    Centre dtudes Politiques et Institutionnelles

    Universit Panthon Assas Paris II

    gegallet@aol.com

    Lintrt des jeunes pour la politique crot

    depuis 1988, mais ils sont peu nombreux

    sengager dans un parti. Pour la minorit active,

    la socialisation politique, en faisant intervenir de

    nombreux agents (lhritage familial, la

    formation acquise dans le pass), est un facteur

    explicatif de cet engagement. Mais ce dernier

    ne rvle pas une pratique assidue, totale et sur

    une longue dure. Le potentiel protestataire

    sexprime spontanment, en rfrence des

    vnements prcis qui sensibilisent le jeune. Il

    sagit plus dexprimenter et de profiter des

    avantages que de se mettre au service de .

    par Grald GALLET

    Aussi faible et rcent soit-il, chaque partipolitique se doit dorganiser une structuredencadrement de ses jeunes militants. Eneffet, un mouvement de jeunesse lui sertdune part de vitrine politique, objet depublicit pour prsenter sa vitalit en dmon-trant lattraction des jeunes pour son projetde socit, il est dautre part indispensable aurenouvellement des militants et au dyna-misme de la structure. Pour autant, les partiset les mouvements de jeunes qui sy agrgentsouffrent dune image ngative dans lechamp politique3. Faiblesse de la dmocratieinterne, anonymat trop prgnant dans uneorganisation de masse qui dcourage lesplus politiss, crise des partis due une cor-ruption mdiatise, tous ces lments dissua-dent de sinvestir. Pour autant, ces organisa-tions nont jamais sduit une foule de

    Lengagement militantdans les mouvements politiquesde jeunesse. Le FNJ et le MJS1

    1 Je remercie le Professeur Portelli pour sa lecture attentive decet article et pour ses conseils mthodologiques prcieux pour lardaction de celui-ci. Cet article ne tient pas compte desvnements relatifs la scission du Front National qui adbouch sur lapparition dun deuxime FNJ. Les observationsprsentes ne sont pas remises en cause par cette scission.

    2 Allocataire de recherches, prpare une thse de doctorat enScience Politique : Lentre des jeunes 18-24 ans en politiquedans les annes 90 (il sagit dun titre provisoire) sous ladirection du Professeur Hugues Portelli lUniversit PanthonAssas Paris II. Auteur de Les conseils municipaux denfants et dejeunes, d. LGDJ, 1997.3 Pour une approche historique, HUDON, R., FOURNIER, B. (dir.),Jeunesses et politique. Tome 2 : mouvements et engagementsdepuis les annes 30, coll. Logiques Politiques, d. LHarmattan,Paris, 1994.

    40474 119-32:40474 119-32 24/11/11 13:54 Page 119

  • A G O R A D B A T S J E U N E S S E S # 1 7

    120

    Enga

    gem

    entp

    oliti

    que

    militants4, et elles se contentent de ces moyenshumains pour sactiver, dautant que la profes-sionnalisation de lappareil et lutilisation destechniques modernes de communication poli-tique facilitent le travail des leaders5.La force dune population militante ne

    constitue donc pas un enjeu pour le parti,celui-ci se contentant du renouvellementnaturel (par lhrdit politique parent-enfant) et vivant sur ses acquis. Malgr unintrt grandissant pour la politique6, peu dejeunes dcident de sengager. Pour la minoritagissante, sinvestir consiste en une activitpolitico-culturelle et une exprience vcue surle mode de la convivialit et de laffectivit .Nous nous proposons didentifier ces

    jeunes par lanalyse de deux mouvements : leMouvement des Jeunes Socialistes (MJS) et leFront National de la Jeunesse (FNJ). Notreperspective de recherche sera locale : ungroupe MJS de la fdration de Paris ; la fd-ration du Val dOise du FNJ. Si nous avonschoisi deux mouvements politiques aussi dif-frents, cest pour montrer quau-del des dif-frences de valeurs et de sous-culture parti-sane, ces jeunes ne sont pas distincts dans leurpratique militante, ni dans les raisons sous-jacentes qui expliquent leur engagement.Notre tude souligne les points communs etles diffrences dans leur engagement en insis-tant sur lidentit politique de ces jeunes etsur le contenu de leur militantisme. partirdun travail de terrain de type qualitatif (avecdes entretiens semi-directifs et une observa-tion participante), nous apporterons quelquesremarques dont le contenu ne constitue pasdes conclusions dfinitives. En effet, lenombre dentretiens (17) raliss ne nous per-met pas de gnraliser les observations

    lensemble des militants des mouvements dejeunesse.7 Il serait htif et tendancieux devouloir les prsenter comme des vrits abso-lues. Elles permettent nanmoins de rflchirsur lengagement politique des jeunes.Qui sont ces jeunes qui publicisent leur

    positionnement politique en sexposant danslespace public par un militantisme actif ? Laquestion du qui permet une approchesociographique en identifiant cette minorit. Sileur position sociale ne les distingue pas desautres jeunes qui ne sengagent pas, la sociali-sation politique est un lment discriminantpour comprendre leur militantisme. Diffrentsagents de socialisation interviennent dans leurformation et dterminent le passage lacte.Bien que sous influence parentale, ils tiennent sen dmarquer dans leur pratique militantepour la personnaliser. Y aurait-il ds lors unmilitantisme jeune ? Comprendre leur mili-tantisme implique dtudier leur positionne-ment au sein de la structure pour rpondre la question du comment . Ils sont investisdans un mouvement dans lequel ils conserventune marge de manuvre et revendiquent leuridentit en imposant leur propre vision poli-tique. Sils acceptent de sinvestir, ils conser-vent une distance vis--vis de la structure etveulent vivre leur engagement avec une libertdaction et de rflexion.

    4 La France na pas connu de partis de masse , lexceptiondu Parti communiste dans sa priode daprs-guerre(DUVERGER, M., Les partis politiques, 10e d.,d. Le Seuil, Paris, 1981).5 MOTHE, D., Le mtier de militant, d. Le Seuil, Paris, 1973.Lapproche, bien que dpasse, est encore intressante.6 MUXEL, A., Les jeunes et la politique, coll. Questions depolitique, d. Hachette, Paris, 1996.7 De plus, lintrieur dun mouvement de jeunesse, desdiffrences existent entre les fdrations (qui tiennent la culturelocale, lhistoire et la gographie du dpartement, lattitude duresponsable local et des militants...).

    40474 119-32:40474 119-32 24/11/11 13:54 Page 120

  • A G O R A D B A T S J E U N E S S E S # 1 7

    121

    Enga

    gem

    entp

    oliti

    que

    Le militantisme des inactifsNous ne nous intresserons quaux militants,

    en dlaissant la catgorie des adhrents qui nesont pas prts se mobiliser et se contentent deverser leur cotisation annuelle. Certes,ladhsion est un acte connot qui les place aucur du champ politique. Mais le militantsinvestit activement dans un combat pour lecompte dun parti et nhsite pas publiciserson engagement en sexposant dans lespacepublic. Il dsire participer la comptitionpour laquelle son organisation se mobilise, ainsiqu celle pour lacquisition des positions depouvoir au sein de la structure. Il pouse lesfondements partisans de base, sans pour autantintrioriser un prt--penser idologique dter-min par les leaders. Le jeune fabrique sonidologie partir dun libre-servicepolitique .8 Il admet le courant de pense maisen modernisant le contenu. Il se soucie plus dela ralit politique vcue que des fondementsthoriques du parti qui sont censs lorganiseret la guider. Lallongement de la jeunesse9, dufait de la prolongation des tudes, leur permetdacqurir une maturit intellectuelle et cultu-relle les aidant choisir leur pratique militante.Cette maturit sera le fondement de leur matu-rit sociale et politique acquise dans leur exp-rience dengag. La population tudie estdonc constitue de militants au capital culturellev, non intgrs dans le march du travail etdpendants du foyer parental.Bien qu actifs dans leur militantisme, les

    jeunes relvent de la catgorie inactive dans la nomenclature des catgories sociopro-fessionnelles. Cest ce titre quils consacrentune part de leur temps libre lexercice dunepratique politise. Mais ils se dmarquent dela politique politicienne, celle qui fait prdo-

    miner les intrts et les querelles personnels,sans prtendre rsoudre les problmes par desdbats dides concluants dbouchant sur desmesures concrtes.Ces inactifs ont le statut dtudiants, et

    viennent de tous les horizons universitaires.Les lycens sont peu reprsents dans notrechantillon10 (2 lycens : une jeune fille pr-pare son bac ; quant lautre, il tait lycenau moment de lentretien mais a intgrdepuis la facult). Certains de nos militantsont un travail mi-temps pour financer lestudes, mais ils ne connaissent pas vritable-ment le monde du travail. Deux des militantsont un emploi temps complet (le premierest ingnieur informaticien, le second estagent de scurit). Ils sont militants FNJ (lepremier est le responsable de la fdration).Ceux du MJS sont inactifs, ceci sexpliquantpar la situation gographique du groupe : ilopre au cur du quartier latin, l o sesituent la plupart des universits parisiennes.Lchantillon est donc caractris par une

    population tudiante qui exprime un fort potentiel protestataire .11 Il faut noter quediffrents horizons universitaires se ctoient.L o nous attendions trouver en majoritdes tudiants en sciences sociale et humaine(droit, histoire, science politique)12 pour qui

    8 LIPOVETSKY, G., Espace priv, espace public lgepostmoderne , p. 105-122, in ROMAN, J. (dir), Citoyennet eturbanit, d. Esprit, Paris, 1991.9 GALLAND, O., Sociologie de la jeunesse. Lentre dans la vie,Collection U, d. Armand Colin, 2e d., Paris, 1997.10 Nous avons procd 17 entretiens auprs de militants MJSet FNJ ; 9 sont membres